Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2266143751
Éditeur : Pocket (2005)


Note moyenne : 4.12/5 (sur 738 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :

Une ombre inquiètante rôde dans les forêts de l'Oregon, là où se passent parfois des choses dont nul homme ne devrait rien savoir. C'est d'abord un employé de l'environnement qui est retrouvé mort, le visage horrifié. Aucune trace du criminel... Dans le même tem... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (70)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par isajulia, le 03 mai 2013

    isajulia
    Pour ce tome final de La trilogie du mal, dernière enquête commune d'Annabel et Joshua, on peut dire que le menu est des plus affriolant.
    Dans les forêts de l'Oregon, pendant l'été 2002, un homme est retrouvé mort, une expression de terreur sur le visage. La victime n'est autre que Fleitcher, le frère de Larry Salhindro, ancien collègue de Joshua Brolin quand il était flic à Portland.
    Suite à des recherches infructueuses, des disparitions mystérieuses se produisent. Toutes les victimes sont embaumées dans un cocon de soie d'araignée avec cette expression de peur, seul fil commun qui relie les cadavres entre eux. le bruit d'une invasion d'araignées venimeuses se répand comme une traînée de poudre dans la ville. Joshua et Annabel prennent l'enquête en main et vont se retrouver à courir après un meurtrier peu commun...
    Etant arachnophobe, ce livre m'a fait flipper avec un grand F. Très différent d'In Tenebris, Maléfices est aussi bien construit et l'horreur monte crescendo. Chattam sait parfaitement comment mettre la pression et il ne s'en prive pas, ce dernier opus est digne des deux autres. le mode opératoire des meurtres est un peu moins gore mais tout aussi vicieux. On peut toujours s'accrocher à essayer de deviner qui est le tueur, le récit nous tient en haleine jusqu'au moment fatidique ou le barjo est démasqué.
    J'ai adoré ce livre. Je vous cache pas que j'ai eu quand même des sueurs froides. C'est psychologique, en général quand je vois une araignée, je pousse un cri comme celui de Coluche dans La vengeance du Serpent à Plumes. Alors là, avec un peu plus de 640 pages sur ce thème et j'ai failli tourner de l'oeil plus d'une fois. Comme on dit, le seul moyen de guérir ses peur c'est de les affronter donc je me suis éclatée à lire ce super polar qui tape dans le mille par son sujet original. A lire!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          8 33         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par belette2911, le 09 juin 2012

    belette2911
    Il était une fois, dans une clairière au fin fond d'une forêt sauvage... Non, pas une belle princesse, mais tout simplement le cadavre d'un employé de l'environnement (qu'est-ce qui est vert et qui pue au fond des bois ? Un écolo mort), figé pour l'éternité dans une mimique de terreur. Et si je vous en parle, c'est parce qu'on vient de le retrouver et que c'est le point de départ de l'enquête...
    Vous en voulez un peu plus pour aiguiser votre appétit du gore ? La base de son cou est enflée, comme s'il portait trace d'une morsure d'animal. Un vampire ? Non plus.
    Peu après, suite à des indications anonymes, c'est un second cadavre que les policiers découvrent en pleine nature (délation, quand tu nous tient), soigneusement emballé dans ce qui ressemble à un cocon de toile d'araignée, le visage recouvert d'une expression d'horreur. Spiderman serait-il un tueur en série ?
    En ville, de nombreuses personnes sont mordues par des araignées venimeuses. Une peur panique déferle alors : quel dangereux psychopathe se cache derrière ces actes monstrueux ?
    Joshua Brolin, détective privé et Annabel O'Donnel, de la police de New-York, prennent l'enquête en main et se lancent à la poursuite de Peter Parker... Mais non, Spiderman n'a pas viré du côté obscur de la Force ! Il est innocent.
    Jean-Marie Bigard m'avait fait rire avec sa peur panique des chauves-souris.
    Chattam a failli faire de moi une arachnophobe ! Ce que je ne suis pas. Mais encore un peu, et j'aurais hurlé à la moindre malheureuse araignée croisée. Sacré tour de force de la part de l'auteur...
    Cet troisième opus a aussi le morbide quicolle aux pages, le glauque qui dégouline des chapitres, ce que j'aime.
    Les descriptions de cadavres sont un must pour moi (non, je ne me soigne pas), l'auteur m'a emmené avec lui dans les salles d'autopsie, aux côtés de médecins légistes, l'odeur de putréfaction en moins.
    Les descriptions sont crues, oui, âmes trop sensibles, passez des pages, descriptions assez techniques (embêtant pour le lecteur qui n'aime pas trop les détails, un régal pour ceux qui sont aussi malade que moi).
    Bref, une fois de plus, c'est un ticket aller-simple vers l'Enfer, l'Horreur, l'Insoutenable et tout le reste qui macère dans le glauque. J'adore. J'ai adoré le livre et la trilogie m'a donné mon quota de sueurs froides, d'interrogations, de questions, de creusement de méninges pour tenter de découvrir le pourquoi du comment, mais peine perdue, j'y suis pas arrivée.
    Chattam nous offre une intrigue sophistiquée et pas piquée des vers. Beaucoup de science aussi, mais ce n'est pas un problème pour moi, j'ai toujours aimé les sciences.
    La cerise sur le gâteau : le tueur en série est un quelqu'un qui prendra la peine de vous faire vivre sa scène de crime, avec tous les détails qui vont avec. Mais pourquoi emballe-t-il les corps dans des cocons d'araignées et les place-t-il à proximité de l'eau ?
    Entre nous, vous saviez que le fil d'une araignée était aussi solide, vous ? Pas un tout seul, mais des milliers vous donnent quelque chose de très solide. Spiderman vous le confirmera... et Brolin vous réalisera le profilage du tueur.
    De nouveaux un roman où le mystère, l'enquête, l'énigme m'ont plus que captivée. Difficile de poser le livre sans aller jusqu'au bout.
    Fin passionnante et cette trilogie m'a vraiment séduite, conquise.
    J'vous avais déjà dit que j'ai douté tout au long de l'identité du tueur ? Non ? Et bien, c'est fait.
    Extra cette trilogie pour tous les passionnés des scènes de crimes et des criminels tendance "barjo".

    Lien : http://the-cannibal-lecteur.jimdo.com/4-romans-policiers-contemporai..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 26         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Colette, le 28 décembre 2013

    Colette
    Si vous êtes arachnophobes et que vous voulez vous faire une petite frayeur...sautez sur ce roman!
    Je l'ai lu il y a quelques mois maintenant mais mes souvenirs sont toujours aussi intacts tellement l'histoire m'a marquée.
    Je suis tellement triste d'avoir terminé cette fabuleuse trilogie!! J'aurai voulu qu'elle ne s'arrête pas tellement je l'ai adoré!
    Ce dernier tome de La trilogie du mal met en scène le fameux duo Joshua Brolin et Annabel O'Donnel.
    Ils enquêtent cette fois-ci sur de mystérieux meurtres où les corps sont soigneusement vidés pour être ensuite enveloppés dans un cocon de soie à la manière d'une araignée géante. de plus, la phobie va vite se répandre lorsque des veuves noires s'introduisent en pleine ville dans les domiciles des gens.
    Mon roman préféré de cette trilogie reste In Tenebris, mais ce roman-ci est également excellent. C'est un plaisir de retrouver notre duo d'enquêteurs.
    J'ai aimé découvrir la maturité et la force de caractère que le personnage de Brolin s'est forgé depuis le premier tome.
    Les scènes d'angoisse et le suspense sont toujours aussi présents. Comme d'habitude je me suis posée plein de questions pendant ma lecture en soupçonnant tour à tour le meurtrier. Je ne me suis ennuyée à aucun moment. C'est encore selon moi une pure réussite de l'auteur.
    Une trilogie culte à ne surtout pas rater!!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 25         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par tousleslivres, le 03 septembre 2012

