Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2738131182
Éditeur : Odile Jacob (2014)


Note moyenne : 4.08/5 (sur 85 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
"Lors de ma première naissance, je n'étais pas là. Mon corps est venu au monde le 26 juillet 1937 à Bordeaux. On me l'a dit. Je suis bien obligé d'y croire puisque je n'en ai aucun souvenir.

Ma seconde naissance, elle, est en pleine mémoire. Une nuit, j'a... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (17)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par brigittelascombe, le 16 décembre 2012

    brigittelascombe
    "A partir d'aujourd'hui tu t'appelleras Jean Bordes. Répète!"
    Dur, dur, à six ans, alors que la guerre sévit, de se voir soumis à une telle injonction, de devoir changer de nom (nier ses origines russes et juives) alors qu'on s'appelle Boris Cyrulnik, que l'on est orphelin et qu'après l'assistance publique on est quelque peu perdu dans une famille d'accueil inconnue!
    Sauve-toi la vie t'appelle, est un courageux récit autobiographique dans lequel Boris Cyrulnik (neuropsychiatre et directeur d'enseignement à Toulon, auteur prolifique de livres de psychiatrie,conférencier mondialement connu) se livre et se délivre d'une partie volontairement tue de sa personnalité.
    Sauve-toi la vie t'appelle,est un témoignage, rempli d'espoir, pour les enfants qui ont subi des traumatismes précoces. C'est un essai sur la mémoire qui arrange parfois la réalité à la sauce du déni (ou des faux souvenirs) pour maintenir la cohésion du moi déstructuré. C'est une analyse très fouillée de l'impact de la violence :culpabilité (lorsqu'il se dit c'est peut-être à cause de moi que mes parents sont morts ou que l'on est dit "dangereux" par d'autres),déplacements incessants,rejet,antisémitisme,dénonciation par un soit disant ami,arrestation,évasion,dangers multiples,changements,vulnérabilité...
    Alors qu'a-t-il fait pour s'en sortir,lui qui par un trop grand isolement avait des troubles du comportement?
    Il a parlé, beaucoup parlé ou "fait le pitre" pour taire l'indicible,il s'est comme dédoublé et gelé intérieurement par manque affectif,il s'est trouvé des repères sûrs pour "échapper au traumatisme",il a lu (entre autres le journal d'Anne Franck où il s'est retrouvé comme dans W ou le souvenir d'enfance de Georges Perec), il a développé une intelligence hors normes (dixit mon tout petit moi admiratif car ce grand monsieur sait rester simple et humble), il a pratiqué la résilience (cf: Résilience. Connaissance de base), il a su s'adapter aux situations, aux êtres, aux choses, en capter le meilleur et avancer...il a écrit pour s'apaiser.
    Sauve-toi la vie t'appelle, est un récit poignant. Pas de mélo. Pas de critiques acerbes ou d'amertume. Il constate. Point. Il dissèque pour comprendre et aider les autres à se comprendre et à s'accepter.
    Sauve-toi la vie t'appelle, est aussi un vibrant hommage pour ceux qui l'ont aidé ("tuteurs de résilience") à s'en sortir:la jolie infirmière qui l'a caché sous la banquette d'une blessée sanguinolente,la soeur de sa mère qui l'a recueilli après guerre, son ami Emile "le costaud scientifique" qui l'a étayé (et dont il ne veut garder que les bons côtés car c'est ça l'homme du mauvais et du bon à la fois), le professeur qui l'a poussé,conseillé épaulé..
    Sauve-toi,la vie t'appelle se lit d'une traite, car ce récit poignant sort des tripes et ne peut que susciter l'admiration!
    Partir de rien et grimper une à une les marches est une belle leçon de vie et un regard sur la vie plein d'humanité!
    Six étoiles!!
    Lu dans le cadre du comité de lecture de la Médiathèque de Bandol je ne peux qu'en conseiller l'achat en espérant que Boris Cyrulnik, qui passe souvent dans les parages, viendra nous le dédicacer.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 25         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par ssstella, le 04 février 2014

    ssstella
    Un récit émouvant où l'auteur témoigne des périples de son enfance pendant la guerre. Comme beaucoup d'autres enfants juifs ballottés par les événements, il sera longtemps caché et vivra des épisodes tragiques.
    Le silence qu'il doit faire sur sa judaïcité ne lui fait rien oublier des moments les plus traumatisants... mais beaucoup plus tard, il se rendra compte que pour se protéger de toutes ces peurs et ces douleurs, sa mémoire a transformé beaucoup d'événements.
    Il n'y a pas de hasard... Boris Cyrulnik n'a pas à chercher très loin un exemple pour aborder le sujet de la résilience.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 23         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par ATOS, le 26 août 2014

    ATOS
    Ne pas raconter. Ne rien dire puisque que dans l'impossibilité de partager. C'est le danger du silence, toute les souffrances des amnésies. Quelles soient conscientes ou inconscientes. Il faut du temps pour remettre en marche une mémoire. Concilier pour réconcilier, lier les images, les mots, les visages. Réactiver la mémoire. C'est le grand défi des traumas. Il faut en passer par là. «  Es brennt, Es brennt, O briderler, Es brennt » ...Réanimation obligatoire : la seule porte du salut. C'est l'histoire de sa vie, de tous ces silences qu'il a du combattre, les siens et ceux de tous les autres. Il a fait le choix de prendre la parole. A six ans on fuit. On escalade, on grimpe, on marche en équilibre, on trompe la mort. On s'agrippe à ceux que l'on peut. On sait déjà le grave et l'important. On a tout le courage d'un enfant. On ne parle pas. Parce qu'on a compris que sa vie dépendait du silence. Et puis l'enfer finit, on se tait, on est plus un enfant, mais on se tait pour faire comme les autres. Pour ne plus être différent. Mais on se ment. « Ça ne colle pas ». Il faut de tout pour faire un homme. de son passé, de ses maintenant, de ses cauchemars et de ses rêves. « ça ne colle pas », l'histoire «ne tient pas ». Alors pour se sauver, il faudra commencer à ne plus fuir . Dire, écrire, parler, venir, revenir, revoir pour voir. Il ne s'agit pas d'un essai, on y parle pas de sciences, pas de théorie. Juste la vie comme elle fut. Pour replacer correctement une mémoire dans un temps. Pouvoir comprendre tout ce qui fut passé pour se laisser aller au présent.
    Astrid Shriqui Garain
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 6         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par brunacecile, le 09 janvier 2013

    brunacecile
    J'ai reçu ce livre en cadeau de Noel, et moi qui suit une adepte de Boris Cyrulnik, je n'ai pas été déçu. Dans son livre, Boris Cyrulnik raconte son enfance traumatique et sa longue reconstruction. Toutefois il n'est pas dans l'égocentrisme car il met ses expériences dramatiques au service des autres en expliquant à travers son parcours la tragédie de tous les enfants victimes de racisme, de carences, de maltraitance. Ce livre est un cri d'espoir et de liberté contre l'absurde et l'inacceptable.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par fx131, le 06 mai 2014

    fx131
    Toutes les biographies qui traitent de la deuxiéme guerre mondiale sont importantes . Il faut donc se pencher avec attention sur cet opus d'un auteur de qualité qui ici fait ressentir à la perfection ce qui était l'enfer d'une vie pendant l'occupation qui plus est quand on était juif . C'est un livre simple , touchant , émouvant , mais jamais miévre , qui nous permet de mieux comprendre ce que ces enfants on vécus . Quand un esprit brillant s'empare d'un sujet comme celui - çi le résultat est souvent brillant , en voici encore la preuve .
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la critique

> voir toutes (52)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par PiertyM, le 19 septembre 2014

    La mémoire de soi est fortement liée aux cadres sociaux. Les histoires qu'on raconte dépendent de notre position sociale et des récits de la culture qui nous entoure.

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

  • Par PiertyM, le 19 septembre 2014

    Qu'elle soit collective ou individuelle, la mémoire est intentionnelle: elle va chercher dans le passé les faits qui donnent forme à ce qu'on éprouve au présent.

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par PiertyM, le 18 septembre 2014

    Dans toute oeuvre d'imagination, il y a un récit de soi. Dans toute autobiographie, il y a un remaniement imaginaire

    Commenter     J’apprécie          0 16         Page de la citation

  • Par PiertyM, le 19 septembre 2014

    Une vraie rencontre provoque une influence réciproque. Deux mondes intimes interagissent et chacun modifie l'autre.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par PiertyM, le 18 septembre 2014

    Si nous devions traiter toutes les informations, rien de prendrait forme, nous serions confus. Pour avoir des idées claires, nous devons oublier.

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

> voir toutes (17)

Videos de Boris Cyrulnik

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Boris Cyrulnik

Et Dieu dans tout ça ? - 8 avril 2013 : 2e partie .
Des personnalités croyantes et non-croyantes, d?horizons et de milieux différents, se retrouvent pour aborder les questions essentielles du sens de la vie, de leur rapport au monde, à l?homme, à la spiritualité et à Dieu. Débat animé par James Combépine. En partenariat avec Radio Notre Dame. Intervenants : Boris Cyrulnik, neuropsychiatre et psychanalyste Jean-Pierre Denis, directeur de l?hebdomadaire La Vie Franz-Olivier Giesbert, journaliste et directeur du Point








Sur Amazon
à partir de :
19,45 € (neuf)
13,90 € (occasion)

   

Faire découvrir Sauve-toi, la vie t'appelle par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (184)

> voir plus

Quiz