Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2266127039
Éditeur : Pocket (2004)


Note moyenne : 4.16/5 (sur 1120 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Pas plus que sa jeune assistante, l'inspecteur-profileur Brolin ne pense que les serial killers reviennent d'outre-tombe. Fût-il le monstrueux bourreau de Portland qui étouffait et vitriolait ses victimes avant de les découper avec précision.

Mais le bou... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (128)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par garrytopper9, le 17 juin 2014

    garrytopper9
    Mon premier Maxime Chattam ! Oui, depuis le temps que j’en entends parler, j’avais hâte et en même temps un peu de crainte.
    Après de nombreuses hésitations, mon choix s’est porté sur l’âme du mal, le premier livre de Maxime Chattam sous ce pseudonyme, le tout premier étant Le cinquième règne sous le pseudonyme de Maxime Williams.
    J’aime beaucoup les intrigues policières sombres, glauques et malsaines, et lorsque j’ai lu le résumé de ce livre, j’ai été immédiatement emballé. Dans le même genre, j’aime beaucoup Franck Thilliez, les deux auteurs sont d’ailleurs très proches.
    Le livre fait un peu plus de 500 pages et après avoir passé le prologue et les deux premiers chapitres a un rythme effréné, les choses se calment un peu puisqu’on se retrouve un an plus tard. C’est a ce moment là que l’histoire principale démarre vraiment et prends un rythme assez tranquille pendant approximativement 150 pages.
    L’auteur prends le temps de bien détailler les personnages, afin que nous comprenions complètement leur psychologies. Ce n’est que vers la moitié du livre que les choses sérieuses commencent vraiment, le jeu de pistes est bien lancé et les tableaux s’enchainent rapidement et quelques personnages secondaires prennent un peu plus d’importance.
    L’histoire tient parfaitement la route pendant tout le livre, il n’y a pas d’incohérence et on sent bien que l’auteur prends un soin tout particulier à ne laisser aucun détail au hasard. D’ailleurs a certains moment ma lecture s’est retrouvé un peu ralentie car il y avait trop de détails techniques, qui pour la plupart ne servent pas a grand chose. J’avais parfois le sentiment de me retrouver en face d’un épisode des experts, série que je déteste par dessus tout. Les analyses de terre sous une chaussure, l’analyse ADN ou bien les explications sur le fonctionnement de certains composés chimiques était certes très intéressant, mais trop nombreux et trop lourd.
    En fait, ce livre doit plaire vraiment a ceux qui n’ont jamais lu de polar ou de thriller. J’ai eu l’impression que l’auteur partait du postulat que le lecteur n’y connaissait rien. Hors, lisant beaucoup de polars et thrillers (Frank Thilliez, Karine Giebel, Harlan Coben pour ne citer qu’eux) je n’était pas néophyte en la matière.
    Le livre est également un peu vieux, datant de 2002, je pense que si je lisait un de ces derniers livres de 2013 ou 2014, le style serait moins lourd et moins rébarbatif.
    Attention, ça ne veut pas dire que je n’ai pas aimé ce livre bien au contraire. Il a juste quelques petit défauts, largement compensé par la qualité du scénario et la construction des personnages. Et puis, pour un premier livre, il y a tout de même un sacré niveau !
    Lut en seulement quelques jours, mon premier "Maxime Chattam" est une vraie réussite, je pense tester un de ses autres livres plus récent comme La conjuration Primitive ou alors dans un univers différent, commencer la saga Autre monde avec L’alliance des trois.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          8 57         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Colette, le 24 mai 2013

    Colette
    Voilà un thriller comme je n'en avais pas lu depuis longtemps!
    J'ai découvert ce premier tome de La trilogie du mal grâce à Babelio. J'ai vu les lecteurs en parler avec un tel engouement que maintenant je comprends pourquoi.
    Nous découvrons le personnage de Joshua Brolin, jeune inspecteur qui enquête sur une série de meurtres produite par un monstre ayant pris la relève du bourreau de Portland, alors que celui-ci est mort.
    On assiste aux différentes étapes de l'enquête, en accompagnant Brolin pendant ses réflexions, ses découvertes, jusqu'à l'enquête de terrain, en passant par les autopsies qui sont selon moi assez instructives.
    Maxime Chattam a l'art de donner beaucoup de profondeur à ses personnages et on s'y attache très rapidement. de plus, en parallèle à l'enquête nous découvrons l'histoire d'amour du jeune inspecteur, ce qui approfondit la part de mystère de ce personnage.
    Un grand merci à Babelio pour cette découverte coup de coeur et je remercie également les babeliautes pour leurs critiques qui m'ont donné envie de le lire.
    En refermant ce roman, j'ai vite enchaîné sur In tenebris, le deuxième tome de la trilogie.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 34         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par tousleslivres, le 23 juin 2012

