Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2213666296
Éditeur : Fayard (2012)


Note moyenne : 2.25/5 (sur 8 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Quatre femmes, un enterrement.
Quatre rivales qui se sont partagé le même homme, peintre de renom auquel le monde de la culture vient rendre un dernier hommage. Comment vont-elles se tenir? Il y a tant à se disputer dans l’héritage intellectuel et a ectif d’un... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (3)

> Ajouter une critique

    • Livres 2.00/5
    Par AmandineMM, le 04 juillet 2012

    AmandineMM
    2,5 étoiles
    Quatre femmes, un enterrement. Quatre rivales qui se sont partagés le même homme, peintre de renom auquel le monde de la culture vient rendre un dernier hommage.
    L'intrigue, résumée dans ces premières lignes de la quatrième de couverture, est assez simple et pourrait se résumer en un mélodrame enchaînant les scènes tragiques et/ou ridicules : ce n'est heureusement pas le cas. Florence Chapiro profite plutôt de cette réunion forcée pour dresser plusieurs portraits féminins, dans leurs rapprochements, leurs différences, leurs nuances et les traces du temps passé. de l'annonce de la mort à l'enterrement, puis au nouveau départ de vie, ces femmes qui ont aimé le Maître vont en effet devoir se revoir, se côtoyer et faire leur deuil, chacune à leur façon.
    Chacun de ces portraits est dressé à travers le regard d'une de ces femmes, dite « la favorite », c'est-à-dire l'élève préférée, celle qui a ensuite trahi le Maître : ce point de vue est assez lucide, tout en restant subjectif. Cela se marque notamment dans l'expression des sentiments, qu'elle ne peut que deviner chez les autres, et par le peu d'informations livrées sur elle-même : elle développe ses sentiments en aparté, pour le lecteur, mais ne semble pas participer aux conversations qu'elle relate, toujours en retrait des confidences. C'est un des éléments qui m'a déplu chez cette narratrice que j'aurais aimé mieux connaître. Les autres femmes sont assez différentes de la première et les unes des autres, comme le reconnaît la « Veuve », l'officielle, à travers une métaphore culinaire :
    D'une certaine façon, on pourrait dire que j'étais le macaron [classique] au chocolat de Pierre. Camille, c'est le machin des jours de fête, genre rose-framboise. Toi, je ne sais pas ce que tu es. [pp. 161-162.]
    La seconde femme évoquée, Camille, est la plus mystérieuse et la plus fascinante, le modèle préféré du peintre. Enfin, reste Rebecca, la « dernière », la plus jeune, celle qui n'a pas encore eu le temps d'être déçue. Toutes ces voix féminines forment un ensemble harmonieux, parfois discordant malgré tout, et créent un récit agréable.
    Ce fut donc pour moi une lecture agréable et fluide, qui s'inscrit bien sûr dans mon ABC au féminin, mais malheureusement sans plus : j'ai la sensation que Florence Chapiro n'a pas encore créé son style avec ce premier roman, qu'il y manque « quelque chose » qui la caractériserait. J'espère le trouver dans ses prochains textes.

    Lien : http://minoualu.blogspot.be/2012/07/les-favorites-florence-chapiro.h..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 1.00/5
    Par arabelle, le 17 octobre 2012

    arabelle
    Je n'ai pas aimé !
    L'idée de départ est pourtant originale, mais je me suis ennuyée tout le long.....
    Quatre femmes qui ont aimé le même homme, se retrouvent pour son enterrement.
    Le portrait de ces femmes est ennuyeux, et peu détaillé.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

  • Par Emisci, le 07 février 2013

    Emisci
    J'ai du passer à côté de quelque chose.. Dommage ça commençait pas si mal...mais bof, très conventionnel, laborieux..ennuyeux. Bon en gros je le conseille pas.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

> voir toutes (2)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par elegrid1, le 23 juin 2012

    "ça ne te dérange pas, la reconnaissance sociale ? On dirait que tu fais carrière, maintenant . J'ai l'impression qu'on parle de toi dans les journaux comme d'un avocat d'affaires . Un artiste, ça ne doit obéir à rien ni à personne . Une fois qu'on a perdu la liberté de créer, on est comme mort à l'intérieur ."

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

  • Par elegrid1, le 23 juin 2012

    Rebecca ne s'est pas asséchée, il manque à ses courbes la nervure du temps, et tout retombe à plat sans s'être jamais hissé au bon niveau .On la regarde comme ces gâteaux crémeux, trop gras et sans saveur . C'est joli, dans la vitrine, mais une fois dans la bouche ils ne procurent aucun plaisir .

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

> voir toutes (1)

Video de Florence Chapiro

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Florence Chapiro

Florence Chapiro - Les favorites .
Florence Chapiro vous présente son ouvrage "Les favorites" aux éditions Fayard. Rentrée littéraire 2012.http://www.mollat.com/livres/florence-chapiro-les-favorites-9782213666297.htmlNotes de Musique : Rameau - Pie?ces de clavecin en concerts - 1 - La Pantomine








Sur Amazon
à partir de :
13,80 € (neuf)
6,89 € (occasion)

   

Faire découvrir Les favorites par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz