AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2710370190
Éditeur : La Table ronde (2013)

Note moyenne : 4.06/5 (sur 435 notes)
Résumé :
Quand Honor Bright se décide à franchir l'Atlantique pour accompagner, au cœur de l'Ohio, sa sœur promise à un Anglais fraîchement émigré, elle pense pouvoir recréer auprès d'une nouvelle communauté le calme de son existence de jeune quaker : broderie, prière, silence. Mais l'Amérique de 1850 est aussi périlleuse qu'enchanteresse ; rien dans cette terre ne résonne pour elle d'un écho familier. Sa sœur emportée par la fièvre jaune à peine le pied posé sur le sol amér... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (133) Voir plus Ajouter une critique
Lolokili
Lolokili21 mars 2014
  • Livres 3.00/5
Et sinon, toi, tu serais plutôt la petite maison dans la prairie (réponse A) ou vis ma vie de Paris Hilton sur les hauteurs de Beverly Hills (réponse B) ?
Un maximum de B, change de bouquin.
Plutôt A, bienvenue, tu t'en vas contempler ici le quotidien (à peu près) paisible d'une communauté Quaker dans l'Ohio étasunien du XIXème siècle.
Habituée elle aussi à cette existence modeste et un tantinet austère, la très sage Honor Bright, fraichement débarquée de sa lointaine Angleterre, va découvrir pourtant un pays et des moeurs bien différents des siens. Mais c'est par-dessus tout sa prise de conscience de la douloureuse question de l'esclavage américain qui va bousculer son destin.
Tracy Chevalier explore dans son roman les coutumes de la Société Religieuse des Amis plus connue sous le nom de Quakers, ainsi que les petits secrets de confection des quilts (avec un Q je vous prie), ces courtepointes en patchwork caractéristiques des communautés anglo-saxonnes dès le XVIIIème siècle. Il est aussi amplement question du fameux « underground railroad » (chemin de fer clandestin), réseau de bonnes âmes qui, quinze ans avant l'abolition de l'esclavage, aida les esclaves en fuite à gagner le Canada ou les états abolitionnistes du nord.
Et ça, c'est instructif.
En revanche on s'ennuie poliment sur les trois quarts de l'histoire, car il faut bien l'avouer, Honor à la ferme c'est pas Martine au concert de Led Zeppelin. « La dernière fugitive » se lit quand même agréablement, un peu comme « La couleur des sentiments » qui avait traité, à un siècle d'écart, ce thème de la rébellion d'une femme contre les tyrannies ségrégationnistes.
Honnête et intéressant... mais sans plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7913
tynn
tynn05 juin 2014
  • Livres 3.00/5
1850: Honor traverse l'océan avec sa soeur pour une vie nouvelle en Ohio.
Quand celle ci décède sur le chemin, l'aventure tourne court, la laissant perdue et isolée, petite anglaise fragile dans un immense pays. Trouver sa place dans sa communauté, vivre en accord avec ses principes, être reconnue pour ses talents de brodeuse et couturière, le chemin sera long, mais Honor est persévérante et sa personnalité va s'épanouir dans les difficultés.
Il a fallu que ce livre s'impose par hasard entre mes mains. Je craignais un récit trop sucré, une histoire féminine un peu convenue dans un contexte connu de communauté quaker américaine, au 19ème siècle.
C'est en effet tout cela mais je reconnais y avoir pris un vrai plaisir, sans doute du à la forme littéraire plus proche du documentaire que du roman. Mêlant correspondance et tranches de vies, la psychologie et la spiritualité ouvrent à la réflexion, en nous replaçant dans un contexte social disparu.
Les travaux de la ferme, la confection des chapeaux et des quilts, les relations frustres et industrieuses d'une population agricole encore très proche des colons, l'adaptation difficile des derniers émigrants, le "chemin de fer clandestin" d'une Amérique encore esclavagiste, inquiète de sa survie économique face aux enjeux humanistes. Tout cela mis en scène pour décor d'une histoire forte, au suspens dramatique, à l'aube de la guerre de Secession.
Réalité historique, personnages attachants, souci de détail et de l'authenticité, Tracy Chevalier excelle dans ses romans mêlant Grande Histoire et destins individuels.
Ca donne même envie de se mettre au patchwork!

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          680
Kittiwake
Kittiwake22 mars 2014
  • Livres 3.00/5
Après La jeune fille à la perle et Prodigieuses créatures, c'est à nouveau une femme qui mobilise l'énergie créatrice de Tracy Chevalier. Une femme en marge cette fois encore, quaker, déracinée puisque la rupture de ses fiançailles l'entraine à quitter l'Angleterre pour accompagner sa soeur qui doit se marier dans l''Ohio avec un Ami, comme se nomment entre eux les membres de cette communauté religieuse, connus pour leur austérité. Un voyage d'un mois, très éprouvant, le décès de la soeur en arrivant à destination, l'accueil plus que mitigé de ce qui devait être la belle famille de sa soeur, l'acclimatation n'est pas facile. D'autant que ce qui pourrait redonner un sens à sa vie en ces contrées, aider les esclaves fugitifs dans leur fuite vers le Canada en participant au « chemin de fer clandestin », l'isole encore plus de ceux auprès desquels elle a tissé des liens.
L'intégration d'une étrangère que sa religion rend fort peu malléable suscite de nombreuse réflexions que ne manque pas d'explorer Tracy Chevalier :
- L'esclavage : les abolitionnistes font entendre leur voix mais une loi est votée qui punit les complices des fugueurs. L'enfer étant pavé de bonnes intentions, même les américains en accord avec le principe de l'Abolition, craignent l'effondrement de l'économie si l'on ne peut plus compter sur cette main d'oeuvre quasiment gratuite. Les quakers devraient être du côté des abolitionnistes, mais….
- La naissance d'une société sur des terres où vivent encore des bêtes sauvages, alors que l'essor industriel s'apprête à transformer les modes de vie (une ligne de chemin de fer récemment ouverte fait circuler un train à la vitesse prodigieuse de vingt-cinq kilomètres à l'heure). Les hommes doivent s'adapter, rapidement. le contraste est encore plus patent pour notre jeune héroïne qui vient d'un pays « vieux de mille ans ».
Le fil rouge est blanc, ici, ce fil qui permet de coudre de jolis points serrés pour réaliser des quilts, couvre-lits que les femmes apportent dans leur dot, et dont la confection occupe tout leur temps libre. Honor est particulièrement douée, mais ici encore, les habitudes outre-atlantique diffèrent de celle de l'Angleterre.
Le roman est plus sage, et manque un peu de relief si on le compare à Prodigieuses créatures. Tracy Chevalier rend la une copie de bonne élève, à laquelle il manque un petit quelque chose pour que l'on puisse adhérer totalement à l'histoire. Les personnages sont très caricaturaux et un peu de nuance n'aurait pas nui. Néanmoins la lecture est agréable et l'on ne s'ennuie pas .
Tous les ingrédients sont là pour une version cinématographiques….
Lien : http://kittylamouette.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          540
indira95
indira9524 septembre 2015
  • Livres 3.00/5
Après le récit des péripéties américaines d'une Nigériane en exil, j'ai continué sur ma lancée consacrée à l'Oncle Sam comme terre d'accueil. Mais cette fois, exit le XXI siècle et bonjour l'année 1850, adieu Ifemulu, attachante héroïne africaine vive et cynique, bienvenue Honor Bright, jeune quaker anglaise douce et compatissante (tout aussi attachante par ailleurs). Tracy Chevalier m'avait déjà séduite avec sa Jeune fille à la perle dont j'avais apprécié la lecture. Pour ceux qui ne la connaissent pas encore, Tracy Chevalier est l'experte des portraits de femmes en milieu cloîtrée, grande adepte des trames historiques : des Pays bas de Vermeer au XVII siècle en passant par l'Amérique de 1850, terre encore indomptée aux prémices de la ruée vers l'Ouest.
Légèrement humiliée par un chagrin d'amour, Honor Bright décide d'accompagner sa soeur Grace, partie rejoindre son futur mari, quaker comme elles, établi en Ohio. Mais manque de bol, rien ne se passe tout à fait comme prévu : la traversée par bateau (1 mois de ballotage) est un enfer pour Honor qui vomit tripes et boyaux et pour couronner le tout, Grace meurt en quelques jours laissant sa cadette démunie sur une terre inconnue très différente de son Angleterre civilisée et policée. Heureusement les Quakers sont une solide tribu caractérisée par une forte solidarité entre membres, pétris de compassion et de bonnes intentions. Rapidement prise en charge par les « Amis » comme ils s'appellent, elle rejoint le village de son ex futur beau-frère. Sur sa route elle croisera une modiste, Bell, au caractère bien trempé mais attachante et son frère, un chasseur d'esclaves aux manières rustres qui pourtant émoustille notre jeune oie blanche farouchement hostile à l'esclavage (ah que voulez-vous le duo amoureux incompatible est un grand classique mais mon âme romantique en redemande ;), son futur mari, gentil et honnête Quaker et une esclave affranchie bien décidée à aider ses compagnons d'infortune cherchant à s'enfuir. Car en 1850, les états du Sud continuent de baser leur économie sur l'esclavagisme tandis que le Nord, qui l'a aboli, recueille sur ses terres les pauvres hères qui cherchent à rejoindre le Canada, devenant ainsi des hommes libres. L'Ohio est au carrefour de cet Underground railroad (chemin de fer souterrain), réseau de solidarité mis en place du Sud au Nord des USA par des abolitionnistes bien décidés à aider les esclaves à s'enfuir. Les Quakers qui croient en l'égalité de tous les hommes face à dieu (en théorie, même s'ils séparent noirs et blancs au sein de leurs églises…), encouragent vivement cette solidarité ; Honor Bright qui découvre un monde plus farouche et violent, devra elle aussi faire un choix : aider ou fermer les yeux.
Alors oui, La dernière fugitive est parfait pour une adaptation cinématographique : un fond historique, une héroïne discrète et naïve qui s'ouvre en faisant son apprentissage de la rude vie américaine, une histoire d'amour impossible, un peu d'action, des seconds rôles bien travaillés. Oui, Tracy Chevalier aurait pu nuancer son propos mais honnêtement, ce roman fonctionne parfaitement. J'ai pris plaisir à suivre Honor Bright tout en en apprenant plus sur les Quakers dont je ne connaissais que le nom mais aussi sur ce fameux et funeste Underground railroad, sans oublier une belle description d'une Amérique encore sauvage en 1850. Pour résumer, une écriture très fluide (difficile de faire plus) au service d'un beau roman historique qui mine de rien pointe du doigt une certaine hypocrisie autour de la question de l'esclavage et de son abolition. Alors si vous faites l'impasse sur l'art du patchwork particulièrement mis en avant (et qui alourdit certains passages j'en conviens) et que vous acceptez le rythme tranquille du récit, vous passerez un agréable moment de lecture.
Lien : http://www.livreetcompagnie...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          422
jeunejane
jeunejane12 février 2016
  • Livres 4.00/5
En 1850, deux soeurs partent de l'Angleterre vers l'Amérique.
Elles font partie des quakers, mouvement religieux protestant appelé aussi Société des Amis.
Grace va se marier avec Adam un "ami" parti vivre dans l'Ohio et Honor s'en va pour fuir un amour contrarié et accompagner sa soeur.
La traversée est très pénible pour Honor mais au final c'est Grace qui succombe à l'arrivée, terrassée par la fièvre jaune.
De là, on suit le début de la vie de femme de Honor dans une ville de l'Ohio où beaucoup de quakers sont implantés.
Cela nous donne l'occasion de faire connaissance avec cette religion discrète qui veut que tous soient traités sur un pied d'égalité.
C'est ainsi que la jeune femme va aider des esclaves fugitifs en route vers le nord.
Elle va connaître une amie modiste, Belle, non quaker et comme Grace coud très bien, elle pourra l'aider.
Belle aide aussi des esclaves fugitifs bien que son frère soit chasseur d'esclaves de métier.
De longs détails sont consacrés à la réalisation de quilts, des couvertures à motifs patchwork qui sont d'une grande importance dans la vie des dames quakers.
Honor va se marier dans sa communauté, va éprouver beaucoup de difficultés et même ressentir une attirance pour le frère de Belle, le chasseur d'esclaves.
Le roman compte beaucoup d'évènements et le personnage de Grace est très attachant.
C'est le troisième roman que je lis de Tracy Chevalier et comme chaque fois, je suis rentrée complètement dans l'ambiance et son cadre particulier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          430

Les critiques presse (1)
Telerama20 novembre 2013
L'écriture classique et claire de Tracy Chevalier, ses descriptions bruissant de lumière, de verdure, de neige et de silence deviennent alors étrangement un envoûtant défi à l'impossible...
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations & extraits (43) Voir plus Ajouter une citation
rabannerabanne16 août 2016
Ce qui le rendait le plus attirant, c'était qu'il soit attiré par elle : l'intérêt d'autrui peut se révéler un puissant stimulant. Son regard sur elle exerçait sur son corps comme une pression physique.
Commenter  J’apprécie          120
rabannerabanne16 août 2016
Mettre en application des convictions est plus difficile que de les prêcher.
Commenter  J’apprécie          140
gouelangouelan15 août 2016
Outre leur profusion, les fleurs de Mme Reed semblaient pointer comme au hasard, à la manière des primevères et des anémones qu'on pouvait rencontrer dans les bois. Elles étaient simplement là, comme si elles y avaient toujours été. Il fallait une réelle habileté pour que, dans un jardin, on ne sente pas la main du jardinier.
Commenter  J’apprécie          50
rabannerabanne16 août 2016
Il y a tellement de mots et d'expressions que je ne comprends pas : je me demande quelquefois si l'anglais américain n'est pas une langue aussi étrangère que le français.
Commenter  J’apprécie          30
gouelangouelan15 août 2016
Je suis en train d'apprendre la différence entre fuir quelque chose et fuir vers quelque chose.
Commenter  J’apprécie          70
Videos de Tracy Chevalier (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tracy Chevalier
Tracy Chevalier - À l'orée du verger .Tracy Chevalier vous présente son ouvrage "À l'orée du verger" aux éditions La Table Ronde. Retrouvez le livre : http://www.mollat.com/livres/tracy-chevalier-oree-verger-9782710377634.html Notes de Musique : Apple Spell by My Bubba and Mi. Free Music Archive. Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : quakersVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Prodigieuses créatures

Que cherche les deux amies sur la plage ?

des cacahuêtes
du sable
des fossiles
du poisson

7 questions
140 lecteurs ont répondu
Thème : Prodigieuses créatures de Tracy ChevalierCréer un quiz sur ce livre
. .