Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2021039277
Éditeur : Editions du Seuil (2012)


Note moyenne : 3.6/5 (sur 5 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Le 24 décembre 1847, l'émir Abd el-Kader (1808-1883) attend, dans le froid et la pluie, d'embarquer sur Le Solon qui a mouillé dans le petit port de Djemâa-Ghazaouët proche de la frontière marocaine. La veille, après une résistance de quinze années contre le corps expéd... > voir plus
Lire un extrait Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (2)

> Ajouter une critique

  • Par Ulysse1990, le 18 septembre 2012

    Ulysse1990
    S'inspirant largement de la vie de l'Emir, Abdelkader Djemaï focalise son dernier livre ‘' La dernière nuit de l'Emir'', un récit, sur la dernière nuit que l'Emir, ses proches, et ses compagnons ont passée sur le sol natal : le 24 décembre 1847. Après plus de dix années de résistance, marquées par des trêves et des traités (Traité Desmichels, Traité de Tafna), l'Emir décide de se rendre aux Français, sentant l'impuissance des tribus face à une armée puissante en matière et en nombre. L'Emir obtient, lors de sa reddition, la promesse d'être conduit avec ses compagnons à Alexandrie ou à Saint-Jean-d'Acre. Après avoir quitté le port de Djemâa-Ghazouëtte, l'Emir, ses proches et ses compagnons, quatre vingt-dix-sept personnes au total, tous âges confondus, se trouvent, contrairement à ce que dit la promesse, en France. Ils sont libérés quelques années après, et l'Emir s'installe définitivement en Syrie où il sauve, en 1860, des chrétiens des émeutes. Il a déjà connu l'Orient grâce à un pèlerinage avec son père Mahieddine en 1927. Il meurt en Syrie en 1883.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par LaurentGuzz, le 17 octobre 2012

    LaurentGuzz
    Abdelkader Djemaï choisit dans ce roman de nous faire partager les derniers jours du règne de l'Emir de la future Algérie, Abdelkader, tombé face aux Français en décembre 1847. L'Emir déchu, qui avait prit la tête de la résistance en 1832, décide alors de quitter sa terre natale, l'Algérie, et fut conduit captif vers la France où il demeura jusqu'en 1852. Partant de La dernière nuit de l'Emir et survolant l'ensemble de sa vie, Abdelkader Djemaï fait renaître de façon romanesque un personnage étonnant et raffiné, Grand Croix de la Légion d'Honneur et titulaire de l'ordre de Pie IX. On partage ses derniers actes de résistances et une partie de son exil dans le pays vainqueur et colonisateur.

    Un court récit épuré pour traverser l'Histoire de l'Algérie et frôler celle de la colonisation. Sans aucun doute une bonne base pour en découvrir un peu plus sur ces cicatrices et s'y retrouver dans une histoire sans doute plus complexe, sans y perdre pour autant le goût de la lecture et le plaisir des mots. Une courte chronologie et une bibliographie offrent les marches pour une découverte plus profonde de l'histoire de l'Emir.

    Lien : http://alombreducerisier.over-blog.org/article-la-derniere-nuit-de-l..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique


Critiques presse (1)


  • Lhumanite , le 02 avril 2012
    La Dernière Nuit de l’émir nous plonge ainsi aux racines du mal de la conquête coloniale française.
    Lire la critique sur le site : Lhumanite

> voir toutes (4)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par nawel2626, le 31 décembre 2013

    De si beaux ennemis doivent être peints avec gravité et respect. Il n'y a rien de gai d'ailleurs dans cette irruption soudaine et violente d'un escadron de cavalerie au milieu d'un camp rempli de femmes, d'enfants et de vieillards! Tuons les arabes, puisque nous sommes en guerre avec eux, mais ne les peignons pas en faisant pour mourir des grimaces de Bobèche; ils défendent leur religion et leur patrie,(....) ce sont des saints et des martyres."
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par THYSBE, le 06 octobre 2012

    La science est l'arme suprême, le sabre n'étant jamais que l'instrument de ceux qui ont renoncé à régner par l'esprit.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par THYSBE, le 04 octobre 2012

    " un souvenir oublié était, dans ce pays au front large et aux lèvres sèches, comme une eau renversée dans le sable et qu'on ne pouvait plus boire."

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par nawel2626, le 31 décembre 2013

    Mise à part celles du paradis, ils n'avaient jamais peut-être rêvé de terres inconnues, celles qu'on venait de leur dérober suffisaient à leur bonheur.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
9,90 € (neuf)
2,77 € (occasion)

   

Faire découvrir La dernière nuit de l'Emir par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz