AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dominique Lurcel (Éditeur scientifique)
ISBN : 2010061705
Éditeur : Hachette

Note moyenne : 3.2/5 (sur 10 notes)
Résumé :
Ayant reçu un « marron » sur l'oeil, Alfred, limonadier à l'enseigne du Pied qui remue, cite en justice l'auteur de cette voie de fait, le lampiste Lagoupille. Hélas, trop parler nuit et à exposer franchement l'affaire Alfred donne à l'adversaire des armes que celui-ci (en l'occurrence l'avocat Barbemolle) est d'ailleurs capable de fabriquer tout seul. Ainsi les honnêtes gens sont-ils les jouets d'un avocat véreux, d'un juge pressé, d'un substitut hanté par la crain... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (2) Ajouter une critique
Cosaque
Cosaque11 août 2015
  • Livres 1.00/5
Concernant cet ouvrage il faut préciser qu'il s'agit d'un recueil de textes qui sont pour certains des pièces courtes et d'autres des monologues. Petite précision qui évitera aux futurs lecteurs la petite surprise un peu désagréable de croire entamer une pièce en trois ou quatre actes .
Pour ce qui est du contenu, j'ai été quelque peu déçu, je m'attendais à quelque chose de plus incisif et inventif, comme le laissait supposer Jean-Claude Yon dans l'émission radio "Concordance des temps" sur France culture.
Si Courteline est un auteur caustique qui pointe les travers et les hypocrisies de son temps, on ne le perçoit pas dans ses textes. Si c'est le cas les défauts de la société bourgeoise de la fin du 19e siècle ne sont que des peccadilles.
Non vraiment, parmi le fameux trio des vaudevillistes fin siècle Feydeau reste mon préféré car ses textes sont totalement vide de toutes significations, mais ce vide se tord sur lui-même comme une serpillière, et ce de plus en plus vite jusqu'à la destruction complète on comprend qu' Ionesco en ait fait un modèle. Courteline lui ne dépasse guère pas le niveau de la bonne blague un tantinet franchouillarde.
Un jour de désoeuvrement peut-être me laisserais-je tenter par d'autres textes de Courteline.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          100
BVIALLET
BVIALLET22 mai 2012
  • Livres 4.00/5
Un substitut qui craint pour son poste (un journal lui fait une mauvaise réputation en raison de ses choix éducatifs), un président pressé d'exécuter vite fait deux procès avant de filer en vacances et Barbemolle, un avocaillon ambitieux et sans scrupules, se retrouvent au tribunal. Prétextant un manque d'informations, le président commence par renvoyer la première affaire aux calendes grecques et passe très vite à la seconde : un cafetier qui se plaint d'avoir reçu un coup de poing de la part d'un client qui ne voulait pas quitter son établissement. Une fois le plaignant et l'accusé entendus, l'avocat Barbemolle se lance dans un beau plaidoyer qui dépeint le trublion sous un jour des plus flatteurs. Mais dès que le substitut apprend sa révocation et quitte les lieux, son remplaçant officiel, en l'occurrence Barbemolle, change immédiatement de rôle et se met à plaider à charge contre son client, noircissant le tableau au point de réduire à néant tous les arguments qu'il avait développés juste avant. Comment pourra s'achever un procès aussi mal parti ?
Cette comédie en un acte est une charge au vitriol contre certains travers de la Justice qui s'occupe d'affaires complètement ridicules et surtout contre les acteurs de cette pantalonnade judiciaire. Ainsi le même homme peut dire une chose et son contraire avec une sincérité et un aplomb égal. Tous les personnages sont caricaturaux et toutes les situations sont cocasses et burlesques. La pièce se situe assez largement dans la farce, mais la farce de qualité. Il y a du Molière « Les plaideurs » dans ce « Client sérieux » aussi agréable que divertissant. On rit beaucoup même à la simple lecture...
Lien : http://www.etpourquoidonc.fr/
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          10
Citations & extraits (5) Ajouter une citation
CosaqueCosaque02 août 2015
THEODORE : [...] J'ai rudement rigolé, cré nom ! ... Trouduc a été époilant ! Et Gagadois encore plus ! Et Lecuchet encore plus ! Quant au consul, c'est bien simple : j'ai jamais rien vu d'aussi soûl. Quelle cuite !... Très gentil, d'ailleurs. Et aimable ! et simple ! et correct ! ... sauf quand il a voulu entrer dans un fiacre en passant par la lanterne. (Il pouffe) Croyez-vous, non, mais croyez-vous, cette idée d'entrer dans un fiacre en passant par la lanterne !

[ THEODORE, SCENE 2 ]
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          50
genougenou15 août 2015
Il est des gens trop haut placés par la dignité de leur vie, par la noblesse de leur caractère, par la nature même des fonctions qu'ils exercent, pour que la moindre éclaboussure atteigne seulement jusqu'à leurs semelles.
Commenter    J’apprécie          20
genougenou15 août 2015
Oh ! le mari, le précieux mari ! personnage indispensable à la solidité des liaisons adultères !
Commenter    J’apprécie          40
genougenou15 août 2015
" Contre la force, il n'y a pas de résistance. "
Commenter    J’apprécie          20
genougenou15 août 2015
" Faites donc l'âne pour avoir du son ! "
Commenter    J’apprécie          20
Videos de Georges Courteline (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Georges Courteline
Georges COURTELINE– La Paix chez Soi
autres livres classés : théâtreVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les citations de Georges Courteline

« ---- est un lieu où les gens qui arrivent en retard croisent dans l'escalier ceux qui partent en avance. »

L’administration
L'aérogare
L'entreprise
Le cimetière

10 questions
14 lecteurs ont répondu
Thème : Georges CourtelineCréer un quiz sur ce livre