Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 207013475X
Éditeur : Gallimard


Note moyenne : 2.89/5 (sur 36 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Un homme dont on ne connaît pas le nom est retrouvé, épuisé, au bord d’un campement. Alpiniste courageux devenu simple vagabond, il rejoint les siens et notamment son frère qui le recueille à bout de forces. Il s’agissait de leur guide, mais sa disparition avait fait pe... > voir plus
Lire un extrait Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (12)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par nadejda, le 28 mai 2012

    nadejda
    Erri de Luca se laisse pénétrer par le vent qui porte la parole et il retranscrit ce qu'il a entendu, donnant vie aux mots par son souffle, ce que fait également tout lecteur à l'écoute du celui qui lui parle à travers les livres, ce que fait Moïse qui entend à travers les nuages la voix d'Elohim lui dicter les dix commandements qui seront gravés par le feu. «L'échange d'énergies passait entre la montagne et le ciel» p 82
    «Quand l'écriture se débarrasse de son auteur, elle appartient à celui qui la lit et fait de chaque lecteur suivant son héritier direct.» 

    Ainsi en est-il de tout texte dont ceux qui composent la Bible. Et chaque interprétation enrichit la précédente et la suivante.
    «Et Il Dit» est inspiré par l'écoute, c'est un long poème, une suite que le vent joue à travers la poussière qu'il transporte, pleine des résidus venus de temps immémoriaux, du temps où la transmission se faisait oralement autour d'un feu. C'est de là que viennent les textes de la Bible, vent et poussière, feu du ciel et des campements nomades. Et le vent les porte vers les générations futures «L'assemblée du Sinaï transpirait de futur. Avec eux, les lèvres serrées, chantaient les assemblées à venir».
    Encore faut-il accueillir avant de transmettre.
    «Les paroles pénétraient dans les corps en se frayant un chemin entre les viscères, elles parlaient de l'intérieur....Le vent d'une voix à écouter se plantait dans leur corps» p 81
    Et pour que le feu des paroles ne se perde pas totalement, il leur faudra la force de transmission véhiculée par les lettres qui «se sont chargées de l'énergie du Sinaï et la prolongeront».
    «Le judaïsme a été pour moi une piste caravanière de consonnes accompagnées au-dessus et au-dessous de la ligne par un volettement de voyelles. Entre une ligne et l'autre, dans l'espace blanc, c'est le vent qui gouverne.» p 103
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 24         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Moan, le 19 avril 2014

    Moan
    Un homme est parti seul dans la montagne depuis longtemps, depuis si longtemps que les hommes qui l'attendent désespèrent de le voir revenir. Ils étaient prêts à lever le campement lorsqu'ils le trouvèrent épuisé, sans mémoire.
    Un alpiniste solitaire? Un homme qui a sorti son peuple d'Egypte où ils étaient esclaves.
    Avec une écriture comme toujours magnifique, Erri de Luca qui "partage le voyage du judaïsme" fait revivre Moïse lorsqu'il reçoit les tables de la Loi.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 22         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par brigittelascombe, le 02 septembre 2012

    brigittelascombe
    Un début qui part léger, empreint de poésie comme des ailes d'anges se faufilant au "bord de la frontière entre le fini et l'immense", là où le sommet de la montagne survolant une calotte de blancs nuages permet d'accéder au divin.
    "Je suis Adonai (Yod) ton Elohim".
    Une voix résonne au creux de l'oreille de l'alpiniste. Vertige. Vide. Effroi. Il est le meilleur grimpeur. le vent se lève.Sa mémoire se trouble.
    "Qui suis-je?"
    Pris plus de cinq semaines dans la tempête son frère le redescend, déshydraté, confus dans le campement dont il est le berger. Sa compagne Hirondelle l'entoure de ses bons soins et les souvenirs reviennent peu à peu.
    Et là, pour moi légère déception, après ce début quelque peu fantastique, où le doigt de Dieu dessine des lettres sur une muraille, le lecteur bascule dans l'histoire de Moïse et du peuple hébreux.
    On se souvient du Pharaon qui fait jeter les enfants mâles israélites dans le Nil.
    On se souvient de la fille du Pharaon qui sauve Moïse des eaux.
    On se souvient du passage miraculeux de la Mer Rouge.
    On se souvient du peuple Juif dans le désert.
    On se souvient de la manne céleste envoyée par Dieu pour les nourrir alors que Moïse les a conduit au pied du Mont Sinaï.
    On se souvient que Moïse invoque Dieu durant quarante jours puis ramène les Tables de la loi écrites du doigt de Dieu.
    Erri de Luca, lui aussi, avec beaucoup de sagesse et de spiritualité,se souvent de tout ça et des dix commandements aussi, puis confie au lecteur qu'il est le "gher", l'étranger,il suit la caravane et "partage l'aube avec celui qui se tait et écoute".
    Malgré quelques formules lumineuses comme des "paroles scandées à gouttes de syllabes", je préfère de loin la leçon de vie de: Le poids du papillon ou l'enchantement de ses romans: Montedidio (prix Fémina étranger 2002) et Le jour avant le bonheur.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par claracambry, le 16 juin 2012

    claracambry
    Un homme est retrouvé épuisé après avoir marché plusieurs jours au sommet d'une montagne. Cet alpiniste semble avoir perdu la raison et la parole. Au campement, il reprend des forces puis décline un à un les dix Commandements.
    Ce livre d'Erri de Luca est très différent de ce j'avais pu lire de cet auteur auparavant. Il s'agit aussi d'un livre qui offre aux mots leurs sens les plus profonds. Avec une écriture toujours aussi ciselée, l'auteur reprend les dix Commandements de l'Ancien Testament. Les hommes et les femmes du campement écoutent cet alpiniste revenu miraculé. Chacune de ses paroles est chaque parole est riche de sens. L'alpiniste , figure de Moïse, ne se fait pas moralisateur ou imposteur mais interprète les écrits. La poésie alliée à une certaine philosophie (ou sagesse) frappe en plein cœur ! le mot comme analysé donne sa quintessence à ces textes religieux. Comment ne pas être touché par la description de ces hommes et de ces femmes qui écoutent l'alpiniste, qui boivent ses paroles ?

    la suite sur :
    http://fibromaman.blogspot.fr/2012/06/erri-de-luca-et-il-dit.html

    Lien : http://fibromaman.blogspot.fr/2012/06/erri-de-luca-et-il-dit.html
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par dupuisjluc, le 26 novembre 2012

    dupuisjluc
    Dans un style narratif très poétique, Erri de Luca se livre, avec ce roman, à une sorte d'exégèse de la transmission des dix commandements à Moïse.
    Une réflexion stimulante sur ces commandements mais aussi sur le peuple juif en transhumance dans le désert. Quelques passages délicieux sur la différence entre les hommes et les femmes avec référence aux premiers d'entres-eux Adam et Eve…
    Un excellent moment de lecture pour tous ceux, érudits ou non, qui s'intéressent à la Bible…
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique


Critiques du Magazine Littéraire



  • Critique de Yann Nicol pour le Magazine Littéraire

    La Bible est depuis de nombreuses années ancrée dans la vie et dans l’oeuvre de l’écrivain italien Erri De Luca. Lecteur assidu (mais athée) de l’Ancien Testament,... > lire la suite

    Critique de qualité ? (4 l'ont appréciée)

Critiques presse (4)


  • Lhumanite , le 13 août 2012
    [Un livre] qu’il faut lire en consonance pour retrouver cet auteur attachant et l’infini de ses horizons.
    Lire la critique sur le site : Lhumanite
  • LaLibreBelgique , le 05 juin 2012
    Un très beau texte mystique d’Erri De Luca, qui ne pouvait qu’être fasciné par le personnage de Moïse recevant les dix commandements. L’écrivain italien poursuit son intimité avec l’Ancien Testament.
    Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
  • Liberation , le 04 juin 2012
    Dans Et il dit, [Erri De Luca] commente au fil des pages chacun de ces commandements, au nombre de dix comme les doigts de la main et commençant par un «tu» ne s’adressant qu’aux hommes car en hébreu la distinction existe.
    Lire la critique sur le site : Liberation
  • LesEchos , le 22 mai 2012
    « Et il dit » nous fait partager la sidération du peuple juif - qui découvre chaque commandement -et nous projette dans le tumulte des générations futures.
    Lire la critique sur le site : LesEchos

> voir toutes (32)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Moan, le 19 avril 2014

    L'admiration est un sentiment joyeux qui se réjouit d'un bien possédé par d'autres, il est bon pour le sang et le sourire, c'est un sifflement de félicitations, un applaudissement des yeux. Il ne t'est pas demandé de détourner le regard, tu ne dois pas censurer une beauté. Reste à ce niveau d'admiration, sans chercher à vouloir prendre possession. Ce qui est à toi, même si c'est peu, c'est ta primeur.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la citation

  • Par Moan, le 19 avril 2014

    L'élan qui te pousse à escalader les montagnes, à chevaucher les hauteurs est fantastique, mais plus grande est l'entreprise qui consiste à être à la hauteur de la terre, de la tâche de l'habiter qui nous est assignée.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par Moan, le 19 avril 2014

    Ils chantaient pour remplir l'espace menaçant de la liberté, qui n'est pas une liste d'avantages et de droits, mais le risque de pénétrer en territoire vide.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par Moan, le 19 avril 2014

    Quand l'écriture se débarrasse de son auteur, elle appartient à celui qui la lit et fait de chaque lecteur suivant son héritier direct.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par nadejda, le 28 mai 2012

    Les souvenirs appartiennent au règne des oiseaux, ils laissent une plume quand ils s'en vont. Grâce à elle, on sait à quelle espèce ils appartiennent.

    Commenter     J’apprécie          0 26         Page de la citation

> voir toutes (37)

Videos de Erri De Luca

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Erri De Luca

Payot - Marque Page - Erri De Luca - Le poids du papillon








Sur Amazon
à partir de :
10,34 € (neuf)
7,70 € (occasion)

   

Faire découvrir Et il dit par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (66)

> voir plus

Quiz