AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2919285041
Éditeur : Antidata (01/06/2012)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Temps additionnel : temps ajouté à la fin d’un match, pour compenser les arrêts de jeu. Il commence après la dernière seconde du « temps réglementaire », et excède rarement 4 minutes. Les victoires acquises pendant ce bref moment de survie post-mortem accordé par l’arbitre, ont évidemment une saveur de miracle, qui les rend à la fois prestigieuses et suspectes. Et les défaites deviennent des coups du sort à la limite d’être l’œuvre du Malin.

Ce qui do... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (2) Ajouter une critique
Charybde2
17 mars 2013
★★★★★
★★★★★
Douze savoureuses nouvelles sur le football, mais pas seulement...
Parue en mai 2012, cette nouvelle anthologie des dynamiques éditions Antidata tient à nouveau ses savoureuses promesses, sur le thème pourtant légèrement improbable... du football.
Les auteurs de chacune de ces douze nouvelles ont su trouver mots et ruses pour nous émouvoir, nous faire rire et réfléchir à travers le prisme de ce "temps additionnel" de la fin de partie, espace de tous les espoirs et de tous les dangers... On y trouvera bien des surprises, car les cchutes ont été souvent très soignées, telles celle de l'intérêt d'une femme pour les soirées foot (Murielle Renault, "Chacun sa place", celle du monologue intérieur d'un hooligan (Sophie Adriansen, "Seules les mères et les chanteuses de pop"), celles (elles sont deux, dans deux registres très différents) qui nous rappellent que les stades de foot ont hélas eu d'autres usages que le sport (Laurent Banitz, "Portier de nuit", et Stéphane Monnot, "Tegucigalpa (une obsession américaine)"), celle qui montre la beauté de l'envie de jouer chez une jeune fille (Gilda Fiermonte, "La fille du quartier"), celle qui au contraire montre le cynisme efficace de l'intérêt affiché pour ce sport (Jean-Baptiste Desaize, "En apnée"), celle qui jette un regard mi-amusé mi-songeur sur les amitiés et les duretés sportives de jeunesse (Olivier Salaün, "Le gros Seznec"), ou encore celle qui plonge dans ce possible enfer du dimanche qu'est le match amateur "à enjeux" (Jérôme Attal, "Un derby bien sanglant").
Mes préférées : "Multifoot" de Jérôme Lafargue qui, au prix d'un joli détour par l'existence possible d'univers parallèles, nous offre un beau texte existentiel ; "Les vétérans du Stade Balarucois" d'Olivier Martinelli, qui réjouira, en un sympathique paradoxe, toutes celles et tous ceux qui se sont déjà "battus", attaquants, sur un terrain pour arracher un but ; "Les chaussures qui courent vite" de Gilles Marchand, qui parvient à détourner l'apparente stupidité de son protagoniste en une poésie quasi-surréaliste ; et la palme qui revient à Malvina Majoux (dont j'avais déjà adoré "Le Schnark de Levallois" dans l'anthologie "Douze cordes" du même éditeur), avec son "Les taupes", qui reconstruit tout le déroulement d'une partie manipulée et sabotée de A à Z par d'inventives taupes de jardin nommées Kropotkine et Bakounine... Un pur régal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Charybde7
29 avril 2013
★★★★★
★★★★★
Inventivité et jubilation est à mon sens ce qui définit le mieux les recueils de nouvelles des éditions Antidata, lectures idéales pour colorer les interstices de la vie.
Alors, même si votre credo en matière de football se résume à ces paroles de Guy Bedos « le foot, le foot, la France est foutue ! », vous éprouverez un grand plaisir de lecture avec ce recueil de 2012 sans temps mort consacré au football.
Sur le terrain ou le banc de touche, douze joueurs font ici montre de leur style, avec des récits évoluant dans tous les compartiments du jeu.
Mes ballons d'or vont aux nouvelles suivantes : "Multifoot" de Jérôme Lafargue, une nouvelle sur le pouvoir fantastique du rêve dans laquelle Johan, un adolescent à l'avenir incertain dans le football, imagine son devenir dans un monde parallèle ; "Seules les mères et les chanteuses de pop" de Sophie Adriansen, ou la pathologie d'un hooligan d'outre-manche qui consacre sa vie et son corps à son club de football, le Wimbledon Athletics, en espérant que celui-ci lui sera fidèle pour toujours ; "Portier de nuit" de Laurent Banitz, une fiction qui nous rappelle que certains stades de football ont aussi été dans l'histoire des camps de prisonniers et les lieux d'exécutions sommaires ; et enfin "Les chaussures qui courent vite" de Gilles Marchand : Tous ceux qui connaissent l'obsession des sportifs pour le matériel apprécieront cette nouvelle délicieusement surréaliste, où un jeune footballeur compte avant tout sur la performance de son équipement pour atteindre le meilleur niveau, tant sur le terrain de football que sur celui de l'amour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations & extraits (3) Ajouter une citation
Charybde7Charybde729 avril 2013
Dans l’amour ce qui compte, c’est un slip qui fait bien l’amour. J’avais fait mon éducation sexuelle en regardant des téléfilms érotiques de deuxième partie de soirée. À priori rien de bien affriolant, mais de quoi poser les fondations solides de l’idée que j’allais me faire des relations entre les hommes et les femmes en milieu propice aux vapeurs amoureuses. C’est dans ces téléfilms que j’avais découvert, ou plutôt que s’était gravée en moi l’idée que l’amour se faisait en slip. Je manquais de référents extérieurs qui auraient pu contredire cette théorie. Pour moi, le slip était à l’amoureux ce que la chaussure était à l’athlète. (Les chaussures qui courent vite, Gilles Marchand)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2Charybde212 avril 2013
Et puis je lui ai posé la question qui me brûlait les lèvres depuis la veille quand j'avais repris mes esprits à l'intérieur du camion de pompier. Une question qu'aucun défenseur ne se serait posée, bien sûr, mais que je me posais, moi. La durée de mon arrêt de travail, le fait de retrouver toute la mobilité de mon bras, est-ce que l'opération serait douloureuse ? Tout ça me préoccupait... Mais pas autant que la question qui me taraudait. J'ai fixé mon ami. Et je lui ai demandé :
- Hé, Nasser, sur l'action où je me blesse... Le ballon... Il est rentré ?

(Olivier Martinelli, "Les vétérans du Stade Balarucois")
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2Charybde212 avril 2013
BAKOUNINE : Tout est prêt ?
KROPOTKINE : On a 350 mètres de galeries superficielles, sans une taupinière mais avec des puits d'aération tous les 20 cm. Irrepérables. Il y a un accès aux galeries profondes de repli tous les 10 mètres avec environ une dizaine de chambres de repos.
BAKOUNINE : T'as fait aucune taupinière ? T'as comprimé toute la terre creusée dans les galeries ?
KROPOTKINE : Comme ça elles sont bien solides.

(Malvina Majoux, "Les taupes")
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : footballVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

La danse

Comment s'appelle la danse que l'on danse durant les soirées royales ?

le tango
la valse
le hip hop
la salsa

4 questions
73 lecteurs ont répondu
Thème : Les 15 plus belles histoires pour les petites filles de CollectifCréer un quiz sur ce livre