Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique


ISBN : 2803630370
Éditeur : Le Lombard (2012)


Note moyenne : 3.25/5 (sur 4 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Alexandre Pompidou est heureux ; il a terminé ses études d’artiste peintre. Armé de son diplôme, il se lance à l’assaut du monde de l’Art et principalement du galeriste le plus en vue de la ville, le fameux Adonias Solomon Aurochs-Lascaux. Approcher un tel homme, capab... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (4)

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par Loubhi, le 01 mai 2012

    Loubhi
    Livre lu dans le cadre de l'opération Babelio BD "Une BD - Une Critiique".
    Je tiens à remercier, ici, le forum Babelio et les éditions du Lombard qui m'ont permis de découvrir cette nouvelle série de BD.

    Avis et commentaires :

    Sans être fan de BD, j'voue ne pas résisiter à celle qui lie histoire et humour en plus d'une certaine qualité graphique et la nouveauté m'a toujours attiré.

    Ainsi ai -je postulé à l'attribution de ce livre lors de la dernière opération de Masse Critique - Babelio intrigué par la thématique et titillé par la connotation humoristique art moderne - lard moderne et bien sûr le nom de son héros ; Pompidou avec le musée d'art moderne éponyme.

    Je dois dire que sa lecture, qui se fait rapidement, a été sympathique.

    Le scénario est classique, prenez un jeune diplômé, assez gaffeur mais persuadé de son talent qui n'entend aucunement prendre à la légère sa passion de la peinture moderne, deux potes complices et peu futés, la fille trés superficielle du propriétaire d'une galerie très courue, et propulser l'ensemble dans une histoire de quipropos et de gaffes à répétition. On peut ajouter à cela l''utilisation de la "bidoche" sous toutes ses formes comme matériel artistique.

    C'est ainsi que sont repris sous le signe de l'humour, de la caricature et du sarcasme, la thématique du jeune diplômé d'art qui sans avoir un seul brin de génie se croit être le nouveau génie de la peinture moderne et se trouve écartelé entre son talent supposé et la volonté de papa qu'il reprenne la boucherie familiale.

    Cet anti-héros, Alexandre Pompidou, n'aura de cesse, en multipliant les gaffes, que de se faire remarquer par le très imbu de lui-même et prétentieux Solomon Auroche - Lascaux (dont la composition de son nom est une autre trouvaille drolatique du dessinateur Cornette) , le propriétaire à la mode de la Galerie d'Exposition renommée, en courtisant plus que malafroitement (quelques gags assez drôles) sa fille puis sa femme de manière très grossière de Paris à la Tunisie pour enfin se lancer comme la nouvelle référence de l'art moderne.

    Qaulité graphique réelle, scénario original, anti - héros parfait, on passe un bon moment de lecture.

    Lien : http://passiondelecteur.over-blog.com/article-alexandre-pompidou-lar..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par pilyen, le 08 avril 2012

    pilyen
    Alexandre Pompidou a peut être réussi à obtenir son examen final dune grande école d'art, il n'est reste pas moins un type un rien débile. Se pensant un artiste accompli, il se donne comme défi d'exposer trois mois plus tard dans la plus grande galerie du pays, celle de Mr Salomon. Hélas pour lui, en plus d'être sûr d'un talent qu'il n'a pas, il joue de malchance. Il refuse une invitation à la soirée de fin d'année organisée par une fille de sa promo sous le prétexte totalement bidon de ne pas corrompre l'artiste qu'il est avec le milieu bourgeois. Hélas pour lui, la fille en question est celle du célèbre galériste. S'en suivront moultes péripéties mêlant art et boucherie car les parents du héros sont bouchers. Ou comment devenir un artiste conceptuel en utilisant du steack hâché pour faire des portraits et faire pâmer toute la sphère de l'art avec ses créations.
    Sur un scénario ne lésinant pas sur les rebondissements, le lecteur se trouve embringuer dans une histoire oscillant entre humour gras et vague satire du milieu de l'art moderne. Ce n'est pas désagréable à lire mais on reste un peu sur sa faim. Les dialogues font parfois sourire, les idées saugrenues peuvent plaire, le dessin est au diapason mais le manque de finesse de l'ensemble empêche de considérer ce premier opus des aventures d'Alexandre Pompidou comme réussi. Ne vous fiez pas à la couverture de l'album, même si elle résume agréablement le propos avec ses couleurs pastels et sa réussite plastique, elle ne préfigure en rien le contenu, qui est, à mon goût, un peu superficiel, ni de son esprit plus proche du mauvais gout que du pamphlet inspiré. Dommage...

    Lien : http://sansconnivence.blogspot.fr/2012/04/alexandre-pompidou-tome-1-..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par outofzebra, le 06 mars 2013

    outofzebra
    Cornette-Frissen-Witko : ce trio belge nous sert une tranche de vie bien assaisonnée avec ce premier tome des aventures d'Alexandre Pompidou, sobrement intitulé « Lard Moderne », inspiré du milieu des artistes en herbe ou, comme on dit aujourd'hui, « fraîchement diplômés ».
    Alexandre Pompidou, à peine muni de son certificat, décroché à l'Ecole des Arts Majeurs et attestant de sa maîtrise des principales notions de l'esthétique contemporaine, à commencer par : «Mieux vaut battre le fer tant qu'il est chaud !», déploie toute son ingéniosité à essayer de convaincre Adonias Solomon Aurochs-Lascaux, galeriste réputé, de tout miser sur lui. Car, hélas pour Alexandre, la réputation de la famille Pompidou n'est pas établie dans l'art, mais dans la... boucherie.
    Comme on dit, « dans l'art, tout est bon ! » : le seul « hic », c'est que Pompidou n'a aucun talent ; il n'est même pas doué pour se vendre, et il va multiplier les gaffes…
    Vu le blaze de leur héros, ça sent la vendetta belge à plein nez, cette histoire. Peut-être la double vengeance ? D'abord contre le Français Baudelaire, jadis critique d'art, qui insulta les Belges et les traita de « peuple de négociants et de boutiquiers ». Ensuite, il ne serait pas étonnant que Cornette, Frissen et Witko soient eux-mêmes passés par l'Ecole des Arts Majeurs, comme le réalisme des situations comiques dont ils s'inspirent semble l'indiquer... avant de se reconvertir dans la BD ; pour pouvoir manger ou par amour de l'art ?

    Lien : http://fanzine.hautetfort.com/kritik/
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par pititecali, le 08 avril 2012

    pititecali
    Mon avis: Très drôle ^^ 4 sur 5

    A priori là comme ça, à froid, je ne suis pas très friande de BD... Je n'en achète pas, et n'en lis par conséquent pas. En tout cas plus depuis Achille Talon et Léonard ( oui ça remonte!)
    Du coup, quand j'ai vu que l'opération Masse Critique chez Babelio portait pour une fois sur la BD, je me suis dit pourquoi pas! L'occasion pour moi de renouer en douceur avec le genre, en découvrant peut-être une nouvelle série qui me plairait bien :)
    Et bingo, direct du premier coup. Je ne vais pas aller jusqu'à vous faire croire que je vais surveiller les sorties en ne dormant que d'un oeil pour être sure de ne rater aucun tome, maiiiiiis... je dois bien l'admettre, j'ai passé un bon moment!
    Rien que le résumé, déjà, l'histoire semble tellement bête que c'est déjà drôle!
    Les dessins sont sympas, c'est frais, glauque et rigolo à la fois... On est loin de quelque chose de très spirituel c'est sûr, mais on a quand même une ébauche de critique de la vie d'artiste, la bourgeoisie et le prolétariat (représentés ici par la famille de Pompidou, les bouchers) en prennent aussi pour leur grade... Et le pauvre Alexandre, quelle catastrophe ce garçon!
    Enfin bref, j'ai passé un bon moment, une lecture qui m'a suffisamment embarquée pour que j'aie eu envie de me l'enfiler d'une traite ( bon c'est sur, une BD, c'est pas le challenge du siècle) et que je le referme en me disant, ahhh c'était sympa comme petite BD!!
    Donc le pari est réussi!

    Merci Babelio!!

    Lien : http://calidoscope.canalblog.com/archives/2012/04/08/23963465.html
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique


Critiques presse (3)


  • BDGest , le 12 juin 2012
    Sans que tout y soit bon, Lard moderne est sympathique, à l’image de son héros. Pourquoi donc se refuser une bonne tranche de satire décalée et saignante ? Végétariens s’abstenir.
    Lire la critique sur le site : BDGest
  • BDSelection , le 11 avril 2012
    Si le récit tient bien la route, le charme et l'humour de cette série découlent en particulier des personnages, tous obsessionnels et tordus, au premier rang desquels se tient bien entendu l'Alexandre du titre.
    Lire la critique sur le site : BDSelection
  • BulledEncre , le 03 avril 2012
    Un album drôle et critique sur le monde de l’art et sur certains poncifs que Jean-Luc Cornette, Jerry Frissen et Nikola Witko taillent en pièces avec humour et brio.
    Lire la critique sur le site : BulledEncre

Lire un extrait







Sur Amazon
à partir de :
8,00 € (neuf)
9,00 € (occasion)

   

Faire découvrir Alexandre Pompidou, Tome 1 : Lard moderne par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz