Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Pierre Koppe (Illustrateur)

ISBN : 2253121797
Éditeur : Le Livre de Poche (2008)


Note moyenne : 3.53/5 (sur 114 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Les enfants aujourd'hui ne s'en laissent pas conter, mais ce sont néanmoins des enfants, avec leurs angoisses, leur naïveté, leurs interrogations, leurs espoirs. Ces histoires, souvent cocasses et drôles, leur ouvrent une fenêtre poétique et parfois philosophique sur le... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (25)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par LiliGalipette, le 27 septembre 2013

    LiliGalipette
    Tout commence par la fuite de tous les enfants qui en ont assez qu'on les dispute. Alors, zou, ils ont mis les voiles. Les parents et tous les adultes sont bien tristes, mais le problème, c'est qu'ils ont perdu leur âme d'enfant. « Car le problème, voyez-vous, c'est que quand on est grand, on oublie, on oublie presque tout, et on oublie surtout qu'on a été enfants. » (p. 12) Ouf, les enfants sont de retour ! Maintenant, il faut leur raconter des histoires et écouter les leurs !
    Avec une tendresse infinie, Philippe Claudel croque l'imaginaire enfantin : contes, cauchemars, cours de récréation, joujoux, monstres et autres doudous, tout y passe. Les histoires sont très courtes : en quelques pages, voire quelques paragraphes, l'auteur cisèle une perle d'émotion. « Ça arrive que des papas et des mamans n'aiment pas leurs enfants, mais généralement, on ne le dit pas. On ne le dit jamais dans les histoires pour les enfants. » (p. 37) Ce recueil est touchant et drôle et tout le talent de Philippe Claudel est de parler comme les enfants sans être niais ou caricatural. Chaque histoire porte un message (et non une morale) simple et évident, le genre de pensée qu'on ne devrait jamais avoir à répéter. « La vie, la vie la vie n'est pas comme les livres, elle peut être bien belle, même si parfois elle n'est pas toute rose, mais changer de couleur ne la rend pas meilleure. » (p. 117) Avec les dessins griffonnés et crayonnés de Pierre Koppe, ce recueil est un petit trésor.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 25         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par zabeth55, le 10 décembre 2012

    zabeth55
    Vingt courtes nouvelles sympathiques, sur et pour les enfants.
    Plein de sujets sont abordés :
    L'amour de la lecture, la guerre, les relations avec les parents, la différence, l'estime de soi ; la maladie, les cauchemars, les rêves des enfants pauvres……L'une d'elle est même toute en mots inventés : « Glupe, puisque vous chalamosse, Monsieur le Commumuche, je vais tout vous poupouter ! …. »
    Gravité, humour, amour et poésie se côtoient.
    Les illustrations de peintre Pierre Koppe sont assez angoissantes, voire névrotiques et à mon goût plutôt laides.
    C'est dommage, ça contraste avec l'écriture fraîche et poétique au lieu de l'accompagner.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 18         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Chouchane, le 15 novembre 2012

    Chouchane
    Quand un écrivain de talent se lance dans la littérature pour enfant évidemment on a envie de le lire. Philippe Claudel a concocté pour sa petite princesse (et elle a bien de la chance) des contes mi-gris, mi-rose qui racontent la vie et ses peines pour qu'un enfant la comprenne. Celle de Wahid qui vit à Bagdad sous les bombes et qui nous émeut en disant "pense à moi comme je pense à toi, car c'est en pensant aux autres qu'on les fait exister, et ça, les guerres n'y peuvent rien changer. le petit Juju qui se trouve trop moche et qui va tomber amoureux. La petite fille qui vit dans une bulle stérile, le petit âne gris qui veut devenir blanc...S'il y a une dimension philosophique et psychologique indéniable dans ces petites histoires, il y manque la magie et le surnaturel qu'on attend des contes pour enfants. le monde est joliment raconté tel qu'il est. C'est une lecture agréable et utile. Cependant, Claudel avec son talent aurait pu, sans peine, injecter un peu de délires et de fantastiques pour nous arracher aux affres du réel. Les enfants auront bien le temps...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par nath45, le 01 juin 2013

