Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Claude Lafarge (Traducteur)

Éditeur : Vent d'Ouest / Seghers (1966)

Note moyenne : 1/5 (sur 1 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Il n'y a pas un George Washington : il y en a deux. II y a la figure grandiloquente, cocardière, ,de l'imagerie populaire, et il y a l'être humain, l'individu ay visage proche derrière le masque qui le cache. Le propos de Marcus Cunliffe est ici de déchirer l'image, de ... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (18)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Jcequejelis, le 24 mai 2014

    Peu de temps après la première installation de Washington, en 1789, la révolution avait éclaté en France. En automne 1792, pendant que Washington essayait de réconcilier Hamilton et Jefferson, la France avait proclamé la république. Aux yeux des Américains qui sympathisaient avec elle, elle avait suivi l'exemple des Etats-Unis - bien qu'avec certains excès regrettables. Sa Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen s'inspirait de la Déclaration d'Indépendance rédigée par Jefferson ; l'Amérique n'était plus la seule démocratie dans le monde. Mais quelques semaines avant le second quadriennat de Washington, en mars 1793, le Français envoyèrent le roi Louis XVI à la guillotine et ajoutèrent la Grande-Bretagne à la liste des pays avec lesquels ils étaient en guerre.

    1755 - [Vent d'Ouest n° 14 - p. 193]
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la citation

  • Par Jcequejelis, le 27 mai 2014

    ... les Républicains préféraient ... la France à la Grande-Bretagne, de même qu'ils préféraient l'avenir au passé. Ils voyaient l'Amérique pleine de froideur à l'égard de sa véritable amie et pleine de déférence à l'égard de son ennemi réel. Ce fut avec rage qu'ils apprirent, en 1794, que Washington envoyait à Londres John Jay, fédéraliste et anglophile, pour y négocier un règlement des questions en suspens. Leurs pires soupçons se confirmèrent en mars 1795, quand ont connut en Amérique les détails du traité qu'il avait passé.
    Au lieu d'affirmer les droits de l'Amérique, il semblait avoir cédé de façons humiliante. Il est vrai que les Britanniques s'engageaient à évacuer les divers postes qu'ils occupaient encore dans les territoires de l'Ouest et d'où ils excitaient les Indiens contre les Américains. Mais c'était la seule concession notable et, après tout, les Britanniques ne faisaient là qu'exécuter un engagement qu'ils avaient pris plus de dix ans auparavant .

    1764 - [Vent d'Ouest n° 14 - p. 196]
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

  • Par Jcequejelis, le 19 mai 2014

    Plus considérable encore fut l'impression que Washington fit sur les Français. Peut-être se mit-il en frais pour leur plaire ; si tel était le cas, il y réussit d'étonnante façon. Pour presque tous, c'était un véritable chevalier Bayard, sans peur et sans reproche. Voilà, disaient-ils tous, un gentilhomme d'une prestance et d'une intégrité tout à fait exceptionnelles. Et ces déclarations prennent encore plus de force lorsque l'on sait que, d'abord, la France avait eu l'intention de demander le remplacement de Washington par le comte de Broglie, un Français qui aurait été commandant en chef "associé". Lorsque de Kalb et d'autres observateurs eurent pris la mesure de Washington, ce projet fut écarté.

    1743 - [Vent d'Ouest n° 14 - p. 143]
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par Jcequejelis, le 01 novembre 2013

    A la tête de ses « bandits » - comme les Anglais appelaient souvent les insurgés - il est pourchassé, tenu en échec, isolé, écrasé par le nombre, il maintient ses miliciens vigilants au plus fort de l'hiver. « Sans pain et sans souliers », face à des soldats de métier bien nourris et bien équipés, les hommes de Washington constituent des prototypes du soldat révolutionnaire en guenilles qui devait, selon la fable, donner naissance au nom de « sans-culotte » sous lequel s'illustrèrent les volontaires de la Révolution française.

    [Vent d'Ouest n° 14 - p. 26]
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la citation

  • Par Jcequejelis, le 14 mai 2014

    Avec le recul du temps, nous pouvons nous rendre compte que l'alliance avec la France marqua le tournant de la guerre. Une fois les Britanniques aux prises avec leur vieil ennemi et avec l'Espagne, leur suprématie navale était remise en question. Ce fut ainsi qu'ils ne purent empêcher une flotte française, sous les ordres du comte d'Estaing, d'arriver en Amérique en 1778. Partout ailleurs ils étaient soumis à rude pression - en Méditerranée, où Gibraltar était assiégé, aux Antilles, et même dans l'Océan Indien. Ils devaient envisager la possibilité - qui ne fut jamais près de se réaliser - d'une invasion de la Grande-Bretagne par les forces franco-espagnoles. En décembre 1780, la Hollande se joignit aux ennemis de l'Angleterre et, cette année, sous la conduite de la Russie, un certain nombre de pays européens manifestèrent leur hostilité à la couronne britannique en se regroupant dans un Ligue de la Neutralité armée.

    1731 - [Vent d'Ouest n° 14 - p. 129-130]
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation







Acheter sur Amazon
   

Faire découvrir George Washington : l'homme et la légende par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (2)

> voir plus

Quiz