    tousleslivres
    Je ne le dirais pas assez, j'adore Maxime Chattam !!! et cette relecture est pour moi une vraie joie.
    En effet cette trilogie du mal m'a été offerte il y a presque 3 ans, je n'avais pas résisté à lire ces trois titres dès que je l'ai eu en main et maintenant, presque trois ans après, je m'y replonge avec grand plaisir.
    C'est pour cela que dès que j'ai vu cette lecture commune sur Livraddict je n'ai pas hésité à l'inscrire, j'avais peur que le temps me manque pour le lire, mais en fait, je n'ai fait qu'une bouchée, l'Âme du mal est un bijou !!! et pour la second fois j'ai un coup de cœur pour ce titre !!!
    Ce livre ce compose de trois parties :
    La première est très courte, elle fait le récit du sauvetage de Juliette Lafayette qui est sauvée in-extrémiste par l'inspecteur Josh Brolin, ce dernier tue (pour la première fois de sa carrière) Leland Beaumont.
    La seconde partie se situe un an après cette affaire.
    Des meurtres ont lieu et on découvre qu'ils ont la même signature et le même mode opératoire.
    C'est encore Brolin, un ancien du FBI, qui va mener cette enquête. IL a quitté le FBI pour pouvoir exercer ses talents de profiler a préféré quitter le FBI pour aller travailler pour la police de Portland, il va être confronté à différentes enquêtes, il enfin pouvoir réellement faire ce pour quoi il est entré dans la police. En effet au FBI, on ne lui avait donné que des cas secondaires, il ne travaillait que sur dossier, il n'allait jamais sur le terrain, chose qui est indispensable dans son travail de profiler. Dans cette nouveme fonction, à Portland, il sera secondé par un policier en tenue, mais on va lui "coller dans les pattes" Bentley Cotland, le neveu de l'Attorney Gleith, il n'y connaît rien, il est jeune et juste pistonner par son "tonton".
    On retrouve Juliette qui a repris des études... elle aimerait entrer au FBI, elle étudie la psychologie criminelle.
    Tout va se compliquer énormément quand, après le premier meurtre, on découvre que toutes les preuves et toutes les déductions se tournent vers Leland Beaumont, mort et enterré un an auparavant... C'est forcément un copieur. Juliette est en danger, elle est la seule rescapée du tueur et Brolin pense qu'il va essayer de finir ce qu'il a commencé.
    Tout se complique encore plus quand la police reçoit une première lettre du tueur, il y en aura d'autre. Dans ces lettres, le tueur donne des explications et surtout un extrait d'un livre, qu'il va falloir trouer de quel livre il peut avoir été extrait. Brolin sait que Leland n'est pas assez intelligent pour écrire et recopier ce genre de texte, il en déduit qu'ils sont deux, un tueur et un corbeau...
    La troisième partie commence quand Brolin découvre que le cercueil de Leland est vide...
    Juliette et Brolin vont s'aider mutuellement malgré que Juliette ne soit pas professionnelle, car ces enquêtes leurs sont intimement liées.
    Maxime Chattan donne beaucoup d'explication sur la psychologie des tueurs, il ne fait pas qu'écrire un thriller, il nous fait vivre des enquêtes comme si nous y étions avec tous ses détails et ses astuces.
    Un très bon thriller, une très belle relecture pour moi, même si je connaissais la fin ce fut un vrai plaisir.
    En 2000, il s'attelle à la rédaction de L'Âme du mal qu'il achève à l'automne 2001 et qui est publié en 2002 par Michel Lafon.

