Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2226192980
Éditeur : Albin Michel (2009)


Note moyenne : 3.42/5 (sur 33 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :

Ce livre étonnant est un voyage, voyage à travers le temps et l’espace, voyage inquiet, hanté par une question : comment l'Occident, qui a arraché l'humanité au règne de la faim et de la misère, a-t-il pu finir sa cou... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (13)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 3.00/5
    Par zenzibar, le 29 mai 2014

    zenzibar
    Un auteur économiste bénéficiant d'une vraie notoriété, un titre percutant, le chaland est mis en appétit. Mais très rapidement le lecteur est perplexe ; loin d'être séditieux et iconoclaste le propos devient très académique, en mode macro économie standard.
    De plus, le titre conjugué à la période de publication pouvaient laisser augurer que le noyau dur des analyses concernerait la crise économique qui enflamme le monde à partir de la crise du capitalisme financier de 2008.
    En réalité, cet essai est une histoire économique en mode survol stratosphérique, une sorte de « que sais je ». le propos est clair et assez complet pour un essai de ce format, même si fatalement il est régulièrement réducteur.
    Malheureusement ce livre souffre, de mon point de vue, de deux défauts majeurs, Il s'agit d'abord d'une sorte de compilation où manque un véritable fil conducteur, la simple présentation chronologique ne pouvant tenir lieu de fil d'ariane. La vision de l'histoire de l'auteur, puisqu'il ambitionne de placer cet ouvrage sur ce terrain, est absente.
    L'autre défaut réside dans le fait que les analyses restent conditionnées par une vision économique standard.
    A cet égard, le chapitre « la quête impossible du bonheur », ne peut pas ne pas être mentionné. Cohen fait référence à un sondage « qu'est-ce que le bonheur ? », l'auteur cite à titre principal trois réponses, la situation financière, la famille et la santé. le chapitre comprend huit pages et Cohen se contente de commentaire style analyste sondage électoral, aucune distance analytique par rapport à ce sondage à l'évidence réducteur, aux réponses singulièrement fermées, un peu court tout de même. A défaut de pouvoir développer dans le cadre de cet ouvrage, un ou deux paragraphes pour prendre ses distances ou ouvrir la réflexion auraient été les bienvenues….Pour Cohen le bonheur a fondamentalement une base matérielle et est adossé à un besoin de se comparer aux autres. le bonheur c'est de savoir que l'on gagne plus que son beau frère c'est bien connu…
    Le lecteur peut légitimement considérer que les ressorts de la psychologie humaine sont un peu plus complexes. On ne fait pas rentrer l'histoire économique, l'histoire tout court dans des systèmes théoriques hors sol, par confort idéologique, avec un chausse pieds, en coupant ce qui dépasse parce que cela gêne
    Un ouvrage intéressant mais décevant
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Bigmammy, le 19 février 2012

    Bigmammy
    C'est, paraît-il, le livre de chevet des gouvernants, des banquiers et des journalistes, et c'est heureux, car Daniel Cohen, l'un des fondateurs de l'Ecole d'économie de Paris, a réussi l'exploit de résumer l'histoire économique du Monde en 280 pages. Pour ceux qui ne sont pas familiers de l'économie, c'est un excellent ouvrage d'initiation, et pour les autres, c'est une mise en perspective convaincante. Tout cela dans un style simple et clair.
    L'auteur est plus à l'aise avec la période moderne – la révolution industrielle, lumineusement expliquée, le terrible XXème siècle -, qu'avec l'antiquité – je trouve un peu légers ses développements sur la Grèce et Rome – et les civilisations orientales, la Chine classique notamment. Cela tient sans doute au fait que l'économie n'explique pas tout, et que l'auteur est moins familier avec l'histoire des idées et de la spiritualité.
    Mais pourquoi diable avoir appelé ce livre « La prospérité du vice » ?
    Ce que nous dit l'auteur, c'est que le progrès technique a libéré les hommes de la loi de Malthus, qui condamnait le revenu à stagner – ça, c'est un bonheur - que le progrès économique ne va pas sans crises – économiques et guerrières - et qu'il va falloir gérer la limite des ressources naturelles. Où est le « vice » là dedans ? L'auteur a-t-il craint d'être politiquement incorrect en rappelant que le progrès technique est libérateur ?
    Au passage une note de bas de page sidérante, p 123 : elle montre que la « Théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie » de Keynes (1936) n'a été traduite en français qu'en 1942 : ça en dit long sur la nullité de nos profs d'économie, avant bien sûr qu'Alfred Sauvy, Jean Marchal et Raymond Barre ne relèvent notre niveau.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par gigi55, le 25 septembre 2009

    gigi55
    Une synthèse magistrale qui embrasse l'histoire du monde à partir d'une approche essentiellement économique, mais aussi philosophique voire ethnologique.
    Des nombreux concepts parfois ardus sont expliqués avec une grande clarté, on comprend beaucoup de choses qui étaient parfois confuses auparavant.
    Daniel Cohen a une vision plutôt pessimiste du monde, d'autres diront réaliste, il renvoie dos à dos le choc des civilisations de Samuel Huttington comme la fin de l'histoire de Fukuyama pour une option originale qui dessine le risque d'une reproduction à l'échelle mondiale des destructions engendrées par l'occident par le passé en son propre sein.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par JeanLouisBOIS, le 04 mars 2011

    JeanLouisBOIS
    Voilà un livre qui m'a beaucoup déçu! Selon le titre, on pouvait s'attendre à une vision personnelle et atypique de l'interprétation de l'histoire de l'économie, mais on déchante très vite quand on s'aperçoit que l'on n'a affaire qu'à une banale "introduction à l'économie" (comme le dit le sous-titre) que l'on a l'impression d'avoir lu cent fois et qui nous fait davantage penser à des résumés de cours magistraux qu'à un livre qui apporte un éclairage novateur sur l'économie. Malgré tout ce livre est d'une lecture agréable et peut être conseiller sans réserve à qui ne connait rien à l'histoire de l'économie.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Fleurdecoeur, le 05 mai 2013

    Fleurdecoeur
    Daniel Cohen est un excellent pédagogue. Dans ce livre, il propose à son lecteur un tour d'horizon complet de l'histoire économique du monde depuis le néolithique jusqu'à la crise des subprimes. Loin de se cantonner à la seule analyse économique, il illustre beaucoup de raisonnements à partir d'éclairages variés comme la mythologie, la littérature, l'histoire, la politique.
    Ce faisant, il met en exergue le fait que toute la noblesse de l'économie réside dans sa capacité à être au service de valeurs qui la dépassent.
    Malgré cette promenade très agréable au pays de Smith, de Marx, de Keynes, de Schumpeter, de Friedman, ou encore de Huntington et de Fukuyama, je demeure très sceptique, non du fait de l'analyse de Cohen que j'ai trouvé passionnante, mais de l'incapacité de l'économie à appréhender sereinement les mouvements à l'œuvre dans le monde. L'économie est toujours capable d'expliquer après coup les évènements, mais elle est prise en défaut à chaque fois qu'elle tente d'en prévoir le cours.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

> voir toutes (8)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par amigo, le 31 mai 2011

    Francis Bacon, le "Descartes anglais", considère ainsi que les trois découvertes fondamentales du monde moderne sont la boussole (pour la navigation), l'imprimerie (pour la circulation des idées) et la poudre (pour la guerre). Or ces trois inventions sont toutes chinoises.
    Un siècle avant que Christophe Colomb n'arme ses trois caravelles, les navires autrement plus impressionnants de l'Amiral Zhang He longeaient déjà les côtes africaines, rapportant à la cour de l'empereur des zèbres et des girafes…
    Pourquoi le dynamisme chinois s'est brisé ? Plusieurs facteurs vont jouer, mais l'un d'entre eux sera décisif. Brusquement, l'empereur décide que les voyages outre-mer sont coûteux et inutiles. La recherche de la stabilité intérieure devient devient à ses yeux prioritaire, et l'exploration du monde seconde. L'empereur fait brûler les navires de la flotte. La Chine perd alors son ascendant maritime, le goût du commerce au long cours, et s'enlise dans l'immobilité.
    (page 20)
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par gigi55, le 20 septembre 2009

    Les sociétés modernes sont avides de croissance, davantage que de richesse. Mieux vaut vivre dans un pays pauvre qui s'enrichit (vite) que dans un pays (déjà) riche et qui stagne. Les Français ont follement apprécié les trente glorieuses, car tout était neuf. Mais au bout du compte, la page reste reste toujours blanche du bonheur à conquérir. p. 154

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation

  • Par amigo, le 31 juillet 2011

    La nouvelle économie apparaît ainsi comme le terme d'un processus qui fait passer l'économie de l'âge des rendements décroissants (la production agricole) à l'âge des rendements constants (la production industrielle), puis, enfin, à l'âge des rendements croissants (la production immatérielle).
    De toute évidence, ces trois dimensions sont toujours présentes, simultanément, en chacune des trois étapes que l'on peut associer aux sociétés rurales, industrielles et postindustrielles. L'agriculture et l'industrie ont intimement dépendu des innovations technologiques pour poursuivre leurs courses.(page 295)
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par gigi55, le 20 septembre 2009

    Les Français sont incomparablement plus riches en 1975 qu'en 1945, mais ils ne sont pas plus heureux. Pourquoi tant de regrets ? La réponse est simple. Le bonheur des modernes n'est pas proportionné au niveau de richesse atteint. Il dépend de son accroissement, quel que soit le point de départ. p. 150

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par toto, le 04 janvier 2010

    L'Occident n'a jamais compris en temps réel la croissance économique, la crise des années 30, les Trente Glorieuses... Très souvent, comme ce fut le cas avec la loi de Malthus, il ne saisit les lois qui le guident que lorsqu'elles deviennent mortes. L'Occident agit d'abord et comprend ensuite.

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

> voir toutes (6)

Videos de Daniel Cohen

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Daniel Cohen

La grande librairie 11/10/2012 sur France 5, François Busnel reçoit Daniel Cohen pour Homo economicus, prophète (égaré) des temps nouveaux (Albin Michel)
Daniel Cohen est l'économiste français le plus en vue. Directeur du département Economie de l'Ecole normale supérieure, co-fondateur de l'école d'économie de Paris, consultant auprès du FMI, il a publié de nombreux livres à succès. Il a dirigé, en collaboration avec Philippe Askenazy, l'ouvrage de référence 27 questions d'économie contemporaine, paru aux éditions Albin-Michel en 2008, et, en 2010, 16 nouvelles questions d'économie contemporaine.








Sur Amazon
à partir de :
16,00 € (neuf)
5,92 € (occasion)

   

Faire découvrir La prospérité du vice par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (75)

  • Ils sont en train de le lire (1)

> voir plus

Quiz

    Le monde est à nous, de Laurent Edel (niveau : difficile)

    A sa sortie de Sciences Po, Laurent Edel part travailler au Vietnam puis dans la Sillicon Valley. A son retour en France, il crée "Republic Alley", un incubateur de start-up internet, qu’il vend en 2002. Il entreprend ensuite, en famille, un tour du monde puis il coécrit en 2004 avec son épouse, Chine Lanzmann, "Le monde est à nous" (Editions JC Lattès). Actuellement coach en business et entrepreneur, Laurent Edel souhaite offrir une aide aux personnes qui cherchent à créer une entreprise sur la base d'une idée innovante : quel est le nom de la société qu’il a créée à cet effet ?

    •   “Good Futur”
    •   “Food Future”
    •   “Foudre Future”

    7 questions - 5 lecteurs ont répondu
    Thème : monde du travail , monde , économie , finance , société , business

    Créer un quiz sur ce livre.