    tousleslivres
    Voilà, avec ce dernier opus, encore une relecture. La trilogie du mal se finit sur une touche très effrayante, pour ceux et celles pour qui les araignées sont une phobie, j'en fait un peu partie tout de même. Personnellement j'ai trouvé ce dernier tome le meilleur des trois !!!
    Le frère de Larry Salhindro, Fleitcher Salhindo travaillait pour l'agence de protection de l'environnement (EPA) est retroué foudroyé par le peur. Larry va faire appelle à Brolin, ce dernier va prendre en charge Larry et va enquêter. L'autopsie du frère va révéler qu'il a été mordu par une araignée, ce qui n'est pas si rare que ça dans la forêt du mont Hood. Mais ce qui n'est pas normal en cette saison en conclura le légiste. Mais le profite psychologique du tueur va totalement échapper à Brolin, comme s'il n'était pas humain...
    Ce qui va compliquer l'enquête, c'est le message qu'a laissé le tueur sur le répondeur du capitaine Chamberlain. Il dit que ce n'est que le début et qu'il sait où sont les araignées plus grosses que celles-là...
    Brolin avait été inspecteur à Portland. Il avait démissionné de la police pour se mettre à son compte en tant que détective privé. Maintenant, il vit sa solitude sans le mensonge de la civilisation dans la forêt, c'est une retraite qu'il a choisi. Il a toujours Saphir, le chien qu'il a adopté cinq mois plus tôt dans le tome 2 « Inténébris ». C'est un croisement entre un chien-loup et un Labrador. Brolin va annuler son voyage pour New-York où il devait retrouver Annabel. Ils ne se sont pas revu depuis cinq mois maintenant. Mais Annabel ne se démonte pas, elle vient à la demande de Larry pour aider Brolin. Entre brolin et Annabel c'est créé une osmose lorsqu'ils travaillent ensemble. Ils l'avaient expérimenté lors de l'enquête sur Caliban et sa secte.
    Dans ce dernier épisode, on va retrouver Anthony Desvaux et sa fameuse collection extraordinaire de livres. Brolin n'était pas revenue chez Anthony depuis trois ans. Anthony avait joué un rôle important dans l'affaire du fantôme de Portland dans « L'âme du Mal ».
    Comme je le disais plu haut, c'est le tome que j'ai préféré, il est comme je les aime, très fort et puissant dans les mots et les émotions. Comme les autres opus, Maxime Chattam nous fait lire à une vitesse extraordinaire... les pages défilent à une vitesse pas croyable... de plus, l'auteur nous conduit jusqu'à un certain point, puis il sait faire volte face pour nous emporter là où nous ne l'imaginions pas une seconde. Tout est dans l'art du retournement de citation !!!
    J'adore cette fin, qui n'est pas vraiment une... tout est encore possible, tout n'est pas fini et tout peut encore recommencer, j'adore !!!
    Maxime Chattam sait s'entourer de spécialistes pour être documenté à la perfection. J'ai ressenti beaucoup de recherches et une grande maîtrise des sujets tout au long de cet opus (ainsi que des autres titres).
    Un vrai, on très bon thriller, une histoire qui marque !!!

    Lien : http://tousleslivres.canalblog.com/archives/2012/09/02/24966283.html
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 18         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Yumiko, le 02 septembre 2012

    Yumiko
    Nous voilà arrivés au dernier tome de cette trilogie haute en couleur. le récit reste de qualité avec une enquête palpitante et complexe. Je n'ai vraiment pas eu le temps de m'ennuyer et les quelques 600 pages de ce livre ont défilé à une vitesse phénoménale. C'est avec une avec une certaine nostalgie que j'ai dit au revoir à Joshua, personnage attachant qui me manque déjà.
    Comme pour le tome 2, celui-ci n'est pas une suite des évènements précédents, c'est bien une toute nouvelle enquête que nous offre l'auteur. Cette fois nous plongeons dans un univers très différent, empli d'araignées venimeuses et de morts emballés dans des cocons. Joshua va plonger tête baissée dans cette affaire et il sera aidé une nouvelle fois par Annabel, la flic si sympathique rencontrée précédemment.
    Mettons immédiatement les points sur les i: ce livre n'est clairement pas fait pour les arachnophobes. Les araignées sont très présentes et décrites de manière très réaliste (un peu trop parfois lol). Certains passages nous font regarder autour de nous, de peur de se retrouver face à l'une d'entre elles. Autre conseil: ne faites pas la même erreur que moi, n'assouvissez pas votre curiosité en allant voir sur Google à quoi elles ressemblent… Franchement, à part des cauchemars, cela nous vous amènera rien XD D'ailleurs, qu'on vienne encore me dire que ces petits êtres sont totalement inoffensifs… J'en ai un rayon à apprendre aux gens sur ce sujet désormais et beaucoup d'éléments démentent ce fait.
    Revenons-en à l'histoire de ce livre. le récit est documenté, bien pensé et complexe. Les évènements s'enchaînent sans temps morts et les liens se font au fil du dénouement. Par contre, certaines explications sont un peu longuettes et cassent un peu le rythme, mais à part ça tout est parfait :D
    Les personnages sont toujours aussi attachants et agréables à suivre. Joshua est de plus en plus torturé, mais j'adore l'effet qu'a Annabel sur lui. Elle lui est plus que profitable! Les moments où il se rappelle Juliette sont émouvants et m'ont presque tiré les larmes. On retrouve aussi l'équipe d'enquêteur du tome 1 et cela m'a fait plaisir de tous les revoir. Ils m'avaient manqué.
    Finalement, à part les quelques petites longueurs par moment, je n'ai une fois de plus qu'un petit point noir à souligner: l'identité du tueur. Une fois qu'on a un peu compris les principes employés par l'auteur, il est difficile de ne pas le trouver… Une fois de plus je l'ai clairement identifié avant la fin :) Mais cela ne gâche en rien la lecture, car les raisons de ses actes ne sont dévoilées que plus tard!
    Un thriller qui vaut le détour et une trilogie qui aura tenu toutes ses promesses jusqu'au bout. Je suis un peu nostalgiques à l'idée que cette page est tournée, mais passer des moments de lecture pareils, j'en redemande!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la critique

> voir toutes (23)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Colette, le 04 septembre 2013

    Sommes-nous aveugles et hypocrites pour oublier que l'essence même de ce que nous sommes tous est bestiale? Manger, dormir, se reproduire...et tuer pour survivre, s'il le faut. Pour protéger ses petits. L'aurait-on oublié? La société nous a appris à cacher cet aspect primaire sous des couches de vernis, mais au fond, tout au fond, nous sommes encore ces mêmes bêtes, comme toutes celles qui arpentent cette foutue planète, peut-être que ce qui nous différencie d'elles, c'est notre capacité à nous fabriquer ces vernis.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la citation

  • Par Axil, le 30 juillet 2013

    La vie dans les quartiers oubliés, les no man's land de la civilisation, le désespoir social, il n'avait jamais pu s'attaquer à ces questions autrement qu'en pensées. Il n'en avait pas le courage. "C'est parce que tous ceux qui pourraient changer quelque chose sont comme toi que ça ne bouge pas. Bougera pas. Trop accaparé par des montagnes de tracas personnels, ensuite, dans les brèves failles où le calme surgit, ne subsistent que les reliquats du bonheur individuel. C'est tristement humain."
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par Colette, le 11 juin 2013

    Le miracle du luminol consiste à faire ressortir la présence de taches de sang, même après que celui-ci a été lavé, et il fonctionne parfaitement avec des traces anciennes. En fait plus le sang est vieux, plus la luminescence est forte.

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la citation

  • Par Clyde, le 20 janvier 2012

    « Adrien posa une main en visière au-dessus de ses lunettes de soleil et observa l’oiseau. Il décrivait des cercles relativement courts, à moins de trente mètres du sol. Adrien remarqua alors que le diamètre des spirales n’avait pas bougé depuis qu’il avait vu le faucon. Habituellement, ce type de rapace tourne autour d’une proie et forme des boucles de plus en plus courtes jusqu’à fondre sur sa victime. Pourtant, dans ce cas, il ne semblait pas prêt à piquer, c’était comme s’il avait repéré son repas sans oser l’attaquer. Eh bien ? As-tu vu quelque chose qui te dérange, mon ami ? Intrigué, Adrien prit la direction de la zone survolée, à moins de dix mètres. [...] Adrien aperçut le cuir noir d’une botte sur laquelle le soleil venait tinter, puis une jambe repliée et le torse d’un homme couché sur le sol. Son regard remonta ensuite jusqu’au visage de ce qui devait être Fleitcher Salhindro. Sous la canicule de juin, Adrien se surprit à claquer des dents. »
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par mamangel1, le 16 juin 2013

    Un tueur qui affectionne la notion de solitude,d'autonomie sans l'homme, qui déteste ce dernier lorsqu'il s'impose, et qui dans le même temps considère toutes les femmes comme vides. Ah, et qui cherche à se purifier de ses crimes, ou peut être à nous dire qu'il fait cela pour donner la vie.....

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

> voir toutes (46)

Videos de Maxime Chattam

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Maxime Chattam


L'écriture du roman | La patience du diable - Maxime Chattam
Maxime Chattam revient sur le processus d'écriture du roman "La patience du diable" : les éléments réels qui sont venu nourrir la fiction, l'importance de la musique lors de l'écriture...








Sur Amazon
à partir de :
6,00 € (neuf)
1,99 € (occasion)

   

Faire découvrir Maléfices par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (1622)

> voir plus

Quiz