Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2290042447
Éditeur : J'ai Lu (2013)


Note moyenne : 3.58/5 (sur 88 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
"Il y eut une longue pause, durant laquelle Benny émit de
petits bruits de bouche compatissants, et enfin le kangourou
ouvrit ses deux yeux injectés de sang. Je vous jure qu'à cet
instant, il a grimacé... Puis il bondit soudain par-dessus la
> voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (20)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par Marymary, le 18 mars 2015

    Marymary
    Que faire quand un kangourou prend accidentellement goût à la bière et se réveille furibard avec une grosse gueule de bois ? Où fuir quand une autruche, à laquelle vous avez imprudemment volé son oeuf pour la science, vous poursuit pour vous étriller ?
    Le problème, si je dois faire une critique sur les livres de nouvelles de Kenneth Cook, c'est que je suis incapable d'être impartiale, j'adore cet auteur... Après La vengeance du wombat et le koala tueur, voici un autre recueil de nouvelles de l'inénarrable Kenneth qui m'a enchantée avec quatorze petites histoires toutes aussi déjantées et hilarantes les unes que les autres, que ce soient les animaux ou les habitants du bush, ils sont tous complètement allumés et c'est ce pauvre Kenneth qui en fait les frais....
    C'est un fait, il est gaffeur et étourdi, mais quand même, pourquoi faut-il qu'il soit persécuté par des sauveteurs en mer bénévoles incapables, un rat psychopathe, une autruche hystérique et des gros mecs patibulaires ?
    Kenneth Cook nous a quitté bien trop tôt en 1987, c'était un personnage hors norme, écrivain, réalisateur, journaliste scénariste. Engagé, Il a fondé un nouveau parti politique ainsi que la première ferme de papillons en Australie.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 22         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par letitbe, le 30 août 2014

    letitbe
    Si j'ai eu bcp de plaisir à lire les deux premiers tomes ("Le koala tueur" et "La vengeance du wombat") relatant les mésaventures de Kenneth Cook dans l'arrière-pays australien, j'avoue avoir été nettement moins conquise par ce recueil.
    J'ai le sentiment que l'auteur a voulu exploiter le "filon" jusqu'à la corde, qu'il se force.
    Certes, le style est agréable à lire mais le contenu de ce recueil n'a pas la même "saveur" que les deux précédents.
    J'accorde 3 étoiles indulgentes en souvenir des bons moments passés avec le koala et le wombat.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 13         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par rmer, le 16 mars 2015

    rmer
    « L'ivresse du kangourou et autres histoires du bush », Kenneth COOK. Contemporain, recueil de nouvelles, histoires apparemment véridiques sur un mec à qui ils arrivent tout le temps des trucs de malade en Australie. Un des trois recueils de ce genre de nouvelles qu'il a sorti, le second que je lis.
    Sur la forme : l'auteur australien auquel il arrive plein de misères écrit à la première personne, il raconte vraiment ses mésaventures, et sa plume est à mourir de rire. Il sait à chaque fois qu'il exagère, il est pétochard et sensible comme pas possible, énormément d'autodérision, très facile à lire, c'est top.
    Sur le fond : Il y a moins d'histoires d'animaux que dans le « koala tueur ». Or ce sont les meilleures… Pour autant les histoires sont toujours aussi déjantées, notamment avec un œuf d'Autruche, il se retrouve à tenir un fusil anesthésiant, et a envoyé une fléchette (par erreur heureusement) dans le bras de la personne qui l'accompagne, pendant que l'autruche devient hystérique… Ou encore l'histoire du pilote d'avion qui tourne de l'œil pour quelques malheureux lézards (dis comme ça, pas forcément drôle, et pourtant c'est une pépite). le mec se met à chaque fois dans des situations pas possibles, mais toujours avec une bonne volonté au début et à chaque fois il se fait avoir. Mais il le sait en plus ! C'est vraiment un bouquin délirant.
    CCL : je confirme mon coup de cœur pour cet auteur et ses nouvelles. Vraiment, très bon petit livre et je vais me presser d'acquérir le dernier (« la vengeance du Wombat »).
    Mais ce n'est que mon avis...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          3 3         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par zazy, le 15 avril 2013

    zazy
    Lorsque vous invitez Miss Marple chez vous, vous êtes certains d'assister à un meurtre, voire plusieurs. Si vous optez pour Kenneth Cook ce seront une myriade d'animaux au comportement plus improbables les uns que les autres. Dans le bestiaire, vous assisterez aux libations d'un kangourou, Les de son petit nom, dans une mare emplie de drêches de houblon qu'un policier de ses amis voulut placer en cellule de dégrisement, mais… Vous pourrez voir des animaux bizarre, mais peut-être était-ce dû aux bouteilles de whiskies et champagne ingurgitées par Mister Cook. Si vous voulez vous protéger d'une grosse tempête de neige avec blizzard et compagnie, attention lorsque vous entrez dans une cabane isolée !!! Un rat, trop solitaire ??? peut avoir pour vous un « amour » dévorant. Ne dérobez surtout pas un œuf d'autruche avec votre copine naturaliste ou alors, soyez bon tireur !!!
    Assurez-vous que vous montez bien dans votre propre voiture et non dans celle du voisin. Soyez rassurés, avec des pintes de bière, tout rentre dans l'ordre. Si vous promenez le chien d'une amie, surtout tenez-le bien en laisse, sinon, vous vous retrouvez, bien vivant, avec un apprenti sauveteur en mer qui vous fera du bouche à bouche (celle-ci vaut son pesant de cacahuètes, mais les Kangourous mangent-ils des arachides ?)
    Toutes les nouvelles tombent dans l'ironie, la dérision. L'auteur a une vie aussi burlesque que son imagination ou l'inverse. Kenneth Cook nous assure que ces nouvelles sont vraies, mais… bon je n'y crois pas trop. En fait, cela n'a aucune importance.
    Lecture détente que ce livre. Je vous conseille toutefois de déguster les nouvelles une à une et de ne pas dévorer le livre en une seule bouchée : ce serait l'indigestion assurée et des cauchemars avec lézards assurés et risque de retours de boomerang !


    Lien : http://zazymut.over-blog.com/article-kenneth-cook-l-ivresse-du-kango..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Madamedub, le 29 mars 2012

    Madamedub
    Plongez au cœur de l'Australie sauvage, majestueuse, caniculaire et parfois « profonde » ! Mais surtout plongez-y avec le plus improbable des guides, Kenneth Cook lui-même…
    Imaginez l'antithèse absolue de Man vs Wild, le Gaston Lagaffe des grands espaces, et vous aurez une petite idée des péripéties ébouriffantes que vous allez découvrir dans ce livre.
    Trois ans après le koala tueur 1(et autres histoires du bush, aussi), Cook revient à la charge et nous entraîne à nouveau à sa suite, au gré de ses pérégrinations toujours plus ahurissantes les unes que les autres, à la fois errance solitaire ponctuée de rencontres inattendues et découverte d'une Australie aux multiples facettes, riche d'une « faune » (humaine et animale) tout à fait remarquable !
    Car il faut bien le dire, soit l'auteur a en plus d'un sens aigu de la formulation, une légère tendance à l'exagération, soit la majorité des australiens sont tout de même un peu bizarres … Sans oublier sa légendaire couardise, qui ferait passer le plus inoffensif des bébés animaux pour un potentiel dangereux serial killer.
    Si si, rappelez vous ce titre choc : le koala tueur. Franchement, une si mignonne petite chose !
    Dans cet opus, Cook repart sur les routes australiennes et doit affronter rien moins qu'une meute de lézards à collerette en furie, un rat sanguinaire et carnivore, une autruche à la paternité exacerbée et un kangourou alcoolique au dernier degré…
    Les humains ne valent pas beaucoup mieux, et Cook se donne pour mission de réunir le panel le plus original d'êtres décalés, paumés ou talentueux, voire quasi surnaturels.
    Une foire aux bizarreries sans cesse renouvelée, avec, pour ne citer qu'eux : le champion de rodéo pragmatique, l'allumé qui crée un restaurant panoramique sans panorama, le pilote sur-viril mais phobique des petites bêtes, sans oublier la scientifique dévouée jusqu'à l'inconscience déjà croisée dans le koala. Heureusement, car tous sont finalement attachants, et contribuent à rendre ces récits tous plus hilarants les uns que les autres.
    Cruels que nous sommes, oui, on rigole franchement grâce à la plume truculente de notre aventurier, doté d'une grande auto-dérision, car le plus souvent, c'est de lui qu'on rit le plus !
    Il n'est pourtant pas débutant, son précédent ouvrage en témoigne, et ne part jamais sans un solide ravitaillement en armes, champagne et cochonailles, y compris pour une « simple » balade de quelques heures. Mais rien n'est jamais simple dans le bush, pour notre plus grand bonheur de lecteur.
    Il y a un air d'Umberto Eco dans l'écriture de Kenneth Cook, et certaines de ses scènes me rappellent les épisodes les plus ubuesques de Comment voyager avec un saumon ?, autre recueil d'anecdotes caustiques, surtout grâce au talent d'un conteur qui sait transformer le plus banal incident en véritable épopée.
    Avec ce Kangourou là, vous rirez c'est sûr, et en plus vous aurez peut-être envie de partir visiter l'Australie !
    S.L.

    Lien : http://madamedub.com/WordPresse3/
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique


Critiques presse (1)


  • LeMonde , le 24 février 2012
    L'auteur prête à cette faune une véritable humanité : les animaux sont doués d'une telle intelligence qu'ils intriguent, calculent.
    Lire la critique sur le site : LeMonde

> voir toutes (7)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Marymary, le 20 mars 2015

    De retour au camp, j'allumai un feu tellement énorme qu'il aurait pu épouvanter l'ensemble des animaux sauvages du continent africain, toutes espèces confondues. Dans le périmètre de sa chaleur, j'en allumai un plus petit pour cuisiner, et après avoir attaché mon canard sur la broche portable sans laquelle aucun broussard digne de ce nom ne s'aventure, j'entrepris tranquillement de le faire tourner. J'avais débouché une bouteille de cabernet sauvignon, gentiment mise à chambrer dans le sable.
    Le soleil disparut, le froid descendit autour de mon cercle de feu et, dans le couchant, le ciel fut soudain percé des fléchettes argentées des étoiles et poignardé de météorites filantes. J'avais mis une cassette de Vivaldi et mon être entier fut réconforté par la musique, le whisky, les étoiles, les superbes jeux de lumières à l'ouest et le fumet du canard croustillant.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par Marymary, le 18 mars 2015

    Jack raccrocha.
    - C'est un cinglé, dit-il. On va juste le sortir et lui secouer un peu les puces. On a gaspillé assez de temps qu'on aurait pu passer à boire.
    Dans le langage des hommes, "lui secouer un peu les puces" signifie "le tabasser avec des objets contondants jusqu'à ce qu'il perde connaissance, sans nécessairement le mutiler à vie".
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

  • Par patatarte2001, le 24 octobre 2014

    J'avais devant moi un des plus gros, des plus hirsutes et des plus terrifiants molosses que j'aie jamais vus. Dieu sait à quelle race il appartenait : une espèce de croisement entre le doberman, le grand danois, le berger allemand, avec à mon avis un peu de sang de loup gris et de dingo....Il me montrait des dents - des crocs gigantesques - et me fixait de ses grands yeux rouges et furieux dans sa sale gueule noire, ayant visiblement du mal à décider quelle partie de mes formes généreuses il allait déchiqueter en premier. Nous avons tous tendance à sortir des idioties dans ce genre de situation, je n'échappe pas à la règle : - Bon toutou, lui dis-je d'une voix apaisante. Il grogna, montra les crocs, saliva, puis s'approcha brusquement de moi, comme le font les chiens. Je savais que je ne devais surtout pas m'enfuir, mais je n'avais pas la moindre idée de ce que j'étais censé faire. Rester immobile et se faire dévorer n'était pas un sort beaucoup plus enviable que s'enfuir et se faire dévorer.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par patatarte2001, le 24 octobre 2014

    Je faisais un petite randonnée en montagne quand le blizzard frappa.Heureusement, je me trouvais tout près d'une cabane en pierre. Je profitai de ce qu'il faisait encore jour pour explorer la cabane......la valeur architecturale de celle-ci était limitée. Il n'y avait aucune fenêtre et, de toute façon, la vue sur le maelström blanc aurait été aussi divertissante que la contemplation d'un hublot de machine à laver.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par keisha, le 22 mars 2012

    Dans ces régions-là, on peut tricher, mentir, escroquer, se débaucher et agresser les gens: on finira par tout vous pardonner. Mais voler le chien d'un homme appelle l'hostilité implacable et la vengeance. C'est presque aussi mal vu que de refuser de boire un coup avec quelqu'un

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

> voir toutes (5)

Videos de Kenneth Cook

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Kenneth Cook


Chronique des libraires de Dialogues, spéciale coups de cœurs de lycéens.
Les libraires de Dialogues vous proposent cette sélection de livres qui ont été leurs coups de cœur d'adolescents. À savoir : le koala tueur de Kenneth Cook, les Chroniques de San Fransisco...








Sur Amazon
à partir de :
5,70 € (neuf)
4,79 € (occasion)

   

Faire découvrir L'ivresse du kangourou et autres histoires du bush par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (151)

> voir plus

Quiz

    La comédie sous toutes ses formes

    Genre dramatique, musical et chorégraphique inventé qui mêle la musique et la danse dans une action unique.

    •   La comédie grecque antique
    •   La comédie de mœurs
    •   La comédie de caractère
    •   La comédie héroïque
    •   La farce
    •   La commedia dell'arte
    •   La comédie-ballet
    •   La comédie de boulevard
    •   Le vaudeville
    •   La comédie musicale

    10 questions - 36 lecteurs ont répondu
    Thème : humour , comédie

    Créer un quiz sur ce livre.