AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2355846030
Éditeur : Sonatine (06/04/2017)

Note moyenne : 4.08/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Pour n’importe quel passant, les rues, les places, les jardins de Melbourne possèdent un charme certain. Pour Darian Richards, chacun de ces lieux évoque une planque, un trafic de drogue, un drame, un suicide, un meurtre. Lassé de voir son existence ainsi définie par le crime, et uniquement par le crime, il a décidé, après seize ans à la tête de la brigade des homicides, de passer à autre chose. Une vie solitaire, plus contemplative.

Il accepte néanmo... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
sylvaine
22 avril 2017
Tony Cavanaugh un nom à retenir! Il est australien et L'Affaire Isobel Vine est son premier roman traduit en français, j'espère que d'autres le seront bientôt .
Darian Richards , l'ancien responsable du service des homicides de Melbourne a pris une retraite anticipée et vit désormais au bord d'un lac sur la côte de la Nouvelle-Galles du Sud . Il faudra l'arrivée de son ex-patron le commissaire Copeland pour le convaincre de reprendre du service. Copeland est l'une des personnalités les plus importantes de Melbourne, c'est aussi celui qui a pris Darian sous son aile, celui qui lui a appris son métier ,celui que Darian considère comme son père.
La situation est critique, Copeland veut prendre enfin sa retraite, il a plus de 75 ans, et Nick Racine doit lui succéder . Une ancienne affaire,vieille de 25 ans, non élucidée risque de refaire surface. Une jeune fille Isobel Vine avait été retrouvée morte dans sa chambre suicide, mort accidentelle? L'affaire avait été bâclée mais le nom de 4 jeunes flics y apparaissaient dont celui de Nick Racine lson successeur potentiel . Copeland vient donc chercher Darian Richards pour lui confier la mission de rouvrir l'enquête et de disculper Racine..Retour à Melbourne pour Darian, il y sera rejoint par Maria Chastain . Une enquête par un flic sur des flics , vous imaginez que cela ne sera pas une partie de plaisir mais quelle intrigue! Je me suis plongée dans ce roman et ne l'ai plus lâché . Il possède les ingrédients qui me plaisent , une intrigue qui tient la route , un enquêteur au charisme peu banal et en arrière plan la découverte d'un pays , d'une ville ici Melbourne .
Un très grand merci aux éditions Sonatine et à Babelio pour cette masse critique privilège , je me suis régalée ....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
Tostaky61
25 avril 2017
Les éditions Sonatine prennent un risque.
Annoncer, par un bandeau, que Tony Cavanaugh , l'auteur de L'affaire Isobel Vine, est le nouveau Connelly, il fallait oser. Et, quand ces mêmes éditions proposent à l'inconditionnel du grand Michael, que je suis, de découvrir le premier livre, de cet auteur, édité en France, là, c'est carrément jouer avec le feu.
Et bien, je vais vous dire, je ne vais pas chercher à comparer le style de ces deux écrivains.
Je vais juste vous parler de l'excellent polar que j'ai terminé en quelques heures.
C'est donc un flic australien que nous suivons. Darian Richards, ayant échoué dans la traque d'un tueur en série, a quitté ses fonctions et s'est retiré au bord d'une rivière dans le Queensland. C'est là que le commissaire Copeland Walsh vient le chercher afin qu'il reprenne une enquête non résolue sur la mort, vingt cinq ans plus tôt, d'une jeune femme retrouvée étranglée. Décès bien vite (trop vite) classé en suicide. Si le commissaire veut rouvrir le dossier, c'est que son successeur annoncé et, d'autres flics, avaient approché la victime et que, pour éviter un scandale, la lumière doit être enfin faite sur cette mort mystérieuse. Richards reforme son équipe pour une enquête compliquée, où les suspects sont nombreux et le danger permanent... l'ennemi est partout, même où on ne l'attend pas.
Si, grâce à Connelly, Los Angeles n'a plus de secret pour nous, c'est ici Melbourne et son passé criminel que nous invite à visiter Cavanaugh.
Point commun entre Hyeronimus, cher à Michael et Darian, le flic de Tony, l'obstination. Deux têtes de mule que rien n'effraie, ni les criminels, ni les hiérarchies ou les flics ripoux.
Une fin ambiguë laisse augurer d'une suite que j'attends avec impatience.
Cavanaugh adopte un style de narration particulière. A la première personne pour le personnage principal, mélangeant présent et flash-back, ou, dans un même chapitre, faisant intervenir, à tour de rôle chacun des protagonistes, original, déroutant et....efficace.
Un nouveau nom dans le monde du polar, ça ne peut pas faire de mal. Amateurs du genre, vous ne serez pas déçu.
Merci à Babélio et aux Editions Sonatine pour cette belle découverte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          251
Herve-Lionel
21 avril 2017
La Feuille Volante n° 1128
L'affaire Isobel VineTony Cavanaugh- Éditions Sonatine.
Traduit de l'anglais (australie) par Fabrice Pointeau.
Darian Richard, un ancien inspecteur principal qui a démissionné quatre ans plus tôt et qui s'est réfugié en ermite au bord d'un lac perdu, est retrouvé par le commissaire Copeland Walsh, chef de la police de Melbourne, son ancien patron. Sa démarche est simple, il veut la coopération de Darian pour élucider, par une enquêta rapide, la mort d'Isobel Vine, une jolie jeune fille de 18 ans, morte à la suite d'une fête donnée chez elle à Melbourne, une affaire pourtant « classée sans suite » pour éviter de trancher entre meurtre et suicide, sans doute à cause de la présence de quatre jeunes policiers qui participaient à cette soirée. L'ennui c'est que cette affaire remonte à 25 ans, qu'il y a des connotations politiques, qu'Isobel a été retrouvée nue et étranglée, semant des doutes sur les circonstances de cette mort, que le père de la victime a toujours cru à un assassinat à cause de la présence d'un riche trafiquant et que les flics suspects, devenus des citoyens respectables ont tous été promus, dont un qui espère succéder à Walsh en qualité de commissaire et qu'il faut, sur demande du ministère, laver de tout soupçon ! Ces nominations correspondent-elles au déroulement normal de leur carrière ou à une volonté délibérée d'oublier cet épisode de leur passé ? Tout cela risquait d'être compliqué, l'enquête initiale avait été bâclée, beaucoup de questions étaient restées sans réponse, le fait qu'elle ait été trouvée nue pouvait laisser penser un un jeu érotique qui aurait mal tourné, sans compter qu'elle avait auparavant et naïvement participé à un trafic de cocaïne à l'instigation d'un de ses professeurs qui était aussi son amant, ce qui justifiait la présence des policiers qui poursuivaient leur enquête. Pourtant, par amitié pour Copeland, Darian accepte, parce qu'il penche pour l'assassinat et qu'en découvrir l'auteur, même après tout ce temps, l'excite. Il constitue donc son équipe avec la belle Maria et Isosceles, l'as de l'informatique et des écoutes téléphoniques. La rapidité souhaitée par le commissaire incitera Darian et Maria à prendre des libertés avec la procédure et même avec la légalité...
Les embûches de tous ordres, les difficiles investigations après vingt-cinq ans de silence, la mort du coroner et de son adjoint, la rivalité entre les différents services de police, la corruption, le manque de preuves, les nombreux suspects, les rebondissements, les tentatives d'intimidation, voire d'élimination physique de ces policiers, la perte de mémoire naturelle ou volontaire et la version officielle apprise par coeur de ses événements par les différents témoins, vont rendre cette enquête à retardement difficile mais passionnante, baignée de suspense jusqu'à la fin. J'ai bien aimé les descriptions, les nombreux analepses et le style qui colle bien avec ce genre de thriller agréable à lire. Je l'aime bien aussi ce Darian, un vieux solitaire, misanthrope, rebelle, obstiné et méticuleux, autoritaire quand il le faut, épris de justice, fidèle en amitié mais aussi plein de blessures intimes et qui perd au cours de cette enquête ses dernières illusions.
Je remercie Babelio et les éditions Sonatine de m'avoir permis de croiser cet auteur que je connaissais pas et dont ce roman est le premier traduit en français.
© Hervé GAUTIER – Avril 2017. [http://hervegautier.e-monsite.com]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LeaTouchBook
13 avril 2017
Avis de Grybouille (Chroniqueur sur le blog Léa Touch Book) :
Grybouille, n'est pas romancier, ni scénariste, cela se saurait… Je vis à Montpellier.
« Non ce n'est pas Ton Pellier, c'est le Pellier de tout le monde », certains se reconnaitront…
Mais revenons à nos mout…, heu non, kangourous puisque notre découverte du mois est australienne et vous m'excuserez du peu mais sur le bandeau il est annoncé comme « le nouveau Michael Connelly ». Il ne va pas falloir mettre à coté…
L'auteur,
Tony CAVANAUGH est une surprise puisque ce polar est son premier roman édité en France. Les Éditions SONATINE ont eu le nez fin d'aller chercher une nouvelle plume dans ce pays continent car pour nous lecteur c'est du tout bon…
L'histoire,
Nous sommes en terrain connu, un ex-flic sur le fil du rasoir, une affaire non élucidée vieille de 25 ans, la drogue, l'argent, le pouvoir, la politique, des flics pourris, une jeune lycéenne retrouvée morte, c'est un cocktail explosif qui… va tenir ses promesses.
Les personnages,
Richards DARIAN, ex plus jeune Chef de la criminelle de Melbourne qui a claqué la porte pour se mettre au vert depuis 4 ans, attitude pas toujours comprise par ses collègues, suite à une enquête difficile ou à une séparation destructrice ?
Copland WALSH, son mentor, le Chef de la Police de Melbourne qui est venu le tirer de sa retraite pour élucider un meurtre vieux de 25 ans ;
Nick RACINE, le futur Chef de la Police sauf si… ;
Maria CHASTAIN, agent principal, le bras droit de Richards, détachée le temps de l'enquête ;
Casey LACK, le petit ami de Maria, peu recommandable… ;
ISOSSELES, l'as en informatique, vivant reclus dans son appartement mais toujours prêt à travailler avec Maria ;
Tyronne, le petit ami d'Isobel 19 ans à l'époque des faits ;
Eli VINE, le père d'Isobel qui ne croit pas aux conclusions de l'enquête ;
Brian DUNN, le beau prof d'Isobel ;
Dominique STONE, l'homme de pouvoir, riche et influant ;
Les trois flics inséparables et celui qui est parti ;
Et puis celle qui brille par son absence, Isobel VINE à 18 ans que faisait-elle dans cette affaire qui la dépassait dangereusement… Manipulée ?
Le style,
C'est son premier roman édité en France mais l'auteur est bien armé, l'alternance de l'action dans le présent et le passé pour conduire les rebondissements… La description des lieux, le « je » employé pour le personnage principal rend encore plus proche notre policier sur le retour, tout y est bien agencé, à sa place, du bonheur quoi... Enfin pour nous, lecteurs (trices), car pour les personnages…
Avis à la population, il y a un nouvel auteur qui ne demande qu'à être découvert et il le mérite, son nom Tony CAVANAUGH !
Et pour clore cette chronique faites comme Zach REEVES, le nouveau patron de la Crime « Continuez de sourire… »

Lien : http://leatouchbook.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
gruz
21 avril 2017
Il faut parfois se méfier des accroches commerciales. L'éditeur Sonatine ose annoncer que le personnage principal de Tony Cavanaugh se rapproche du Harry Bosch de Michael Connelly… Et bien, croyez-moi, ce Darian Richards tient la comparaison !
Maintenant que vous savez où vous mettez les pieds, autant vous dire de suite que l'auteur va vous faire danser. Il va vous guider tout au long de ces 520 pages sans jamais trébucher, avec un impressionnant sens du rythme.
Cavanaugh pioche dans les caractéristiques du Hardboiled d'outre-Atlantique – enquête, anti-héro, cynisme, désillusion, failles du système, frontière ténue entre bien et mal… – pour faire valser ses personnages (et nos dernières illusions).
Darian Richards, donc. Essayer, c'est l'adopter. le genre de personnage qui marque fortement les esprits. Un esprit libre, justement, aux méthodes peu orthodoxes pour faire passer la justice à tout prix. Un flic retiré des affaires, mais qui y revient pour enquêter sur des événements troubles, vieux de 25 ans. Persévérant pour ne pas dire têtu, il n'est pas du genre à mettre de l'eau dans son vin pour mener à bien L'affaire Isobel Vine. D'autant plus qu'elle met en cause l'institution policière… de quoi donner un vrai coup de pied dans la fourmilière (ce qui ne lui pose pas de problème, vu son caractère plutôt misanthrope).
Ça faisait un petit moment que je n'avais pas été aussi enthousiasmé par un tel (anti) héros « à l'américaine ». Il fallait bien être Australien pour damer le pion aux Américains sur leur propre terrain.
Tony Cavanaugh m'a bluffé de bout en bout. Un personnage ne peut pas vivre sans une plume enlevée. L'auteur nous entraîne dans une sarabande meurtrière par son écriture acérée, mélange de cynisme et de précision, où les dialogues font mouche. Une écriture parfaitement mise en valeur par la traduction de l'excellent Fabrice Pointeau. Proprement jubilatoire parfois (la truculente scène dans un restaurant français de Melbourne m'a fait bien rire).
Rarement une peinture des mécanismes d'une enquête policière n'aura été aussi poussée, sans jamais tomber dans la description. Tout y est minutieusement réfléchi, et chaque coin de rue remémore au personnage principal une affaire passée.
La construction est un modèle du genre (il fallait bien ça pour tenir la route sur plus de 500 pages) et l'alternance des modes de narration en « Je » et « Il » est parfaitement maîtrisée.
Tony Cavanaugh est une sacrément belle découverte et L'affaire Isobel Vine un bougrement bon polar, avec un personnage épatant qu'il nous tarde de retrouver. Mon seul regret, c'est que les lecteurs francophones prennent le train en marche, puisque c'est le cinquième roman de l'auteur, le premier traduit en français (mais sincèrement, ce n'est aucunement gênant pour la lecture).
Lien : https://gruznamur.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Citations & extraits (4) Ajouter une citation
fannyvincentfannyvincent25 avril 2017
La plupart des hommes désirent Maria dès qu'ils la voient, ils veulent la posséder, se l'approprier. La beauté est une aubaine, mais elle peut aussi être une malédiction quand on est entouré de demeurés néandertaliens.
Commenter  J’apprécie          00
Herve-LionelHerve-Lionel21 avril 2017
Comme tous les avocats, les policiers n'aiment pas poser des questions dont ils ne connaissent pas les réponses, mais, comme les avocats, et tout le monde sur la planète, parfois il faut juste faire un grand saut à l'aveugle, retenir son souffle et espérer le meilleur et non un retour de baton.
Commenter  J’apprécie          20
Herve-LionelHerve-Lionel20 avril 2017
Racine était grand, mince et musclé, ses cheveux noir de jais bien peignés formaient une mèche parfaite et étroite en travers de son long visage séduisant. Il avait les yeux verts et passait beaucoup de temps à sourire et à opiner du chef, comme s'il était d'accord avec tout ce que vous disiez. Il me faisait penser à un croisement entre Bill Clinton et Marcello Mastroianni.
Commenter  J’apprécie          30
fannyvincentfannyvincent22 avril 2017
Une ville de meurtres. C'etait ça, Melbourne. Et c'était là que Copeland voulait que je retourne.
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : littérature australienneVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1029 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre