Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique


ISBN : 2266251953
Éditeur : Pocket (2014)


Note moyenne : 3.57/5 (sur 383 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :

Saviez-vous que la Lutèce des origines ne se situait pas sur l'île de la Cité, mais à Nanterre ? Que les derniers combattants gaulois massacrés par les Romains reposent sous la tour Eiffel ? Que les vestiges de la première cathédrale de Paris se trouvent sous le... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (87)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par fee-tish, le 28 décembre 2009

    fee-tish
    Un hymne à la France et à Paris, voilà ce que je retiendrais de cet ouvrage !
    Du Ier siècle avec Gaulois, au XXIe siècle qui forge le futur, Lorànt Deutsch nous raconte toute l'histoire de France, à partir de vingt et un noms de stations de métro. Un défi de longue haleine quand on sait qu'il a fallu cinq ans à l'auteur pour réaliser ce petit bijou.
    Ce livre se pose à la fois comme un livre d'Histoire et comme un guide touristique historique. Dès les premiers chapitres, j'ai tout de suite été séduite par la tendresse que l'auteur éprouve pour nos ancêtres. Pour lui, mêmes les Romains, qui ont pourtant détruit beaucoup sur leur passage, ont été un maillon indispensable à la construction du Paris actuel. Ainsi, on voyage dans le temps pour savoir comment s'est développée Lutèce, comment les Romains ont indéniablement apportés la modernité, comment le christianisme est arrivé, comment il a évolué, pourquoi Montmartre s'appelle Montmartre... Un concentré d'informations très intéressantes pour nous, Français.
    Le récit s'articule de la façon suivante : à chaque début de chapitre, Lorànt Deutsch sort du métro et remonte à l'air libre. Ici, il nous décrit plus ou moins ce qu'il voit du Paris actuel. Ensuite, il reprend l'Histoire où il l'avait laissé, et nous voilà embarqués avec Clovis, Charlemagne, Philippe le Bel, Louis XIV, et tous les autres grands acteurs d'une histoire qui est la nôtre. Son récit est également ponctués de petits encadrés posant chacun une question en rapport avec les évènements du siècle : "Qui fit construire les thermes de Cluny ?", "Depuis quand Paris est-il Paris ?", "Où sont les vestiges de la forteresse du Louvre ?", "Boulevard, un mot typiquement parisien ?", parmi tant d'autres.
    Lorsque l'on connaît bien Paris ou que l'on est parisien, la lecture de ce livre doit être réellement magique. En effet, Lorànt Deutsch indique très exactement à quels numéros de quelles rues il est possible de voir un vestige historique. Voilà en quoi cet ouvrage est aussi un guide. Alors, moi qui n'est jamais vu Paris, je n'ai qu'une envie : visiter la capitale avec le livre dans mon sac !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 18         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Cylhis, le 12 avril 2012

    Cylhis
    J'ai beaucoup aimé ce livre qu'il faudrait plutôt lire en se promenant véritablement dans Paris, afin de pouvoir repérer les vieilles pierres évoquées, vestiges du temps passé et des époques perdues et oubliées.
    Ce livre a également le mérite de faire un petit rappel de notre histoire (à travers celle de Paris) qui permet quand même de décrasser notre mémoire d'écolier qui oublie trop vite les leçons apprises (surtout quand elles étaient apprises bêtement par cœur).
    Ce n'est pas vraiment un livre d'histoire, car cette catégorie fait trop souvent penser à un livre ennuyeux qui multiplient les phrases froides intellectuelles et nous parle avec grande sècheresse d'époque qu'il nous est difficile de nous imaginer. Non, ce livre nous plonge (tout du moins il essaie) véritablement dans ces époques trop vieilles et trop obscures, du temps des gaulois, des rois, des guerres... et des amours aussi !
    L'écriture est simple mais n'est pas dénuée d'humour. C'est un peu comme si on s'était installé à la terrasse d'un café, l'été, avec l'auteur, et qu'il nous parlait de ses dernières découvertes de vieux vestiges de Paris. "Au sous-sol d'un immeuble moderne j'ai découvert les vestiges de la première chapelle chrétienne de Paris". Toute sa passion dans sa recherche des vestiges historiques et tout son amour de Paris se communiquent à travers les pages de ce livre agréable.
    Je le conseille chaudement.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 15         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Amindara, le 27 février 2014

    Amindara
    Et voilà, ça y est, je l'ai lu. Autant vous le dire tout de suite, j'aime beaucoup Lorànt Deutsch en tant qu'acteur. Et en tant qu'historienne, j'aime beaucoup l'Histoire (bah oui, sinon, je n'aurais pas fait des études d'histoires…). Bref, tout ça pour dire que je voulais lire ce livre dès qu'il est sorti mais l'occasion ne s'était pas encore présenté (en même temps, il n'était dans aucune des bibliothèques que je fréquente donc ça peut compliquer les choses).
    J'ai beaucoup aimé cette façon que Lorànt Deutsch a de nous promener dans Paris, d'associer chaque station à un moment particulier de l'histoire. L'histoire de Paris (et par là, l'Histoire de France) est très intéressante. J'ai apprécié ce petit parcours qui nous amène des gaulois à nos jours. Bon je ne sais pas si historiquement parlant, ce livre est assez « juste ». Je crois qu'il a été critiqué par plusieurs historiens parce que Lorànt Deutsch a tendance parfois à simplifier voir réinterpréter l'histoire. Pour ma part, cela ne m'a pas choquée. Je n'ai gardé en mémoire que quelques bribes de mes cours d'histoire, l'Histoire dans les grandes lignes quoi. Et je dois dire que je les ai retrouvées là, mes grandes lignes. Cela m'a rappelé des souvenirs. Alors peut-être que l'Histoire selon Lorànt Deutsch n'est pas très juste, mais au moins, elle nous apprend des petites choses et surtout, elle a le mérite d'être claire, surtout quand on connait la complexité de certaines périodes.
    Niveau plume, Lorànt Deutsch s'en tire par mal. Il s'en tire même très bien. J'ai beaucoup apprécié son style, clair, efficace, facile à suivre. J'aime bien cette façon qu'il a de nous faire croire qu'il est lui-même en train de se balader dans Paris au moment précis où il écrit son livre. J'ai aussi beaucoup apprécié les petits encarts qu'il nous met, ici et là, pour préciser certains détails, raconter une anecdote. Surtout, moi qui ne connait pas bien Paris et qui ne me suis jamais vraiment sentie attirée par cette ville (sauf par le Louvres), j'ai apprécié ce regard un peu « marginal » que Lorànt Deutsch a sur la ville. Il nous la fait visiter, oui, mais il ne nous emmène pas dans les hauts lieux touristiques de Paris (enfin si, un petit peu quand même, mais pas tant que ça). Non, il nous emmène dans des ruelles, descendre dans des caves, pour trouver ici et là un dernier témoignage d'une époque révolue. Et j'avoue que cette visite de Paris est intéressante. Elle donne envie de sauter dans un train et d'aller sur ses traces, fouiner dans les impasses, sonner aux interphones pour trouver ces trésors quasiment cachés que Lorànt nous dévoile dans son livre.
    J'ajoute, pour préciser un peu la chose, que j'ai lu en parallèle Le Métronome illustré. Ainsi j'ai pu suivre le texte et voir les photos de ces lieux que Lorànt Deutsch nous décrit si bien. Un petit moyen d'aller plus loin dans la lecture et de la rendre encore plus captivante. Et puis, c'est toujours plus sympa quand on peut mettre un bâtiment sur une description !
    Pour conclure, amis passionnés (ou moins passionnés d'ailleurs) d'Histoire et de Paris, n'hésitez plus. Ce livre est vraiment très sympa. Et si vous en avez l'occasion, je vous recommande la lecture en parallèle du Métronome illustré, cela apporte un petit plus non négligeable.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Xavidof, le 15 mai 2012

    Xavidof
    C'est chouette à lire avant de partir visiter Paris. Et c'est plus tripant que le guide Michelin ou le guide du routard, bien que ça ne renseigne pas ni les hôtels, ni les bons plan resto. Notez, arpentant les rues, ruelles et boulevard, vous finissez toujours par trouver le bon plan vous même tout en visitant le "vieux" Paris, qui reste une ville que j'aime.
    Via le métro, c'est cool, pas cher et ça fait des mollets de cycliste.
    Parlons du livre, très passionnant mais parfois de longues tirades où en temps réel l'auteur écrit à la vitesse où il marche.
    Je conseille quitte à faire pour ceux qui n'ont pas toutes les images de paris en tête, le livre illustré.
    Ça vaut le détour d'une lecture, c'est pédagogique, ça reste une belle histoire et on en sort finalement moins bête, à condition que, et je fais confiance à l'auteur, il n'y soit pas mentionné d'anachronismes ou autres extrapolations personnelles ... :-)
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 14         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par brigittelascombe, le 18 juin 2011

    brigittelascombe
    Fallait y penser!
    Fallait penser à lever le nez dans le métro, à voir autre chose que ses pieds écrasés par le trop plein, à s'interroger sur chaque nom de station,à descendre, à se promener, à se renseigner et à pondre ce livre des plus sympathiques. Et comme on le voit en première de couverture: Laurent Deutsch croulant littéralement sous le poids du passé, il a du falloir pas mal d'ouvrages consultés, vu le nombre de stations étudiées.
    Pourquoi les Invalides, pourquoi le Chatelet? Et Maubert qu'est ce que ça signifie?
    L'auteur nous balade d'un point à l'autre de Paris, émaille l'histoire de France de petites anecdotes et nous permet de passer un agréable moment.
    Par exemple la Cité était le berceau de César, Lutèce, ville issue des marais. Saint Germain des prés: on pense à Satre,Beauvoir, Vian, l'existentialisme. Mais c'est surtout l'abbaye de Saint Germain des prés qui était célèbre, du temps des bénédictins qui cultivaient là des vignes et prélevaient un droit de pêche dans le bras droit mort de la Seine détourné à leur profit.
    Une visite guidée de qualité d'une station à l'autre !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la critique

> voir toutes (35)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Stemilou, le 15 juillet 2010

    Nous voici enfin sur la rive droite. A la station Louvre, nous quittons le monde romain pour entrer dans l’ère des Francs. Venus du Sud, les romains avaient colonisés le sud de Paris, c’est-à-dire la rive gauche. Les Francs venus du Nord vont tout naturellement développer l’axe nord de la ville la rive droite.

    Le musée du Louvre jadis palais jadis encore château voire place forte, recèle les vestiges d’un donjon et des tours de l’ancienne forteresse :

    Sous Philippe Auguste, cette forteresse était encore un ouvrage militaire, voire une prison. Il faudra attendre Charles V, vers 1370, pour parler de résidence royale, avec de nombreux embellissements. Puis la guerre de Cent Ans éloigna les rois de France de Paris. Ce ne fut qu’avec François Ier que le Louvre, devenu un palais, accueillit de nouveau les souverains.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 13         Page de la citation

  • Par Stemilou, le 02 août 2010

    En regardant vers l’Arc de Triomphe, vous verrez, au bout du parvis, un peu perdue parmi les constructions nouvelles, l’ancienne statue de la Défense, érigée en 1883 en hommage à la résistance des Parisiens lors de l’invasion prussienne de 1970. Le quartier lui doit son nom.

    Quoi qu’il en soit, pour Paris, notre siècle sera celui d’une expansion vertigineuse. Ce sera le siècle du Grand Paris, le triomphe d’une agglomération tentaculaire, qui franchira le Périphérique pour avaler tout ou partie de sa banlieue, supprimant quelques départements au passage.

    […] Et en se développant vers l’ouest, Paris, le Grand Paris de demain, aura fait de ce quartier d’affaires aux tours agressives une partie de lui-même, un témoin de son passé, une fenêtre ouverte vers son avenir. Et la capitale continuera naturellement de se prolonger vers l’ouest pour englober Nanterre, juste derrière la Défense.
    Ainsi la ville remonte lentement à sa source… On s’en souvient, la Lutèce gauloise se situait au bord de la Seine, à l’emplacement de l’actuelle Nanterre.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la citation

  • Par Stemilou, le 20 juillet 2010

    Un an plus tard, en novembre 887, le mécontentement est général dans l’empire. Pour apaiser la noblesse, Charles le Gros se voit contraint de convoquer une diète à Trebur, près de Mayence.

    […] Au mois de février suivant, les seigneurs francs réunis à Compiègne acclament Eudes : le comte de Paris est nommé roi de Francie occidentale.

    […] L’ennemi a définitivement renoncé à Paris, mais la ville panse ses plaies. Les invasions vikings ont ruinés ses édifices : de la Basilique Saint-Germain-des-Prés, il ne reste que la partie inférieure d’une tour carrée ; Sainte-Geneviève, Saint-Julien-le-Pauvre, Saint Marcel, Saint-Germain-l’Auxerrois et de nombreuses autres églises ont été mises à sac et incendiées.

    […] Par leur défense obstinée, les Parisiens se sont imposés au reste du royaume, et même si, à sa mort, le comte de Paris Eudes redonnera la couronne de Francie occidentale aux descendants directs de Charlemagne, ce sont eux, les Parisiens, qui désormais font l’Histoire, ce sont eux qui font les rois.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la citation

  • Par Stemilou, le 15 juillet 2010

    Childéric, le roi franc qui règne à Tournai, dans le Nord, se soumet à Odoacre, roi en Italie.
    […] Childéric, fils du roi Mérovée, voit dans cet enchevêtrement d’intérêts et de fricotages l’occasion d’assurer sa lignée, celle des Mérovingiens.


    Clovis, jeune homme de seize ans, soudain promu roi des Francs, est bien décidé à perpétuer avec une belle piété filiale la politique paternelle. Il poursuit le combat contre Syagrius et continue d’assiéger Paris.


    Paris, le bourg gallo-romain, la ville-citadelle, devient capitale du royaume des Francs en 508


    Sainte Geneviève mourut en 502, neuf ans avant son roi chrétien qui fut inhumé à son côté dans cette église Saint-Pierre-et-Saint-Paul sur le mont Lucotitius (la montagne Sainte-Geneviève)

    […] L’église, devenue abbaye au XIIe siècle, fut remplacée en 1744 par l’église Sainte-Geneviève voulue par le roi Louis XV. C’est aujourd’hui le Panthéon, mausolée des grands personnages de l’Histoire de France.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la citation

  • Par Stemilou, le 15 juillet 2010

    Lutèce, ville impériale, va devenir, en cette même année 360, ville ecclésiale. Les évêques gaulois décident de convoquer à Paris un important concile dont le but essentiel est de réunir les ouailles pour condamner les hérésies chrétiennes, particulièrement l’arianisme, qui ne reconnaît ni la divinité du Christ ni l’autorité du pape. Paris devient ainsi, momentanément, le lieu de l’expression la plus dogmatique du catholicisme romain.


    Dans sa géographie, la ville moderne n’a pas effacé le souvenir du saint… La voie romaine du nord, où il a guéri jadis le lépreux, est aujourd’hui la rue Saint-Martin.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la citation

> voir toutes (4)

Videos de Lorànt Deutsch

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Lorànt Deutsch

Livre de Bord N°98 du 30 novembre 2010
Livre de bord, une émission présentée par Nicky & Brice DepasseInvités : Lorant Deutsch, Didier Vandermeulen et François SionnièreAu programme : Metronome illustré de Lorant Deutsch (Michel Lafon), Thomas Drimm 2 La guerre des arbres commence le 13 de Didier van Cauwelaert (Albin Michel), La mini bibliothèque de Maurice Sendak (L'Ecole des loisirs), La petite maison dans la prairie de Laura Ingalls Wilder (Flammarion), Fritz Haber (Un vautour c'est déjà un aigle) de Didier Vandermeulen (Delcourt), Blake & Mortimer : La malédiction des trente deniers de Jean van Hamme (Blake & Mortimer), Wayne Shelton : Son altesse Honesty de van Hamme et de Nayer (Dargaud), 1001 conseils pour écrivains en herbe (Casterman), La maison de Lulu (Père Castor), Où est monsieur Sommeil ? (Casterman), Je ne sais pas maigrir du Dr du kan (J'ai lu) et Psychedelic vynils (1965 - 1973) de Philippe Thièyre (Editions Stéphane Bachès).











Sur Amazon
à partir de :
7,51 € (neuf)
7,43 € (occasion)

   

Faire découvrir Métronome : L'histoire de France au rythme du métro parisien par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (762)

> voir plus

Quiz