Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2879296986
Éditeur : Editions de l'Olivier (2010)


Note moyenne : 3.38/5 (sur 8 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :

L'éternité n'est pas si longue ne raconte pas la fin de l'espèce humaine mais celle d'un de ses plus originaux spécimens, Nora, une jeune femme à l'humour fulgurant et au fort penchant mélancolique. Elle qui, après avoir mir... > voir plus
Lire un extrait Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (5)

> Ajouter une critique

    • Livres 3.00/5
    Par lauredanse, le 21 mai 2013

    lauredanse
    Nora est une jeune trentenaire qui a échappé à la mort. Plongée dans un coma elle a vécu des choses qui ont fait changer sa vision du monde. "Le premier soir, ils nous ont laissé te voir parce qu'ils pensaient que tu ne passerais pas la nuit » – je me battais alors avec une entité qui était bien plus qu'un tube enfoncé dans ma gorge, je vous le parie : ça ne pouvait pas être aussi trivial, rappelez-vous ce que j'ai frôlé. J'avais été l'héroïne inerte de l'aventure la plus limite, et aujourd'hui seul un mort pouvait prétendre avoir été plus loin que moi." Elle est amoureuse de Pauline mais cette relation ne va pas se poursuivre et va lui apporter les plus grandes désillusions. Elle se retrouve alors à vivre avec son groupe d'amis, Myriam, Judith et Raymond son cousin. Une épidémie de variole a frappé et l'humanité est vouée à disparaître.
    Tout ce récit est basé sur les interrogations de Nora, qui est la narratrice, ses angoisses, ses doutes, sa mélancolie. Depuis la certitude de cette pandémie, elle se cloître chez elle, quitte son travail dans une association et passe son temps à griffonner sur ses carnets. Elle profite de l'oisiveté. Nora ne croit plus en rien, même plus à un sens à la vie, bien qu'avant elle pensait que l'amour pouvait en être un, par exemple.
    Sur un ton caustique et un état de soumission et d'acceptation, Nora attend son heure en laissant divaguer son esprit à ses pensées, ses idées, ses croyances ou plutôt non-croyances, au fatalisme. Grand questionnement existentiel avec une difficulté apparente de la notion du rien, du néant.
    Petite chronique pour un livre dans lequel j'ai eu beaucoup de mal à entrer bien que je trouve l'idée originale, l'écriture de Fanny Chiarello ciselée et plaisante. Mais voilà tout tourne autour de Nora, de ses questionnements ou de sa résignation. Je me suis malheureusement ennuyée, ma lecture ayant été longue, longue, longue. Je ne vous le déconseille pas car il peut surement trouver son public. Je l'ai trouvé trop "intellectualisé", pour autant j'aime bien le cérébral habituellement… (ce qui est bien entendu très personnel) Mais peut-être pas sur tout un livre. Là je n'y ai trouvé rien d'autre. Ce n'était à l'évidence pas un livre pour moi.

    Lien : http://madansedumonde.wordpress.com/2013/05/21/fanny-chiarello-leter..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 14         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Beatrice64, le 25 février 2011

    Beatrice64
    « Une question de mois, sans doute : deux, trois ? le dernier humain ne saura même pas qu'il est le dernier, il ne pourra, grelottant sous un ciel sans fond au milieu d'espèces pour lesquelles il n'est rien, de notre part à tous dire,
    Désolé, on vous laisse tout en plan comme ça, on aurait quand même pu débarrasser. »
    Les questionnements tantôt futiles, tantôt existentiels, de Nora, trentenaire angoissée, mélancolique (« Je ne fais pas une dépression, le monde s'effondre. Je me permets d'y voir une nuance »), à l'imagination débordante, qui, dans une langue imagée, drôle et pleine de fantaisie, sur un ton à la fois énervé et amusé, vivifiant au possible, relate, sur fond sonore d'Arcade Fire, l'épidémie de variole qui décime inexorablement l'espèce humaine. Portant sur ses semblables un regard désabusé, elle se console en noircissant des carnets : « si je veux dormir dans un monde si décevant, je n'ai d'autre choix que de me raconter des histoires comme si j'étais mon propre enfant » .
    Une lecture intense, fraîche, tonique, que je recommande vivement à ceux qui pensent à la fin du monde, qui se posent souvent des questions débiles, qui dépriment gentiment, qui aiment les livres derrière lesquels il y a un vrai écrivain.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Charybde2, le 19 mars 2013

    Charybde2
    Sympathique, mais faible en regard des grandes oeuvres SF sur ce thème...
    Une épidémie de variole entraîne la fin de l'humanité. L'auteur traite le désastre à travers le récit et les carnets d'une trentenaire, chroniquant sa vie au quotidien, ses pensées, au milieu de son groupe d'amis proches. C'est joliment écrit et intéressant. C'est une bonne illustration de cette "tendance" (peut-être) actuelle à une utilisation croissante de thématiques "de type SF" en littérature dite générale... Utiliser une apocalypse pour nous parler de notre présent (enfin, de certaines de ses caractéristiques)... Cela a été accompli brillamment par, entre autres, des Ballard, des Brunner, des Spinrad, voire des Volodine... Ici, même si le propos est clairement moins ambitieux, je ne suis au fond pas convaincu. Sympathique, mais pas décisif.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique


Critiques du Magazine Littéraire



  • Critique de Victor Pouchet pour le Magazine Littéraire

    Bien loin des paysages dévastés des apocalypses de Cormac Mac Carthy, des scénarios terrifiants des cataclysmes cinématographiques, Fanny Chiarello propose une version détournée - et étonnamment légère - d'une fi... > lire la suite

    Critique de qualité ? (4 l'ont appréciée)

> voir toutes (5)

Videos de Fanny Chiarello

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Fanny Chiarello

Roman et ironie .
Entretien avec Fanny Chiarello pour Une faiblesse de Carlotta Delmont (éd. de l'Olivier, 2013) ? Paris, 29 janvier 2013 ? Christine Marcandier (Mediapart)








Sur Amazon
à partir de :
9,90 € (neuf)
2,99 € (occasion)

   

Faire découvrir L'éternité n'est pas si longue par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (30)

> voir plus

Quiz