AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253058343
Éditeur : Le Livre de Poche (1991)

Note moyenne : 3.44/5 (sur 27 notes)
Résumé :
Une jeune Kabyle se voit condamnée à mort par sa famille, parce qu'elle a pris un Français pour compagnon et conçu un enfant avec lui. Cela se passe à Paris en 1987 et la victime de cette « expédition punitive" n'est autre que l'auteur de ce livre, fondatrice du groupe musical bien connu Djurdjura.
Autour de ce témoignage hallucinant, Djura nous entraîne des montagnes de Kabylie aux cités d'urgence pour immigrés, dans un monde où le déracinement culturel va ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Herve-Lionel
Herve-Lionel25 juin 2014
  • Livres 4.00/5
N°59 – Mai 1991.
LE VOILE DU SILENCE- DJURA - Éditions n°1
Dans ce livre émouvant, Djura évoque ce que fut la vie d'une petite fille kabyle en Algérie, puis celle d'une jeune fille émigrée en France, avec, en toile de fond des ghettos, le racisme, la fatalité de l'islam, la fierté de l'Arabe et la condition de la femme qui commence parc celle de la petite fille qu'on rejette dès sa naissance pour la seule raison qu'elle n'est pas un garçon. Elle parle de la prédominance de l'homme, qu'il soit père, frère ou mari, qui, dans la société maghrébine a tous les droits sur la femme, taillable, corvéable, réduite à la condition d'esclave, humiliée, étouffée par la cellule familiale, avec la complicité même de la mère, surveillée, battue, répudiée, parfois assassinée, mariée contre son gré parce que la tradition veut qu'on n'ait d'égards que pour l'homme alors que la femme ne sert qu'à perpétuer la famille. C'est qu'une femme n'est rien et doit être soumise, asservie à l'homme et à sa dictature. Sur elle pèse encore plus lourdement le poids des traditions ancestrales auxquelles il ne peut être dérogé, avec en prime la conjuration du silence.
C'est la condition de la femme arabe que Djura a choisi de dénoncer et sa révolte est à la mesure de son engagement, à contre-courant des coutumes. Elle dit quelle a été sa volonté d'en sortir, malgré les épreuves et les interdits au sein d'un monde hostile, même à l'intérieur de sa propre famille au point que le suicide ait pu, un temps, constituer une délivrance. Elle analyse aussi ce que fut son ouverture à la culture française, la découverte de sa personnalité, de son originalité, de sa vie de femme, de sa valeur, de sa générosité aussi puisqu'elle avait choisi d'aider tous les membres de cette famille qui furent aussi ses bourreaux. Ce livre est un pas vers l'émancipation de la femme algérienne de sa reconnaissance en tant qu'être humain. Les occidentaux ne détiennent pas la vérité et il reste chez nous encore beaucoup à faire, mais ce phénomène de libération de la femme , même s'il est cyclique et lent est aussi irréversible... Sous toutes les latitudes « la femme est l'avenir de l'homme ».
Djura est aussi scénariste, auteur, compositeur-interprète, poète, comme les êtreS qui ont beaucoup souffert et qui puisent dans leurs plaies et dans la sanie qui s'en écoule la force d'exister, malgré la peur et la mal de vivre. L'écriture et la musique sont un exorcisme.
Ainsi, après s'être battue contre sa condition, découvrit-elle, grâce sans doute à la vie en France, l'union libre, ce qui est impensable pour une algérienne, mais aussi la joie du spectacle. Ce fut « Djurdjura », un groupe de chanteurs et de musiciens qu'elle fonda où la volonté de vulgariser la culture et la musiques berbères le disputait à la poursuite de son combat pour l'émancipation de la femme maghrébine. « Celui qui ne sait pas d'où il vient ne peut savoir où il va » disait Gramsi.
Comme toujours le succès populaire était au rendez-vous, mais la censure officielle algérienne entrava la marche de Djurdjura. Elle se heurta aux problèmes du quotidien mais surtout au système du parti unique au pouvoir. Ainsi la lutte politique finit-elle par prendre le relais , avec en, contre-point la nécessaire relecture du Coran, véritable ciment du monde arabe. Là aussi, il y avait un combat à mener et qui était à la mesure de son énergie. du coup, la voilà rangée dans la catégorie des opposants politiques et à ce titre mise à l'écart comme d'autres avant elle. Mais qu'importe, elle s'est assigné un but, dire, dénoncer et faire changer les choses, essayer !
Malgré les lassitudes, les déceptions, les épreuves, il lui reste la musique et les êtres qu'elle à choisis pour siens, pas ceux du clan ancestral mais une véritable famille unie par les liens de l'amour. Il lui reste aussi l'écriture... Ce livre plein d'émotions est là qui en témoigne. Il mérite l'attention du lecteur.

©Hervé GAUTIER – Mai 1991 - http://hervegautier.e-monsite.com
Lien : http://hervegautier.e-monsit..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          82
chriskorchi
chriskorchi06 juin 2013
  • Livres 4.00/5
Dans le voile du silence, on plonge dans l' histoire de Djura qui revient sur sa vie, son adolescence rebelle à se battre avec une double culture : une culture ancestrale Vs une culture contemporaine occidentale, une culture entre prison et liberté. Puis on suit, avec Djura l'intensité de ses sacrifices, qui ne sont malheureusement pas reconnu. On suit le courage de cette femme, jeune femme dans l'histoire qui n'a pas l'air d'avoir de rancoeurs malgré tout le mal qu'elle se donne à arranger les choses et surtout malgré tout le mal que se donne ceux qu'elle aide pour la détruire. C'est encore une histoire qui m'a révolté au niveau de la place de la femme et sur le comportement que sa mère aura envers elle. Pour une mère, je trouve que c'est très décevant pour ne pas dire révoltant. J"honore la force que Djura a eu et je conseille vivement ce livre.
Dans le voile de silence, on lit également les problèmes que rencontre un couple mixte envers leur famille et surtout comment le frère et la nièce de Djura en sont arrivée à frapper à sang la grande soeur, la tante qu'est Djura
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Irlvy
Irlvy28 mai 2016
  • Livres 5.00/5
Une jeune Kabyle se voit condamnée à mort par sa famille, parce qu'elle a pris un Français pour compagnon et conçu un enfant avec lui. Cela se passe à Paris en 1987 et la victime de cette « expédition punitive n'est autre que l'auteur de ce livre, fondatrice du groupe musical bien connu Djurdjura. Autour de ce témoignage hallucinant, Djura nous entraîne des montagnes de Kabylie aux cités d'urgence pour immigrés, dans un monde où le déracinement culturel va de pair avec un incroyable archaïsme de la condition féminine.
Un document saisissant, qui recoupe des thèmes d'une brûlante actualité dans la France et l'Europe contemporaines.
Lien : https://www.amazon.fr/voile-..
Commenter  J’apprécie          70
garnaoual
garnaoual26 juin 2016
Excellent livre car l'auteur fait parler son coeur tout en ayant une attitude de remise en cause de soi. Son histoire et celle de sa famille montre que c'est la petite fille (et non point la femme qui est "l'avenir de l'homme. Djura aeu la chance d'être élevée par une femme merveilleuse: sa mère adoptive"Setsi" Fatma. D'où son courage, son honnêteté et sa générosité qui contrastent avec les caractères de ses soeurs (aussi de ses frères) et de sa mère biologique. Pour mieux comprendre comment la personnalité des adultes dépend de l'amour et de la compréhension qu'ils reçoivent quand ils sont de jeunes enfants, je vous conseille de lire les livres de la psychanalyste suisse dissidente Alice Miller.
Commenter  J’apprécie          10
kakine16
kakine1611 mai 2016
  • Livres 4.00/5
Le poids de la tradition dans certaines familles peut gâcher des vies... Nous avons ici le combat d'une femme qui veut vivre sa vie comme elle l'entend mais qui fera tout ce qu'elle peut pour aider sa famille et gagner leur amour... sans succès !
Commenter  J’apprécie          10
Citations & extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
cocacoca07 décembre 2014
Quand dans l'Evangile il est écrit que l'épouse doit être soumise à son mari, il est également ajouté que le mari doit être soumis à son épouse. Escamotée, la phrase, pendant des siècles !
Quoi qu'il en soit, chez nous en Algérie, la femme demeure à la merci de la loi coranique telle qu'elle fut interprétée depuis le début de l'Islam. En l'absence d'une législation laïque structurée, c'est le droit musulman, millénaire, qui fait loi dans les tribunaux, acceptant comme un fait établi la suprématie de l'homme, la possibilité pour lui d'interdire à son épouse de travailler au dehors, le droit de la répudier, le droit de marier ses filles sans leur consentement et de les châtier à l'envi, et même le droit pour lui d'être encore polygame !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
chriskorchichriskorchi06 juin 2013
Maîtriser son enthousiasme aussi bien que sa gourmandise. Parler avec retenue, manger peu et surtout ne pas commencer à manger à table la première. Réprimer ses tentations de paresse : apprendre toutes les besognes ménagères dès l’enfance, travailler en silence, balayer accroupie, à reculons, en tournant le dos aux hommes. Ne pas attende le moindre remerciement pour ces tâches, si lourdes soient-elles, mais se montrer au contraire reconnaissance vis-à-vis de ses parents qui lui enseignent ainsi son futur métier de femme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
chriskorchichriskorchi06 juin 2013
Une fille, disent les kabyles c’est une épine dans le pied, un pieu dans le dos de son père et de ses frères. Une source d’inquiétude et d’ennuis permanents, en somme, qui nécessite une éducation stricte, dont la mère doit se charger en multipliant les interdits au fur et à mesure que la petite avance en âge. Si la jeune enfant pleure devant tant de contraintes, personne n’ira la consoler. Il lui faut apprendre à subir, à être docile, à se maîtriser.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
chriskorchichriskorchi06 juin 2013
Maîtriser son corps déjà. Marcher sans courir, porter des robes longues recouvrant ses mollets, ramasser chastement ses jupes afin de cacher ses jambes quand elle s’assoit, et ne jamais s’asseoir face à un homme. Cacher ses bras, aussi, et ses cheveux qui sont un objet de désir : ne pas les dénouer, ni les coiffer devant une personne du sexe opposé.
Commenter  J’apprécie          30
chriskorchichriskorchi06 juin 2013
"Je lui promis de porter un chapeau. Un chapeau cache les cheveux, non ? Ce fut l’horreur ! Car ne pas porter le foulard c’est mal, mais porter le chapeau, pour une femme, se révèle carrément diabolique ! Le chapeau est un symbole de virilité, un attribut exclusivement masculin."
Commenter  J’apprécie          40
Video de Djura (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Djura
Djura chez T. Ardisson, extrait du 17/06/2006
>Histoire, géographie, sciences auxiliaires de l'histoire>Biographie générale et généalogie>Biographie générale et généalogique (557)
autres livres classés : biographieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr

Autres livres de Djura (1)Voir plus




Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
243 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre