Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 222624008X
Éditeur : Albin Michel (2012)


Note moyenne : 3.93/5 (sur 30 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Dans une forme éminemment originale, François Cheng signe là un drame épique dont le destin humain, avec toute la complexité des désirs qui l'habitent, se dévoile comme dans les tragédies antiques.
Quand reviennent les âmes errantes, un singulier échange se noue,... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (12)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par mariech, le 09 octobre 2013

    mariech
    Un livre empli de douce poésie , de phrases magiques sur l'amitié , l'amour , la passion .
    L'auteur oppose les épreuves vécues par le peuple dans cette Chine du troisième siècle avant JC et la force mentale des hommes qui leur permet de transcender toutes les épreuves terrestres .
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 27         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par DarkHawk, le 01 mars 2014

    DarkHawk
    L'action de Quand reviennent les âmes errantes se passe en Chine approximativement en 230 av. J.-C. et s'inspire de faits réels. Cette période agitée a marqué la chute des Royaumes combattants. La période féodale a pris fin et l'empire de Chine est né.
    François Cheng nous présente une version romanesque de cette période. Il a découpé son récit en 5 actes, qui s'ouvrent par un "Chœur" nous présentant le contexte. Puis 3 personnages se succèdent et prennent la parole sous la forme d'un monologue.
    Chun-niang est une jeune femme d'une grande beauté. Après avoir été vendue par ses parents à cause d'un épisode de famine, elle est devenue serveuse dans une auberge.
    Jing Ko est un mercenaire au grand cœur toujours prompt à défendre les causes justes. C'est une sorte de Robin des bois chinois.
    Gao Jian-li est un musicien talentueux.
    Entre eux va naître une relation profonde entre amour et amitié. Une relation plus forte que la jalousie. Une relation plus forte que la mort.
    « Noble amitié, noble amour. Celui-ci instruit de la passion qui engage corps et âme ; celle-là enseigne l'infini respect, l'infini désintéressement. N'y a-t-il pas un ordre supérieur où le vrai trois est réalisable, corps à corps, âme à âme ? »
    La forme originale de Quand reviennent les âmes errantes m'a de suite séduit. Cette narration, entre théâtre et tragédie antique, permet de vivre les événements selon le point de vue de nos trois protagonistes. Nous n'avons pas qu'une seule vision des événements. On nous montre les sentiments et les non dits. La relation à trois qui les unit nous apparaît alors dans toute sa profondeur.
    Les premiers actes se succèdent. le récit est doux et plaisant. Les personnages attachants. Puis, sans vraiment m'en apercevoir, j'ai commencé à sortir de l'histoire. le récit a continué mais je n'étais plus qu'un spectateur détaché.
    Ça reste agréable mais ce n'est plus passionnant. L'histoire d'amour à trois est belle et tendre. Elle est omniprésente. Probablement trop, l'équilibre que l'on avait entre le récit proprement dit et cette relation à plusieurs s'effondre dans la deuxième partie. L'histoire stagne dans des interrogations existentielles qui sont trop souvent répétitives. Dommage.
    Reste alors un questionnement profond sur l'élévation des âmes par l'amour et l'amitié. Et ses dangereux ennemis qui pervertissent l'être humain : l'orgueil, la jalousie, la passion, l'ambition...
    L'histoire comme la narration m'ont fait penser à l'excellent film de Zhang Yimou, Hero (2002). Je vous recommande vivement de le voir. le questionnement y est très proche mais avec un souffle épique en plus.
    Pour conclure, j'ai trouvé la deuxième partie de Quand reviennent les âmes errantes décevante. Toutefois, le livre reste agréable et il n'aurait pas fallu grand chose pour que celui-ci me charme.
    Note : 6,5/10

    Lien : http://www.les-mondes-imaginaires.com/2014/03/quand-reviennent-les-a..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 15         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par IreneAdler, le 12 avril 2012

    IreneAdler
    Dispositif narratif inspiré de la tragédie antique : un choeur, trois acteurs. le tout en cinq actes de longueurs variables. Pas de dialogues mais des monologues.
    Les trois personnages : Chun-niang (Dame Printemps), Gao Jang-Li (musicien de zhou), Jing-Ko (mercenaire, Robin des bois chinois). Ils sont trois âmes soeurs : ils vivent un amour amitié que rien ne peut détruire, même la mort. Mort très présente, omniprésente : c'est le temps du premier empereur Qin, qui a unifié par la guerre et la terreur les royaumes combattants.
    Après la mort de ses amis-amants, les dieux leur ont accordé de faire converser leurs âmes...
    ...et c'est tout l'argument de l'histoire, cette possibilité pour deux mortes par sacrifice de converser avec une âme vivante, la femme aimée par les deux, sans jalousie.
    Peut-être que j'en attendais trop en voyant le nom de l'auteur, mais je suis quelque peu restée sur ma faim. le style est bon, fluide, il fait passer les émotions, sans fioritures. Mais j'ai le désagréable sentiment qu'il manque quelque chose. Ou alors je suis totalement passée à côté du texte.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par santaappolonia, le 23 juin 2012

    santaappolonia
    Les livres de François Cheng sont un enchantement et celui-ci n'échappe pas à la règle. Empreinte de poésie, la plume de l'academicien nous ouvre les yeux et nous requestionne sur le sens de la vie. Un livre à méditer !!

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par flolunaire, le 29 juin 2014

    flolunaire
    Un destin qui prend la voix de trois personnages, témoins de l'antique construction de l'empire chinois et qui conduit le lecteur à travers les méandres de la passion et de l'Histoire fonde ce livre de Cheng, à la fois roman, récit ou longue épopée.
    Le guerrier, le musicien et la beauté intemporelle vont fondre leurs vies, connaitre e bonheur avant de le voir disparaitre sans espoir de retour : commence alors une fausse quête qui mènera vers une tragédie bien écrite. Les voix décrivent donc un parcours sans issue qui connait d'avance son échec mais qui acceptera cette fin inévitable sans amertume.
    Vivre et accepter les heurs et malheurs aboutissent à une ode à la vie dans toutes ses formes et ses voies.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique


Critiques presse (1)


  • LeFigaro , le 09 mai 2012
    Quand reviennent les âmes ­­­er­rantes est une forme de drame romantique: trois nobles person­nages unis par l'amour et l'amitié sont en butte à la violence de l'histoire.
    Lire la critique sur le site : LeFigaro

> voir toutes (23)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Piatka, le 07 juin 2014

    Le chant le plus authentique est plus qu'un produit maîtrisé par l'esprit ; il jaillit bien de l'âme. La grande affaire pour un artiste, j'en suis persuadé maintenant, c'est d'entendre et de donner à entendre l'âme qui l'habite et qui résonne de fait à l'âme cachée de l'univers.

    Commenter     J’apprécie          0 18         Page de la citation

  • Par Sesheta, le 07 octobre 2012

    Jing Ko, nous deux, nous le savons. Nous qui portons en nous le souffle, nous serons emportés par le souffle. Toi par le souffle intègre, moi par le souffle rythmique. Nous devons passer par la nuit. Ce qui doit arriver arrivera. Ô froidure, ô ténèbres, vous nous aurez, nous aurez-vous ? Ici, maintenant, nous vous attendons les armes à la main.
    Jing Ko, dans ta main la dague, dans la mienne le zhou.

    (p.80)
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la citation

  • Par santaappolonia, le 23 juin 2012

    Cette vie est plus tumultueuse que les rapides d'un fleuve, parce qu'elle est faite de chairs et de sang, de désirs irrépréssibles et de passions sans frein. Il suffit d'une brêche dans la digue péniblement bâtie par les humains pour que l'inattendu s'y engouffre.

    Commenter     J’apprécie          0 14         Page de la citation

  • Par mariech, le 09 octobre 2013

    L'âme ? C'est bien par elle que la vraie beauté d'un corps rayonne , c'est par elle qu'en réalité les corps qui s'aiment communiquent .

    Commenter     J’apprécie          0 27         Page de la citation

  • Par Moan, le 26 août 2012

    L'empereur inaugural règne par une terreur de plus en plus extravagante. Un mot, un geste de travers, ou même un simple soupçon; et voilà un innocent qualifié de coupable. Pour le punir, on consulte la liste: un nombre impressionnant de châtiments est prévu pour un nombre impressionnant de cas. Toutes les parties du corps sont visées: mains coupées, jambes amputées, nez ou oreilles sectionnés, yeux crevés, langue arrachée, perforation, castration... Celui qui est condamné à la peine capitale entraîne la mort de tous les membres de sa famille, voire de sa tribu, soit de dizaines ou de centaines de personnes. De toute façon , la vie d'un humain ne vaut pas plus que celle d'une bête de somme.Les individus sont comme corvéables à merci. On en mobilise des centaines de milliers pour la construction de palais. On en déporte plusieurs millions pour bâtir la Grande Muraille. Peu retournent vivants dans leur village.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

> voir toutes (6)

Videos de François Cheng

>Ajouter une vidéo
Vidéo de François Cheng

François Cheng, Cinq méditations sur la mort .
François Cheng, Cinq méditations sur la mort http://www.laprocure.com/cinq-meditations-mort-autrement-dit-vie-francois-cheng/9782226251916.html








Sur Amazon
à partir de :
13,30 € (neuf)
7,97 € (occasion)

   

Faire découvrir Quand reviennent les âmes errantes : Drame à trois voix avec choeur par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (53)

  • Ils sont en train de le lire (1)

> voir plus

Quiz