Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2070421821
Éditeur : Gallimard (2003)


Note moyenne : 3.39/5 (sur 28 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
« Un jour tu t'es laissée glisser vers un ailleurs qui te guettait de sa force tranquille et blanche... Pour une raison inexpliquée la 2 CV... a quitté... et percuté... est décédée dans la soirée... Je n'ai pas lu dans un journal ces mots qui ont dû y figurer, qui sont ... > Voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (7)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par marina53, le 27 juin 2013

    marina53
    Monsieur Chatel, instituteur, perd dans un tragique accident de la route sa bien-aimée. Tel un journal intime, il lui écrit et lui raconte ses journées, ses élèves, sa vie sans elle, le creux de son absence, ses peines et ses douleurs. Il se livre à elle comme si elle était encore là, il écrit certaines choses qu'elle aurait pu faire et s'invente même ses souvenirs. Et il a encore le courage de continuer à écrire, continuer à la faire vivre à travers ses écrits...
    Philippe Delerm décrit ici le chagrin, la tourmente, les souvenirs, la douleur et surtout l'amour de cet homme pour sa femme. Elle, que l'on ne nomme qu'à travers ses héroïnes des contes qu'elle écrivait, prend une dimension intemporelle, presque irréelle. Lui, cet instituteur de campagne, lui redonne vie. Derrière une écriture tellement poétique, touchante, sans être larmoyante, légère ou parfois plus grave, l'auteur a vraiment réussi à donner un sens à cet amour.
    Bien plus qu'un roman, c'est une véritable déclaration d'amour...
    La cinquième saison... intemporelle...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 47         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par cicou45, le 04 septembre 2012

    cicou45
    Bien plus qu'un roman, cet ouvrage pourrait être qualifié de journal intime ou plus exactement d'une longue lettre que le narrateur écrit à son amour perdu. En effet, celle qu'il a aimé et qui n'est jamais précisément nommé dans le livre est morte mais l'auteur ne peut faire totalement son deuil. Il continue à lui écrire, ravive des souvenirs qu'ils ont partagé ensemble (ou non) simplement pour continuer à la faire vivre dans sa mémoire, et par là, la faire continuer à exister. Lui, un petit instituteur à Saint-Lauren-des-bois, un petit village sur la Risle et elle, une ancienne illustratrice et auteure de contes pour enfants. Aussi, dans ce livre, est-elle plus connue par les noms de ses héroïnes tels ceux de Cécile et de Clémence qui reviennent régulièrement.
    Un ouvrage sur la vie qui, bien que l'on ait perdu l'être qui comptait le plus pour nous, doit continuer et dans laquelle on doit s'impliquer si l'on ne veut pas passer à côté.
    Un très bel ouvrage basé sur la base des regrets mais à la fois rempli d'espoirs et qui nous fait méditer, nous, lecteurs, sur la fragilité de la vie. A découvrir !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 34         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Herve-Lionel, le 19 août 2015

    Herve-Lionel
    N°954– Août 2015
    LA CINQUIEME SAISONPhilippe Delerm – Gallimard.
    On a tous dans le coeur un tableau noir et sa poussière de craie, la portée bleue d'un cahier d'écolier avec des mots écrits à l'encre violette dans le crissement d'une plume d'acier, pleins et déliés, le doux ronronnement des tables de multiplications, le lourd silence des dictées, les blouses grises et les punitions, la cour de récré poudreuse et les derniers jours d'école dans la touffeur naissante de l'été, les jeux de billes, de marelle ou de corde à sauter. Tout le parfum de l'enfance ! Plus tard ce seront des nattes et des taches de rousseur, les regards maladroits et les paroles timides, les garçons hâbleurs qui voudront se faire remarquer des filles qui les ignoreront du haut de leur beauté naissante. Leur indifférence et leurs yeux annonceront déjà les femmes qu'elles seront bientôt. Ce sera le temps des amours inventées, des menthes à l'eau, des illusions qui ne manqueront pas d'éclater, avec cette volonté de grandir vite et cette fascination de l'avenir mais aussi ce désir un peu fou de demeurer encore un peu dans le giron tiède de l'enfance.
    M. Chatel est un instituteur, un Maître d'école comme on disait avant, soucieux de l'avenir de ses élèves à qui il transmet son savoir. Ils le respectent pour cela, parce qu'il leur apprend le calcul et la grammaire, même si ce n'est pas passionnant et qu'ils n'aiment pas vraiment cela. Ce n'est pas tout à fait un copain, pourtant il joue à l'occasion avec eux au foot sur la place du village, organise la kermesse de fin d'année scolaire. On l'appel « M'sieur » entre crainte et une complicité feinte. C'est un petit village où on a déjà abandonné la gare, sans doute non rentable, avec sa dernière épicerie qui fermera à la mort de sa propriétaire, son café à la lisière de la faillite, l'école elle-même disparaîtra bientôt, faute d'élèves. Ils partiront vers d'autres horizons ou au collège et ne seront pas remplacés parce que les temps changent et qu'on n'y peut rien.
    Il se souvient de cette tranche de vie où il aimait cette jeune fille trop tôt disparue dans un accident. D'elle il n'a plus que des souvenirs, les albums pour enfants qu'elle a crées, ses aquarelles aux couleurs chaudes. Ils avaient tout pour vivre ensemble une vie heureuse et longue mais le destin en a décidé autrement. Parce que c'est un baume, il choisit de de lui écrire avec des mots d'encre bleue, de crier dans l'écriture tout cet amour perdu, tout ce gâchis, tout ce deuil impossible à faire. Ces mots, elle ne les lira jamais mais ils lui viennent à travers ses souvenirs qui renaissent dans la couleur d'une robe, la langueur d'une soirée d'été, une chanson de Duteuil ou de Souchon, une photo de David Hamilton... Il la fait revivre dans sa mémoire, habille ces années heureuses de phrases, entre leur enfance différente, leur rencontre, leur vie amoureuse, leurs vacances au soleil de Provence, leurs projets… Même si écrire est une forme de folie, entre vertige et exorcisme, c'est une sorte de longue lettre, tissée à petites touches intensément poétiques, un journal confié aux feuillets blancs d'un cahier où le deuil est présent à chaque page sans pour autant être exagérément larmoyant, mais à certains moments du roman j'ai pourtant eu l'impression d'un veuf qui parlerait à une tombe.
    Bien sûr la vie continue mais l'absence reste et lui s'accroche aux mots qu'il investit de son chagrin. Ce sera une nouvelle rentrée avec ces feuilles qui tombent déjà et les matinées qui rafraîchissent, les encriers en porcelaine qu'on remplit d'encre mais cette femmes diaphane disparue sur une route rappelle que nous ne sommes que les pauvres usufruitiers de notre vie, même si nous choisissons de ne pas y penser, de vivre comme si nous étions immortels.
    Hervé GAUTIER – Août 2015 - http://hervegautier.e-monsite.com

    Lien : http://hervegautier.e-monsite.com
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Epictete, le 31 décembre 2013

    Epictete
    Un livre dans la tradition du journal intime, ou de l'oeuvre épistolaire. On aime ou on n'aime pas. Moi j'aime ! Il y a beaucoup de poésie, de sensibilité dans ce texte. On n'y trouvera pas tous la même chose, mais on sera tous saisis, happés par un passage quelconque.
    Aujourd'hui, dans chaque témoignage ou journal d'information, on nous parle de "faire son deuil". (Personnellement, j'ai du mal à définir vraiment cette expression malheureusement devenue à la mode)
    Cet ouvrage peut peut être aider à comprendre. En tout cas c'est une belle écriture, et un beau résultat.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par CelineGe, le 31 décembre 2012

    CelineGe
    La cinquième saison est le premier livre publié de Philippe Delerm (en 1983) et moi, c'est mon premier Philippe Delerm.
    Vous dire que ce n'est certainement pas mon dernier serait un gros mensonge car si les ouvrages qui ont suivi sont dans le même style, je crois que ce n'est pas la peine que j'insiste.
    D'un côté, ça confirme ce que je pensais : je suis hermétique à la poésie, du moins, à la prose poétique.
    C'est ainsi, et j'aurai beau insister, essayer de, je ne m'y ferai jamais.
    J'aime les récits clairs, les phrases qui ont un sens direct.
    Bon, un petit peu de poésie par ci par là, je sais apprécier, mais un livre entier, fusse-t-il que de 150 pages, je n'y arrive pas.
    La cinquième saison, c'est le récit d'un homme, instituteur, qui a perdu son amoureuse, morte dans un accident de voiture. Elle était auteur illustratrice de livres pour enfants.
    L'homme n'arrive pas à faire son deuil et se met à écrire dans un cahier blanc les souvenirs qui lui viennent, de sa vie avec elle, de son enfance à lui, de son enfance à elle, souvent inventée. Il écrit aussi les souvenirs hypothétiques qu'ils auraient pu avoir, tous les deux, si elle n'était pas morte, dans une maison en Provence. Ou bien il imagine sa venue dans son école.
    Les imparfaits côtoient allègrement les futurs simples et les conditionnels présents et ce joyeux mélange m'a souvent donné le mal de mer.
    Un livre où il est beaucoup question de regrets mais où la vie quotidienne et ses petits bonheurs, quand on est l'instituteur d'une petite école dans un petit village, reprend peu à peu le dessus.
    Oui, je reconnais que c'est joli, que c'est bien écrit, et que l'éloge de la vie quotidienne est un noble sujet mais pour moi, l'écriture est souvent à la limite de l'énigmatique. Et quand je ne comprends pas tout de suite le sens des phrases, je n'aime pas. Je n'arrive pas à être charmée. C'est dommage car il y a vraiment de belles images.
    critique complète sur mon blog, merci

    Lien : http://linecesurinternet.blogspot.fr/2012/12/la-cinquieme-saison-de-..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

> voir toutes (22)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Herve-Lionel, le 19 août 2015

    C'est pour ça que j'écris. Te faire une couleur, une lumière. Ça ne serait pas pour moi. Mais tu viendrais dans la couleur, tu passerais des jours dans la lumière. Je te regarderais bouger, passer dans la cour de l'école, manger des pommes acides dans le verger en contre-bas. Ta jupe et ton écharpe seraient dans ma couleur. Tu vois, ça serait bien facile.

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par Herve-Lionel, le 19 août 2015

    Si tu étais encore là, tu ne serais sans doute rien de plus qu'une brûlure, la différence apprivoisée, mais lointaine à jamais. Tu as quitté le monde des couleurs, des gommes, des pastels, le grain trop rêche des papiers... Tu as quitté cette moitié du monde où je voulais t'atteindre . Mais je te sens plus forte et sourde au creux de moi. Je te retrouve au cercle de l'enfance. Je te retrouve en moi l'autre moitié du monde, et sage enfin j'ai tout ce qui n'est plus.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par Herve-Lionel, le 19 août 2015

    Tu es l'été de Saint-Martin. Couleur saison, tu es l'automne et sous le plein ciel bleu l'ambre et le miel s'endorment. C'est cette année que tu n'as pas trente ans.

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation

  • Par Herve-Lionel, le 19 août 2015

    Je loge dans mon cœur d'étranges battements qui me viennent de jours que tu n'as pas vécus, je pense à ces amis lointains que les patiences de chez toi n'ont pas tenus dans le cercle des lampes, à des mélancolies qui sont venues trop tard, à des guitares étouffées.

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par Herve-Lionel, le 19 août 2015

    je suis de la famille de Cadou. Famille de village enclos dans leur vallée d'enfance. On pousse dans des cours d'école. On frémit de se reconnaître à la première page de "Grand Meaulnes"

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
2,00 € (neuf)
0,29 € (occasion)

   

Faire découvrir La Cinquième saison par :

  • Mail
  • Blog

Découvrez la collection Folio

> voir plus

Lecteurs (63)

> voir plus

Quiz