Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique


ISBN : 2723482545
Éditeur : Glénat


Note moyenne : 4.26/5 (sur 39 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Amine Jaafari, arabe et israélien, est un chirurgien reconnu à Tel Aviv où il vit avec son épouse. Un jour, après un attentat meurtrier, la police israélienne l'informe que la kamikaze est… sa femme. Brisé par cette révélation, Amine décide d'aller à la rencontre de ceu... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (10)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par IreneAdler, le 04 septembre 2012

    IreneAdler
    Amine Jaafari, chirurgien à Tel Aviv, est arabe avec la nationalité israélienne. Il pense être relativement bien intégré, vu le contexte. Jusqu'au jour où après un attentat,la police lui apprend que la kamikaze était sa femme.
    Pour comprendre son geste, il part à sa suite dans un (deux ?) pays à sang.
    Je n'ai pas lu le roman de Yasmina Khadra. Je ne saurai dire si l'adaptation est fidèle ou non. Ce que je peux dire, c'est que l'on souffre avec cet homme en proie au deuil, au doute. Jamais à la haine ou au mépris. Cet homme qui cherche qui est sa femme et quelle est sa place à lui, lui qui refuse les étiquettes et les sermons. Qui cherche une place bien à lui, quitte à frôler l'enfer. Pour rester libre.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 15         Page de la critique

  • Par alouett, le 21 janvier 2013

    alouett
    Amine Jaafari est palestinien. Il a obtenu la nationalité israélienne et exerce en tant de chirurgien dans un hôpital de Tel-Aviv. Amine est bien intégré ; il est marié et vit dans un quartier bourgeois de la ville. Enfin, il a de bons rapports avec ses collègues et de nombreux amis, y compris dans la police.
    Amine a une bonne situation, une bonne réputation… Jusqu'à ce jour où sa vie bascule. Ce jour maudit où un kamikaze se fait exploser dans un restaurant de la ville. Ce kamikaze, c'est sa femme. Après le choc de la nouvelle, le médecin passe par différents stades, de la consternation à la colère.
    « Ce n'est pas mon épouse. Ce n'est pas elle. Je la connais, ce n'est pas elle… »
    Il a besoin de comprendre les raisons qui ont poussé sa femme à devenir une martyre de la cause palestinienne. Comprendre ! Cet objectif va devenir pour lui une obsession au point qu'il décide de mener sa propre enquête. Il souhaite poser ses questions aux leaders des mouvements extrémistes…
    « Je n'ai pas l'intention de me venger ou de démanteler le réseau. Je veux juste comprendre comment la femme de ma vie m'a exclu de la sienne ».
    -
    Ce récit est adapté du roman éponyme de Yasmina Khadra. A mon grand regret, je ne l'ai toujours pas lu. C'est donc pour moi l'occasion de me sensibiliser à cette œuvre plusieurs fois récompensée.
    Un album de 152 pages qui nous plonge au cœur de la psyché du personnage. Très rapidement, Loïc Dauvillier empoigne son lecteur et le tient en haleine. A l'instar du héros, j'ai ressenti un fort sentiment d'incompréhension quant au bien-fondé des attentats-suicides.
    Quelle fierté peut-on tirer quand on envoie des gens mourir pour que d'autres vivent libres et heureux ?
    Le questionnement du personnage principal fait écho en nous. Comment ne pas réagir de la sorte lorsqu'on réalise aussi violemment que la personne avec qui on vivait nous est totalement inconnue ? Comment ne pas être abasourdi quand on découvre que notre conjoint défendait des opinions étaient radicalement opposées aux nôtres ?
    Au-delà du parcours de cet homme, c'est une réflexion plus globale qui s'installe. Les notions de respect, de droits, de territoire et de légitimité s'entrechoquent en permanence. Que dire de ces deux peuples meurtris par l'histoire ? Que penser du bien-fondé du Mur de la honte ? Comment appréhender le fait qu'un peuple ressente le besoin de s'enfermer (au sens propre du terme) au sein même de ses frontières ? Que penser des palestiniens qui, pour manifester leur opposition et leurs souffrances, envoient leurs enfants se suicider ?…
    N'y aura-t-il donc jamais d'alternative ? Aucune solution pacifique qui soit viable ? Les albums que j'ai lus sur ce thème posent tous les mêmes constats et nourrissent chez moi un questionnement récurrent auquel je n'ai pas de réponses. D'ailleurs, vu la complexité de la situation, qui pourrait se targuer d'avoir des certitudes sur ce sujet ?
    Quoiqu'il en soit, je peux affirmer que lorsqu'un album parvient à susciter de tel questionnement auprès de ses lecteurs, c'est que le scénario prend aux tripes. Loin de laisser indifférent, les propos interpellent et percutent. La tension monte crescendo et seul le dénouement est capable d'arrêter ce processus…
    Après avoir refermé l'album, la réflexion se prolonge. le contraste est fort entre les conditions de vie de part et d'autre du mur de la honte. D'un côté, le confort d'Israël, les paysages urbains presque intacts et le racisme à l'égard des arabes. de l'autre, les villages palestiniens laissés à l'abandon, les armes et la méfiance à l'égard de l'étranger.

    Lien : http://chezmo.wordpress.com/2013/01/09/lattentat-dauvillier-chapron/
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Amindara, le 06 juillet 2013

    Amindara

    Il s'agit ici de l'adaptation du roman de Yasmina Khadra.
    Je n'avais pas lu ce roman, je ne savais donc pas de quoi il parlait. Mais j'ai été assez touchée par cette histoire. Ou du moins au début de l'histoire. Nous suivons ici l'histoire d'Amine Jaafar, un chirurgien arabe naturalisé israélien qui apprend un jour que sa femme est morte dans un attentat kamikaze. Mais là où commence le cauchemar, c'est lorsqu'il apprend que le kamikaze, c'était sa femme. C'est un sujet brûlant dont nous parle cette bande dessinée (et le roman avant elle), un sujet toujours d'actualité, un sujet sérieux pour une bande dessinée sérieuse. Autant au début, j'ai accroché, mais il y a un moment où je me suis perdue. Amine cherche à comprendre comment sa femme a pu se transformer en kamikaze sans qu'il s'en rende compte. La, j'arrivais encore à suivre. Et puis tout à coup, il part dans un endroit pour rencontrer quelqu'un qu'il connait. Pourquoi il veut le voir, on ne sait pas trop. Il se retrouve prisonnier, puis dans un endroit avec des membres de sa famille manifestement. Sur cette partie j'ai vraiment eu du mal à suivre.
    Pour ce qui est du graphisme, je ne dirais pas que les dessins sont magnifiques, mais ça passe. Je ne suis pas fan, mais je dois reconnaitre qu'ils sont réalistes. 144 pages, c'est probablement nécessaire lorsqu'on adapte un roman en bande dessinée, mais j'ai trouvé que cela faisait trop. Probablement parce que je me suis perdue dans l'histoire, du coup, je m'en suis lassée. Je me suis forcée à la lire d'une traite parce que je n'aime pas m'arrêter au milieu d'une bande dessinée, mais je l'ai trouvé vraiment trop longue.
    Pour conclure, cette bande dessinée m'a légèrement déçue, l'histoire commençait bien (dans le sens où elle était intéressante) mais était peut-être trop compliquée pour être adaptée correctement en bande dessinée. J'envisage néanmoins de lire le roman, un de ces jours, si j'ai le temps. le roman contient peut-être des détails qui me permettraient de comprendre ce que j'ai loupé.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par livr0ns-n0us, le 26 mars 2014

    livr0ns-n0us
    Témoignage, documentaire ou fiction, la BD emprunte de nombreuses formes pour parler de la dissension la plus célèbre au monde. La genèse de L'attentat remonte à 2009 : à la suite d'un conseil de lecture par son éditeur, Loïc Dauvillier apprécie fortement le roman éponyme de Yasmina Kahdra, livre vendu à plus de 600 000 exemplaires en France et traduit dans plus de 20 pays. C'est d'ailleurs avec ce roman que j'ai découvert l'univers fort et émouvant de Yasmina Khadra qui fait désormais partie des auteurs que je suis avec attention. L'attentat est une œuvre dure, au sujet particulièrement délicat mais traité avec beaucoup de pudeur et de respect. L'adaptation de Loïc Dauvillier et Glen Chapron est dans la juste lignée du roman, beau et cruel à la fois.
    Roman ou bande dessinée, L'attentat s'intéresse avant tout à l'aspect humain : la douleur d'Amine, sa colère et son incompréhension, l'entêtement qui va le pousser à se mettre en danger pour retracer les derniers instants de sa femme qu'il découvre kamikaze. L'incompréhension est le terme clé de cet ouvrage coup-de-poing qui n'éclaire pas forcément sur les racines de la dissension entre Israël et Palestine mais souligne admirablement la tristesse – et l'absurdité - du conflit. J'ai particulièrement apprécié la neutralité de cet ouvrage qui ne prend position qu'en faveur du pacifisme et de l'amitié entre peuples.
    La scène qui m'a le plus marquée est sans conteste la rencontre d'Amine avec un vieillard qui a bien connu son père autrefois, et dont les paroles sont pleines de sagesse, mais surtout de tristesse. Un bref moment, ils s'assoient sous un arbre et se retrouvent silencieux, unis, l'arabe et le juif. En paix, tout simplement. Mais cet instant de grâce ne dure pas, car Amine, poussé toujours plus loin par sa soif de vérité, se heurte bientôt aux factions extrémistes et à la violence des combats. Il est menacé, tabassé et même kidnappé. le message est clair : ne met pas ton nez dans les affaires des autres.
    Après le poids des mots, le poids des images. le trait élastique et les aplats de couleurs franches de Glen Chapron donnent une nouvelle dimension à L'attentat. Les ambiances ensoleillées de cette partie du monde contrastent fortement avec les terribles évènements qui s'y déroulent ; on saisit davantage toute la brutalité et la violence du conflit. Même si je ne suis pas particulièrement sensible aux illustrations un peu molles de Glen Chapron, j'ai beaucoup apprécié l'atmosphère qui s'en dégage. La dernière planche de l'album est tout simplement terrible…
    En conclusion, cette adaptation rend parfaitement justice au roman de Yasmina Khadra. Chaque terme clé est expliqué avec clarté tout en étant parfaitement intégré à la narration ; Loïc Dauvillier évite ainsi les écueils de la BD qui tourne manuel scolaire. Si vous cherchez un ouvrage qui explique en détail la genèse et les évolutions du conflit, L'attentat ne sera pas celui-là , mais vous auriez tort de vous priver de cette lecture sensible qui souligne le poids des préjugés et la difficulté de s'extraire d'un combat qui dure depuis si longtemps.

    Lien : http://livr0ns-n0us.blogspot.fr/2013/03/lattentat-loic-dauvillier-gl..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Cristie, le 28 juillet 2013

    Cristie
    Je suis tombée sur une véritable perle : "L'attentat" de Deauvillier et Chapon qui est tiré du roman de Yasmina Khadra !
    Un chirurgien palestinien vivant à Tel Aviv, Amine Jaafari, se trouve un beau jour confronté aux conséquences d'un attentat. Les blessés vont se succéder forçant Amine à puiser dans ses dernières forces pour tenter de les sauver. C'est épuisé qu'il rentre chez lui et s'allonge mais à peine a-t-il le temps de s'endormir que le téléphone sonne et un de ses collègues le presse de revenir à l'hôpital où l'attend une nouvelle qui va bouleverser sa vie ; sa femme est le kamikaze qui a provoqué L'attentat. Brisé, il ne veut ni croire, ni reconnaître cette vérité mais la machine est en route et petit à petit il va cheminer afin de découvrir certaines réalités ...
    C'est une bande dessinée comme je les aime car j'y retrouve tout ce qui me plait dans la lecture ; c'est un livre qui fait à la fois rêver et réfléchir. D'une part, le scénario est très bien construit, il y a une véritable structure narrative soutenue par une très belle écriture :
    "Le juif est né libre comme le vent, imprenable comme le désert de Judée. S'il a admis de délimiter sa patrie au point qu'on a failli la lui confisquer c'est parce qu'il a longtemps cru que la terre promise était d abord celle où aucun rempart n'empêche son regard de porter plus loin que ses cris. - Et les cris des autres qu'en fait-il ?"
    Le personnage est touchant. Lorsque je l'ai découvert il semblait avoir tout pour lui, un beau métier, une femme aimée et surtout il avait réussi lui le palestinien à s'intégrer en Israël. L'attentat a fait l'effet d'un coup de tonnerre car en réalité cet homme s'est éloigné de sa femme sans même s'en apercevoir et à refuser de prendre conscience de la réalité qui touchait son pays. C'est en se donnant les moyens d'essayer de comprendre comment sa femme en était arrivée là qu'il va petit à petit redécouvrir et comprendre les difficultés auxquelles sont confrontés les palestiniens ; la honte, l'humiliation, l'injustice et la haine qui peut les saisir. Ce qu'il vit est dur et violent et je ne suis pas restée indifférente à son sort mais l'auteur ne prend pas parti, ne stigmatise pas. C'est une histoire qui marque, une histoire qui nous apprend. de plus le graphisme soutient magnifiquement le texte surtout au niveau de la couleur dont les teintes nous font voyager en orient ainsi qu'au niveau du rendu des visages.
    Une livre intelligent, une véritable pépite !

    Lien : http://depuislecadredemafenetre.blogspot.fr/2013/02/lattentat-de-dau..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique


Critiques presse (2)


  • BDSphere , le 12 février 2013
    (...) D’abord incrédule, Amine doit se rendre à l’évidence. La femme de sa vie, douce et sensible, adulée par ses amies majoritairement juives, l’a délibérément exclu de la sienne en commettant l’indicible. (...)
    Lire la critique sur le site : BDSphere
  • Sceneario , le 04 août 2012
    Une introspection initiatique au cœur du terrorisme qui ne peut laisser de marbre. Bref, une adaptation réussie d'un roman qui a reçu précédemment de nombreux prix !
    Lire la critique sur le site : Sceneario

> voir toutes (11)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par IreneAdler, le 04 septembre 2012

    Tout Juif de Palestine est un peu arabe et aucun Arabe d'Israël ne peut prétendre ne pas être un peu juif.

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la citation

  • Par alouett, le 21 janvier 2013

    La difficulté commence quand ceux qui se la coulent douce viennent tirer l’oreille à ceux qui sont dans la merde jusqu’au cou. Ta femme avait choisi son camp. Le bonheur que tu lui proposais avait une odeur de décomposition. Est-ce qu’il te faut un tableau pour comprendre ou est-ce que c’est toi qui refuses de regarder la réalité en face ?

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par Cristie, le 28 juillet 2013

    "Le juif est né libre comme le vent, imprenable comme le désert de Judée. S'il a admis de délimiter sa patrie au point qu'on a failli la lui confisquer c'est parce qu'il a longtemps cru que la terre promise était d abord celle où aucun rempart n'empêche son regard de porter plus loin que ses cris. - Et les cris des autres qu'en fait-il ?"

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par OliZ, le 28 janvier 2013

    Je ne comprendrai jamais pourquoi les survivants d'un drame se sentent obligés de faire croire qu'ils sont plus à plaindre que ceux qui y ont laissé leur peau.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par alouett, le 21 janvier 2013

    Il faut savoir regarder la mer. C’est un miroir qui ne sait pas nous mentir. C’est aussi comme ça que j’ai appris à ne plus regarder derrière moi. Avant, dès que je jetais un coup d’œil par-dessus mon épaule, je retrouvais intacts mes chagrins et mes revenants

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

> voir toutes (2)

Videos de Loïc Dauvillier

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Loïc Dauvillier

Des Livres & Nous Kokor et L. Dauvillier + Magali Rigaut
Emission Des Livres & Nous. Rencontre avec Kokor et Loïc Dauvillier chez Bulle en Stock, présentée par Alexandra Oury + reportage sur Les Grandes Affaires criminelles de la Somme de Magali Rigaut chez Martelle. PLUS D'INFOS SUR LE BLOG DE L'EMISSION : http://deslivresetnous.tv/








Sur Amazon
à partir de :
19,50 € (neuf)
64,00 € (occasion)

   

Faire découvrir L'attentat par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz