AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Hélène Narbonne (Traducteur)
ISBN : 2253111929
Éditeur : Le Livre de Poche (2005)

Note moyenne : 3.27/5 (sur 208 notes)
Résumé :
Baton rouge, Louisiane, 230 000 habitants, ancien comptoir français sur le Mississippi...

Plaque tournante de tous les trafics, c'est la ville des États-Unis qui compte le plus grand nombre de crimes par habitant. C'est aussi là que Kay Scarpetta a rendez-vous avec son destin, car les frères Chandonne ne l'ont pas oubliée.

La mort est tapie au fin fond du bayou et frappe en série.
Les amis de Scarpetta arriveront-ils à temps pou... >Voir plus
Critiques, Analyses & Avis (5) Ajouter une critique
Giwago
Giwago21 avril 2008
  • Livres 3.00/5
Patricia Cornwell écrit bien, ceci est un fait. Mais à trop vouloir exploiter un filon qui lui a rapporté de l'or elle finit par l'épuiser. le dernier opus de Cornwell qui fait intervenir les personnages de Scarpetta, Marino ou Lucy est bien décevant. L'action ne décolle pas vraiment avant les trente ou quarante dernières pages, et on s'ennuie un peu pendant les 500 pages précédentes. le livre est rempli d'invraisemblances dans l'histoire, telle la réapparition d'un personnage mort depuis quelques épisodes déjà ou encore la rencontre de Scarpetta avec des personnages liés plus ou moins directement à l'histoire, ou d'autres coïncidences qui arrivent fort à propos. J'ai vraiment l'impression que Cornwell a bâclé son livre. Un avis personnel qui ne fait que se confirmer à la lecture de la série des Scarpetta : j'ai vraiment l'impression que Cornwell s'identifie vraiment à son personnage. D'ailleurs après avoir vu la photo de la romancière, lorsqu'on lit le livre on se représente (du moins est-ce mon cas) le docteur Scarpetta avec les traits de Patricia Cornwell. Ce livre m'a vraiment déçu, même si c'est toujours aussi bien écrit et je pense qu'elle aurait pu économiser entre 50 et 100 pages en détails superflus et inutiles. le récit y aurait gagné en rapidité et en clarté.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          00
bdelhausse
bdelhausse28 août 2013
  • Livres 1.00/5
La série Chandonne ne vaut pas grand-chose. Patricia Cornwell en roue libre maîtrise assez mal la France et la francitude. Cela sent la caricature à plein nez. C'est dommage car Cornwell se positionne depuis le début sur le plan de la réalité, pas de la réécriture du monde autour de ses besoins... Or, plus la série avance et plus Cornwell schématise et caraicature, pastiche ses propres créations. Baton Rouge n'est pas le pire, mais l'ensemble de la saga Benton et Chandonne décroche la palme.
Commenter    J’apprécie          00
xonrupt
xonrupt20 janvier 2013
  • Livres 0/5
voir la critique de sans raison. je n'ai pas aimer le changement de narration. jusqu'a present elle racontait l'histoire par la bouche de scarpetta et la elle est passer a la 3 eme personne ça plus l'histoire en elle meme je peux dire que je n'ai pas eté emballer par celui ci
Commenter    J’apprécie          00
BVIALLET
BVIALLET31 mars 2012
  • Livres 3.00/5
Tout à fait d'accord avec la critique de Tistou. J'ajouterai cependant qu'on a affaire à un procédé bien connu du roman policier américain très influencé par le cinéma. Bâton rouge me fait irrésistiblement penser au "Silence des agneaux". Même thème , mêmes procédés. On se complait un peu dans la description du Loup Garou , Jean Baptiste Chandonne ( français comme par hasard) et de ses méthodes de fou barbare.
J'ai trouvé le livre plutôt lent avec une intrigue assez faible. On sent que l'auteur en garde sous le coude pour alimenter la sage Scarpetta. de plus , elle aime perdre le lecteur dans mille détails de peu d'importance, ça sent le délayage. A cela s'ajoute nombre de coquilles et approximations de traduction un peu énervantes.
Dernier détail : Madame Cornwell pense qu'en France , on appelle les médecins femmes "Madame" et non "Docteur", je me demande où elle a été chercher cela.
A l'arrivée, un thriller très moyen
Lien : http://www.etpourquoidonc.fr/
Commenter    J’apprécie          00
vdujardin
vdujardin27 avril 2012
  • Livres 2.00/5
Un récit assez embrouillé entre les différentes histoires emmêlées, où réapparaît Benton, mort officiellement il y a quelques volume... L'ambiance des marécages est d'autant plus pognantes que je garde un souvenir très net du dernier film de Bertrand Tavernier, Sous les brumes électriques qui se passait dans la même région. La position sur la peine de mort me gêne toujours autant...
Lien : http://vdujardin.over-blog.com/article-baton-rou..
Commenter    J’apprécie          10
Citations & extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
GrouchoGroucho14 octobre 2015
Une pièce d'identité, pourquoi pas ? En revanche, un appel est superflu. Benton est assez amusé. Le portier est ouvertement grossier vis-à-vis de lui, un étranger un peu miteux. Il a oublié, comme la plupart des New-yorkais actuels, que dans le passé la plus grande vertu de cette ville a précisément été d’accueillir des hordes d'étrangers poussiéreux et débraillés, des immigrants miséreux qui parlaient à peine deux mots d'anglais.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          30
CronosCronos02 octobre 2015
Had the larva lived, it would have matured into a bluebottle Calliphora vicina, a blow fly. It might have laid its eggs in a dead human body's mouth or eyes, or in a living person's malodorous wounds.
Commenter    J’apprécie          50
paraty62paraty6231 décembre 2013
Lucy sourit, tend les bras en croix, et l'officier la palpe rapidement. Ses mains passent légèrement sous les aisselles, sous les seins, les cuisses, de bas en haut jusqu'à l'entrejambe, tout cela, évidemment, de façon très professionnelle. Les autres passagers passent sans problème, bien que certains, des hommes surtout, fassent montre d'une indiscutable curiosité envers la belle jeune femme aux bras et aux jambes écartés. Lucy s'en contrefiche. Elle a traversé bien trop de choses pour perdre une quelconque énergie à se montrer pudique. Elle hésite même à déboutonner sa chemise pour désigner l'armature métallique de son soutien- gorge, afin que l'officier puisse s'assurer qu'aucune pile, aucun mécanisme explosif, si minuscule soit-il, n'y est attaché
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          00
paraty62paraty6231 décembre 2013
Il y a deux heures - ou était-ce trois ou quatre ? - des heures irréelles, il dînait assis sur le même siège, lorsque quelqu'un du service d'étage a frappé pour lui offrir une bouteille de Moët & Chandon - compliment de la direction. Rocco est pourtant roué et atteint de paranoïa chronique, mais il n'a rien vu venir. Après tout, il est un homme important et séjourne toujours au Radisson lorsqu'il vient à Szczecin. Il s'agit du seul hôtel de la ville et la direction lui envoie souvent de petits cadeaux (un excellent cognac ou des cigares cubains) parce qu'il règle sa note en dollars américains et non en zlotys sans valeur.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          00
paraty62paraty6231 décembre 2013
L'hilarité s'évanouit aussi vite qu'elle est née, les plaisanteries sur les asticots s'éteignent. D'autres cadeaux sont offerts à Scarpetta : un stylo de l'espace censé parvenir à écrire dans n'importe quelles conditions : « Sous la pluie, dans le blizzard, et si jamais vous le laissez tomber dans une cage thoracique pendant que vous pratiquez une autopsie » ; une minitorehe Maglite « pour voir dans tous ces endroits difficiles à atteindre », et une casquette de base-ball bleu foncé aussi chamarrée d'or que celle d'un général
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          00
Videos de Patricia Cornwell (38) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Patricia Cornwell
Coffee With: Patricia Cornwell
autres livres classés : thrillerVoir plus





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "La petite fille qui disparut deux fois" d'Andrea Kane.

Combien de jours dure le roman ?

9 jours
5 jours
1 journée
1 mois

10 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : La petite fille qui disparut deux fois de Andrea KaneCréer un quiz sur ce livre