AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2752907540
Éditeur : Phébus

Note moyenne : 3.33/5 (sur 18 notes)
Résumé :
L’enfance n’est pas toujours le nid douillet rêvé. Au sixième étage du 14, rue Hoche à Malakoff, une fratrie a subi, dans les années cinquante, les assauts d’un milieu familial violent. « On a toujours fait front, juchés sur le cheval imaginaire ailé que ma sœur et moi avions dessiné, elle le haut, moi le bas, sur les portes tristement blanches et écaillées du buffet de la cuisine. (…) Ensemble, serrés les uns contre les autres, nous n’étions pas qu’une nichée, qui ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
Annette55
Annette5522 novembre 2015
  • Livres 4.00/5
"Dany "devenue "Jeanne "par la grâce de l'écriture, née en 1944, autodidacte, troisième d'une fratrie de six enfants, rend hommage à ses frères et sœurs, complices d'enfance et de douleur, dans les années 50, dans ce court récit autobiographique.
Elle revient sur son passé, gravit les marches de l'escalier F une à une, oú vivait une "cordée"unie, soudée à la vie, à la mort, oú chacun faisait face, unis, serrés les uns contre les autres, une nichée, un "bouquet d'arbres écorcés", qui souvent tremblait mais jamais ne ployait.
Nous découvrons le cœur serré, au fil des pages, la violence des assauts du pére,Lucien, l'inceste , l'innommable....les insultes de la mére :Andrée, une Folcoche incapable d' aimer, " On Lui avait coupé les ailes"...
Détruire la faisait vivre: les coups, l'humiliation, l'insulte....dans le mal elle puisait sa substance, détruire jusqu'à l'épuisement .On suit la tyrannie et la perversité d'Andrée faite de plaintes, d'alcool, d'explosions de rage ou d'indifférence...
Les enfants dispersés, tenus par un amour fraternel jamais démenti vivent comme ils peuvent, la vie , ses coups durs, la maladie.....
Dany raconte ainsi ses frères et sœurs et les chemins difficiles qu'ils ont pris...
Un témoignage extrêmement fort, lucide , une écriture réaliste, maîtrisée et sensible, pleine d'amour pour sa fratrie, noire, sombre, désespérante où chaque mot est à sa place, sans faux semblants, misérabilisme ni pathos.
A travers la misère affective et sociale affleure l'humanisme , un récit qui parle aussi, avec pudeur, de la mort de ceux que l'on aime.
La langue directe et fleurie rend un bel hommage et toute leur dignité à ces êtres fragiles, pétris d'humanité , oú la tendresse est pudique, et l'attention bourrue, eux qui ne demandaient qu'un peu de ciel bleu....

Une autobiographie qui bouscule, sincére et réussie, empreinte d'un fort humanisme, de chaleur humaine ,d'une tendresse pour les siens , d'une énergie sans faille qui ne laissera personne indifférent !
Un très bel ouvrage dont on ne sort pas indemne !
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          320
LydiaB
LydiaB07 décembre 2012
  • Livres 5.00/5
C'est mon premier livre de Jeanne Cordelier et je découvre son univers. La narratrice Dany, que je suppose être le double de l'auteur, se retrouve à l'enterrement de son frère, Christian, avec ses frères et soeurs. C'est à partir de là que le film se déroule... film ? Film d'horreur alors ! Malheureusement, il ne s'agit pas d'une fiction. Et si le roman est à tendance autobiographique, on ne peut que compatir. Compatir avec l'auteur mais aussi avec tous ceux qui ont vécu ou vivent encore ce genre de choses. Tout y passe. de l'inceste du père au déni de la mère, violence, alcoolisme, maladie... Non, cela n'arrive pas qu'aux autres et même si cela alimente la rubrique des faits divers et la curiosité du lecteur lambda lisant son journal tous les matins, il faut bien se dire que cela détruit des familles.

Pourtant, Jeanne Cordelier, ou plutôt Dany ici, n'a pas décidé de s'apitoyer sur son sort. Elle raconte les choses très simplement, de façon naturelle, avec de l'humour parfois. On ne peut que rester sans voix et admirer cette force de la nature, cet instinct de survie qui fait qu'elle continue à avancer, à faire son bout de chemin au rythme des malheurs touchant la fratrie.

