Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2253038288
Éditeur : Le Livre de Poche (1986)


Note moyenne : 3.56/5 (sur 59 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Lorsqu'elle rencontra le romancier Michel Blazier, la très belle Laura Brams lui révéla qu'ils s'étaient connus autrefois, trois mille cinq cents ans plus tôt, en Haute-Egypte. Michel Blazier n'était pas homme à croire ces histoires. Mais il l'aimait déjà trop pour cont... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (2)

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par Lilou08, le 31 juillet 2012

    Lilou08
    évidemment j'ai adoré ce livre... déjà quand je l'ai lu, j'étais fan complète de Patrick Cauvin, et en plus l'Egypte, une de mes passions, avait la part belle dans cette histoire mystérieuse de réincarnation, d'amour....
    bref, super !

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par liralafoly, le 22 mai 2014

    liralafoly
    Une superbe histoire de réincarnation qui nous fait voyager en Égypte. Les personnages sont attachants. Magnifique!

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

> voir toutes (8)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Carosand, le 14 avril 2012

    Elle en était sûre maintenant : une vie n'était qu'un vie, une étincelle entre deux moments, un passage fugace et réel qui jamais ne se retrouverait, telle était la loi et telle sa grandeur. Laura Brams une fois et une seule.
    Les hommes fuyaient lançant à la désespérée des ponts d'hypothèses pour aborder les rivages d'éternité... J'amais ils n'admettraient de ne pas être éternellement présents... Le vieux rêve lâche et imbécile : malheureux, humiliés, souffrants et torturés mais éternels surtout, surtout ne pas mourir, ne jamais n'être rien...
    Je vivrai cette vie parce qu'elle finira et tout son suc, toute sa joie contenue, je l'extrairai de toutes mes forces, car je sais qu'elle n'a de sens que parce qu'un jour elle ne sera plus.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 15         Page de la citation

  • Par Carosand, le 12 avril 2012

    Quel mot valait Laura ? Combien de milliards et de milliards de phrases fallait-il entasser pour qu'elles finissent, au terme d'une obscure alchimie, par former cette femme présente, là, entre ses bras, cet équilibre parfait d'âme et de chair, riche de tant de rires, de tendresse, de vie... Peut-être était-ce vrai après tout que l'écriture était proche de la mort... Les paragraphes s'entassaient là-haut, chez lui, sur les feuilles blanches, il changeait la cartouche de son stylo et il ne rendait pas compte qu'il tenait entre ses doigts une arme mortelle, chargée, dont il était la lente victime, combien d'années passées sans Laura ? Combien de nuits semblables auraient-elles pu avoir lieu ? Tant d'années à écrire pour venir à cet instant aveuglant où il savait que rien de compterait jamais davantage que de tenir cette femme entre ses bras, que rien n'avait été et ne serait plus important.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la citation

  • Par Carosand, le 12 avril 2012

    - Il n'y a pas à tergiverser, dit Laura, c'est demain mon anniversaire et j'ai prévu depuis toujours que ça m'arriverait la veille.
    - Tu n'as pas l'air de te soucier du fait que si ça t'arrive, ça m'arrive aussi.
    Laura s'assit sur le lit et regarda son boy-friend abasourdie. C'était la meilleure ! Weissler, le plus grand espoir national du décathlon, 1 mètre 95, 94 kilos, diz-neuf ans et demi, puceau comme un nourrisson !
    - Mais enfin, s'exclama-t-elle, c'est tout de même moins pénible que de lancer le marteau !
    Karl réfléchit une demi-seconde et lança le résultat de ses cogitations.
    - C'est différent, dit-il.
    Elle l'aima pour cette réponse.
    - Ecoute, tu n'as pas à te tracasser : on ferme tout, on fait le noir, tu rentres le premier dans la chambre, tu te couches, j'arrive après et ça se passe sous les couvertures, tu ne vas pas m'en faire une névrose !
    Elle le regarda : un bloc de muscles empêtrés. Eviter les sportifs, c'était une chose à savoir plus tard.
    Il avait l'air tellement lamentable que l'envie l'effleura de tout laisser tomber. Elle soufflerait ses diz-huit bougies d'une haleine toujours aussi virginale et voilà tout. Quelque chose en elle se révolta.
    - C'est incroyable, on dit toujours que les types ne pensent qu'à ça, qu'ils cherchent toute leur vie à faire l'amour, qu'ils le font à n'importe qui, n'importe où, n'importe quand et souvent n'importe comment, et moi je me ramène sans problème chez toi et tu fais le dégoûté.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par Carosand, le 14 avril 2012

    La mort est tout de même une grande et insupportable affaire... On peut penser que ceux qui tentent d'en percer le secret, même s'ils s'y prennent de façon apparemment bizarre, ne sont pas si insensés qu'il y paraît...
    Je n'ai rien contre les médiums, astrologues, cartomanciennes et autres joyeux devins, tous ceux qui s'adonnent à ce genre de sports y trouvent d'une certaine façon leur équilibre, voire leur bonheur. De toute façon, que l'on pratique le basket-ball, la théologie, la voile ou la chiromancie, il s'agit toujours d'échapper au néant.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par Aelys_, le 05 novembre 2012

    On ne saura jamais assez que la littérature, et c'est là son mérite à mon avis le plus grand, est l'une des activités les plus reposantes qui soient et qu'étant donné l'aura qui l'entoure elle vous dispense de la plupart des autres : comment mettre un balai dans les mains d'un lascar qui tient une plume avec des yeux rêveurs ?

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :

0,01 € (occasion)

   

Faire découvrir Laura Brams par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (144)

> voir plus

Quiz

    La Curée d'Emile Zola

    Paru en 1872, La Curée, deuxième roman de la série des Rougon-Macquart d'Emile Zola se déroule en 1851. Il dépeint les milieux enrichis et spéculateurs à Paris peu après le coup d'Etat de Louis-Napoléon Bonaparte. Ceci est:

    •   parfaitement exact
    •   faux
    •   partiellement exact: le roman se passe en 1869, peu avant la guerre
    •   La Curée est bien d'Emile Zola mais est un roman indépendant qui ne fait pas partie du cycle des Rougon-Macquart

    25 questions - 90 lecteurs ont répondu
    Thème : littérature française , rougon-macquart , xixème-xxème siècles

    Créer un quiz sur ce livre.