Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2709634430
Éditeur : J.-C. Lattès (2012)


Note moyenne : 3.22/5 (sur 9 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
"A l’instar de la Manière de visiter les jardins de Versailles (seul ouvrage qu’écrivit jamais Louis XIV), Je vois des jardins partout est une sorte de manière de visiter les jardins de ma vie.
Ceux que j’ai possédés, et ceux des autres, publics ou privés, que j’... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (8)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par ivredelivres, le 28 mars 2012

    ivredelivres
    C'est sans doute la douceur de l'air qui m'a conduit à ce livre. En le feuilletant chez le libraire j'y ai croisé le nom de Vita Sackville-West et du coup la cause était entendue.
    Didier Decoin possède deux jardins qu'il entretient (ou fait entretenir, il avoue ...) un jardin pour l'hiver proche de Paris et un plus au nord à La Hague, celui ci c'est son jardin de prédilection, celui qu'il regarde fleurir l'été, il dit joliment que jardiner « C'est avant tout faire confiance à la terre. »
    Tout cela remonte à l'enfance, il a passé des heures dans les allées de Bagatelle à faire voguer des bateaux sur les pièces d'eau, le parc lui ayant servi dit-il de « cour de récréation ».
    Amoureux impénitent il arpente les jardins du monde en compagnie de sa femme et d'un groupe de fanatiques joliment dénommé La cinquième saison et qui font « leur festin annuel » des jardins d'Angleterre, d'Irlande, ou d'Ecosse.
    On est pris d'une envie furieuse de se promener avec eux dans les allées de Westwell Manor ou de Hidcot Manor et bien entendu à Sissinghurst et même de découvrir un cimetière magnifique dont Didier Decoin ne se lasse pas.
    Son regret ? n'avoir pas une cabane de jardiner dans les Costwolds ou dans le Lake district « Royaume de la campagnarde (elle revendiquait ce titre) Beatrix Potter ».
    Il y a des passages absolument savoureux dans ce livre, en particulier les retours de visites pour tous ces amateurs de jardinage prêts à voyager avec des plantes sur les genoux, des boutures dans le bagage à main et à séduire l'hôtesse effarée de voir monter dans son avion « vingt trois personnes, toutes porteuses de fleurs en pots ou d'arbustes ».
    Et si vous avez dans votre jardin un arbre fruitier qui refuse de donner le moindre fruit attendez de connaître l'histoire du prunier à quetsches de l'auteur.
    Suivez le de parcs en domaines, de jardin normand en manoirs très très anglais, avec malgré tout un petit détour par les jardins de Versailles en compagnie d'Alain Baraton le jardinier en chef ou ceux du sud : le jardin de Villa Noailles ou de Serre la Madone à Menton.
    Je dédie ce billet aux amateurs, à ceux qui pensent que
    « Jardiner, c'est penser avec un sécateur, des semelles gadouilleuses, un mal de dos et des engelures aux doigts. Ou un coup de soleil sur le nez. »


    Lien : http://asautsetagambades.hautetfort.com/archive/2012/03/24/je-vois-d..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 15         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Syl, le 19 septembre 2013

    Syl
    Didier Decoin commence son livre par quelques souvenirs. de son bureau, la fenêtre offre une perspective de rêve : mer et jardin, 367 agapanthes, bleu et bleues. On imagine le petit vent léger de l'été qui berce les hautes fleurs, dans un même mouvement que des vagues. A ce décor, on y ajoute un chat et des livres.
    "… si je ne vois de l'avenir ni le proche ni le lointain, par contre Je vois des jardins partout.
    Il en a toujours été ainsi, aussi loin que je remonte dans ma mémoire. Il me suffisait pour ça d'ouvrir les yeux."
    Déjà enfant, il était contemplateur. Sensible aux odeurs, aux formes, aux couleurs, il emmagasinait les sensations et glorifiait leur majesté. A cette mémoire, il mêle la lecture et les jardins. En parenthèse, il nous livre une petite anecdote qui fait sourire… il est de ces lecteurs qui ne peuvent vivre une journée sans un livre ; sinon, il est "livresquement nu".
    Ses lectures, le jardin de Bagatelle, ses voyages, l'Angleterre, Lake District… ce sont des châteaux qui s'implantent en campagne, avec leurs fantômes, leurs jardins.
    Il y a Westwell Manor et Anthea Gibson. Cette paysagiste a créé le Jardin de la Lune qui suggère des senteurs gourmandes "d'orange, de miel et d'amandes". Sissinghurst Castle de Vita Sackville-West avec le célèbre Jardin Blanc ; teintes blanches à l'infini. le jardin en Ecosse de Osgood Mackenzie qui parle de rêves…
    Puis le Trianon à Versailles, la villa de Noailles à Grasse, les jardins de Serre de la Madone à Menton… des décors émouvants, musicaux, odorants…
    Cette passion, il la partage avec sa femme Chantal et ses amis de la Cinquième Saison, un cercle de fervents. Il nous conte suivant le dédale de ses pensées, quelques unes de ses visites parmi les 2.200 parcs et jardins de notre patrimoine, louant les artistes qui les ont inventés.
    Il n'est pas un jardinier ouvrier mais un jardinier jouisseur. La nature se renouvelle, elle vit et se révèle toujours différente. Il aime sa poésie.
    "J'aime assez les jardins un peu clochards, un peu démissionnaires (que ce soit de leur faute ou non), haillonneux, avec des pointées de ronces, au bord de l'abandon.
    Je les appelle des "doucets". Ca veut bien dire ce que ça veut dire, qu'il s'en dégage en effet de la douceur, une douceur grise, pelucheuse, cendre et nuage…".
    Les confidences de Didier Decoin sont délicieuses, sensibles, elles inspirent l'envie et ont de la grâce. Elles sont une ode et un hommage. Poète jardinier.
    Il dit que toute personne représente un parfum. Pour Vita, il la pare des senteurs poudrées des fleurs de thé et des roses bulgares. J'essaie de me définir et mes goûts m'amènent sur des essences d'iris, de bergamote, de roses et une petite touche de seringat. Qu'en est-il de vous ?
    Je vous conseille ce livre. Il me rappelle le livre de Philippe Claudel, "Parfums", que j'avais beaucoup aimé.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique

  • Par keisha, le 20 juin 2012

    keisha
    Si ce livre était un jardin, il serait à l'anglaise, pas d'allées tracées au cordeau, des têtes dépassent, et au détour des allées apparaissent des points de vue, des recoins, où on se perdrait presque. Decoin adore les parenthèses, les digressions, les souvenirs d'enfance, et que faire d'autre que le suivre dans cette charmante promenade colorée et embaumée?


    D'emblée, cet homme est sympathique. "Empêchez-moi de lire, et j'avoue avoir dérobé, lacéré, assassiné la Joconde". "J'ai pourtant pour religion de ne jamais me mettre en route sans emporter avec moi au moins un ou deux milliers de pages à lire -la peur de manquer, quoi!"

    Avec son épouse et quelques fous de jardin il appartient à la Cinquième Saison, une "association de personnes présentant les apparences de la normalité, mais qui en réalité présentent tous les symptômes d'une addiction pour les jardins en général et les roses en particulier."

    En car ils sillonnent les routes (étroites et boueuses si possible) de l'Angleterre rurale à la découverte de merveilleux jardins dans les Cotswolds ou le Kent ( Sissinghurst et Vita Sackville-West, qui a dit "Personne ne peut devenir jardinier s'il n'a vécu dans l'espoir"), le retour transformant parfois leur avion en improbable jardin...
    Terminons avec Flaubert et son entrée du Dictionnaire des idées reçues
    "Abricots : Nous n'en aurons pas encore cette année."

    Un aveu pour terminer : Toutes les photos viennent d'être prises dans mon jardin devant la maison, Didier Decoin l'appellerait un "doucet"..."J'aime les jardins un peu clochards, un peu démissionnaires (que ce soit de leur faute ou non), haillonneux, avec des pointées de ronces, au bord de l'abandon."

    Pas la faute du jardin, qui continue à fournir vaillamment fleurs et fruits, mais la mienne, car je me refuse à employer du chimique pour enrayer l'avancée des "mauvaises" herbes (dont se délecte le chat), d'ailleurs les bourdonnements émanant des massifs me prouvent que les insectes ont repéré le coin!

    Lien : http://en-lisant-en-voyageant.over-blog.com/article-je-vois-des-jard..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par charlottelit, le 03 juin 2012

    charlottelit
    un merveilleux moment passé avec cet amoureux fou des jardins qui part leur rendre visite dans le monde ! le bonheur d'avoir un jardin ... il nous le fait partager

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par ladyoga, le 14 mars 2013

    ladyoga
    Dans l'attente des beaux jours, ce roman nous mène tranquillement visiter de nombreux jardins. Souvenirs d'enfance, digressions, humour permettent de passer un bon moment. En tout cas j'ai eu l'impression d'avoir le sourire tout au long de ma lecture, ce qui m'a incité à ajouter une étoile à ma note.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique


Critiques presse (1)


  • LaLibreBelgique , le 22 mai 2012
    "Je vois des jardins partout", le dernier livre du juré du Goncourt, est une joyeuse digression sur les chemins des plantes. Au gré de sa mémoire et de ses voyages, il nous fait partager son amour maniaque pour les jardins. Didier Decoin est tombé dedans tout petit.
    Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique

> voir toutes (25)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Aifelle, le 18 avril 2012

    "J'aime assez les jardins un peu clochards, un peu démissionnaires (que ce soit de leur faute ou non), haillonneux, avec des pointées de ronces, au bord de l'abandon. Je les appelle des "doucets". Cà veut bien dire ce que çà veut dire, qu'il s'en dégage en effet de la douceur, une douceur grise, pelucheuse, cendre et nuage".

    Commenter     J’apprécie          2 7         Page de la citation

  • Par Bookinista, le 26 juin 2013

    La théorie du rhizome :
    "Carl Jung avait raison de comparer l’existence humaine "à une plante qui vit de son rhizome. La vraie vie de cette plante est invisible, cachée dans son rhizome. La partie qui émerge au-dessus du sol ne dure qu’un seul été. Après cette apparition éphémère, elle se fane. Ce que nous percevons de la vie, c’est l’éclosion, la floraison, puis cela disparaît. Mais le rhizome, lui, perdure." Un jardin n’est-il pas lui aussi un rhizome ? Une part immense de son territoire échappe à nos regards, nous dissimule ce qui s’y passe vraiment.
    (…) Pourtant, sous la terre, le jardin progresse. Chaque saison, sans que cela m’apparaisse, mes amis les rhizomes, ceux des iris, des bégonias, des euphorbes, du muguet, des fougères – mais aussi du chiendent, conquièrent de nouveaux territoires souterrains."
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par fanfan50, le 01 juillet 2014

    Le chef d'oeuvre de Westwell Manor : le Jardin de Lune.
    Comme son nom l'indique, c'est un jardin de nuit. Il ne prend sens qu'à l'heure où les fleurs les plus éclatantes sont comme éteintes par les ténèbres.
    Il se présente alors sous la forme d'un espace circulaire qui évoque le disque lunaire.
    Argentées ou d'une blancheur candide, contrastant avec un miroir d'eau d'un noir d'encre où la lune semble flotter à la façon d'un immense nénuphar, les plantes qui le composent ont été choisies pour leur capacité à refléter la lumière de la lune, ainsi que pour les parfums qu'elles exhalent dans l'obscurité - un assemblage capiteux de jasmin, de chèvrefeuille et de ces belles-de-nuit si bien nommées qui, filles de la famille des solanacées comme la fleur de tabac, développent de gourmandes fragrances d'épices, de vanille, de fruits secs (melon et figues) et de miel.
    Lorsque l'obscurité s'épaissit, les feuillages argentés s'estompent à leur tour ; alors ne subsiste plus que la gloire immaculée, diaphane, éthérée, des fleurs blanches, lys royaux, chèvrefeuilles, polianthes tuberosa, aux fragrances jasminées, balsamiques, orientales, aux notes ensorcelantes d'orange, d'amandes et de miel.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par ladyoga, le 13 mars 2013

    La seule créature plus insatiable que le jardinier, c'est l'enfant qu'on lâche dans un jardin.
    Car alors, ce que l'enfant cherche à faire croître et se multiplier, ce ne sont pas des plantes, ce sont ses rêves, ses mondes imaginaires. Les utopies enfantines ne poussent nulle part mieux que dans un jardin. Au détriment de celui-ci...

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par charlottelit, le 03 juin 2012

    J'y vieillirai peut-être dans mon jardin,
    je l'espère.
    Mais je ne m'y sentirai jamais vieux

    Commenter     J’apprécie          0 15         Page de la citation

> voir toutes (24)

Videos de Didier Decoin

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Didier Decoin


Dialogues, 5 questions à Didier Decoin
http://www.librairiedialogues.fr/livre/4012943-la-pendue-de-londres-roman-collection-ceci--didier-decoin-grasset 5 questions posées à Didier Decoin, à l'occa...








Sur Amazon
à partir de :
10,78 € (neuf)
9,78 € (occasion)

   

Faire découvrir Je vois des jardins partout par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (24)

> voir plus

Quiz