AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070759253
Éditeur : Gallimard (2001)

Note moyenne : 2.94/5 (sur 33 notes)
Résumé :

« Une légende veut que les cathédrales soient à toute épreuve, disait l'expert. Rien de plus faux. Les bâtisseurs du Moyen Âge étaient des bricoleurs. Aujourd'hui, les cathédrales passent leur temps à s'effondrer, à s'enfoncer, à s'effeuiller. Elles coûtent des fortunes en restauration. Mais ça ne fait rien, on retape, on remonte, on colle. On ne compte pas, pour les cathédrales. ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
hannah851
hannah85116 mai 2016
  • Livres 5.00/5
Avec ce roman au ton ironique et malicieux, Laurence Cossé traite un sujet d'actualité: le coût financier du patrimoine en France. En pleine période de récession budgétaire, ce domaine apparaît de plus en plus délaissé par les pouvoirs publics d'autant plus que les grandes heures d'euphorie patrimoniale sont désormais loin derrière nous.
Comment trouver des fonds pour financer la restauration sans fin des cathédrales? C'est la question que se pose jour et nuit Jean-Léger Tuffeau, responsable du Patrimoine au Ministère de la Culture. Haut fonctionnaire à la conscience professionnelle exacerbée qui frise l'absurde, il ne dort plus et délaisse même sa vie familiale en quête de LA solution. Cette question l'obsède tellement qu'il en vient à une solution extrême. Si il ne peut pas les sauver toutes, il doit choisir de préserver les plus emblématiques et de supprimer les autres. Détruire 100 cathédrales sur les 170 que comptent le territoire lui permettra de sauver un patrimoine beaucoup moins emblématique mais tout aussi conséquent : les châteaux. Voilà la cause que décide de revêtir notre énarque idéaliste mais aussi pragmatique car il sait que cet acte "terroriste" qu'il s'apprête à mener doit être rapide, irrémédiable et monté en douce pour éviter tout scandale. Il fait donc appel pour les aspects techniques à un ancien camarade de Science-Po, militant marxiste dans sa jeunesse, Léon Beauju aujourd'hui spécialisé dans les missions diplomatiques un peu spéciales à l'étranger.
Après avoir choisi les 100 cibles, Tuffeau tente de rallier des personnages clés à sa cause mais sans succès. C'est l'occasion pour la romancière de relancer l'éternel débat sur la conservation excessive ou non du patrimoine "de la petite cuillère à la cathédrale" comme disait Malraux en introduisant l'historien Régis Debray sous les traits de Régy Debrais et son colloque sur "L'abus monumental".
Cependant, la lente progression de Jean-Léger vers la folie et l'absurdité de l'aventure qu'il va vivre tendent à reléguer au second plan la question de la sauvegarde du patrimoine. L'arrivée d'une mécène richissime femme d'affaires mexicaine, cantatrice à ses heures perdues, et bienfaitrice d'Anaïs, l'assistante de Jean-Léger, ne permet malheureusement pas de déjouer son plan mais plutôt de l'accélérer.
Si l'intrigue vire parfois à l'absurde, c'est que la romancière peut se le permettre par sa maîtrise des arcanes du Ministère de la Culture et de son mode de fonctionnement tant dans les grandes lignes que dans les détails (fonctionnement du mobilier national, nature des réserves du musée du Louvre, procédures administratives dans les DRAC...). Elle ose aussi dénoncer les dérives désormais courantes dans le patrimoine des phénomènes de privatisation, de commercialisation des monuments emblématiques comme le Louvre ou Versailles et de l'inflation des spectacles sons et lumières qui défigurent les monuments.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Patsales
Patsales30 juillet 2014
  • Livres 3.00/5
C'est charmant. Et même un peu plus. Cossé part d'un problème de société et le développe mi-sérieuse (n'hésitant pas à convoquer Debray) mi-délirante. N'oubliant pas que la dialectique est née en même temps que l'art gothique, elle compose son roman en 3 parties: thèse (À bas les cathédrales), antithèse ( vive les cathédrales) et synthèse. le seul problème, c'est qu'une bonne idée ne suffit pas à remplir 200 pages , d'où quelques longueurs et la création de personnages inutilement pittoresques qui font 3 tours et puis s'en vont. En l'état, c'est très agréable à lire et très culpabilisant: on se dit qu'on ferait mieux de lire Duby. 
Commenter  J’apprécie          30
LIONELLE
LIONELLE05 septembre 2014
  • Livres 2.00/5
Une réflexion amusante (mais pas tant...) sur la dérive de notre politique culturelle....qu'avons nous fait de nos églises et de nos monuments ? Un coup d'oeil sur la gestion de notre patrimoine.
On rit...jaune.
Une bonne lecture
Commenter  J’apprécie          20
DanR
DanR13 août 2013
  • Livres 4.00/5
Amusante histoire, quoique prévisible, d'un haut fonctionnaire enfermé dans ses certitudes au point d'être aveugle et sourd au monde qui l'entoure.
Commenter  J’apprécie          10
Pralinerie
Pralinerie24 mars 2012
Un roman qui fait redécouvrir quelques cathédrales, qui montre bien la pauvreté dans laquelle est laissée la culture, qui s'attarde sur un homme obsédé par une idée fixe. Un roman plein d'humour et d'ironie. Un roman qui inquiète un peu : qui sont ces fous qui créent des critères de sélection aussi absurdes sur l'utilité et la beauté des monuments ?
Bref, une lecture plutôt détente qu'une véritable réflexion sur la place du patrimoine.
Lien : http://pralinerie.blogspot.f..
Commenter  J’apprécie          30
Citations & extraits (2) Ajouter une citation
JehanneDDJehanneDD12 janvier 2016
Pouvaient sauter aussi tous les meccanos composites du genre de Toulouse, bricolée sur 7 siècles, du 13è au 20è ; les siamoises à nef double, Fréjus, Grenoble et autres Aix-en-Provence ; les monstres, tels que Metz, partant dans tous les sens et ne rimant à rien.
Et les cathédrales à l’envers, commencées ouvertes à l’ouest et achevées ouvertes à l’est, quand ce n’était pas l’inverse : Nevers, Agde, Saint-Pons de Thomières.
Les tordues : Quimper, Saint-Lizier.
Les bancales, avec une tour au lieu de deux prévues : Auxerre, Meaux, Soissons, Troyes.
Les malfichues, Viviers, Laval, Vienne, Rieux, Sarlat, Saint-Malo.
Et les restaurés en dépit du bon sens par des mythomanes à la Viollet-Le-Duc.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
hannah851hannah85116 mai 2016
Le plus difficile, c'était les cathédrales. Même à supposer qu'on commence petit, l'opération serait des plus délicates. Même en commençant par une seule cathédrale. Même par la plus vilaine, mettons la Nouvelle Major, à Marseille. Il était impossible d'annoncer : Cette édifice est laid, il coûte extrêmement cher, sa fréquentation est devenue dérisoire, aussi allons-nous l'abandonner, comme on abandonne une vieille ruine. Inconcevable, La réaction serait nationale. Catholiques, athées, ne sachant pas trop, s'en foutant, même combat. Au fond, on butait là sur le dernier tabou des sociétés dites libérées. On ne touche pas à une cathédrale. Ces grands totems avaient valeur d'idole. p.48
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Laurence Cossé (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Laurence Cossé
"La Grande Arche" (Éd. Gallimard)
autres livres classés : cathédralesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
1165 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre