AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Michel Le Houbie (Traducteur)
ISBN : 2253053678
Éditeur : Le Livre de Poche (1990)

Note moyenne : 3.43/5 (sur 83 notes)
Résumé :
Un savant atomiste, Thomas Betterton, a mystérieusement disparu. A-t-il été enlevé ? Est-il passé au service d'une puissance étrangère ? Les services secrets décident de suivre sa femme, qui prétend ne rien savoir, mais qu'ils soupçonnent néanmoins de vouloir le rejoindre. Malheureusement, elle disparaît dans un accident d'avion. Et c'est une jeune femme agent secret qui usurpera son identité, dans l'espoir que la contacteront ceux qui doivent la conduire vers le sa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
mogador83
mogador8320 août 2016
  • Livres 4.00/5
J'ai beaucoup aimé ce roman d aventures bien tourné avec une héroïne sympathique que l'on suit avec grand plaisir. Une fin plutôt étonnante et un petit voyage agréable en Afrique du Nord...
Commenter  J’apprécie          40
cyan
cyan14 janvier 2016
  • Livres 2.00/5
Des savants brillants disparaissent un peu partout dans le monde et les services secrets britanniques sont sur les dents. La femme du professeur Betterton, soupçonnée de chercher à le rejoindre de l'autre côté du Rideau de Fer, est remplacée suite à un accident par Hilary, une jeune femme ordinaire recrutée presque par hasard au Maroc.
Les 1ers chapitres exposent rapidement la situation et nous fait immédiatement comprendre l'importance des enjeux, même si l'aspect scientifique est presque totalement laissé de côté. Ensuite, beaucoup de longueurs autour des pérégrinations d'Hilary en Afrique du Nord, dont le seul intérêt est de nous en apprendre plus sur les personnages et de nous embrouiller les idées sur la place qu'ils tiennent réellement dans l'intrigue.
C'est seulement dans le dernier tiers du roman que l'intrigue décolle enfin et dans la toute fin qu'elle devient un peu trépidante. Cependant le gros défaut de ce livre est que son intrigue est quasiment calquée sur celle de Rendez-vous à Bagdad. On cherche un scientifique au lieu d'un agent secret, pour le reste les 2 intrigues sont limite interchangeables. Une allusion sur les vêtements de religieuse qui peuvent cacher n'importe qui me fait penser qu'Agatha Christie en était parfaitement consciente et faisait un clin d'oeil à ces lecteurs en glissant cette remarque.
Une lecture qui ne me laissera pas un grand souvenir. J'ai trouvé le temps assez long et la similitude avec Rendez-vous à Bagdad ne m'a pas aidée à prendre mon mal en patience. ça serait sans doute mieux passé si j'avais lu ces 2 livres en laissant plus de temps entre les 2.
Lien : https://bienvenueducotedeche..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Isamax56
Isamax5612 février 2015
  • Livres 3.00/5
Ce roman là est très différent des autres, il n'y a pas de crime, pas d'enquête traditionnelle, la femme principale a une personnalité très forte, elle est suicidaire. Elle accepte de servir de pion pour aider les autorités à retrouver des "savants" disparus, probablement partis derrière le rideau de fer à l'Est.
La réalité est toute autre bien sûr, et ce roman reste assez étrange, à part.
Commenter  J’apprécie          30
Hindy
Hindy22 décembre 2010
  • Livres 2.00/5
Un Agatha Christie à la saveur un peu étrange. Base perdue dnas le style James Bond, héroïne tragique. Inhabituel. Pas le meilleur, mais à découvrir quand même.
Commenter  J’apprécie          50
Peluche0706
Peluche070629 août 2013
  • Livres 2.00/5
Ce livre est différent des autres Agatha Christie d'une part parce que c'est un livre d'espionnage mais aussi parce que l'intrigue s'essouffle à la moitié du livre. J'ai été déçue car il y a très peu de rebondissements encourageant à aller jusqu'au bout.
Commenter  J’apprécie          30
Citations & extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
genougenou13 août 2015
L’homme assis derrière le bureau déplaça de quelques centimètres sur la droite un lourd presse-papiers en verre. Plutôt que pensif ou préoccupé, son visage semblait dépourvu d’expression. Il avait le teint pâle des gens qui passent la plus grande partie de leurs journées à la lumière artificielle. On devinait en lui un homme de cabinet. Un homme de dossiers et de fiches. Et le fait que, pour parvenir jusqu’à lui, il fallait suivre de longs et tortueux couloirs souterrains avait quelque chose d’étrange et d’insolite. Il eût été difficile de lui donner un âge. Il ne paraissait ni vieux, ni jeune. Il n’avait pas de rides, mais une grande lassitude se lisait dans ses yeux.
L’autre personnage qui se trouvait dans la pièce était son aîné. Brun, avec une petite moustache d’allure militaire, il débordait manifestement d’activité et d’énergie. Incapable de tenir en place, il se promenait de long en large, jetant de temps à autre, d’une voix brève, quelque remarque explosive :
— Des rapports, des rapports et encore des rapports !… Et pas un, dans le tas, dont on puisse tirer quelque chose !
L’homme qui était au bureau baissa les yeux sur les papiers qu’il avait devant lui. Sur le dessus, il y avait une fiche de carton, portant un nom, suivi d’un point d’interrogation : « Betterton, Thomas Charles ? » Hochant la tête, il dit :
— Ces rapports, vous les avez étudiés et ils ne contiennent rien d’intéressant ?
L’autre haussa les épaules.
— Comment l’affirmer ?
— Évidemment, on ne sait jamais !
— On l’a vu sur la Riviera, on l’a rencontré à Anvers, identifié de façon certaine à Oslo, aperçu à
Biarritz, remarqué à Strasbourg, où son comportement a semblé suspect. On l’a vu sur la plage d’Ostende, en compagnie d’une blonde magnifique, et se promenant dans les rues de Bruxelles, avec un superbe greyhound. On ne l’a pas encore rencontré au Zoo, le bras posé sur l’encolure d’un zèbre, mais je suis tranquille, ça viendra !
— Personnellement, Wharton, avez-vous une idée ? Pour moi, j’attendais beaucoup de la piste d’Anvers, mais elle n’a mené nulle part. Évidemment…
L’homme se tut, comme brusquement plongé dans un abîme de réflexions, dont il ne sortit que pour prononcer des mots assez énigmatiques :
— Oui, c’est probable. Malgré cela, je me demande…
Le colonel Wharton s’assit sur le bras d’un fauteuil.
— Il faut pourtant en finir ! s’écria-t-il, un peu d’exaspération dans la voix. Il y a là un pourquoi, un comment et un où qui ne peuvent pas éternellement rester sans réponse ! On ne peut pas continuer à perdre tous les mois un savant spécialisé, sans jamais être fichu de dire comment il disparaît, pourquoi il s’en va et où il s’est rendu ! Est-ce où nous pensons ou ailleurs ? Nous avons toujours eu là-dessus notre opinion, mais je ne suis plus tellement sûr qu’elle vaille quelque chose ! Avez-vous lu les derniers
rapports sur Betterton qui nous sont arrivés des États-Unis ?
L’homme assis au bureau hocha la tête.
— Oui. Il a eu des idées de gauche quand c’était la mode, mais, autant que nous sachions, il ne les a pas gardées longtemps. Il a fait du bon travail avant la guerre, mais rien de sensationnel. Quand Mannheim s’est enfui d’Allemagne, Betterton lui a été adjoint, en qualité d’assistant, et il a fini par
épouser la fille de Mannheim. Après la mort de Mannheim, il a poursuivi les travaux du savant allemand et il est devenu célèbre avec sa stupéfiante découverte de la fission ZE. Une véritable révolution scientifique, qui l’a mis en vedette. On pouvait lui prédire une carrière extrêmement brillante, quand la mort de sa femme, survenue peu après leur mariage, l’a laissé désemparé. Il est venu en Angleterre et, depuis un an et demi, il était à Harwell. Il s’est remarié, il y a six mois.
— Rien de ce côté-là ?
— À notre connaissance, non. C’est la fille d’un avoué de Harwell et, avant son mariage, elle travaillait dans une compagnie d’assurances. D’après nos renseignements, elle ne s’est jamais occupée de politique.
— La fission ZE ! s’exclama Wharton, d’un ton dégoûté. Où ils vont chercher ces noms-là, je me le demande ! Je dois être vieux jeu. Jamais je n’ai vu une molécule et aujourd’hui, eux, ils en sont à diviser l’univers, avec des bombes atomiques, des fissions nucléaires, des fissions...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
GrouchoGroucho29 mars 2015
- Vous êtes une excellente élève, Hilary. Ce dont je voudrais que vous vous souveniez, c'est ceci : dans cette aventure, s'il vous arrive de vous croire seule, dites-vous bien que probablement il n'en est rien ! Je dis "probablement," sans m'engager plus, parce que nous avons à faire à forte partie.
- Et si j'arrive au but, demanda Hilary, que se passera-t-il ?
- Que voulez-vous dire ?
- Que se passera-t-il quand je me trouverai face à face avec Tom Betterton ?
Jessop fit la grimace.
- Ça, ce sera le moment dangereux ! Tout ce que je puis dire, c'est que si les choses ont bien marché, si tout s'est passé comme nous l'espérons, quelqu'un devrait être là pour vous protéger ! Mais je dois vous rappeler que je vous ai signalé dès le début que l'entreprise était de celles dont on avait peu de chances de revenir.
- Vous avez dit, je crois, une sur cent ?
- On peut compter plus. Quand j'ai dit ça, je ne vous connaissais pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
genougenou13 août 2015
Oui. Il a eu des idées de gauche quand c’était la mode, mais, autant que nous sachions, il ne les a pas gardées longtemps. Il a fait du bon travail avant la guerre, mais rien de sensationnel. Quand Mannheim s’est enfui d’Allemagne, Betterton lui a été adjoint, en qualité d’assistant, et il a fini par
épouser la fille de Mannheim. Après la mort de Mannheim, il a poursuivi les travaux du savant allemand et il est devenu célèbre avec sa stupéfiante découverte de la fission ZE. Une véritable révolution scientifique, qui l’a mis en vedette. On pouvait lui prédire une carrière extrêmement brillante, quand la mort de sa femme, survenue peu après leur mariage, l’a laissé désemparé. Il est venu en Angleterre et, depuis un an et demi, il était à Harwell. Il s’est remarié, il y a six mois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
somiasomia09 juin 2015
si seulement j'en savais un peu plus long sur betterton .je ne parle pas de son passé , de ce qu'il a pu faire. mais de ces petits rien qui nous éclairent sur la personnalité d'un individu : les plaisanteries qui l'amusent . les choses qui le font jurer , les gens qu'il admire ,et ceux qui l’exaspèrent.
Commenter  J’apprécie          10
somiasomia09 juin 2015
une femme vraiment malheureuse et inquiète ne néglige pas son maquillage .elle le soigne.au contraire .parce qu'elle sait que le chagrin enlaidit .
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Agatha Christie (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Agatha Christie
And Then There Were. Attention spoilers !
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Agatha Christie

Quel surnom donne-t-on à Agatha Christie ?

La Dame du Crime
La Reine du Meurtre
La Dame de l'Intrigue
La Reine du Crime

10 questions
943 lecteurs ont répondu
Thème : Agatha ChristieCréer un quiz sur ce livre