Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Guillaume Fournier (Traducteur)

ISBN : 2266182714
Éditeur : Pocket Jeunesse (2011)

Existe en édition audio



Note moyenne : 4.12/5 (sur 2749 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Contre toute attente, Katniss a survécu une seconde fois aux Hunger Games. Mais le Capitole crie vengeance. Katniss doit payer les humiliations qu'elle lui a fait subir. Et le président Snow a été très clair: Katniss n'est pas la seule à risquer sa vie. Sa famille, ses ... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (433)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par verobleue, le 26 février 2012

    verobleue
    Attention ! À ne pas lire si vous n'avez pas encore découvert les 3 tomes de la saga.
    J'ai emprunté à la bibliothèque les deux premiers tomes pour mon fiston, féru de fantasy et comme d'habitude, je les ai lus aussi. Je n'imaginais pas faire une critique, les livres en étant déjà bien pourvus et je ne voyais pas la nécessité d'apporter ma pierre à l‘édifice.
    Mais après avoir lu le dernier tome, j'ai un sentiment d'amertume, un certain mal-être. Je me sentais vachement triste et vide.
    Je me suis mise à lire les différentes critiques. Surtout celles écrite par de jeunes lecteurs. Et je me suis demandé s'ils avaient bien compris que ce troisième tome n'avait rien d'une dystopie et qu'on se trouvait en pleine réalité.
    Génocides, guérilla urbaine, conditionnement, tortures physiques, psychologiques, guerre médiatique, manipulation des populations, esclavage, otages humains, pressions : tout cela fait partie du quotidien de populations dont les pays sont en guerre ou sous le joug du totalitarisme.

    La saga « Hunger Games » de Suzanne Collins se déroule dans une Amérique du Nord post-apocalyptique divisée en 12 districts, ayant chacun leur spécialité et soumis au Capitole. Depuis des années, le Capitole organise les «Hunger Games»: deux enfants dès 12 ans issus de chaque district sont jetés dans une arène, truffée de pièges où ils doivent d'abord survivre puis s'éliminer dans une guerre sans merci. Un seul doit donc sortir vivant de ces jeux de téléréalité. le combat singulier de Katniss, 16 ans nous est conté dans Hunger Games T1, elle en subira les conséquences dans « L'Embrasement » T2, et deviendra le geai moqueur, symbole de ceux qui veulent changer le système dans « La Révolte »T3.

    Nous retrouvons donc Katniss après son enlèvement par les rebelles. le district 12 a été bombardé, les survivants dont la maman de Katniss, sa sœur et Gale, ont été recueilli dans le district 13. Katniss est déboussolée car Peeta est retenu prisonnier par le Capitole. Celui-ci est utilisé dans la propagande télévisée du Capitole. Une escouade parvient à libérer Peeta des prisons du Capitole mais celui-ci a été torturé et conditionné à considérer Katniss comme une aberration de la nature, une mutation génétique qu'il faut éliminer. Peeta essaie de la tuer et est pris en charge par une équipe qui tente un reconditionnement.
    Le district 13 a survécu et sa population s'est libérée de l'emprise du Capitole, mais l'auteur nous montre que le district 13 prend des allures de Capitole. Entrainement des troupes de façon assez musclée, au Bloc, appelé «Simulation de Combat Urbain» qui reproduit l'environnement d'une rue du Capitole. Missions : enlever une position, détruire une cible, fouiller une maison. Décor machiavélique avec des mines, des tireurs d'élite et comprenant même des « enfants en larmes » qui « viennent les conduire dans des embuscades ». On nage en pleine guérilla urbaine.
    Une équipe dont fait partie Gale, est chargée de trouver des stratégies de guerre. « Il s'agit moins de reprendre le mécanisme des pièges que d'en conserver le ressort psychologique. En piégeant par exemple une zone qui fournit un élément essentiel à la survie. Comme une source d'eau ou d'alimentation. En effrayant les cibles de manière qu'elles s'enfuient en grand nombre vers un danger bien pire. En menaçant les enfants pour attirer les parents dans la nasse. En conduisant la victime dans un endroit qui parait sûr – mais où la mort l'attend» Gale, lui est passé de l'autre côté. Il a besoin d'assouvir sa vengeance contre des années de privation et de mauvais traitements. Cela le conduit à des actes encore plus cruels que ceux de leurs ennemis
    La vie dans le treize est réglée au millimètre près : nourriture, emploi du temps, vêtements, entraînement et même les occupations. On s'aperçoit que les instances du district 13 ont le projet de modeler Katniss afin qu'elle devienne le geai moqueur. Mais Katniss n'est plus qu'une héroïne abattue, l'ombre d'elle-même, traumatisée, en proie aux doutes sur le bien-fondé des actions entreprises.
    En tournant des spots dans le district 8 pour faire rallier la révolution, il y a bombardement meurtrier ce qui réveille le geai moqueur. Katniss part au Capitole avec une équipe armée pour éliminer Snow. Sans oublier l'équipe de télévision qui filme ses moindres faits et gestes qui sont projetés sur la chaîne nationale piratée. C'est une guerre médiatique poussée à l'extrême.
    Certains passages sont délicats. C'est la guerre, il y a beaucoup de morts, de désespoir, de blessures, de désenchantement et de fatalisme. Des révélations affreuses sont faites de la vie du Capitole tel l'esclavage sexuel de Finnick. « le président Snow me vendait… c'est-à-dire mon corps, commence Finnick d'une voix détachée. [...] Dès qu'un vainqueur est considéré comme désirable, le président l'offre en récompense à ceux qui le servent, ou le loue à des tarifs exorbitants. Si on refuse, il fait tuer l'un de nos proches. Alors, on obéit. »
    Les blessures physiques et psychologiques, les abus et les tortures répétées peuvent entraîner des dégâts irréversibles et marquer à tout jamais les victimes.
    Suzanne Collins montre clairement qu'il n'y a pas de gentils ou de méchants : il n'y a que des hommes et des femmes, des deux côtés, qui œuvrent pour ce en quoi ils croient. Il y a des dégâts et des morts dans les deux camps. Et jamais, l'auteur n'établi clairement qui a raison.
    La violence fait rage que ce soit du côté du Capitole ou de celui des rebelles et, comme dans toute guerre, l'horreur est présente à tout instant. La réalité de la violence avec son lot de pertes et de trahisons est montrée dans toute son horreur, de part et d'autre des deux camps ; la victoire des rebelles ne fait pas pour autant disparaître la cruauté de l'homme. Pas de manichéisme ici. La soif de pouvoir existe dans les deux camps.
    .
    Ce côté sombre contraste quelque peu avec la catégorie jeunesse dans laquelle est classée la saga. Je ne sais pas si un jeune enfant peut comprendre. Cette saga devrait être lue accompagné ou même encore étudiée à l'école avec l'aide d'un enseignant qui pourrait expliquer à l'enfant la paix, la guerre et ses ravages, les moyens utilisés.

    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          6 195         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par florencemullot, le 10 décembre 2011

    florencemullot
    Je ne sais pas trop quoi penser de ce tome 3. Je n'arrive pas à me défaire de cette impression désagréable, une sorte d'amertume qui n'arrive pas à disparaître. Je sais que cela est dû à beaucoup de choses du livre. Pourtant, j'ai beaucoup aimé lire ce tome 3, moins que les deux autres au final, c'est vrai, mais il me reste une impression désagréable depuis la fin de ma lecture... C'est difficile à expliquer. Enfin je vais tout de même essayer.
    Tout d'abord et à bien y réfléchir, je trouve que le district Treize n'est pas loin de la violence et de la cruauté du Capitole. Je peux comprendre le fait que les règles y soient strictes. La peur engendre souvent des actes auxquels on aurait préféré ne pas succomber. La peur est sûrement la pire chose qui soit, en fait. Elle nous fait commettre des choses impensables. Mais il n'en reste pas moins que la façon dont se comporte les dirigeants du Treize n'est pas acceptable à de nombreux niveaux. Se montrer autant insensible les a peut-être sauvegardé mais s'ils avaient eu le courage de faire quelque chose bien avant, ils n'auraient pas eu à perdre cette humanité qui leur fait défaut. Je ne porte absolument pas dans mon cœur Coin et les autres. je préfère encore les gens du Capitole qui sont frivoles et inconscients. le fait de ne rien savoir les rend plus humains. Katniss s'en rend elle aussi compte d'ailleurs... Trop tard malheureusement, mais assez tôt aussi pour tout changer.
    En parlant de Katniss, j'aurais tellement de chose à dire à son propos que je vais sûrement m'égarer. Nous la découvrons aux bords de la folie. Il est étrange et en même temps naturel de la voir dans cet état. Suzanne Collins arrive très bien à d'écrire cette folie qui la ronge. Katniss s'en trouve plus humaine, plus fragile, et je l'aime encore plus sous cet aspect vulnérable. On a envie de la protéger, de veiller sur elle. J'aurais préféré bien sûr qu'elle ne subisse pas tout cela... Il y a d'ailleurs beaucoup trop de souffrance qui l'entoure et ce tome ne se résume qu'à un flot continue et toujours plus cruel de malheur. Je ne pense pas qu'elle était obligée de subir tout cela. Les pertes qu'elle subit sont inacceptables à de nombreux moments. Certaines morts semblent même gratuites tant je me suis attachée aux compagnons de notre héroïne... C'est comme un acharnement perpétuel envers Katniss. Elle n'est plus que l'ombre d'elle-même d'ailleurs. Mais j'arrive à comprendre ce que Suzanne Collins a voulu nous faire passer. L'horreur simple et morbide de la guerre. le flot de souffrance. Et surtout l'injustice. Totale. Implacable.
    Quant à Peeta... Je regrette de ne pas l'avoir vu plus souvent dans le roman et surtout sous le jour où nous l'avions découvert. Je n'ai pas aimé le voir dans cet état, j'ai même détesté cela. Et Katniss qui n'arrivait pas à aller vers lui, qui a mis tant de temps à se rendre compte du peu de chose qui lui aurait fallu pour le retrouver. Je lui en ai voulu pour cela. J'aurais aimé la voir agir différemment, même si je sais qu'elle n'était pas en mesure de le faire. Pour ma part, nous avons perdu le Peeta que j'aimais dans ce tome, et même la fin ne me donne pas l'impression de le retrouver. Il est certain que toute l'horreur qu'ils aient traversé ne pouvait que les changer, mais j'ai perdu espoir au tiers du roman. C'est cette sensation que je n'ai pas aimé. La brutalité de la mort de personnages que j'aimais, le fait de ne pas avoir droit à plus de moments de bonheur entre Katniss et Peeta, découvrir combien le pouvoir peut conduire à des actes impardonnables.
    En un sens, ce tome est excellent car il montre parfaitement ce que voulait montrer l'auteur. Avec justesse, et toujours avec autant de suspens. Et malgré le fait que "La Révolte" soit un roman oppressant, j'ai tout de même apprécié les quelques lueurs d'espoir auxquelles nous avons eu droit. Haymitch se montrant paternel envers Peeta et Katniss, nous permettant de voir une facette plus chaleureuse de lui. Finnick et Annie, même si cela a été de courte durée. Johanna que je n'apprécie pas vraiment mais qui devient plus humaine. Beetee drôle dans son rôle de savant fou. Boggs pour avoir veillé sur Katniss...
    Et j'en viens à me dire que j'ai préféré les "vrais" Hunger Games à ce tome qui est pourtant une libération. Je ne sais pas si c'est morbide ou pas... Préférer un roman traitant de ce jeu cruel plutôt que celui racontant une guerre horrible où mes héros ne sont au final que des pions que l'on s'amuse à sacrifier...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 130         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Espai, le 09 avril 2012

    Espai
    Suzanne Collin est maligne. Les Hunger Games ne sont qu'un piège où elle entraîne le lecteur, une pauvre arène : on croit dans les premiers tomes en être simple spectateur avant de plonger dans le dernier, de plonger pour se retrouver englué face à des démons qui se relèvent être des peurs bien réelles et actuelles.
    Tout d'abord, un T1 classique : une héroïne devant survivre à des épreuves terribles, avec en fond une romance étrange à trois. Puis un tome 2 en équilibre (au bord du gouffre que sera le trois ?) avec ce mélange parfois incompréhensible entre les peines de cœur de Katniss, les révoltes des Districts en sourdine, et ces deuxièmes jeux qui ressemblent parfois à une parodie où l'on rit plus que l'on ne tremble.
    Mais il est trop tard ; le lecteur est englué, et attiré par ce fil d'Ariane qu'est ce triangle amoureux dont il veut la réponse, il se perd dans le labyrinthe du troisième tome. Et brusquement, plus de fil à suivre gentillement. Plus de Jeux. Plus de règles, ni d'ordre. Plus rien. Ce tome est complétement différent des deux autres. On y plonge dans un cauchemar halluciné, on côtoie la folie, la haine, la haine, et la guerre, et ici, toutes les roses sont mêlées de sang, toutes.
    Le but, c'était ça : nous y faire tomber, nous amener à ce dénouement. Et là toute l'ambiguïté des Jeux se révèlent. Que faire ? Rester spectateur ? se désoler de la place de moins en moins centrale des romances ? râler sur l'action qui ramollie parfois ? Ou bien plonger dans les Jeux, plonger dans la guerre, loin des manichéismes des premiers tomes, et prendre en pleine face la crudité de la laideur humaine.
    La Folie est partout. Peeta est fou, à lier, et sa guérison semble ne jamais pouvoir être complète. Katniss aussi est folle, brisée par ses 2 Jeux, et par toutes les horreurs qui continuent de se succéder devant ses yeux. Puis Gale, aussi : mais lui, c'est la folie de son être qui se révèle plus qu'elle n'est provoquée, sa folie de haine et de sang. Puis le reste du monde, qui devient fou, qui meurt injustement, qui brûle, qui meurt. Et le lecteur, parfois. Je crois avoir haï quasiment tous les personnages, et surtout surtout ces équipes de tournage, ces reportages à vomir, ce masque du faux qu'on oblige Katniss à porter et qui l'étouffe.
    Pour ce simple tome, la série vaut la peine d'être lue, et dépasse le simple succès médiatique, le simple triangle amoureux classique mêlé à actions et péripéties. Je ne suis pas sortie indemne de ce livre : il n'est pas à mettre entre toutes les mains (je pense aux plus jeunes qui ne comprendraient pas). Mais, si on le prend comme il est, une chute dans un gouffre, une chute à laquelle il ne faut pas résister, alors de vraies réflexions, de vraies questions se posent.
    Et finalement, peut-être arriveront nous à nous souvenir définitivement qu'il n'y a rien de bon dans les Jeux. Qu'ils soient d'arènes, ou qu'ils soient de guerres.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 92         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par fnitter, le 15 août 2012

    fnitter
    Le distric 12 n'existe plus. Katniss est en route vers le 13, en compagnie de certains de ses alliés des jeux de l'horloge. Sa famille est sauve. Peeta est prissonier du Capitole. Ainsi démarre ce troisième et dernier tome des Hunger Games.
    Cette fois-ci, plus de jeu de faim. Plus question de jouer, c'est la guerre dans toute ses atrocités, tortures, bombardements de civils, pertes acceptables, propagande.
    L'auteure réussit l'exploit, pour de la littérature jeunesse, de ne pas rendre les rebelles trop lisses, consensuels. Triste réalité, où chaque camp, qu'il soit "gentil" ou "méchant" (pour simplifier) peut commettre des atrocités au nom de la fin (qui justifie les moyens ?). Mais rassurez-vous, l'honneur sera sauf à la fin.
    Les personnages principaux sont bien travaillés; pleins de fêlures psychologiques, des blessures à l'âme, au coeur et au corps se battant pour rester en vie, tant sur le plan physique que moral.
    Le triangle Katniss-Gale-Peeta, continue de fonctionner mais ne perturbe pas le fil tragique de l'histoire.
    Une nouvelle facette de la téléréalité : La propagande, où qui contrôle les médias, contrôle l'opinion.
    Quelques bémols tout de même. le style et l'absence de certaines descriptions nous laissent un peu à l'extérieur des aspects les plus désagréables de la guerre. Si peu de sujets sont épargnés, ils restent abordés de façon un peu trop superficielle à mon sens.
    L'organisation du District 13 est peu crédible, dans sa capacité à utiliser et surtout créer de la haute technologie, depuis tant d'années, avec son organisation rigide, militaire sous-terraine et clandestine. Cela manque d'explications pour se convaincre de sa viabilité.
    Il manque également des explications sur l'organisation politique des rebelles et les structures résistantes qui seront capables, en deux temps trois mouvements de retourner tous les disctricts à l'exception notable du 2, "reprises en main" ou libérations auxquelles nous n'assisterons d'ailleurs pas.
    Mais au final, un très bon page-turner, à l'instar du tome 1 et 2, qui se lit très rapidement, concluant de façon logique la trilogie. Un style fluide, simple et agréable.
    Un bon moment de détente qui ouvre la réflexion sur la guerre et ses côtés sombres.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          4 46         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Sio, le 05 avril 2012

    Sio
    A la fin du tome précédent, Katniss est sauvée in extremis de l'arène par les rebelles du District 13. Mais pas Peeta. Il est retenu par le Capitole, plongeant Katniss dans l'affliction la plus extrême, car elle n'as pas su le protéger.
    Au District 13, la vie est militaire, réglée comme sur du papier à musique: l'emploi du temps est strict, la désobéissance mal vue, et le rationnement obligatoire. Katniss, très perturbée par ses deux passages dans l'arène a quelques excuses et erre comme une âme en peine. La fille du feu semble avoir perdu la flamme qui l'animait et ce ne sont pas les retrouvailles avec Gale, sa mère et Prim qui suffiront à la ranimer. Son désir de vengeance contre le Capitole est d'autant plus fort qu'elle ignore tout de Peeta, mais c'est un bombardement auquel elle assiste qui va lui faire endosser le rôle qu'on attend d'elle depuis le début: devenir le geai moqueur et incarner enfin la rébellion.
    A partir de là, tout s'accélère; on découvre le District 13, mené de main de fer par la Présidente Coin, sous son véritable jour: une principauté gouvernée par un pouvoir central autoritaire, ne reculant devant rien pour parvenir à ses fins. Dès l'âge de 14 ans, les jeunes sont envoyés s'entraîner comme à l'armée et sont appelés "Soldats". L'expérience de Gale à la chasse est utilisée pour fabriquer des pièges. On découvre également des personnages qui ont évolué: Gale, de beau gosse ténébreux et révolté est devenu un fin stratège de guerre, et n'est pas le dernier pour avancer des idées d'armes plus que douteuses. de jeune homme sympathique, il est devenu un bourreau en puissance, se servant des armes du Capitole pour l'abattre, quelles que soient leur portée ou leur cruauté. Il est passé de l'autre côté.
    On se prend alors à espérer le retour de Peeta, que Katniss continue à défendre becs et ongles après l'avoir vu décharné et les yeux fous sur la chaîne de télévision du Capitole; elle obtient pour lui et les autres tributs l'immunité diplomatique. le grand jour arrive enfin, Peeta est de retour... mais tellement torturé et conditionné par le Capitole qu'il ne souhaite qu'une chose: tuer Katniss, rapidement et douloureusement.
    A partir de là, Suzanne Collins déploie son talent pour dépeindre la douleur psychologique que ressent Katniss. C'est une jeune fille dévastée, perdue dans un monde où les adultes ne pensent qu'à l'utiliser à leurs fins, avec ou sans son consentement. Ce pour quoi elle se battait, la liberté, lui est refusée. Soumise aux règles strictes de son nouveau district, elle dépérit peu à peu. Quand se présente enfin la mission qu'elle attend depuis toujours - mettre fin aux jours du président Snow, puisqu'elle pense que c'est la seule solution envisageable - elle n'hésite pas et se porte volontaire. A ses côtés, Gale, Finnick, et Peeta - qui semble revenir doucement à la normale. Mais la mission ne se déroule pas comme prévu et Katniss découvre l'ampleur de la cruauté des rebelles dont elle fait partie. On pensait avoir survolé l'éventail des sentiments douloureux qui secouent la jeune fille mais tout ça n'était qu'un début. A la douleur physique s'ajoute l'anéantissement qui amène Katniss au bord de la folie. le récit est poignant et touche à des thèmes d'actualité brûlants. Nous ne sommes plus dans une fiction, mais avons débarqué dans la réalité: ce que Suzanne Collins évoque se déroule dans le monde. La torture, les pièges de guerre retors et sadiques, la guerre des ondes, la manipulation des médias et les moyens utilisés tant par les rebelles que par le Capitole sont des choses réelles. Au final, on se rend compte que les deux camps ont leurs torts et Suzanne Collins ne tranche jamais en faveur de l'un ou de l'autre. Si les rebelles ont semblé être une cause sympathique dans le tome 2, il est clair dans le tome 3 qu'ils ont basculé du mauvais côté, faisant du District 13 un nouveau Capitole, de la Présidente Coin un nouveau Snow pervers. Après tout, ne propose-t-elle pas une nouvelle édition des Hunger Games, réservés aux enfants du Capitole, simplement pour se venger? Alors que la 76e édition a déjà eu lieu, sous la forme de la progression du groupe de Katniss dans l'enfer urbain de la capitale. le personnage emblématique de ce revirement de la situation est sans aucun doute Gale, l'ami, le confident et celui que l'on percevait comme une sorte d'âme sœur de Katniss. Ses pièges, remaniés pour la guerre fonctionnent à merveille et Katniss ne peut pas passer outre. La césure est irrémédiable et la jeune fille se replie sur elle-même, abandonné de tous et souhaitant tout abandonner à son tour.
    Si ce troisième tome était pressenti comme radicalement différent des deux précédents, on perçoit encore la puissance évocatrice des Hunger Games, qui chapotent l'ensemble de l'ouvrage. L'action est bien dosée, mais c'est surtout au niveau psychologique et du point de vue des personnages que se déroule l'intrigue. On suit les circonvolutions de l'esprit malade de douleur de Katniss, que rendent très bien la narration à la première personne, et l'écriture de l'auteur qui dévoile son talent. On souffre avec Katniss, on est tour à tour abasourdi, dégoûté, abattu, révolté. le roman laisse une amertume tenace une fois tournée la dernière page, une sensation de tristesse infinie, que bien peu de choses peuvent pallier: on se retrouve totalement en accord avec les sentiments de ces personnages détruits, dont on sent que la reconstruction sera aussi lente que difficile. Avec ce dernier tome, Suzanne Collins quitte doucement la fiction et de l'anticipation pour évoquer des sujets graves et profonds, par l'intermédiaire d'une jeune fille brisée, perdue dans un monde d'adultes manipulateurs, et dont les cauchemars sont devenus réalité

    Lien : http://0z.fr/wT8JV
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 41         Page de la critique

> voir toutes (306)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par dreams27, le 19 octobre 2014

    Excellent livre que j'ai dévoré en 2h, encore moins que les 2 premiers.
    L'intrigue y est encore plus intense que dans le 2em, j'ai même failli pleurer à un moment de l'histoire, et ne pouvant supporter d'attendre j'ai lu une des dernières pages pour savoir si **** survivait ou pas...

    Niveaux adaptation, je pense que si les 2 prochains films sont aussi intense que ce dernier livre, je vais pleurer au ciné... XD

    je préfère ne pas trop en dire, pour ne pas spoiler ceux qui ne l'auraient pas encore lu.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par LiliLaChipie, le 11 octobre 2014

    Le choc t'a fait éclater la rate. Ils n'ont pas réussi à la sauver. (Elle a un petit geste désinvolte avec la main). Ne t'en fait pas, on en a pas besoin.

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la citation

  • Par Calla, le 25 juillet 2011

    -Merci pour l'eau, dit Peeta.
    -Pas de soucis, répond Gale. Je me réveille dix fois par nuit, de toute manière.
    -Pour t'assurer que Katniss est toujours là ?
    -Il y a de ça, reconnaît Gale.
    Après un long silence, Peeta reprend la parole.
    -C'était drôle, ce qu'à dit Tigris. Comme quoi personne ne savait quoi faire d'elle.
    -Regarde nous, on n'a jamais su, dit Gale.
    Ils rient tous les deux. C'est étrange de les entendre discuter comme ça. Presque comme deux amis. Ce qu'ils n'ont jamais été.
    Même s'ils ne sont pas précisément ennemis.
    -Elle t'aime, tu sais, dit Peeta. Elle me l'a plus ou moins avoué après ta flagellation.
    -Ne crois pas ça, réplique Gale. Sa façon de t'embrasser pendant l'Expiation...Je peux te dire qu'elle ne m'a jamais embrassé comme ça.
    -C'était seulement pour la caméra, lui dit Peeta d'une voix où perce tout de même une pointe de doute.
    -Non, tu as su la gagner. Tu as tout sacrifié pour elle. C'est peut-être la seule manière de la convaincre qu'on l'aime. (S'en suit un long silence) J'aurais dû me porter volontaire pour prendre ta place dans les premiers jeux. Je l'aurais protégée.
    -Tu ne pouvais pas, lui rappelle Peeta. Elle ne te l'aurais jamais pardonné. Tu devais prendre soin de sa famille. Elle y attache plus d'importance qu'à sa propre vie.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 142         Page de la citation

  • Par verobleue, le 21 février 2012

    - Johanna a dû retourner à l’hôpital, nous annonce-t-il.
    Je croyais qu’elle allait bien, qu’elle avait réussi l’examen mais qu’on ne l’avait pas affectée à une unité de tireurs d’élite, voilà tout. Elle est redoutable au lancer de hache, même si elle n’a jamais vraiment brillé avec un fusil.
    - Elle est blessée ? Que s’est-il passé ?
    - Ca s’est produit pendant son passage au Bloc. Ils essaient de cibler les faiblesses potentielles d’un soldat. Alors, ils ont inondé la rue, m’explique Haymitch.
    Ca ne m’éclaire pas beaucoup. Johanna sait nager. Du moins, je crois me souvenir de l’avoir vu faire lors des Jeux de l’Expiation. [...]
    - Et alors ?
    - C’est comme ça qu’on l’a torturée au Capitole. En l’arrosant avant de lui envoyer des décharges électriques, raconte Haymitch. Ca lui est remonté à la mémoire d’un coup. Elle a paniqué, elle ne savait plus où elle était. Il a fallu la remettre sous sédatifs.
    Finnick et moi restons plantés là, comme si nous avions perdu la faculté de réagir. Je repense à Johanna qui ne se douche jamais. Qui était sortie sous la pluie ce jour-là comme s’il tombait de l’acide.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 36         Page de la citation

  • Par shaamalight, le 01 mai 2012

    Mes enfants, qui ne savent pas qu'ils jouent sur un cimetière.
    Peeta dit que tout ira bien. Nous sommes ensemble. Et nous avons le livre. Nous saurons leur expliquer d'une manière qui les rendra plus courageux. Mais un jour, il faudra bien leur parler de mes cauchemars. D'où ils me viennent. Pourquoi ils ne s'effaceront jamais complètement.
    Je leur apprendrai comment je survis. Je leur dirai que certains matins, je n'ose plus me réjouir de rien de peur qu'on me l'enlève. Et que ces jours-là, je dresse dans ma tête la liste de tous les actes de bonté auxquels j'ai pu assister. C'est comme un jeu. Répétitif. Un peu lassant, même après plus de vingt ans.
    Mais j'ai connu des jeux bien pires.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 55         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
17,20 € (neuf)
15,17 € (occasion)

   

Faire découvrir Hunger Games, tome 3 : La Révolte par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (5569)

> voir plus

Quiz