Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2848652020
Éditeur : Sarbacane (2007)


Note moyenne : 2.83/5 (sur 6 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :

Elsa a vingt ans, des parents trotskistes et un premier amour en déclin. Le jour où on lui demande de classer la bibliothèque de Boris Vian, l'auteur fétiche de Louis, elle croit tenir sa dernière chance de le reconquérir. Elle s... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (3)

> Ajouter une critique

    • Livres 3.00/5
    Par Stellabloggeuse, le 23 octobre 2014

    Stellabloggeuse
    Cette histoire nous est racontée par Elsa, une jeune étudiante en lettres d'une vingtaine d'années. Elle vit à Paris, à quelques pas de l'appartement de Louis, qui est son compagnon depuis le lycée. Leur amour s'étiole lentement, alors, pour tenter une dernière fois de le raviver, Elsa va saisir une opportunité qu'on lui offre : elle va ranger la bibliothèque personnelle de Boris Vian, qu'il a laissée à sa mort. Boris Vian étant l'auteur préféré de Louis, Elsa espère regagner son intérêt et se rapprocher de lui.
    Elsa retrace donc les quelques mois passés auprès de cette bibliothèque, tout en rappelant les débuts de son histoire avec Louis. Ce livre est une ode à la littérature, et contient de nombreuses références : Boris Vian bien sûr, mais aussi Louis Aragon, et d'autres. Il nous rappelle qu'une bibliothèque symbolise ce que nous sommes : en rangeant sa bibliothèque, Elsa apprend à connaître Boris Vian, et se sent plus proche de lui que de Louis.
    Mais ce que j'ai particulièrement apprécié chez Lou Delachair, c'est son talent pour décrire le lent et inexorable déclin d'une première histoire d'amour. Son récit de l'excès de passion, puis du désamour entre les deux personnages sonne très juste. Elsa et Louis se sont habitués l'un à l'autre jusqu'à ne plus se surprendre. Ils ont été proches jusqu'à s'étouffer. Ils sont passés de l'envie de vivre à l'envie de préserver ce qu'ils avaient.
    Je mettrais cependant un bémol sur la fin du livre, assez invraisemblable et un peu décevante…
    Cependant, ne vous y trompez pas, il y a plusieurs bonnes raisons pour lire ce livre ! À celles que j'ai déjà données, j'ajouterais l'écriture de l'auteur, qui est douce et poétique. de plus c'est un livre court, qui se lit peut se lire agréablement dans les transports en commun (attention tout de même à ne pas en oublier votre arrêt, ça m'est arrivé). Elsa stimulera votre amour des livres !

    Lien : http://romans-entre-deux-mondes.blogspot.fr/2011/04/boris-vian-et-mo..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par myriampele, le 24 septembre 2013

    myriampele
    Un hymne à l'amour pour Vian disparu, c'est original mais ne m'a pas convaincue, moi qui suis pourtant une fan de cet homme aux mille talents.

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par PegLutine, le 11 juin 2013

    PegLutine
    Dans la collection eXprim' de Sarbacane, les auteurs fournissent une play list à écouter avant, pendant ou après la lecture: j'adore cette idée, et j'adore la play list de Lou Delachair pour ce roman. J'ai bien aimé la description des sentiments, la fin d'une histoire, mais j'ai moins accroché lors des passages où elle rencontre l'auteur.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

> voir toutes (3)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par myriampele, le 24 septembre 2013

    Je suis rentrée à pied, j'ai traversé la Seine, suis repassée comme toujours devant le Louvre, les "L" sculptés de la façade m'ont rappelé Louis- les rois et le mien. Je divaguais, bifurquais, me perdais. je suis arrivée à Saint-Germain. J'avais mal, c'était comme ça.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par PegLutine, le 11 juin 2013

    Boris Vian m'avait servi de tuteur pour plante en décroissance. Dans mon panthéon d'idoles, il était en pole position côtoyant joyeusement Romantiques et autres philosophes. Je pensais à lui souvent, comme on se rappelle les douces soirées d'été pendant les tristes après-midi d'hiver.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par doup, le 27 juin 2011

    On s'appelait Louis et Elsa, comme Aragon et Triolet, et tout aurait dû aller comme dans le plus beau roman des mondes. Je suis née le jour où il m'a embrassée pour la première fois. Il avait un peu d'avance. Je ne l'ai jamais rattrapé.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
6,50 € (neuf)
0,99 € (occasion)

   

Faire découvrir Boris Vian et moi par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz