Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2211114512
Éditeur : L'Ecole des loisirs (2011)


Note moyenne : 4.05/5 (sur 55 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Pour Brigitte Smajda: Il faut donner des livres aux enfants... pour les délivrer;
pour Marie-Aude Murail: Ce n'est pas la lecture qui est en danger, ce sont les illettrés;
pour Yvan Pommaux: Lire est le propre de l'homme;
et pour Claude Ponti: Ni v... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (20)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par cicou45, le 10 janvier 2013

    cicou45
    Un recueil réunissant une cinquantaine de texte et dessin ayant tous pour thème la lecture et comme quoi, il est important l'enfant dès son plus jeune âge au goût de la lecture.
    Passant de dessins humoristiques à des témoignages d'enfance, ces texte sont tous très émouvant puisqu'ils parlent d'un sujet qui nous est cher : celui de la lecture et parfois, celui de l'écriture.
    En effet, certains auteurs représentés ici nous parlent de leur goût d'écrire tandis les autres (la plupart) de leur goût de lire et ils nous disent pourquoi....quels sont les auteurs qui les ont marqués dans leur enfance, pourquoi ils ont décidé d'écrire à leur tour et bien d'autres choses encore.
    S'il y a une Grande Idée à retenir ici, c'est bien celle-ci : Lisez , lisez et continuez de lire !
    Un superbe ouvrage publié par l'Ecole des Loisirs à lire et à faire lire !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 27         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par mariech, le 29 décembre 2011

    mariech
    Témoignages et réflexions d'auteurs de l' Ecole des loisirs .
    Je me suis bien sûr retrouvée dans certains textes , lorsque ' Arthur Huschmid ' raconte : ' Parce que , quand j'aime , je suis avec mes héros . Je suis dans mon lit de trappeur , dans ma cabane faite de gros rondins de bois brut , j'entends hurler le vent . Mais je suis au chaud , protégé par le talent de mes amis discrets et passionnants , les auteurs .
    Oui , même si mes héros ne sont pas les mêmes , ils nous font entrer dans un monde parallèle : l'imaginaire , on voyage en restant bien au chaud , on n'est plus vraiment là ; on n'entend pas qu'on nous appelle , comme dans l'anecdote que relate Agnès Desarthe .
    J'ai particulièrement apprécié Marie- Aude Murail pour son analyse très fine des lecteurs , elle évoque sa fille bien dans son époque , qui avale en sttreaming des épisodes de ' Glee ' , qui est fan de mangas mais qui lit Jane Austen en VO et vient de finir ' Hors champ ' de Sylvie Germain , je trouve son analyse très pertinente .
    Un deuxième coup de coeur à Nathalie Brisacet ses amis précieux qu'elle offre en partage aux enfants : Chien bleu , Michka , la forêt profonde , Loulou , Pétronille , Hulul ....
    Quelques illustrations merveilleuses .
    Un livre à garder comme un talisman .
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Marcelline, le 23 mai 2012

    Marcelline
    Voilà un petit recueil épatant de témoignages et de réflexions d'une cinquantaine d'auteurs de livres pour l'enfance et la jeunesse...
    Epatant parce que, sur un même thème, chaque auteur trouve une façon originale, et souvent très jolie, d'aborder le sujet. Quel mystère et quel émerveillement pour moi de constater la multiplicité des variations sur un même sujet!
    Epatant par ce que les auteurs nous disent de la manière dont l'écriture et la lecture sont entrées dans leur vie, et la place qu'elles y ont toujours, maintenant qu'ils sont adultes.
    Epatant par les arguments qui sont développés pour que l'on continue à défendre la lecture, en particulier à l'école et au collège, à l'heure où la télévision, les ordinateurs et les jeux vidéos peuvent fournir une distraction d'accès plus facile.
    Pour conclure, un grand merci à l'Ecole des Loisirs pour ce joli cadeau que j'ai pu commander sur www.ecoledesloisirs.fr !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Shan_Ze, le 29 septembre 2013

    Shan_Ze
    Un vrai petit bijou !
    Edité par L'école des loisirs, ce livre regroupe les témoignages et réflexions de cinquante auteurs de livres pour l'enfance et la jeunesse sur le livre. J'ai retrouvé mes auteurs chouchous de ma jeunesse Marie-Aude Murail, Susie Morgenstern ou Malika Ferdjoukh mais aussi des dessinateurs… pour finir par le célèbre Victor Hugo. Chacun montre l'importance de la lecture dans sa vie, certains racontent leurs enfances et l'amour de la lecture qui leur est né… J'ai beaucoup aimé le témoignage de Marie-Aude Murail qui porte plutôt l'attention sur les illettrés mais aussi l'histoire d'Yvette de Malika Ferdjoukh, la dame qui lui a donné le goût de la lecture, la liste des Pourquoi je lis de Susie Morgenstern… Et tant d'autres ! Une mine d'or à piocher dedans avec bonheur, tendresse, les souvenirs remontent…
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par DawnG, le 11 septembre 2013

    DawnG
    De l'enfant lecteur au libre électeur
    Coup de cœur pour ce petit recueil de témoignages et de réflexions, sur la lecture et sa nécessité.
    Le témoignage qui ouvre le recueil, annonce la couleur, Je suis protégé par des amis discrets et passionnants d'Arthur Hubshmid, ce témoignage est poignant, il reflète exactement ce que je pense des livres, ce sont des amis à part entière, des histoires dans lesquels nous trouvons refuge que l'on soit enfants ou adultes.
    Ce recueil est constitué de différents témoignages et réflexions, tous assez courts, pour les écrits, ou parfois illustrés. Il y a de magnifiques illustrations N&B, notamment par Chen Jiang Hong, Olivier Melano, Grégoire Solotareff
    Comment ne pas être d'accord avec Marie-Aude Murail dans Une grande cause nationale, quand elle dit que le vrai combat est contre illettrisme et non la défense à tout prix des livres. Sa réflexion sur la lecture d'aujourd'hui, notamment Internet et numérique est juste. Ces technologies ne mettent pas forcément à mal la lecture, parfois même elle va permettre à un public peut porter sur l'achat papier, de découvrir des mondes, des auteurs, de lire en VO,…
    Que de belles phrases, de bon sens et de vérité chez Agnès Desarthe, Où je suis quand je lis?, dans le fait que la lecture n'isole pas le lecteur mais le rapproche du reste du monde.
    Bien sur dans ce recueil, je n'ai pas forcément adhéré à toutes les réflexions dont certaines sont trop catégoriques pour moi, et bien parce que le style utilisé pour faire passer le message ne m'a pas touché. Mais dans l'ensemble, les messages passés sont forts, intéressants et nécessaires.
    Certains auteurs jeunesses, nous confient leurs lectures d'enfance, des anecdotes sur leur jeunesse. Je me suis sentie proche de certains auteurs pour avoir partagé certaines lectures, certaines attentes, certaines déceptions. Avec nos lectures, nous avons découvert les sentiments, les valeurs,… Ce qui est important de transmettre aux jeunes lecteurs d'aujourd'hui.
    Je me suis senti proche de la petite fille que fût Valérie Zenatti par exemple (Des rencontres qui façonnent une vie), qui réalisa à 10 ans qu'elle ne pourrait jamais lire tous les livres du monde… J'ai trouvé très beau l'argumentaire sur l'homme et "la naissance" de l'écriture et de la lecture, par Claude Ponti (Livre libre et lecteur électeur). Et j'ai adoré Yvette de Malika Fredjoukn, une histoire belle, tendre, émouvante, tellement humaine
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

> voir toutes (67)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par lanard, le 11 octobre 2011

    Contribution de Marie Desplechin

    J'aime/j'aime pas

    Je n'ai pas beaucoup d'affection pour les lecteurs en général, les grands lecteurs surtout. Je n'aime pas leurs manières péremptoires, leurs certitudes d'être au-dessus du commun, ces phrases satisfaites qu'ils ont pour parler d'eux-mêmes et de leurs inoubliables lectures, quand ils étaient tout petits déjà et qu'ils lisaient Chateaubriand et Flaubert, et tout ce qu'ils ont lu depuis, le crayon à la main, et toutes ces études formidables qu'ils ont faites par la suite et grâce auxquelles ils sont devenus des per¬sonnes si intéressantes et avisées, et puissantes. Oh, mon Dieu. Je n'aime pas les lecteurs qui se situent du côté du manche, ceux qui font la police dans les bibliothèques, les intellectuels de gouvernement, les dispensateurs nationaux du sens, les généraux tortionnaires. Je ne peux pas croire qu'ils aient été des lecteurs dans leur enfance, ils ont dû oublier, et encore, cette enfance, ils ne l'ont pas habitée très longtemps.
    Mais je me sens proche de ceux qui se sont perdus dans la lecture comme dans une forêt han-tée. Ils ont emprunté des chemins qui ne menaient nulle part. Ils ont ouvert leur sentier tout seuls, avec un Opinel, au risque des mauvaises rencontres, au risque de se faire peur ou de se faire mal, au risque même de tourner en rond. Ils ont découvert des ruisseaux et des rivières, des précipices, des clairières, des prairies et des trouées sur le ciel. Ceux-là, quand ils parlent de leurs lectures, ont une manière singulière de le faire : les mots qu'ils utilisent sont les leurs, et ils se fichent bien que tout le monde lise qui ils lisent, que tout le monde aime qui ils aiment, ils veulent bien être tout seuls, ils ont même quelque chose d'un peu jaloux. Partager ses amours avec n'importe qui, c'est à vous dégoûter d'aimer.
    J'aime la collégienne qui lit tout ce qui lui tombe sous la main et qui fait le désespoir du conseil de classe. (« Elle ne s'intéresse à rien, elle ne fournit aucun effort. ») J'aime le grand gamin qui vient de lire son premier livre et qui n'en revient pas de l'avoir lu en entier et d'y trouver un tel plaisir. (« Madame, je l'ai fini et tout de suite je l'ai recommencé. ») J'aime le dandysme un peu las de l'une et la joie éclatante de l'autre. J'aime la lycéenne évaporée pour qui je pille le rayon poches de la librairie, en vacances, et qui m'envoie des SMS à chaque livre qu'elle termine, parfois deux par jour, c'est insensé. J'aime le tout petit enfant qui récite son album préféré, au fur et à mesure que je tourne les pages, il a retenu jusqu'aux virgules. J'aime le bébé qui essaie furieusement d'entrer dans le livre cartonné en poussant les pieds dans la reliure. J'aime mon fils qui refuse d'ouvrir un livre parce que lui qui peut voir sans ciller n'importe quelle horreur sur un écran sanglote à la fin du Lion, à la fin de La Rencontre, au milieu des Malheurs de Sophie, aux deux tiers de Oh, boy !. J'aime mon fils quand il lit la Rubrique-à-brac, que j'ai lue à son âge. J'aime mon grand fils quand il lit les Métamorphoses, ou L'Univers, les dieux, les hommes racontés par Vernant, lentement, calmement, allongé dans un canapé. J'aime ma fille quand elle lit « Coeur Grenadine », Barbara Cartland, Jane Austen, Edith Wharton, et finit par déclarer, per¬plexe, qu'elle ne comprend pas qu'on tombe amoureux. J'aime l'amie qui a trouvé son premier roman sur une poubelle et n'a cessé depuis de lire. J'aime les gens qui empruntent les livres, ceux qui fréquentent les bibliothèques, et ceux qui vénèrent des graphomanes que le monde a oubliés. J'aime les enfants quand ils lisent, les grands, les très grands enfants aussi, et même les vieux enfants.
    Je crois que je n'aime pas beaucoup que la lecture soit cette Vertu publique dont on peut tirer de la gloriole et des profits orthographiques ou sociaux, ni ce mausolée muet dans lequel on précipite de force et comme au hasard des collégiens rétifs et qui n'y comprennent rien. Je crois que je voudrais toujours qu'elle soit un vice privé, un chemin de traverse, une échappée belle et que chacun lise pour soi, contre le monde. Je crois même que nous devrions avoir l'ambition poli¬tique d'inviter autour de nous au repli, au retrait du monde, à la désobéissance aux canons, à la solitude et à l'égoïsme enfantin de la lecture. Il me semble que rien ne prépare mieux à tenir tête (à la meute, à la peur, à l'autorité, à l'existence même) que l'expérience solitaire de la liberté, et, franchement, quel meilleur champ d'exercice, plus vaste, plus divers, plus sauvage, plus scandaleusement personnel, que la lecture ?
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par mila0707, le 12 décembre 2011

    Si, enfant, j'avais été livré à la télévision, aux console de jeux et à Internet, mais quasiment privé de lecture, comme il est de plus en plus fréquent chez les enfants, je serais une autre personne, sèche et creuse assurément; la seule idée est effrayante.
    Mesdames, Messieurs, qui désirez nous gouverner, je ne peux imaginer que vous trouviez avantage à régner sur un peuple décérébré. Car le livre n'est pas un luxe, ni une fantaisie d'intellectuel, ni l'expression d'un snobisme. Ceux qui voudraient nous le faire croire sont de clinquants imbéciles, ou, plus grave encore, des esprits malins espérant exploiter l'ignorance.
    Battons-nous.
    Jean-François Chabas
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la citation

  • Par mila0707, le 21 décembre 2011

    Je rêve de salles de classe où des enfants auraient la tête penchée sur un livre, arrachés au boucan de leur cité, de leur famille, de la télé, de leurs jeux, de la pression des prédateurs de toutes sortes, ceux qui font de l'argent la seule valeur et peuvent rendre fous ceux qui n'en ont pas. Je rêve qu'il soit donné à tous les enfants le bonheur de lire, de découvrir en tenant encore un livre à la main.
    Il faut donner des livres aux enfants pour leur faire prendre conscience de tout ce qui les contraint, pour alléger leurs souffrances, pour les faire rire, pour les faire rêver, pour les aider à penser, pour les rendre libres.
    Leur donner des livres comme il m'en a été donné. Pour les délivrer.
    Brigitte Smadja
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la citation

  • Par chapitre, le 09 juin 2014

    (...) le livre n'est pas un luxe, ni une fantaisie d'intellectuel, ni l'expression d'un snobisme. Ceux qui voudraient nous le faire croire sont de clinquants imbéciles, ou, plus grave encore, des esprits malins espérant exploiter l'ignorance. (...)
    La lecture n'est pas un loisir qu'on puisse comparer au cinéma ou au jeu vidéo, c'est une nécessité de chaque jour, c'est le passeport pour l'insertion dans notre société et c'est ce qui donne accès à la liberté, liberté de parler, de penser, de circuler. (...)
    Nombreux sont ceux qui louent les bienfaits de la lecture : bonne pour la croissance, bonne pour la conscience, l'orthographe, la grammaire et la culture générale. On en serait presque à la déclarer d'utilité publique. (...)
    C'est là, à portée de main, ça ne tombe jamais en panne, ça tient au creux de la paume, c'est un miroir, une machine à remonter le temps, une porte ouverte sur l'autre, c'est un livre. (...)
    La lecture est le premier instrument de la liberté et elle est la première chose à défendre. (...)
    Tous ces livres, ils habitent avec moi, chez moi. Dans ma maison comme dans ma tête. Cet imaginaire est comme un jardin dans lequel j'aime me retrouver. Un jardin un peu sauvage, aux contours indéfinissables, avec encore plein de coins à explorer. (...)
    un bébé lecteur, ce n'est pas un sagouin érudit qui ânonne l'alphabet avant l'heure. C'est un humain. Un petit mais un vrai, qui met en mouvement sa petite pensée. Qui découvre une formidable source d'esprit, de capacité à quitter l'ici et maintenant pour prendre de la hauteur. (...)
    Quel être cosmique qu'un enfant, un adolescent qui lit ! C'est à la fois un être qui rêve et qui agit, un être qui joue et réfléchit ; il est en train de se construire, il est en train de grandir, et nous n'en avons jamais fini, de grandir. (...)
    Le livre est une clé ; des portes s'ouvrent à l'intérieur de soi, comme à l'extérieur. (...)
    Il faut donner des livres aux enfants pour leur faire prendre conscience de tout ce qui les contraint, pour alléger leurs souffrances, pour les faire rire, pour les faire rêver, pour les aider à penser, pour les rendre libres.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          3 2         Page de la citation

  • Par mila0707, le 12 décembre 2011

    Et un jour, j'ai rencontré Geneviève Brisac. Dans un livre, puis pour de vrai, comme disent les enfants. J'ai lu les romans qu'elle écrivait, et ceux qu'elle publiait. Je me souviens avoir pensé, émerveillée : on peut donc écrire ainsi. Pour les adultes, et pour les enfants. On peut, dans les deux cas, s'adresser à l'intelligence, à la sensibilité et à l'humour du lecteur. On peut le prendre par la main, lui chuchoter des mots de douceur à l'oreille, le faire rire, l'étonner, l'emmener là où il ne s'attendait pas à aller, là où soi-même on ignorait que l'on irait, et puis le lâcher parce qu'une fois le livre fini, il peut se débrouiller tout seul pour vivre, et trouver d'autres livres.
    Valérie Zenatti
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation

> voir toutes (1)

Video de Jean Delas

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Jean Delas

Sortir de l'illettrisme : Jean Delas, éditeur de livres pour la jeunesse (L'Ecole des Loisirs)








Sur Amazon
à partir de :

0,01 € (occasion)

   

Faire découvrir Lire est le propre de l'homme par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (94)

> voir plus

Quiz

    La Curée d'Emile Zola

    Paru en 1872, La Curée, deuxième roman de la série des Rougon-Macquart d'Emile Zola se déroule en 1851. Il dépeint les milieux enrichis et spéculateurs à Paris peu après le coup d'Etat de Louis-Napoléon Bonaparte. Ceci est:

    •   parfaitement exact
    •   faux
    •   partiellement exact: le roman se passe en 1869, peu avant la guerre
    •   La Curée est bien d'Emile Zola mais est un roman indépendant qui ne fait pas partie du cycle des Rougon-Macquart

    25 questions - 101 lecteurs ont répondu
    Thème : littérature française , rougon-macquart , xixème-xxème siècles

    Créer un quiz sur ce livre.