AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2228904007
Éditeur : Payot et Rivages (2009)

Note moyenne : 3.25/5 (sur 4 notes)
Résumé :

C'est aussi parce qu'elle avait un physique ingrat que peggy guggenheim (1898-1979) fut toute sa vie en quête de beauté absolue. Riche héritière d'un père disparu prématurément dans le naufrage du titanic, elle fut certes une grande prêtresse de l'art contemporain, mais surtout une provocatrice à la sensualité débridée dont la trajectoire turbulente croisa celle des génies de son temps, d'er... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (4) Ajouter une critique
Lune
Lune24 août 2013
  • Livres 3.00/5
Véronique Chalmet nous livre ici la biographie de Peggy Gugenheim, muse ratée et mécène américaine au fait de l'art moderne de son temps.
Une vie placée sous le signe marquant de la disparition de son père mort « élégamment » lors du naufrage du Titanic, de relations familiales perturbées, d'un physique ingrat, d'un ennui existentiel l'amènera à devenir cette femme paradoxale et provocante en quête continuelle de reconnaissance.
Pour obtenir celle-ci, elle se tournera vers l'art moderne et deviendra un oeil pertinent qui lui permettra de constituer une collection que l'on peut admirer à Venise dans son palais puisqu'elle a eu la bonne idée d'associer ses biens à ceux de son rival en art et oncle Solomon Guggenheim.
Nous côtoyons tous les grands noms : Pollock, Max Ernst (qu'elle épousa et dont le portrait n'est guère flatteur), Marcel Duchamp, Calder, Samuel Beckett, John Cage... pour n'en citer que quelques uns.
S'il n'y avait cet aspect, la femme se révèle odieuse : égotiste, dominatrice, rivale acharnée, sodomasochiste, débridée sexuellement, méchante (Je cite : un ami styliste se meurt, elle n'ira pas le voir « à chacun son agonie » dit-elle !), manipulatrice, mère à distance et peu admirable (son attitude lors de la disparition de sa fille et ce qu'elle fit à son gendre est un modèle du genre), indifférente à son époque et à ses douleurs (sa réflexion lors de l'exode en dit long) arrangeuse de l'histoire dans ses mémoires, moralement douteuse... On appelle Freud, Jung, Lacan et tous les autres psychanalystes à la rescousse !
Bref une personnalité dont l'argent fut le nerf de la guerre en amitié, en amour et en affaires.
Comme quoi les choses que l'on peut admirer ne peuvent l'être qu'extérieurement (la collection), le dessous des cartes...


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Livrespourvous
Livrespourvous09 mars 2010
  • Livres 3.00/5
Même si nous sommes en été, inutile de vous précipiter hâtivement sur ces cahiers de vacances pour adultes, invention puérile, stérile et somme toute, un peu régressive d'un éditeur en mal de marketing, ou de reconnaissance (c'est un peu la même chose). Et depuis, comme les moutons de Panurge, de nombreux éditeurs le copient.
Ah, faut-il leur rappeler l'harangue de Danton : "de l'audace, encore de l'audace, toujours de l'audace !"

Bref, je vous conseille plutôt un bien meilleur achat : Peggy Guggenheim, un fantasme d'éternité.
Je vous rassure, cette biographie vaut largement mieux que son titre.

Pour la petite Peggy, tout débute à New-York. Son père Benjamin Guggenheim est mort le 15 avril 1912, à bord du Titanic. Et la vie de Peggy (1898-1979) se retrouve ainsi marquée du sceau de l'extraordinaire.
Cette existence parfois facile, souvent ardue, va traverser la vie artistique française de l'entre-deux-guerres. le monde de l'art fascine Peggy et elle ouvre des galeries à Paris et à Londres avec beaucoup de réussite.

Il faut dire que son palmarès de séduction est éloquent : Marcel Duchamp, Yves Tanguy, Samuel Beckett et même Max Ernst qu'elle épouse. Elle découvre entre autres, Mark Rothko et Jason Pollock.
Volontiers bisexuelle, Peggy a des amours bien compliquées que seule sa passion pour l'art sauve.

Bon, l'écriture de l'auteure, Véronique Chalmet n'est pas inoubliable et son côté Coco Chanel agace parfois. Mais elle réussit à restituer fidèlement toute cette émulation artistique qui inonda la France au cours des années 20 à 40.
Grâce à cette biographie, vous découvrirez à quel point la France était la terre d'accueil de l'art mondial. Cette période méconnue mérite cette exploration.

Et puis, Peggy a beaucoup promu l'art. Et par son entremise, Guggenheim est un nom qui demeure au firmament de la création.

Un samedi de juin dernier, en remontant dans un vaporetto le Grand Canal à Venise, je suis passé devant la fondation Guggenheim, palais et résidence de Peggy, de 1949 à sa mort en 1979. Beaucoup de monde visitait ce jour-là ses collections. Je me suis dit : voici une vraie preuve d'éternité !

Lien : http://livrespourvous.center..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
paulotlet
paulotlet11 mai 2016
  • Livres 2.00/5
Voilà vraiment un bouquin qui n'a pas trouvé le ton juste. Une biographie du personnage assez odieux de Peggy Guggenheim, séductrice richissime, égoïste et autodestructrice qui, à force de côtoyer tout ce qui comptait dans le monde de l'art contemporain a fini pas construire une collection qui vaut le détour. Assez mal écrit, le récit s'embarrasse de myriades de détails insignifiants ou inutiles, répète à l'envi la description des frasques de l'insupportable héritière. On oscille sans cesse entre la biographie romancée et le travail à prétention historique sans réussir ni l'un ni l'autre tant l'auteure imagine sentiments et mobiles de son personnage tout en ne parvenant pas à donner une vraie dimension littéraire à son texte. En fait, j'ai eu l'impression qu'il s'agissait d'un travail de commande, un livre de mercenaire de la plume, tiré à la ligne, croustillant et finalement assez peu intéressant.
Commenter  J’apprécie          20
Mlb
Mlb11 août 2013
Quelle vie passionnante grâce a la rencontre de tous ces artistes contemporains !
Commenter  J’apprécie          10
Citations & extraits (1) Ajouter une citation
paulotletpaulotlet14 mai 2016
Le temps passe et repasse en boucle, dans le cercle sans fin des existences suspendues. C'est la première fois que Peggy contemple la mort d'aussi près. Du bout des doigts, elle touche légèrement la joue de John.
"Il ne s'est même pas rasé ce matin..."
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Véronique Chalmet (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Véronique Chalmet

Dans la tête des tueurs - Véronique Chalmet sur Animusique
Interview de Véronique Chalmet par Jean Davy pour Animusique, à propos du livre Dans la tête des tueurs - Portraits de profilers. Pour la première fois, les témoignages des vrais profilers...
>Arts>Arts : généralités>Galeries, musées, collections d'art (42)
autres livres classés : biographieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
258 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre