Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Jean Guiloineau (Traducteur)

ISBN : 2757806475
Éditeur : Points (2008)


Note moyenne : 3.27/5 (sur 44 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Après le suicide bâclé du professeur Pendleton, écrivain raté sur le point de perdre sa chaire de Creative Writing, Adi, l’une de ses étudiantes rongée par la culpabilité, s’installe chez lui pour jouer les gardes-malades. Elle découvre dans la cave un livre écrit par P... > voir plus
Lire un extrait Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (5)

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par mariech, le 16 avril 2012

    mariech
    La vie secrète de E. Robert Pendleton est le genre de roman anglais que j'aime beaucoup .
    Robert Pendleton est -il vraiment celui qu'il paraît être ?
    Quand Ari , la jeune étudiante découvre un manuscrit chez lui que doit -elle en penser ? Est-ce le fruit du hasard ou pas ?
    L'auteur nous fait un portrait caustique des milieux universitaires où la réputation est la chose la plus importante qui soit , au risque de tout perdre , surtout l'estime de soi .
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 14         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Woland, le 31 mai 2008

    Woland
    Death of a Writer
    Traduction : Jean Guiloineau
    A ce jour, c'est pour moi le meilleur roman de Michael Collins. Il faut dire que je n'en ai lu que trois : "Les Ames perdues" (correct, sans plus), "Les Profanateurs" (j'ai détesté) et donc cette "Vie Secrète ..."
    L'action se situe dans une petite université américaine (Michael Collins est irlandais mais vit aux Etats-Unis), Bannockburn, où végète, depuis des années, E. Robert Pendleton, professeur de littérature et de composition littéraire qui a rêvé, en son temps, d'être un auteur reconnu. Mais d'autres, plus chanceux ou plus opportunistes, l'ont dépassé sur cette route glorieuse mais semée d'embûches, notamment Allen Horowitz, qui fut jadis son condisciple et que l'université s'apprête à recevoir aujourd'hui même pour un symposium.
    Chargé de recevoir l'homme qui caracole sur la liste des best-sellers, Pendleton se rend à l'aéroport avec le photographe du campus, Henry James Wright, un ancien élève avec lequel il ne s'est jamais entendu, et Adi Wiltshire, une "éternelle étudiante" qui doit cependant se presser pour achever sa thèse de doctorat si elle ne veut pas voir disparaître les aides qu'elle perçoit de l'université.
    C'est sur la route du retour vers Bannockburn, au volant de son automobile, que Pendleton prend la décision de mettre fin à ses jours ...
    Mais l'intervention d'Adi, à laquelle il a d'ailleurs légué son fonds personnel de documents et sa bibliothèque, le sauve ''in extremis''. Il s'en tire - si l'on peut dire - avec de graves séquelles qui nécessitent une présence permanente à son chevet. Adi se dévoue et c'est ainsi qu'elle découvre, dans la cave de Pendleton, une caisse de livres intacts, les multiples exemplaires d'un roman de Pendleton inconnu du public parce qu'édité en tirage confidentiel, et intitulé : "Le Cri."
    "Le Cri" est un roman formidable, probablement le meilleur de son auteur, celui en tous cas qui prouve que, malgré tous ses échecs, malgré l'incompréhension littéraire qui l'a suivi toute sa vie, Pendleton était un authentique écrivain. Son intrigue met en scène un professeur d'université hanté par l'idée du Surhomme nietzschéen et qui s'autorise le viol et le meurtre gratuits d'une adolescente de treize ans.
    Mais là où rien ne va plus pour Adi, c'est quand elle réalise les liens entre la fiction imaginée par Pendleton et l'assassinat, dans des circonstances identiques, de la jeune Amber Jewel, disparue dix ans plus tôt. le pire, c'est que le roman a été édité - la facture de l'imprimeur le prouve - avant que le cadavre n'ait été découvert ...
    Ca se lit à la fois comme un polar et comme une réflexion troublante sur l'écriture, la création, les livres et la connaissance. C'est aussi une critique acerbe sur la vie universitaire américaine et sur la médiocrité à laquelle elle peut condamner certains de ses meilleurs éléments sous prétexte qu'ils refusent les étiquettes. le style est simple et assuré, et les personnages crédibles.
    Si vous n'avez jamais lu Michael Collins, c'est par "La vie secrète de E. Robert Pendleton" que je vous conseille de l'approcher pour la première fois. ;o)
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par carre, le 26 janvier 2012

    carre
    Après le suicide râté du professeur Pendleton, , Adi, jeune étudiante lui propose de l'aider pendant sa convalescence.Mais un jour, elle découvre un livre écrit par Pendleton "Le cri" et parvient à le faire publier. le livre devient un succès, mais Adi s'interroge sur l'histoire du roman et l'assassinat non élucidée d'une jeune fille quelque années plutôt. Coincidence ou pas ? la jeune étudiante est intriguée par la similitude.
    Collins s'attache à se moquer du milieu universitaire avec une bonne dose d'humour et de perfidie, c'est d'ailleurs la meilleure partie du livre, qui bascule ensuite dans l'enquête policière moins intéressante à mon gout. Même si la fin du roman est plutôt inattendue. En tout cas, Collins réussit un roman plutôt jouissif même si imparfait.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la critique

  • Par moustafette, le 15 avril 2012

    moustafette
    Ni envoûtement enthousiaste, ni rejet excessif, juste une grande vague dépressive qui m'a saisie dès le début, agrémentée d'une pointe d'ennui surgie au trois quarts du livre. Cependant, je suis allée jusqu'au bout.
    Rien d'étonnant donc à tout cela, les Etats-Unis ayant la fâcheuse habitude d'éveiller en moi ces sentiments. Ma culture littéraire américaine s'étant tarie avec la disparition de Kérouac, c'est peu dire...
    Roman noir à souhait, mais comment pourrait-il en être autrement , je vous invite donc à me pas suivre mon exemple, et à apprécier ce livre à sa juste valeur.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par loudev, le 19 février 2015

    loudev
    Je n'ai pas été complètement emballée par ce roman pourtant divertissant, qui gagne cependant en intérêt au il des pages. A classer parmi les "campus novel" qui se laissent lire avec plaisir, sans avoir l'énergie d'un David Lodge, d'un Joyce Carol Oates ou d'un Donna Tarrt.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

> voir toutes (1)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Stemilou, le 04 octobre 2014

    Il continua à lui tamponner le front et les lèvres, dans l'attente d'une lueur d'espoir, loin des menaces de Ryder. Il avait du mal à retrouver le sens de la perspective, de s'extirper de ce qui se trouvait autour de lui. Il reconnaissait maintenant le processus de l'interrogatoire, ce sentiment de doute sur lui-même que cela avait créé. Il en avait été victime.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

> voir toutes (2)

Videos de Michael Collins

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Michael Collins

Les carnets de route de François Busnel, France 5 Rencontre avec Michael Collins Le périple de François Busnel commence dans le New Jersey avec Joyce Carol Oates puis va se poursuivre à travers les Grandes Plaines avec en toile de fond ce mythe américain toujours vivace : se réinventer encore et toujours. La liste est longue de noms qui évoquent la conquête de l'Ouest, les règlements de comptes entre desperados, les batailles rangées opposant tuniques bleues et Indiens, les massacres des populations indigènes... Avec les écrivains Joyce Carol Oates, Elmore Leonard, Laura Kasischke, Michael Collins, Dan Chaon, Richard Powers et Louise Hendricks...








Sur Amazon
à partir de :
3,50 € (neuf)
2,50 € (occasion)

   

Faire découvrir La vie secrète de E. Robert Pendleton par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz