Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Pierre Scipion (Préfacier, etc.)

ISBN : 2266153579
Éditeur : Pocket (2005)


Note moyenne : 3.49/5 (sur 334 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
La scène est quelque part en Touraine, dans la grotte du magicien Alcandre, qu'un père vient consulter sur le sort de son fils disparu. La grotte se métamorphose alors en théâtre et le jeune homme apparaît, sous l'habit de comédien, en serviteur rusé du bouillant capita... > voir plus
Lire un extrait Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (28)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par Gwen21, le 05 juin 2014

    Gwen21
    La comédie. Voilà un registre où l'on n'attend pas forcément le grand Corneille de prime abord et pourtant d'un battement d'aile le voici nous servant une tragi-comédie pleine d'humour et de finesse.
    Par le biais d'une mise en abîme que j'ai peu l'habitude de croiser au théâtre, l'illustre tragédien donne donc dans le comique. Pour ce faire, et comme le nom de la pièce l'indique, le jeu des illusions est de mise.
    J'ai particulièrement aimé les personnages secondaires, Lyse, la servante d'Isabelle, et le capitaine Matamore (le bien-nommé) qui m'ont fait beaucoup sourire. Les amours plus ou moins crédibles s'entrecroisent et les espoirs tournent casaque à chaque scène. Le pied-de-nez final est croustillant, je ne vous en dirais donc rien.
    Alcandre, le mage grand illusionniste qui coordonne tout le récit, aura ce mot fataliste et philosophe que je goûte tout particulièrement parce qu'il nie sa capacité à dévier le destin par sa magie :
    "Ainsi de notre espoir la fortune se joue :
    Tout s’élève ou s’abaisse au branle de sa roue :
    Et son ordre inégal, qui régit l’univers,
    Au milieu du bonheur a ses plus grands revers."
    Une belle découverte classique.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 43         Page de la critique

  • Par ManouParis, le 06 juillet 2014

    ManouParis
    Pridamant, sans nouvelles de son fils Clindor depuis dix ans, fait appel au magicien Alcandre pour savoir ce qu'il est devenu. le magicien va lui montrer un Clindor en pleine forme, qui s'est mis au service d'un capitaine gascon, Matamore - personnage comique par ses fanfaronnades permanentes. le jeune homme est amoureux d'Isabelle, fille de Géronte, que son maître (Matamore) courtise aussi. Pour compliquer un peu la donne, un autre prétendant, Adraste, court après la belle. Sans fortune depuis qu'il s'est enfui du domicile paternel, Clindor ne manque cependant pas de débrouillardise et de verve pour se sortir d'éventuelles mauvaises passes...
    L'Illusion comique est une pièce de Corneille, en cinq actes et en vers. Ecrite en 1635, elle est jouée dès l'année suivante, en 1636 au Théâtre du Marais et publiée en 1639. Son auteur interroge la question de l'illusion et joue avec les codes théâtraux. "La pièce entière repose sur des changements imprévus d'un genre à l'autre, d'un type de personnage à un autre." Mais malgré le classement de cette pièce au registre de comédie, je dois admettre que je n'ai pas ri souvent...souri à certains moments oui, surtout des échanges entre Matamore (qui se la pète grave, dirait-on aujourd'hui) et Clindor, mais pour le reste... Cependant je n'ai trouvé aucune difficulté majeure à sa lecture. C'est une pièce classique assez simple d'approche. Et si certains termes vous échappent, un lexique est proposé à la fin. En fait, il suffit juste d'être un peu concentré pour mémoriser les personnages et suivre ainsi l'intrigue.
    En matière de textes anciens, il existe une foule d'éditions aux formats, prix et contenus différents (et la plupart se valent). Mais je souhaitais préciser que l'édition GF a le mérite pour la modique somme de 2,30€, de proposer en plus un dossier complet qui présente la pièce, offre des repères biographiques et explique l'oeuvre. Ainsi, vous apprendrez que "le personnage du soldat ventard et peureux (Matamore) appartient à une tradition ancienne qui remonte à Aristophane" ou comment pouvait être la mise en scène au temps de Corneille. Dans la lecture de classiques de la littérature ou du théâtre, il me semble indispensable d'avoir accès à une grille d'analyse qui donne des réponses au lecteur - rôle que remplit très bien ce type d'éditions à destination d'un public scolaire ou étudiant.
    En définitive, je ne garderais pas de cette pièce un souvenir impérissable, mais j'ai passé un bon moment de lecture tout de même...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par michfred, le 25 avril 2015

    michfred
    Comme Molière a écrit son" Impromptu de Versailles", Corneille a écrit son "Illusion comique"- deux plaidoyers pro domo, deux mises en abyme de la scène et du jeu théâtral.
    L'Illusion comique -ou illusion propre au monde des comédiens- , redécouverte depuis quelques dizaines d'années, jouée et rejouée par les meilleurs metteurs en scène -avec une mention spéciale pour le regretté Giorgio Strehler, à l'Odéon, qui reste parmi mes plus grands souvenirs de théâtre- est une vraie pièce baroque. du baroque flamboyant!
    Théâtre dans le théâtre, personnages fantasmatiques et fantasques comme l'inénarrable Matamore, tragédie dans la comédie, et comédie dans la tragédie, thérapie de choc contre les préjugés, plaidoyer vibrant pour le plus noble des divertissements populaires, fausse magie, vraie conversion, tout est dans l'Illusion et rien n'y est illusoire!
    Un vieux grigou plein de préjugés demande à un "mage" de lui faire voir, dans sa "grotte"magique, quel sort a pu frapper son fils disparu...
    Il assiste amusé puis horrifié aux aventures de celui-ci puis à sa mort...avant de comprendre qu'il n'y a de magique que le spectacle de théâtre auquel il vient d'assister à l'insu de son plein gré!!Le voilà réconcilié avec le théâtre!
    Une petite pensée pour les stéréotypes de personnages théâtraux que nous reconnaissons au passage: la jeune héroïne tragique, la soubrette coquette et coquine , le père sévère, l'amoureux volage, le bretteur assassin et surtout, le soldat fanfaron -un héritage du théâtre de Plaute, et avant lui de la comédie grecque- dont le dernier avatar, appelé ici Matamore, est irrésistible de drôlerie et de verve imaginative! A lui tout seul, il donne envie de relire et revoir L'Illusion comique!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par cicou45, le 22 juin 2011

    cicou45
    Du théâtre dans le théâtre, une magnifique prouesse réalisée par Corneille ici. C'est l'histoire d'un homme, Pridamant, qui, désespéré par la disparition de son fils Clindor, décide d'aller consulter un mage qui se trouve dans une grotte en espérant obtenir des nouvelles de la chair de sa chair. Une chose incroyable se passe puisque la grotte d'Alcandre, le mage, se transforme elle-même en pièce de théâtre, dans laquelle le père peut suivre les aventures qui sont arrivées à son fils. Puis la magie se dévoile et le père apprend finalement que ce n'étaient que des comédiens qui ne faisaient que jouer une pièce sous les yeus de ce père désemparé et du mage.
    Du tragique dans le comique, mélangez le tout et vous obtiendrez finalement une prodigieuse comédie réalisée par l'un des plus grands de son temps, Corneille. Un classique incontournable à découvrir !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Holmes02, le 26 avril 2015

    Holmes02
    Lorsque j'ai ouvert ce livre pour la première fois, je dois bien reconnaître que je ne savais pas trop à quoi m'attendre : la comédie et Corneille étant deux mots que l'on n'associe pas communément. Cependant, mes préjugés se sont bien vite évaporés devant la beauté de cette pièce, qui subjugue et nous tient en halène jusqu'à la fin.
    En effet, Primadant, un vieil homme, a perdu contact avec son fils depuis dix ans, du fait de sa trop grande sévérité à son égard. A bout de moyens, il demande l'aide du magicien Alcandre qui lui propose alors de "projeter" la vie du jeune homme devant eux, pour que le père puisse voir ce que devient son enfant. La pièce s'organise alors sur une mise en abyme et nous propose de suivre les aventures du jeune Clindor, engagé au service du fanfaron capitan du nom de Matamore. Mais voilà, il y a une femme. Son nom est Isabelle. Amoureux d'elle, Clindor fera son possible pour vivre ses sentiments pour la jeune femme, promise à un autre.
    Une œuvre très sympathique dont le dénouement, pour la première fois, m'a paru totalement inattendu et m'a même fait rire. le coup de théâtre final est vraiment bien trouvé, et la petite conclusion apporté par Alcandre à la fin de l'œuvre est parfaitement vraie. Un plaisir.


    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

> voir toutes (26)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Gwen21, le 03 juin 2014

    ALCANDRE
    Dorante, c’est assez, je sais ce qui l’amène ;
    Ce fils est aujourd’hui le sujet de sa peine.
    Vieillard, n’est-il pas vrai que son éloignement
    Par un juste remords te gêne incessamment ?
    Qu’une obstination à te montrer sévère
    L’a banni de ta vue, et cause ta misère ?
    Qu’en vain, au repentir de ta sévérité,
    Tu cherches en tous lieux ce fils si maltraité ?
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 17         Page de la citation

  • Par raynald66, le 30 janvier 2014

    ISABELLE.
    Enfin le terme approche : un jugement inique
    Doit abuser demain d'un pouvoir tyrannique,
    A son propre assassin immoler mon amant,
    Et faire une vengeance au lieu d'un châtiment.
    Par un décret injuste autant comme sévère,
    Demain doit triompher la haine de mon père,
    La faveur du pays, la qualité du mort,
    Le malheur d'Isabelle, et la rigueur du sort.
    Hélas ! que d'ennemis, et de quelle puissance,
    Contre le faible appui que donne l'innocence,
    Contre un pauvre inconnu, de qui tout le forfait
    Est de m'avoir aimée, et d'être trop parfait !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation

  • Par Cielvariable, le 11 mai 2013

    DORANTE.
    Ce mage, qui d’un mot renverse la nature, N’a choisi pour palais que cette grotte obscure. La nuit qu’il entretient sur cet affreux séjour, N’ouvrant son voile épais qu’aux rayons d’un faux jour, De leur éclat douteux n’admet en ces lieux sombres Que ce qu’en peut souffrir le commerce des ombres. N’avancez pas : son art au pied de ce rocher A mis de quoi punir qui s’en ose approcher ; Et cette large bouche est un mur invisible, Où l’air en sa faveur devient inaccessible, Et lui fait un rempart, dont les funestes bords Sur un peu de poussière étalent mille morts. Jaloux de son repos plus que de sa défense, Il perd qui l’importune, ainsi que qui l’offense ; Malgré l’empressement d’un curieux désir, Il faut, pour lui parler, attendre son loisir : Chaque jour il se montre, et nous touchons à l’heure Où pour se divertir il sort de sa demeure.
    PRIDAMANT.
    J’en attends peu de chose, et brûle de le voir. J’ai de l’impatience, et je manque d’espoir. Ce fils, ce cher objet de mes inquiétudes, Qu’ont éloigné de moi des traitements trop rudes,Et que depuis dix ans je cherche en tant de lieux, A caché pour jamais sa présence à mes yeux. Sous ombre qu’il prenait un peu trop de licence, Contre ses libertés je roidis ma puissance ; Je croyais le dompter à force de punir, Et ma sévérité ne fit que le bannir. Mon âme vit l’erreur dont elle était séduite : Je l’outrageais présent, et je pleurai sa fuite ; Et l’amour paternel me fit bientôt sentir Il l’a fallu chercher : j’ai vu dans mon voyage Le Pô, le Rhin, la Meuse, et la Seine, et le Tage : Toujours le même soin travaille mes esprits ; Et ces longues erreurs ne m’en ont rien appris. Enfin, au désespoir de perdre tant de peine, Et n’attendant plus rien de la prudence humaine, Pour trouver quelque borne à tant de maux soufferts, J’ai déjà sur ce point consulté les enfers. J’ai vu les plus fameux en la haute science Dont vous dites qu’Alcandre a tant d’expérience : On m’en faisait l’état que vous faites de lui, Et pas un d’eux n’a pu soulager mon ennui. L’enfer devient muet quand il me faut répondre, Ou ne me répond rien qu’afin de me confondre.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par michfred, le 25 avril 2015

    ALCANDRE

    Cessez de vous en plaindre. À présent le théâtre

    Est en un point si haut que chacun l’idolâtre,

    Et ce que votre temps voyait avec mépris

    Est aujourd’hui l’amour de tous les bons esprits,

    L’entretien de Paris, le souhait des provinces,

    Le divertissement le plus doux de nos princes,

    Les délices du peuple, et le plaisir des grands :

    Il tient le premier rang parmi leurs passe-temps ;
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par Gwen21, le 05 juin 2014

    LYSE
    [...]
    Qui cache sa colère assure sa vengeance ;
    Et ma feinte douceur prépare beaucoup mieux
    Ce piège où tu vas choir, et bientôt, à mes yeux.

    Commenter     J’apprécie          0 14         Page de la citation

> voir toutes (9)

Videos de Pierre Corneille

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Pierre Corneille

Cinna - Corneille .
Cinna Corneille Littérature Audio Video http://www3.unileon.es/dp/dfm/flenet/docauteurs.html#Corneille











Sur Amazon
à partir de :
1,43 € (neuf)
2,90 € (occasion)

   

Faire découvrir L'Illusion comique par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (1079)

> voir plus

Quiz

    Rions avec Le Cid (Corneille)

    Je suis jeune, il est vrai ;

    •   mais aux ânes benêts, le râleur n’attend point le nombre des années.
    •   mais à mon Amédée la chaleur de mon corps et mes boutons d’acné.
    •   mais aux âmes bien nées la valeur n'attend point le nombre des années.
    •   mais j’amène à mon nez, malgré les persifleurs, ma langue dépliée.

    10 questions - 395 lecteurs ont répondu
    Thème : Le Cid de Pierre Corneille

    Créer un quiz sur ce livre.