    Lien : http://tousleslivres.canalblog.com/archives/2012/06/23/24434720.html
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 29         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Sesheta, le 15 janvier 2009

    Sesheta
    1er volet de La trilogie du mal de Maxime Chattam, qui représente le TOP du thriller avec tueur en série. J'ai accroché tout de suite. Une lecture indispensable pour tous les amateurs du genre !

    Commenter     J’apprécie          0 35         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Yunali, le 10 mars 2013

    Yunali
    J'ai mis un peu de temps à lire ce livre, mais pour des raisons extérieures à celui-ci… Mais je ressors de lecture plus que ravie !
    L'histoire est plutôt ‘simple' pour un thriller, le jeune inspecteur Joshua Brolin se retrouve à enquêter sur l'affaire du Bourreau de Portland, tueur en série qui a une signature assez unique pour marquer ses crimes, il découpe les membres de ses victimes, et fait fondre leur visage à l'acide.
    Passés ces détails sordides, l'inspecteur Brolin doit chercher qui a fait cela, comprendre pourquoi. C'est une de ses spécialités : le profiling.
    J'ai d'ailleurs beaucoup pensé à diverses séries télévisées traitant du même sujet (telles que Profiler ou plus récemment Esprits Criminels). Je voyais bien notre cher Joshua Brolin intervenir à la place de ces héros.
    Le parallèle ne m'a pas dérangé du tout, au contraire les séries télé au moins donnaient déjà une base pour bien comprendre le travail de Brolin et ses recherches.
    Brolin est aussi très souvent sur le terrain, il ne reste pas tout le jour assis à son bureau pour réfléchir.
    J'ai beaucoup aimé ce personnage, on s'y attache très vite. C'est quelqu'un de très complexe, qui se dévoile un petit peu au fil des chapitres.
    Et pour ne pas le laisser seul ‘héros' de ce livre, il y a Juliette Lafayette. J'ai beaucoup aimé cette jeune étudiante, dynamique, battante, intelligente et futée.
    Elle aurait pu être l'une des ‘victimes' du Bourreau de Portland, mais elle fût sauvée par Joshua Brolin qui tua le serial killer.
    Ce lien qui s'est créé entre eux à ce moment là sera précieux pour la suite de l'histoire, car si Juliette réapprend à vivre après ce qui lui est arrivé, tout bascule quand Joshua et ses collègues de la police découvrent que le fameux Bourreau serait peut-être de retour… malgré le fait que cela est invraisemblable puisque Joshua l'a tué ! Il y aurait donc un « Fantôme » pour reprendre là où le Bourreau s'était arrêté.
    Le suspens est bien mené tout au long de ces plus que 500 pages, et j'avoue m'être bien prise au jeu et je me suis longtemps posé des questions sur l'identité du meurtrier.
    J'ai d'ailleurs trouvé l'histoire bien construite, on a peu de répit, il se passe régulièrement quelque chose pour ne pas laisser les policiers (et le lecteur) se reposer trop longtemps.
    Malgré quelques explications scientifiques et techniques qui peuvent parfois être un tantinet longuettes, cela apporte un côté très réel aux crimes commis… Et là on rend compte que ce n'est pas que de la fiction… malheureusement.
    D'ailleurs l'auteur lui-même signale dans le mot qu'il adresse aux lecteurs que ce qu'il raconte s'appuie sur des faits réels. Je déconseillerai donc ce livre aux âmes trop sensibles.
    En tous cas je suis ravie car j'ai découvert un excellent auteur de thriller ! Je ne manquerai pas de lire d'autres livres de Maxime CHATTAM, à commencer par le reste de La trilogie du mal !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 17         Page de la critique

> voir toutes (56)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par katix, le 12 novembre 2014

    [...] il en vint à penser que nous ne dormons pas seulement pour nous reposer. Mais également pour mieux vivre, pour guérir nos malheurs. Finalement, le sommeil adoucit les peines, il fait perdre leur consistance aux maux et transforme une réalité en souvenir.
    Le sommeil est peut-être le seul vrai sanctuaire de quiétude dont dispose l'homme, se dit-il.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par katix, le 12 novembre 2014

    C'est là le premier réflexe de tout bon croyant, rechercher la volonté divine derrière la cruauté quotidienne. Trouver une excuse à l'inexcusable, une raison de continuer à croire.

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par Lefso, le 08 janvier 2012

    Kate poussait un Caddie auquel Josh essayait de s’agripper comme l’un de ces gangsters qu’il avait vus à la télé monter sur le marchepied d’une antique voiture. En passant devant la longue allée de jouets, l’enfant tira sur la jupe de sa mère.
    — Dis, je voudrais regarder les jouets, maman, je peux, hein, dis, je peux ?
    Kate soupira. Les courses étaient toujours pour elle une corvée, déambuler sans fin entre ses rayonnages immenses, tout ça pour choisir un article parmi cent autres quasi identiques... Elle repensa à Stephen qui lui demandait de ne pas oublier de prendre de la glace et la perspective du barbecue de ce midi lui mit du baume au cœur. Les Salinger venaient déjeuner, Dayton et Molly qu’elle n’avait pas revus depuis près de deux ans étaient enfin de retour dans la région. Revigorée à cette idée, humant déjà le parfum des hamburgers en train de cuire et le plaisir de revoir ses amis d’adolescence, Kate se sentit de bonne humeur.
    Josh tira de nouveau sur sa jupe dans l’attente d’une réponse. Elle allait lui reprocher d’insister quand il fit sa moue de petit enfant suppliant.
    — S’il te plaît maman, promis, je regarde seulement, je reste ici...
    De part et d’autre de l’allée, des chariots défilaient au ralenti comme sur une autoroute saturée aux heures de pointe.
    Josh fixait sa mère de son regard implorant.
    « Je ne supporte pas quand il me fait cette tête », pensa-t-elle.
    N’ayant aucune envie de s’embarquer dans de quelconques réprimandes ou jérémiades qui se solderaient de toute manière par un Josh boudeur pour le reste des courses, Kate haussa les épaules. Elle avait surtout hâte d’être de retour chez elle, de s’installer tranquillement dans le petit jardin, de retrouver ses amis. « Je pourrais filer entre les rayons plus rapidement et finir la corvée des courses plus vite si je le laisse ici », pensa-t-elle.
    — OK, tu peux m’attendre ici, mais je te préviens, tu ne fais pas de bêtises et tu ne bouges pas du rayon
    jouets. Et je ne t’achète rien, que les choses soient claires.
    Josh hocha la tête avec joie sans s’alarmer sur cette dernière phrase. C’était toujours comme ça, mais au final
    il pourrait peut-être avoir un petit quelque chose, en insistant bien, quand Kate reviendrait avec un Caddie chargé et l’envie de rentrer le plus vite possible. Il commençait déjà à partir vers les figurines en plastique quand sa mère l’appela :
    — Hey, super-bonhomme, tu ne fais pas un petit bisou à ta maman ?
    Josh revint sur ses pas, un rictus espiègle au coin de la bouche, et embrassa Kate rapidement sur la joue, puis il s’en retourna vers les effigies de ses héros.
    Kate Phillips, jeune mère d’à peine vingt-trois ans, regarda son fils s’éloigner en souriant.
    Elle ne le revit jamais
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la citation

  • Par garrytopper9, le 15 juin 2014

    Durant toute notre existence, nous marchons sur le trottoir d’une grande ville et nous croisons des hommes ou des femmes complètement instables, dérangés. Mais nous ne le savons pas. Nous ne les voyons pas, bien qu’ils existent, parfois très proches de nous.

    Commenter     J’apprécie          2 31         Page de la citation

  • Par garrytopper9, le 17 juin 2014

    Brolin se pencha pour lui fermer les paupières.
    Durant les premières secondes, il avait cru qu’elle était vivante. Terrorisée mais vivante.
    Brolin avait eu l’illusion qu’elle le suivait des yeux, à la manière d’une Joconde funèbre qui darde son regard dans le vôtre où que vous soyez dans la pièce.

    Commenter     J’apprécie          0 24         Page de la citation

> voir toutes (47)

Videos de Maxime Chattam

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Maxime Chattam

Maxime Chattam: Les rumeurs du net du 28/05/2014 dans A La Bonne Heure








Sur Amazon
à partir de :
5,00 € (neuf)
2,13 € (occasion)

   

Faire découvrir L'âme du Mal par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (2541)

> voir plus

Quiz