    nath45
    Un livre qui fait du bien par ces temps de crise et de grisaille. Pour tous ceux qui ont gardés une âme d'enfant, pour tous ceux qu'ils veulent la retrouver. Ces vingt histoires ont un parfum, une saveur d'enfance. L'auteur aborde des thèmes bien différents qui ne laissent pas indifférent , cela nous permet une réflexion sur notre monde le tout dans une écriture poétique, drôle parfois.
    Il y a des histoires comme celle où les hommes ouvrent un œil et se rendent compte que quelque chose de bizarre se passe, plus de bruit, plus de rires, plus rien du tout, en fait c'est un monde où tous les enfants ont disparu. Celle sur le difficile métier d'être une fée qui sort d'une longue période chômage. Celle du petit âne gris qui voulait devenir blanc, celle du gros Marcel, un cahier qui prend du poids au fur et à mesure de l'année scolaire.Une autre aussi très attendrissante le chasseur de cauchemar, ne pas oublier aussi Mauvaise nouvelle bonne nouvelle, enfin je pourrais toutes les citer tellement je les ai aimées.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par patrick75, le 23 mai 2012

    patrick75
    Philippe Claudel dans un genre différent qu'habituellement .
    Il s' essaie au conte pour enfant . Avec plus ou moins de réussite d'ailleurs.
    Personnellement, je le préfère dans ses romans. Une lecture qui n'est pas indispensable.

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la critique

> voir toutes (15)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par patrick75, le 22 mai 2012

    Quand je serai grande mon Papa.
    Tu seras vieux
    Tu seras las
    Mais moi
    Je serai toujours
    Toujours là
    Tout près de toi
    Tout contre toi
    C'est moi alors qui te dirai
    En t'embrassant dans le creux de l'oreille
    Les mondes et les merveilles
    Les lunes et les soleils
    Te dire qu'il nous restera
    A toi à moi
    Mille choses à faire
    Mille choses à dire
    Mille jeux de l'oie
    Mille mois de mai
    Mille mois de mai
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 20         Page de la citation

  • Par Psykedelice, le 23 juillet 2009

    Mais le temps passe pour tout le monde, et aussi pour les enfants. Et les enfants un jour ou l'autre deviennent grands, et deviennent parents en ayant eux aussi des enfants, des enfants qu'il aiment tant mais que tout de même ils disputent, ils punissent et qui les font râler. Car le problème, voyez-vous, c'est que quand on est grand, on oublie, on oublie presque tout, et on oublie surtout qu'on a été enfant.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la citation

  • Par patrick75, le 22 mai 2012

    Tu sais, malgré tout ce qui si passe, je l'aime ma ville. J'y suis né, et puis j'y ai plein de souvenirs. Avant tout ça, quand j'étais très petit, ma mère m'emmenait le soir promener le long de la grande rivière.
    Plein de gens se retrouvaient là : on pouvait manger des gâteaux, écouter les histoires racontées par les vieillards, entendre des chansons, voir des acrobates et des serpents qui dansaient au son des flûtes.
    La rivière s'appelle le Tigre.Oui, oui, je ne te mens pas, le Tigre.
    Tu connais un plus joli nom de rivière, toi ? Moi pas.
    Le Tigre, il ne feule pas mais il peut être féroce, plein d'eaux violente, et très petit aussi, plaintif comme un enfant, ça dépend des saisons.
    En ce moment, il est toujours très gros.Ma mère elle dit que c'est les larmes de tout mon peuple qui le remplissent et qui le font déborder.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par joedi, le 30 novembre 2010

    Sur le chemin de l'école, il faut faire attention aux gens qui ont des fusils, car ils peuvent tirer avec, te tirer dessus, et puis là aussi tu es mort. Le problème, c 'est qu'il y en a plein des gens avec des fusils : il y a les militaires de mon pays, et puis les militaires d'autres pays qui sont venus dans mon pays pour faire la paix en faisant la guerre.

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation

  • Par Chouchane, le 15 novembre 2012

    Dis papa c'est quoi les hommes ?
    Ce sont des princes des mendiants et des fous
    Des artistes et des gueux
    Des loups et des agneaux
    De très petites choses fragiles et admirables qu'un rien suffit à vaincre
    Des montagnes éternelles où naissent les ruisseaux.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
3,80 € (neuf)
0,57 € (occasion)

   

Faire découvrir Le monde sans les enfants : Et autres histoires par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (231)

  • Ils veulent l'échanger (1)

> voir plus

Quiz