Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique


ISBN : 2253010901
Éditeur : Le Livre de Poche (2001)


Note moyenne : 3.68/5 (sur 73 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
" Annie adore Alain, son mari. Elle est complètement sous sa domination et ne sait qu'obéir.
Mais Alain part en voyage et Annie se retrouve seule, complètement épouvantée, bien décidée à appliquer à la lettre l'" Emploi du temps " que lui a fait son mari et qui c... > Voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (4)

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par stcyr04, le 04 juillet 2013

    stcyr04
    Claudine s'en va est le dernier roman mettant en scène l'attachante héroïne des débuts de Colette. Il était temps, serait-on tenté de dire, tant le filon semble s'être, à mesure, tarit. Pour preuve cet opus, sous titré Journal d'Annie - précision précieuse -, car Claudine ne tient ici qu'une place secondaire dans l'économie du récit. Son titre est un simple argument commercial liant ce livre aux trois précédents; en effet, la fin du précédent volume semblait acter la rupture définitive de Claudine d'avec son volage mari. Procédé habile, certes, mais pour le moins, indélicat.
    Non, ici, c'est Annie qui s'en va, ou plutôt qui s'en ira à la fin, affranchie d'un mari étouffant et directif, qui l'a bridée et asservie psychologiquement. L'influence de son amie Claudine sera, certes, importante dans l'émancipation de cette petite bourgeoise très effacée; mais cette oeuvre n'apporte guère à la figure de Claudine. L'intêret de sa lecture réside dans les deux voyages constituant le corps du récit. Instructif est le passage où les personnages passent un séjour à Arriège (c'est-à-dire Uriage-les-Bains), illustrant la vie d'une station thermale au début du siècle dernier; intéressant est l'épisode à Bayreuth, témoignage de l'engouement dans laquelle vie cette ville lors de son fameux festival, tout entier dévolu à la gloire de Wagner.

    En résumé, si vous venez pour Claudine, passez votre chemin; si vous êtes là pour Colette, restez-y, ça reste très plaisant.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par madameduberry, le 14 avril 2014

    madameduberry
    C'est l'avant dernier volume des Claudine. Il ne parle que très peu d'elle. le récit à la première personne est celui fait par Annie de Pêne, (!!) esclave docile d'un tyran domestique qui lui dicte ce qu'il faut dire, lire penser, qui il faut fréquenter, et dont elle se persuade qu'elle l'aime. L'intérêt de ce livre mal ficelé est qu'il décrit assez bien la situation navrante en terme d'indépendance morale, civique, financière, des femmes de la classe aisée à la Belle Epoque, tout en décrivant aussi la situation intemporelle des femmes subissant l'emprise d'un homme.
    Annie réapparaîtra dans La Retraite sentimentale, titre ambigu, dont je voulus penser quand je le découvris , qu'il désignait la thébaïde où se réfugie Claudine dans cet ultime volume, signé de la seule Colette.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Aggie, le 07 avril 2015

    Aggie
    Après la crise conjugale de "Claudine en ménage", le titre du roman laisse à penser que ladite Claudine va quitter son Renaud de mari. Pas du tout. Je suppose qu'il fallait inscrire le présent ouvrage dans la lignée des Claudine. On joue sur les mots puisque, en fait, Claudine laisse ici sa place de narratrice à Annie, jeune femme timide.
    Entièrement soumise à son mari Alain et habituée à ce qu'il lui dicte ses moindres gestes, le départ en voyage pour l'Amérique du Sud de ce dernier laisse Annie désemparée.
    Pourtant, au contact de sa belle-soeur Marthe, jeune femme volontaire et débrouillarde, de la très clairvoyante Claudine et d'autres petites personnes peu avares de confidences intimes, Annie commence à s'affirmer et à s'interroger sur son mariage, sur la personnalité d'Alain, sur l'amour qu'elle lui porte.
    On retrouve donc Claudine, mais à la troisième personne. Très amoureuse de Renaud, au portrait à peine esquissé d'ailleurs, elle est la confidente et la conseillère d'Annie. En observant ces deux femmes, les seules épargnées par la plume caustique de Colette, on finit par se demander si elles ne sont pas deux facettes de l'écrivain, ou plutôt si la nouvelle ne remplace pas l'ancienne, l'amoureuse cédant la place à celle qui doute. Après tout, ce titre, "Claudine s'en va" peut aussi s'interpréter de cette façon.
    À lire aussi bien sûr pour la belle écriture de Colette et pour son portrait sans indulgence d'une certaine bourgeoisie superficielle et hypocrite.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par MademoiselleA, le 20 avril 2015

    MademoiselleA

> voir toutes (2)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Aggie, le 30 juin 2015

    Claudine ôte son chapeau de garçon, remue ses boucles. Elle a ce teint mat, cet air sauvage et doux qui me plaît tant. Sa chatte s'assied correctement, la queue sous les pattes de devant. J'ai bien fait d'envoyer mon Toby promener avec Léonie ; elle l'aurait griffé.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par stoufnie, le 06 août 2012

    Il est parti ! Il est parti ! Je le répète, je l'écris, pour savoir que cela est vrai, pour savoir si cela me fera mal.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
1,85 € (neuf)
1,30 € (occasion)

   

Faire découvrir Claudine s'en va par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz