AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2918719641
Éditeur : Editions du Riez (2013)

Note moyenne : 3.8/5 (sur 15 notes)
Résumé :
Syrine, seize ans, a tout ce dont elle pourrait rêver : une famille unie, des super copines, une ville qu elle adore. Mais tout bascule du jour au lendemain lorsque des excroissances douloureuses émergent dans son dos. Brusquement persuadée qu elle sombre dans la folie, la jeune fille n ose parler de ses problèmes et affronte souffrance et incertitude, subit l incompréhension de ses parents et le rejet de ses amies. De fantasmes sanglants en pulsions violentes, de f... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
nanalol
12 mars 2016
  • 5/ 5
Piouf, il y a un moment que j'ai craqué sur ce bouquin: déjà, la maison d'éditions. Je vous l'ai déjà dit, je kiffe les éditions du Riez, achetez tout chez eux c'est un ordre, que de la bonne came !
Ensuite, la couverture: ces tons de bleu, cet aspect mélancolique, l'oeil est immédiatement attiré, et forcément on saisit le livre, on le retourne pour lire la quatrième de couv', et on est tout de suite intriqué.
Enfin, l'auteure: ancienne architecte, cheveux bleus au vent, impliquée dans la vie éditoriale, animatrice d'ateliers d'écriture: Sophie Dabat, je t'aime déjà et je veux te découvrir.
Mais il y a LE problème: celui que nous connaissons tous. La pile à lire... et quand dans votre pile à lire, il y en a plusieurs centaines, bah ... ça traîne.
Sophie devait venir aux Imaginales l'année dernière... oui mai 2015. J'avais donc commencé à lire le livre avec un réel plaisir, et tout à coup, paf! En future maman fatiguée, obligée par le médecin à rester chez elle, elle a annulé sa venue.
Désespérée j'étais, mais compte tenu du nombre de bouquins que je voulais lire pour en parler aux auteurs (vous savez le challenge qu'on se fixe mais qu'on tient jamais), j'ai reposé Mutante avec réticence pour en lire d'autres.
Et il a fallu attendre février et le salon du Fantastique pour que je me décide à reprendre ce roman. Mais quelle erreur cette attente!
Sauf erreur de ma part que je me ferai un plaisir de corriger si vous me l'indiquez, Mutante est le premier roman publié de Sophie Dabat. (je ne lis pas de nouvelles)
J'ai d'ores et déjà craqué pour les deux premiers tomes de Sainte-Marie des Ombres chez Bragelonne, mais j'aime commencer par les premiers romans d'un auteur, voir et suivre ses progrès, ça me donne l'impression de grandir avec lui et de mieux le connaître.
Je sentais que les écrits de Sophie me plairait et ils m'ont plu. Il y a quelques défauts dans ce premier tome, quelques longueurs (ou qui pourraient être considérées comme telles), quelques maladresses (mais qui s'expliquent, je vais y revenir, et qui finalement ne sont peut-être pas tant que ça des maladresses) ... mais l'auteure nous accroche tout de suite, tape là où ça fait mal, et nous donne envie de poursuivre, de savoir, de rencontrer la mythologie, de pousser à fond notre connaissance de l'univers qu'elle a créé.
Errante et Vivante, vous l'aurez compris les tomes 2 et 3 de cette trilogie, sont d'ores et déjà dans ma PAL et j'espère ne pas attendre autant de mois voire d'années avant de pouvoir les dévorer (terme qui colle parfaitement à cette série!).
Rentrons dans le vif du sujet si cette intro ne vous a pas suffi à acheter le roman (comment ça j'ai encore rien dit à part que c'était génial ? mais ça devrait suffire nom de nom) ! :D
Syrine a 16 ans ... et elle est en plein bouleversement: hormonal, bien sûr, mais également personnel.
Dépression, crise d'adolescence ? Elle supporte de plus en plus difficilement les cauchemars qu'elle fait chaque nuit, les membres de son entourage, et surtout présente des excroissances osseuses en haut du dos, au niveau des omoplates, tellement douloureuses que le moindre effleurement la vrille de douleur.
En outre, Syrine, dont le papa est musulman et la maman catholique, bien qu'elle ne pratique aucune religion, n'a jamais aimé la viande... et voilà qu'elle se jette régulièrement sur des morceaux de boeuf crus et sanguinolents.
Tout son argent de poche y passe.
Des cadavres de rats sont au pied de son lit quand elle se réveille.
Cauchemars, réalité, changements ? Pour Syrine, la question ne se pose pas, elle devient folle, ou est en train de développer une sorte de cancer dont elle a trouvé la définition sur internet.
Elle s'isole de plus en plus de ses amis, imagine qu'elle les dévore, se sent devenir un danger pour eux et pour elle-même, mais plus encore pour sa famille qu'elle aime pourtant tellement.
Le livre est centré sur cette étrange évolution que subit Syrine bien malgré elle, dans un parallèle intéressant entre la transformation de l'adolescente en une créature qu'elle ne connaît pas et le passage de l'âge adolescent à l'âge adulte.
En plus des choses habituelles contre lesquelles tous les ados de ce monde se battent: pulsions sexuelles, envie de normalité et d'intégration, Syrine doit lutter contre son propre corps et ses pulsions de mort et de sang.
Finalement, n'est ce pas toute la métaphore de l'adolescence ?
Elle quitte Marseille brouillée avec ses amis, n'osant d'ailleurs même pas les avertir de son départ ... et arrive à Rennes en espérant commencer une nouvelle vie, mais est tout de suite mise au ban du lycée.
C'est le parcours géographique de l'auteure, et on ne peut s'empêcher de penser si elle n'a pas traversé certaines des affres de Syrine ... mais cela relève bien évidemment de son jardin privé.
Syrine ne trouvera pas en Bretagne le soulagement qu'elle espérait. Elle est bossue, ne supporte pas le moindre contact physique, puisque ceux-ci déclenchent soit des douleurs soit des pulsions incompréhensibles pour elle comme pour son entourage, et finit même par éviter tout contact visuel.
Elle devient victime de harcèlement alors que tout en elle crie à la révolte et à la violence.
C'est une ado torturée que Sophie Dabat met en scène, tout en nous maintenant brillamment dans le flou entre folie et réalité un long moment.
L'image de cette ado torturée et isolée m'a particulièrement touchée, m'a ramenée à des souvenir toujours vivaces de ma propre scolarité, et j'ai trouvé l'isolement de Syrine particulièrement bien décrit.
Syrine est rapidement confrontée à des personnages étranges, qu'elle appelle les "men in black', qui semblent suivre une autre ado du lycée, une jeune fille handicapée et maintenue en fauteuil roulant, Agnès.
Notre héroïne tente de se rapprocher d'Agnès, qui la rejette immédiatement.
Le seul sur lequel elle pourra compter sera Gauthier, un jeune homme qui, lors d'une humiliation particulièrement vive subie par Syrine en plein cours, sera le seul à la suivre pour s'occuper d'elle.
Il va devenir son seul ami, et lui fera rencontrer Morgane, sa petite soeur aveugle de naissance, mais qui semble voir bien plus de choses que la plupart des valides.
Malgré cette amitié d'abord ténue puis de plus en plus forte, jamais Syrine ne trouvera la force de se confier et Gauthier sera contraint de rentrer par la force dans son intimité, lui démontrant à quel point elle pourra compter sur lui.
J'ai aimé cette dynamique entre Syrine et Gauthier, j'aurais aimé avoir une telle personne près de moi pendant ma scolarité en collège/lycée.
Ma personne est arrivée plus tard, je l'ai trouvée et je la garde, mes amis aussi. Mais l'isolement au collège et au lycée, quand on subit toutes ces pressions et ces transformations, c'est terriblement dur à vivre.
Malgré tout ce que l'auteure fait subir à son héroïne, elle l'entoure d'amis solides, peu, mais sur lesquelles elle peut vraiment compter.
Et compte tenu de la fin du roman, elle en aura besoin...
Il y a quelques passages qui pourraient passer pour des passages plus lents, mais ça ne m'a pas gênée dans le sens où ils permettent de poser l'intrigue et la personnalité des protagonistes et des personnages secondaires.
Sophie Dabat réussit à reproduire le langage adolescent à merveille, et c'est même parfois énervant lorsque Syrine écrit sur son blog en langage SMS! Ce qui pourrait donc passer pour des maladresses de plume n'est donc en fait qu'un moyen de nous mettre au niveau de Syrine et de son entourage.
Les relations familiales, entre culturalisme et amour déchiré, sont magnifiquement décrites, et aucun personnage du roman n'est manichéen.
Les bases de cette trilogie sont superbement posées, et on a envie d'en savoir plus, autant sur la transformation de Syrine que sur les men in black ou sur Agnès.
On sent aussi que Gauthier et Morgane ont un rôle à jouer autre que celui des fidèles amis, et on a hâte de voir la mythologie se développer et prendre tout son essor.
Un presque coup de coeur ou un vrai coup de coeur, j'ai du mal à trancher, car ce qu'il me manque ce sont les révélations à venir ... mais finalement, j'ai fini ce livre en haleine, dans l'attente du toujours plus que Sophie semble nous promettre.
Alors vraiment, une très très bonne lecture et une plume pleine de promesse!
Lien : https://lilielitmaispasque.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lire-une-passion
13 juillet 2013
  • 3/ 5
Je ne sais pas vraiment par où commencer avec cette chronique (ça faisait longtemps). À vrai dire, j'en ressors assez mitigée. J'ai aimé l'histoire, la trame, l'imagination de l'auteure, sa plume, les personnages mais je ne me suis pas du tout attachée ni identifiée à Syrine. Je n'ai eu aucun attachement, je n'ai pas eu pitié ni mal pour elle quand elle souffrait. Bref, aucun sentiment. Et j'avoue que c'est assez gênant pour moi de ne pas m'accrocher au personnage principal. J'ai même préféré les secondaires comme Gauthier et Agnès (même s'ils sont diamétralement opposés niveau caractère). Tandis que l'un est doux, aimable, près à protéger et aider Syrine, l'autre est méchante, haineuse et l'évite au maximum.
Pour Syrine, la vie était belle : une famille aimante, des amis, des sorties. Bref, tout allait bien, dans le meilleur des mondes. Évidemment, il fallait bien que quelque chose vienne gâcher ce bonheur. Des excroissances douloureuses lui poussent dans le dos. Elle s'inquiète mais n'ose pas en parler à ses parents. Elle se renferme peu à peu sur elle-même, a mal de voir l'incompréhension de ses parents, l'éloignement de ses amis. Elle sombre de plus en plus dans la tristesse. Lorsque son père est muté à Rennes, elle aspire à une nouvelle vie et espère remonter la pente et se faire de nouveaux amis.
Évidemment, rien ne va se passer comme elle le souhaite. Un nouveau lycées, des élèves qui la prennent de suite pour un monstre, une nouvelle, quelqu'un à éviter. Elle sentira encore plus seule, d'autant plus que sa famille la rejette de plus en plus, ne comprenant pas ses sautes d'humeur. Jusqu'au jour où un jeune garçon va se décider à l'aborder : Gauthier.
J'ai adoré ce personnage dès le début : inquiet de l'état de Syrine, souriant, drôle essayant de dérider le caractère de la jeune fille. Ils deviendront vite amis, même si Syrine restera tout de même sur ses gardes, par manque d'habitude de recevoir autant d'attention de la part d'une personne. Il mettra du temps à découvrir le secret de son amie, mais dès lors, il tentera au possible de l'aider dans ses tâches quitte à se mettre en danger.
D'un autre côté, il y a Agnès : une handicapée depuis un accident de voiture. Elle est taciturne, non serviable, froide et très solitaire. Contre toute attente, et malgré son caractère de cochon, je me suis attachée à elle de suite. Peut-être aussi parce que ça met un peu d'ambiance dans le livre (bien qu'il y en ait déjà!). On se rend compte au fur et à mesure qu'elle prendra une place très importante dans la vie de de Syrine. Pour quoi ? Pour qui ? À vous de le découvrir en lisant ce livre.
Et puis les hommes qui ont embauché son père lui font de plus en plus peur. Elle a la nette impression qu'ils la suivent. Pourquoi ? Elle aimerait bien le savoir, mais elle sent au fond d'elle qu'elle doit éviter de trop les approcher, pour éviter de se mettre en danger. À chaque fois qu'elle les croise, ils restent la fixer, la désorientant encore un peu plus. Elle apprendra plus tard qui ils sont réellement, ce qui n'arrangera pas son côté méfiance vis à vis d'eux.
Bien que je n'ai pas accroché à Syrine, j'ai aimé suivre le déroulement de l'histoire. Sophie Dabat a pris bien le temps de décrire la vie de Syrine, ses habitudes, sa famille, ses proches etc. Elle n'a pas de suite été au coeur du sujet et c'est vraiment appréciable. On voit qu'elle a voulu y aller tout doucement pour le lecteur s'y retrouve et sache apprécier l'histoire en globalité. Bien que les chapitres soient longs et donc peu nombreux (13 en tout), j'ai trouvé que grâce à sa plume légère, la lecture se faisait vite (trop vite!). Je n'ai pas vu les pages défiler et à chaque fin de chapitre, un nouveau rebondissement faisait son apparition, nous faisant ainsi culpabiliser d'arrêter notre lecture. Mais quand la fatigue gagne, on est obligé de reposer le livre ^^
Outre le côté fantastique, l'auteur parle aussi des sujets qui peuvent fâcher: le racisme, l'adolescence, le rejet. Sans être lourds, ils touchent le récit et apportent quelque chose qui nous fait réfléchir sur la réalité de la vie.
Et le prologue m'a... surprise. J'ai adoré la tournure que prend l'histoire et j'ai hâte que le tome 2 sorte afin d'en savoir plus, car il promet vraiment de belles aventures par la suite. Sophie Dabat sait entretenir le suspense et inciter le lecteur a vouloir en savoir plus, au point d'attendre impatiemment la suite !
En résumé, une histoire très bien recherchée, un thème rare, des personnages bien travaillés, même si je ne me suis pas attachée à Syrine, la personnage principale. Des secrets, des horreurs, des démons du passé qui refont surface et étonnent. Bref, une très bonne idée de la part de l'auteure. Une fin qui donne vraiment envie de se procurer le tome 2. Vivement sa sortie !
Justine P.
Lien : http://lireunepassion.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
bountyfrei
24 décembre 2014
  • 1/ 5
J'avais découvert ce livre grâce à Justine de Lire-une-passion, qui en avait fait une bonne critique. Mais moi, je n'ai pas du tout réussi à accrocher. Je n'ai même pas tenu cent pages, je l'ai abandonné dès la soixantième... Pourquoi?
Tout d'abord, le personnage principal, Syrine. Elle et moi, ça n'a pas collé. D'habitude un lien se crée avec le personnage, que je l'apprécie ou non, il y a ce lien - seuls des gens qui lisent des livres peuvent comprendre - qui est là. Ici avec Syrine, rien de tout cela est c'est bien ennuyant. Je pense que le problème vient en partie du fait que l'auteur n'a pas réussi en soixante page à se tenir à une ligne de conduite pour son personnage : de l'adolescente kikoolol de quatorze ans, on passe à une jeune fille respectueuse qui fait des jolies tournures de phrases, à l'aise comme si elle en bouffait tous les matins au p'tit dèj'. J'imagine pas sur tout le roman de 553 pages...
Ensuite l'écriture. Je n'ai pas particulièrement trouver ça fluide, j'ai du relire des phrases pour comprendre. Des synonymes sont employés - c'est bien, et j'encourage tous les auteurs en herbe à faire de même - , mais ça aurait été le top du top si ces synonymes correspondaient réellement au mot ! Mais le plus horrible à lire, c'est - et j'espère qu'il n'y en a pas d'autres dans le livre - les pages de blogs de Syrine écrit en langage SMS, mais en très mauvais SMS (aussi en o6...) ! Avec les commentaires qui vont bien, et qui sont encore plus imbuvables que l'article en lui-même...
Et ce qui m'a achevé, c'est que je n'ai pas compris où l'auteur voulait en venir. Les chapitres sont très longs, donc je m'attendais à ce que ça bouge. Mais au bout de 55 pages, on avance toujours pas, on se tape les questions existentielles de Syrine sur la religion alors qu'elle s'en tape complètement en vrai et... Pouf, flashback ! Qui repart sur "comment Syrine a découvert les bosses dans son dos et comment ses parents ce sont fait des idées sur leur gamine qui fout que dalle en cours". Et mon intrigue? Elle avance comment? Bah elle avance pas, et moi je m'ennuie, donc j'éteins la liseuse et je passe à autre chose.
Lien : http://onceuponatime.ek.la/l..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
cocomilady
01 septembre 2015
  • 5/ 5
Un roman sombre et addictif, je me jette de suite sur le tome 2 !
Syrine, une jeune fille de 16 ans est envahie d'un coup de douleurs insurmontables, dues à deux bosses qui poussent dans son dos. Celles-ci s'accompagnant d'hallucinations, de bruits d'ailes et d'une rage et faim de sang inextinguibles, elle n'ose pas en parler à ses parents et amis, préférant s'isoler d'eux en se faisant détester. Mais que lui arrive-t-il ?
Les tourments de cette adolescence, sa souffrance intense tant physique que psychologique, l'évolution de ces bosses... sont parfaitement décrits durant tout le roman et je suis entrée totalement dans l'ambiance et le personnage.

L'écriture de Sophie Dabat est fluide, dure parfois, pleine de rage et de douleur contenues, ce qui sert à l'écriture du roman. On aurait pu croire que 321 pages pour amener à la transformation de cette ado ordinaire à la base auraient été de trop, eh bien non ! L'auteure a en effet cette capacité à amener les choses petit à petit, sans vous ennuyer une seconde. Et le dénouement est particulièrement génial, je n'ai une qu'une seule envie, vite découvrir la suite.
D'autre part, la couverture est totalement digne de cette histoire, Alexandra Bach a encore fait des merveilles :)
Les personnages sont quant à eux très intéressants. J'ai eu souvent envie de baffer la famille de la jeune fille et son entourage, pour n'avoir pas vu ou voulu voir ce qui arrivait à Syrine. Mais j'ai aussi eu très souvent envie de mettre une bonne claque à la jeune fille qui se plaignait qu'on ne s'intéresse pas à elle en faisant tout pour se faire haïr des autres.
Ce récit est très psychologique et loin d'être enfantin, je vous le conseille vivement !

Lien : http://cocomilady2.revolublo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
loganloup8
17 septembre 2014
  • 5/ 5
L'auteur nous entraîne dans une histoire surprenante, où l'on parcourt le chemin de croix de sa jeune héroïne jusqu'à se quelle se découvre. Il s'agit ici non pas de se révéler femme, mais de découvrir cette maladie, cette malédiction qui fait d'elle le monstre que tous repousse, même sa famille, ou recherche afin d'en tirer des avantages dont elle n'a encore aucune idée.
Dans ce parcours initiatique, elle y perdra ses amis, sa famille, en trouvera d'autres, se fera des ennemis. Mais fera-t-elle les bons choix ?
Enfin, bref, je ne me pose qu'une seule question : Pourquoi n'ais-je pas acheté les volumes suivants lorsque j'en ai eu l'occasion ? Surtout quand on sait que l'auteur m'a laissé une très belle dédicace sur ce premier volume. Merci Sophie.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Sophie Dabat (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sophie Dabat
Extrait de la conférence "Ogres, zombies... et autres monstres !" avec Karim Berrouka,Sophie Dabat, Stefan Platteau et Aurélie Wellenstein.
autres livres classés : ailesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

À quel poète attribuez-vous cette phrase.

Dites-moi où, n'en quel pays, Est Flora la belle Romaine,........

Pierre de Ronsard
Charles Baudelaire
Victor Hugo,
Arthur Rimbaud
Paul Verlaine
Louis Aragon
Alfred de Musset
Jacques Prévert
Boris Vian
François Villon

10 questions
12 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre