AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Monique Lebailly (Traducteur)Hugues Lebailly (Traducteur)
ISBN : 2253152528
Éditeur : Le Livre de Poche (2002)

Note moyenne : 4.23/5 (sur 56 notes)
Résumé :
Arthur, chef de guerre génial, a reçu du Grand Roi la mission de sauver son royaume et de le protéger contre l'envahisseur saxon.
Arthur a triomphé de tous les ennemis, les traîtres se sont enfuis, et l'armée vaincue implore sa miséricorde. Mais son mariage avec Guenièvre a fait naufrage et les Saxons y voient une possibilité de le détruire. Merlin et Nimue rêvent toujours de convoquer les dieux en Grande-Bretagne, et ils possèdent maintenant les Treize Tréso... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (2) Ajouter une critique
Takateru
Takateru31 janvier 2013
  • Livres 4.00/5
Un dénouement magistral où la légende Arthurienne fait place progressivement à l'interprétation historique. Mention spéciale aux descriptions des duels et aux stratégies de batailles décrites avec talent par l'auteur... Que vous soyez férus d'histoire, amateurs de contes et légendes, ou tout simplement désireux d'évasion, je ne peux que vous conseiller cette magnifique trilogie !
Commenter    J’apprécie          60
claire_h
claire_h09 juillet 2012
  • Livres 3.00/5
Magnifique finale pour la geste d'Arthur racontée par B. Cornwell, avec des guerriers saxons, de la magie, de l'espoir et le désespoir le plus sombre.
La trilogie entière est une très intéressante réinterprétation à la lumière de l'histoire de la matière arthurienne.
Commenter    J’apprécie          20
Citations & extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
bran_601bran_60123 avril 2016
Les éclaireurs saxons avaient disparu à l’ouest, mais ils revinrent soudain au galop. La poussière se soulevait sous les sabots de leurs chevaux. Leur vitesse suffisait à nous dire qu’ils avaient aperçu Arthur et, bientôt, cette agitation désordonnée des préparatifs saxons se transformerait en un mur de boucliers et de lances. J’empoignai la longue hampe en frêne de mon arme, fermai les yeux et décochai une prière vers le firmament où Bel et Mithra devaient écouter. « Regarde-les ! » s’exclama Cuneglas pendant que je priais, et j’ouvris les yeux pour voir la ruée d’Arthur remplir l’extrémité ouest de la vallée. Le soleil brillait sur les visages et scintillait sur des centaines de lames nues et de casques polis. Près de la rivière, ses cavaliers éperonnèrent leurs montures pour s’emparer du pont, au sud d’Aquae Sulis, tandis que la longue ligne des troupes du Gwent s’engageait au centre de la vallée. Les hommes de Tewdric portaient l’équipement romain : plastrons de bronze, manteaux rouges et casques aux épais plumets, si bien que, vus du sommet du Mynydd Baddon, ils ressemblaient à des phalanges cramoisi et or sous une multitude de bannières qui arboraient, au lieu du taureau noir du Gwent, des croix chrétiennes rouges. Au nord, Sagramor menait les lanciers d’Arthur sous son vaste étendard noir accroché à une hampe que surmontait un crâne de Saxon. Encore aujourd’hui, je peux fermer les yeux et voir cette armée avancer, voir le vent agiter cette mer de drapeaux au-dessus des lignes inflexibles, voir la poussière s’élever du sol derrière elles, et voir les récoltes en pleine croissance piétinées, aplaties, par leur passage
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          120
boudiccaboudicca31 janvier 2012
Les femmes, elles hantent tellement ce récit. Quand j'ai commencé à rédiger la vie d'Arthur, je pensais que ce serait une histoire d'hommes; une chronique pleine d'épées et de lances, de batailles remportées et de frontières délimitées, de traités rompus et de rois détrônés, car n'est-ce pas ainsi que l'on raconte l'Histoire? L'Histoire est le récit des actions des hommes, narrée par des hommes, mais dans celle d'Arthur, tel le scintillement du saumon dans une eau noire comme la tourbe, les femmes brillent à coup sûr.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          110
raynald66raynald6604 octobre 2015
Ne soit pas absurde, Derfel. Ce n'est pas parce que les femmes n'ont jamais été druides qu'elles ne peuvent pas l'être ! Tout le monde peut l'être !
Tout ce qu'il faut faire, c'est mémoriser les 684 malédictions de Beli Mawr
et les 269 sortilèges de Lieu, et avoir en tête environ mille autres choses utiles
Commenter    J’apprécie          30
raynald66raynald6603 octobre 2015
Une terrible haine monte en vous dans une bataille, une haine qui vient de la noirceur de l'âme et vous remplit d'une colère féroce et sanguinaire
Commenter    J’apprécie          40
picturapictura22 avril 2014
Nous, guerriers, nous nous équipons pour la bataille comme nous nous parons pour l’amour ; nous nous vêtons somptueusement, nous portons nos bijoux en or, nous coiffons de crêtes nos heaumes d’argent ciselé, nous nous pavanons, nous nous vantons et, à l’approche des lames meurtrières, nous avons l’impression que le sang des Dieux court dans nos veines.
Commenter    J’apprécie          10
Videos de Bernard Cornwell (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bernard Cornwell
Vidéo de Bernard Cornwell
autres livres classés : légendes arthuriennesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

L'aigle de Sharpe - Bernard Cornwell

Le petit nom de Sharpe est ?

William
Richard
John

10 questions
6 lecteurs ont répondu
Thème : Les aventures de Sharpe, tome 8 : L'aigle de Sharpe de Bernard CornwellCréer un quiz sur ce livre