Je referme ce livre avec le coeur gros et il va me falloir un peu de temps pour digérer tout ça. Je vais lire un roman plus léger par la suite, c'est certain. Un grand bravo à cet auteur pour mettre sous sa plume des évènements aussi importants avec une si belle énergie.
Lien : http://www.lydiabonnaventure.com/litt%C3%A9ratur..
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          380
zabeth55
zabeth5519 octobre 2012
  • Livres 4.00/5
Jeanne Cordelier (alias Dany) est la troisième d'une fratrie de six enfants.
Ils se retrouvent lors de l'enterrement du cinquième.
L'auteur mêle alors ses souvenirs au récit de la vie de ses frères et de sa soeur.
Que c'est noir, que c'est sombre, que c'est désespérant.
Mais que c'est bien écrit.
Dès la première page, le tableau familial est brossé, sans concessions, sans faux-semblants, sans misérabilisme.
Une fratrie solidaire dans un milieu défavorisé. « Notre enfance calamiteuse »
Six enfants meurtris.
Un père qui cogne, qui abuse de ses filles.
Une mère incapable d'aimer parce qu' « on lui avait coupé les ailes »
Petit à petit, au fil des pages se dessine le portrait et la vie de chacun, les souvenirs refluent ; ça suinte la misère humaine, ça oscille entre sordide et désespérance.
Alcoolisme, drogue, coups, déchéance, sida, pédophilie…. Aucun n'est épargné.
Noirceur des situations et force de l'amour entre frères et soeurs sont omniprésents.
Le temps du récit, qui s'étale sur plusieurs années, la soeur, le beau-frère, un autre frère puis la mère mourront à leur tour. le cercle se rétrécit.
C'est un récit noir, dur. Il faut en interrompre la lecture régulièrement pour ne pas sombrer dans le cafard
Quel courage a eu Jeanne Cordelier de raconter tout ça. Quelle nécessité aussi pour ne pas tout garder en elle. Parce que trop, c'est trop !
Et ce qui aurait pu être une autobiographie pathétique est un témoignage fort, lucide, plein d'amour où chaque mot frappe juste
C'est comme un hommage qu'elle ferait à ces paumés de la vie que l'on aime avec elle.
Et quel bel hommage !
Ce livre, offert par les éditions phebus, lu dans le cadre de Masse Critique de babelio est une révélation.
Une autobiographie réussie, sincère qui ne peut laisser indifférent.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          230
alicejo
alicejo22 octobre 2012
  • Livres 4.00/5
Habitant Malakoff avec un attachement particulier à la rue Hoche, il m'était impossible de passer à côté de ce livre de Jeanne Cordelier ! Merci donc aux Editions Phébus et à Babelio de m'avoir fait parvenir ce livre grâce à cette nouvelle édition Masse-critique.
Ce court roman (autobiographie ou auto-fiction on ne sait pas exactement) ne vous laissera pas indemne. Dany, la narratrice, troisième d'une fratrie de six, une « cordée » comme elle la définit, le pilier de la famille, nous dresse le portrait de sa famille, des écorchés vifs, abimés par une enfance vécue au contact de la violence, de la pauvreté et du désamour.
Près de cinquante ans plus tard, le décès d'un premier frère permet de vérifier que le lien, quoique distendu par les années, tient toujours. Que malgré la maladie, le chômage, les divorces, l'alcoolisme des uns, les ennuis judiciaires des autres, tout le monde s'accroche tant bien à cette vie et aux minces petits bonheurs qu'elle offre.
C'est violent, intense, souvent révoltant et désespérant Mais grâce au parlé populaire et à l'écriture dynamique de son auteur, le récit ne tombe jamais dans le misérabilisme et ce qu'on en retient, c'est toute la tendresse que Dany, celle qui « s'en est sortie », ressent pour ses marginaux.
C'est aussi un récit qui parle de la mort de ceux qu'on aime. Comment appréhender la disparition programmée de ses frères et soeurs lorsque on a mis tant de force tout au long de sa vie pour garder le lien sinon intact du moins toujours présent ? Que restera-t-il d'eux, de leur histoire, de leurs souvenirs quand tous auront disparus ?
La misère affective et sociale, les souvenirs qu'on enjolive pour mieux les digérer, le lien à la mère qu'on n'arrive pas à couper malgré la violence et les humiliations, j'ai reconnu dans ce livre beaucoup du vécu de ma propre mère et sa lecture m'a beaucoup touchée et éprouvée.
Juste un tout petit bémol … En tant que Malakofiotte, j'aurais aimé lire une description de ce qu'était ma ville dans les années 50-60. Mais finalement de cet environnement on ne saura rien sûrement parce que l'indicible ne se vit qu'à huis clos.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          80
Iboo
Iboo20 juin 2013
  • Livres 4.00/5
Il y a un temps pour tout... même pour aborder certains livres.
Ce n'était pas le moment pour moi d'ouvrir celui-là.
Sans raison particulière ou, peut-être, le gris du ciel, l'absence du Printemps, la morosité ambiante, que sais-je... j'étais trop perméable, vulnérable même, et ce roman, apparemment autobiographique, m'a plombé le moral plus que de raison.
Récit effroyablement réaliste de vies sordides, bien qu'étrangement banales, où le verbe "exister" s'apparente à "survivre" et où l'on en vient à se demander si tout ce misérable gâchis avait vraiment un sens.
A lire... mais au soleil, quand tout va bien et que rien ne peut ébranler votre bonheur de vivre !
Commenter    J’apprécie          135

Les critiques presse (2)
Lhumanite01 octobre 2012

La rugosité du propos sert en l’espèce de masque 
à une délicatesse extrême. Car Escalier F donne finalement à voir une humanité. Dans les deux sens du terme.
Lire la critique sur le site : Lhumanite
Lexpress19 septembre 2012
Escalier F n'est jamais glauque ni déprimant. Bien au contraire, avec sa vivacité de plume, son humour, son parler populaire et la chaleureuse description des sentiments fraternels, ce récit est une véritable leçon de vie !
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations & extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
LydiaBLydiaB07 décembre 2012
Andrée reposait sur un brancard accolé à la kitchenette, vêtue de son unique robe noire en coton, rendu pelucheux par trop de lavages, de temps. Les bras croisés sur la poitrine, l'air farouche, elle semblait encore dire :
- C'est toi qui m'as mise là. C'est à cause de ce que tu as écrit, qu'ici et là-bas j'ai été maltraitée. Tu es fautive, ma fille, fautive ! Et tu le sais.
Oui je sais, je suis fautive d'abord d'être née fille. Ensuite de ne pas être devenue folle ou de ne pas m'être suicidée, enfin d'avoir écrit ce qu'il faut taire à tout prix. À savoir qu'un père peut abuser de sa fille de onze ans et ce jusqu'à sa majorité, vingt et un ans à l'époque, sans que personne dans l'entourage ne pipe mot. J'entends au premier chef la mère, l'école, l'assistante sociale, le médecin, les voisins et tout le saint-frusquin ! (P121)
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          240
LydiaBLydiaB06 décembre 2012
Inceste, un mot tabou chez nous et partout. Un mot qui résonnait comme celui d'une maladie honteuse, d'une tare que l'on planque. Le psychiatre qui s'était occupé d'Ed parlerait de culture incestueuse dans le milieu d'origine. Je ne sais pas très bien à quoi ça rime. Et après, ça excuse quoi ? Un homme adulte avait abusé d'une enfant de deux ans, voilà tout ! C'était un malade. Et quant à sa femme, qu'avait-elle dans les yeux ? Ma mère, et toutes les mères du monde qui laissent violer leurs enfants sous leurs yeux, qu'ont-elles dedans ? La peur des coups, d'être quittées, de ne plus savoir où aller ? L'arrangement, pendant que tu t'occupes de la petite, tu me laisses tranquille. (P117)
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          250
IbooIboo20 juin 2013
Ainsi revient Mirette, ma première morte. Elle était rousse, douce et chaude. C'était un jour d'été, nous étions toutes deux sur le seuil de la porte, entre mes jambes écartées elle dormait au soleil, des petits bougeaient dans son ventre. Puis le père Duval est sorti de la maison de grand-mère, il s'est dirigé vers la grange, en est ressorti avec le fusil à l'épaule, une pelle à la main. Il a foutu un coup de pied au cul de Mirette et puis tous deux s'en sont allés vers la forêt de l'autre côté de la route. Jambes repliées, j'ai attendu leur retour. Le vieux est revenu seul. Il a rangé la pelle terreuse comme ses sabots dans la grange. Une fois dedans il a dû raccrocher son fusil au râtelier. Il n'a rien dit, je n'ai rien demandé. Quand on n'est pas habitué à le faire. J'ai juste remonté mes genoux sous mon menton et j'ai pleuré.
Ça commence tôt, l'apprentissage.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          60
zabeth55zabeth5515 octobre 2012
D’un jour à l’autre, de quarante clopes par jour, j’étais passé à zéro. Une question d’esthétique. La teinte de l’émail de mes dents soudain ne m’avait pas plu. Mais ce sevrage brutal avait je crois déplu à mon cœur. Ce qui fait que depuis ce temps-là je marche à piles et que Lulu m’appelle Alcaline.
Commenter    J’apprécie          160
zabeth55zabeth5518 octobre 2012
En chemin j’ai acheté un bouquet de renoncules roses, j’aimais cette fleur à tête lourde, qui ployait sur sa tige. Elle était pour moi à l’image de ce que nous étions, beaux et penchés.
Commenter    J’apprécie          90
Videos de Jeanne Cordelier (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jeanne Cordelier
Les auteurs d'Utopos mettent en images la sélection 2012 du Prix Weper-Fondation La poste. Douze livres, douze vidéos. Une lecture, une interprétation de chaque livre sélectionné. Avec les voix des élèves de l'école Auvray-Nauroy. Octobre 2012. Escalier F, Jeanne Cordelier, Phébus
autres livres classés : autobiographieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
197 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre