AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Robert Abirached (Éditeur scientifique)
ISBN : 2070388565
Éditeur : Gallimard (1994)

Note moyenne : 3.59/5 (sur 37 notes)
Résumé :
Ce dialogue brillant et drôle est un véritable traité de l'acteur et du théâtre, et des poètes et des arts en général. Diderot a, toute sa vie, subi la fascination du théâtre. Attentif à la représentation, il pressent l'un des premiers l'importance de la mise en scène en fonction de quoi l'acteur doit régler son interprétation. Diderot admire les comédiens, tout en s'en méfiant ; d'où les affirmations célèbres suivant lesquelles ils sont les moins sensibles des homm... >Voir plus
Critiques, Analyses & Avis (3) Ajouter une critique
chartel
chartel22 octobre 2009
  • Livres 4.00/5
Après ma période Voltaire (qui n'est pourtant pas complètement close), j'entame la période Diderot, par l'ouverture d'un très vieux livre poche "Paradoxe sur le comédien, précédé de "Entretiens sur le Fils naturel" qui a dû se balader de mains en mains, se poser de bibliothèques en bibliothèques avant de finir dans la mienne, croyant innocemment y vivre au calme. Mais il fut surpris quand je le sortis du rang, le préférant aux autres, les plus récents, les petits nouveaux, pour lire ou relire les oeuvres de ce grand philosophe des Lumières.
C'est probablement mon intérêt pour le théâtre qui a influé sur mon choix, pourtant Diderot n'a pas construit sa renommée sur ce genre, d'autant plus que les auteurs du XVIIIe siècle – on l'a vu avec Voltaire – souffriront (et souffrent encore) de l'écrasant prestige du théâtre de l'époque classique.
Sous la forme de longs dialogues, Diderot interroge le théâtre de son temps ainsi que la manière et les codes qui le régissent. L'intérêt de ces deux discussions fictives réside dans les propositions novatrices et originales du philosophe, cherchant à sortir des règles trop strictes du théâtre classique dérivé des préceptes d'Aristote. Il précède ainsi la volonté d'un Victor Hugo, en axant surtout sa réflexion sur l'art de l'acteur, ce dernier devant jouer sur ses techniques et sa réflexion pour bien interpréter un rôle, au lieu de chercher à atteindre le sentiment juste par une identification trop proche du personnage et de la situation, identification qui peut probablement émouvoir dans un instant, une représentation, mais certainement pas sur le long terme, sur plusieurs représentations.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          10
Julie_Ys
Julie_Ys10 juillet 2015
  • Livres 4.00/5
Excellent texte d'esthétique mais qui ne doit pas être caricaturé (le comédien non passionné), il est donc utile de le compléter par les autres textes de Diderot sur le théâtre (Neveu de Rameau, Fils naturel). Un manifeste en faveur du travail artistique, qui n'est pas une seule inspiration spontanée soi-disant génial, mais qui laisse place aussi à l'improvisation (maîtrisée).
Commenter    J’apprécie          00
ogressedeparis
ogressedeparis01 février 2012
  • Livres 3.00/5
Une référence en matière de réflexion sur le théâtre
Lien : http://ogressedeparis.canalblog.com/archives/200..
Commenter    J’apprécie          00
Citations & extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
brigetounbrigetoun14 novembre 2009
le second - Un grand courtisan, accoutumé, depuis qu'il respire, au rôle d'un pantin merveilleux, prend toutes sortes de formes, au gré de la ficelle qui est entre les mains de son maître.

le premier - un grand comédien est un autre pantin merveilleux dont le poète tient la ficelle, et auquel il indique à chaque ligne la véritable forme qu'il droit prendre.

le second - Ainsi un courtisan, un comédien, qui ne peuvent prendre qu'une forme, quelque belle, quelque intéressante qu'elle soit, ne sont que deux mauvais pantins ?
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          10
chartelchartel22 octobre 2009
L’acteur est las, et vous triste ; c’est qu’il s’est démené sans rien sentir, et que vous avez senti sans vous démener. S’il en était autrement, la condition du comédien serait la plus malheureuse des conditions ; mais il n’est pas le personnage, il le joue et le joue si bien que vous le prenez pour tel : l’illusion n’est que pour vous ; il sait bien, lui, qu’il ne l’est pas. [Paradoxe sur le Comédien]
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          10
tomettetomette13 janvier 2008
La découverte au plus profond de l'âme de l'essence sans fond et sans forme( ou mieux encore son identification avec elle) découle d'une méditation dirigée avec méthode, dans les voies proppres au Zen, et suivie en vue de parvenir à des expériences décisives.


Ramené au tir à l'arc, cela signifie-pour employer une formule toute provisoire et sans doute par-là même discutable- que les exercices spirituels susceptibles de faire un art de la technique de tir à l'arc, et éventuellement un art dépouillé d'art sont des exercices mystiques. C'est à dire que le tir à l'arc ne consiste nullement à poursuivre un résultat extérieur avec un arc et des flèches, mais uniquement à réaliser quelque chose en soi-même.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          00
tomettetomette13 janvier 2008
Un grand comédien n'est ni un piano-forte, ni une harpe, ni un clavecin, ni un violon, ni un violoncelle; il n'a point d'accord qui lui soit propre; mais il prend le ton et l'accord qui conviennent à sa partie, et il sait se prêter à toutes. J'ai une haute idée du talent d'un grand comédien: cet homme est rare, aussi rare et peut-être plus grand que le poète.


Celui qui dans la socièté se propose et a le malheureux talent de plaire à tous, n'est rien, n'a rien qui lui appartienne, qui le distingue, qui engoue les uns et qui fatigue les autres. Il parle toujours et toujours bien; c'est un adulateur de profession, c'est un grand courtisan, c'est un grand comédien.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          00
tomettetomette13 janvier 2008
Un grand comédien n'est ni un piano-forte, ni une harpe, ni un clavecin, ni un violon, ni un violoncelle; il n'a point d'accord qui lui soit propre; mais il prend le ton et l'accord qui conviennent à sa partie, et il sait se prêter à toutes. J'ai une haute idée du talent d'un grand comédien: cet homme est rare, aussi rare et peut-être plus grand que le poète.


Celui qui dans la socièté se propose et a le malheureux talent de plaire à tous, n'est rien, n'a rien qui lui appartienne, qui le distingue, qui engoue les uns et qui fatigue les autres. Il parle toujours et toujours bien; c'est un adulateur de profession, c'est un grand courtisan, c'est un grand comédien.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          00
Videos de Denis Diderot (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Denis Diderot
Denis DIDEROT– Lettre à sa fille Madame de Vandeul
Dans la catégorie : Art de l'acteurVoir plus
>Théâtre : généralités>Techniques théâtrales>Art de l'acteur (46)
autres livres classés : théâtreVoir plus





Quiz Voir plus

Balade 5 - XVIIIè siècle

Grâce à ses "Mémoires", nous découvrons la France de 1691 à 1723. Qui est ce personnage?

Mathieu Marais
Saint-Simon
Jean Burat
Mme Roland

10 questions
45 lecteurs ont répondu
Thèmes : 18ème siecle , siècle des lumièresCréer un quiz sur ce livre