Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2070739228
Éditeur : Gallimard (1997)


Note moyenne : 3.36/5 (sur 33 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Les personnages de Criminels parlent sans espérer vraiment être entendus : pour se rassurer, peut-être, pour savoir où ils sont, pour se persuader qu'ils existent. Ils pourraient aussi bien crier, ou gémir, ou chanter. C'est pourquoi le récit se présente comme un chœur ... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (1)

> Ajouter une critique

    • Livres 1.00/5
    Par Illwenne, le 17 août 2013

    Illwenne
    C'était ma première lecture de l'oeuvre de Philippe DJIAN dont j'avais envie depuis longtemps de découvrir l'univers. Criminels est le deuxième volet d'une trilogie commencée avec Assassins et qui se termine avec SAINTE BOB, chaque tome pouvant se lire indépendament les uns des autres.
    Criminels, c'est une scène très ordinaire de la vie de gens très ordinaires, du moins en apparence. Francis, le narrateur approche la cinquantaine, avec toutes les questions qu'un homme peut se poser à cet âge là :"Arrivé à la cinquantaine, un homme doit choisir s'il veut vivre ou s'enterrer pour de bon". Non seulement Francis semble indifférent à ce qui se passe autour de Lui mais il a l'air de ne pas trop savoir comment se comporter, entre sa compagne Elisabeth, son père sénile et son fils Patrick qu'il commence seulement à découvrir alors que ce dernier a plus de 20 ans et avec lequel la communication est difficile. En fait, pas grand chose ne passe entre Francis et son entourage. C'est Elisabeth qui fait le trait d'union entre eux pour qu'ils se rapprochent, mais qui fuit lorsque Francis décide de prendre son père à la maison pour Lui éviter l'asile de vieillards.
    Une vie ordinaire en apparence seulement : Djian nous laisse entrevoir la part d'ombre de ses personnages, un peu comme s'il nous suggérait que nous tous, gens ordinaires, pouvions cacher le pire et tout cela à travers l'indifférence du narrateur, ce qui donne un ton très monotone au récit ; des histroire de couple, de sexe surtout, des disputes, des réconciliations, des trahisons, la déchéance de la vieillesse, des soirées entre copains et de lourds secrets.... La seule chose qui tienne à peu près le coup dans tout cela, c'est l'amitié.
    "T'as l'impression que la vie, ça se résume à des histoires de couples. Je veux dire que toute la planète est peuplée de crétins qui se courent les uns après les autres et qu'en fait, c'est tout ce qui les anime".
    Je n'ai pas du tout aimé ce livre, mais alors pas du tout......Je l'ai trouvé vulgaire, cru et la mysogynie et l'homophobie qui s'en dégagent m'ont pas mal dérangée.
    Bref, ce n'est pas du tout politiquement correct, c'est DJIAN....
    Heureusement le style de l'auteur est très fLuide et le livre, court, se lit vite. C'était le premier que je lisais de cet auteur, mais ce sera sûrement le dernier.

    Lien : http://lecturesdebrigt.canalblog.com/
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

> voir toutes (1)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par art-bsurde, le 07 août 2013

    A l'aide d'un tournevis,je dégage les rainures.Puis j'installe la batterie.Au moment ou je mets le contact,il me revient une scène à l'esprit.Elle remonte peut-être à une bonne vingtaine d'années,mais elle est aussi brutale et nette que si elle datait d'hier.C'est un jour de fête.Tout d'un coup,une bagarre éclate entre Marc et notre père.Puis je m'en mêle et nous finissons tous les trois par terre,au milieu des invités,et notre mère ne nous adresse plus la parole d'une semaine entière.
    C'est si loin.Je ne peux pas m'empêcher de sourire.Au cours de la bagarre,notre père en prend un méchant coup sur le nez.Il pisse le sang,mais lui-même est incapable de désigner l'auteur de la mauvaise plaisanterie.Hors d'haleine,nous nous observons tous les trois,les poings encore serrés,hirsutes,débraillés.Je revois cet instant,en particulier.Des tas de gens,autour de nous,pensaient qu'un jour ça finirait mal.Même de vrais amis de la famille,des gens qui nous connaissaient bien.
    Je suis gelé.Le petit thermomètre fixé sur la boîte à gants indique -9.J'enclenche le chauffage mais l'air est projeté contre le pare-brise glacé et me retombe sur le crane comme un sac de pierres.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
6,99 € (neuf)
1,99 € (occasion)

   

Faire découvrir Criminels par :

  • Mail
  • Blog

Découvrez la collection Folio

> voir plus

Quiz

    La Curée d'Emile Zola

    Paru en 1872, La Curée, deuxième roman de la série des Rougon-Macquart d'Emile Zola se déroule en 1851. Il dépeint les milieux enrichis et spéculateurs à Paris peu après le coup d'Etat de Louis-Napoléon Bonaparte. Ceci est:

    •   parfaitement exact
    •   faux
    •   partiellement exact: le roman se passe en 1869, peu avant la guerre
    •   La Curée est bien d'Emile Zola mais est un roman indépendant qui ne fait pas partie du cycle des Rougon-Macquart

    25 questions - 90 lecteurs ont répondu
    Thème : littérature française , rougon-macquart , xixème-xxème siècles

    Créer un quiz sur ce livre.