Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 0007327897
Éditeur : Harper Collins


Note moyenne : 4/5 (sur 2 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Nous n’avons pas encore dans notre base la description de l’éditeur (quatrième de couverture) > Ajouter la description de l’éditeur.

Vous pouvez également contribuer à la description collective rédigée par les membres de Babelio. > Contribuer à la description collective.
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (2)

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par Charybde2, le 18 mars 2013

    Charybde2
    Roman captivant : le rôle socio-économique de l'innovation, dans le futur proche cher à Doctorow.
    Publié en 2009, soit un an après "Little Brother", et non traduit en français pour l'instant, "Makers" poursuit le travail de mise en fiction des préoccupations techno-sociétales de Cory Doctorow, dans une veine similaire à ses romans précédents, et toujours avec le même intérêt.
    Dans un futur proche, deux innovateurs de génie, inlassables, développent une nouvelle approche de fabrication d'objets à partir de déchets et d'imprimantes 3D, qui manquent révolutionner de fond en comble l'économie, avant d'échouer. Quelques années plus tard, le hasard de leurs créations fait d'eux un concurrent redoutable, et toujours "en réseau libertarien", des parcs à thème Disney, dont certains dirigeants vont mettre en œuvre de terribles ripostes, avant que tout ne se "calme" à nouveau, et que la quête instinctive et forcenée de l'innovation "cool" à impact sociétal ne reprenne, encore et toujours...
    Un livre passionnant.
    Autant par ce qu'il dit, creusant puissamment le techno-libertarien "sillon Doctorow", autour du rôle social et économique de l'innovation technologique (et de la culture geek / nerd qui lui est associée), de la récompense humaine et financière de la créativité, des approches communautaires et en réseau, du conflit entre liberté et propriété intellectuelle, et enfin du rôle mortifère des grandes firmes, avec leurs désormais obsessionnels comportements de prédation et de refus absolu du risque juridique - et des États, largement considérés comme à leur service, et fondamentalement liberticides...
    Que par ce qu'il ne dit pas, voile ou oublie, tant l'idiosyncrasie du capitalisme libertaire est marquée chez l'auteur : caractère inéluctable de la misère, qui ne se résout au fond, tant bien que mal, que par l'initiative entrepreneuriale individuelle ou par micro-groupes, n'acquérant leur modeste pouvoir que par la mise en réseau ; obsession de la "survie financière" dans un monde coûteux et globalement dangereux ; occultation de l'exploitation automatiquement induite par le "calcul économique" nécessaire au développement de l'innovation de masse, dès qu'elle émerge de son héroïque phase artisanale ; ou encore conflit insoluble entre logiques de management créatif et de gestion financière...
    Maîtrisant parfaitement - à la différence de trop d'auteurs européens, et de beaucoup d'auteurs "classiques" américains, qui y projettent souvent davantage de fantasmes que de réalités - l'univers des entreprises, petites cellules innovantes comme immenses conglomérats sur-juridisés et sur-administrés, leurs codes, leurs "façons d'exister", Doctorow atteint aisément un très haut degré de "vérisimilitude", procurant ainsi un puissant stimulant intellectuel pour toute tentative d'appréhension des évolutions techno-sociétales actuellement à l'oeuvre un peu partout dans le monde. En revanche, deux faiblesses continuent à mon sens à l'empêcher de toucher au véritable chef d'oeuvre universel : d'abord, une tenace méconnaissance du monde hors Etats-Unis, Canada et Angleterre, qui, réelle ou affectée, lui fait manier les clichés à la tonne dès qu'il parle de Russie, de Chine ou de Brésil ; ensuite, un refus viscéral et idéologique de prendre en compte la composante d'exploitation intrinsèque au capitalisme, fût-il "adouci" (et encore...) par la lutte contre le pouvoir des vastes multinationales et d'États qui seraient à leur service quasi-exclusif...
    Au total, y compris lorsqu'on ne partage pas les partis pris idéologiques de l'auteur, sa curiosité, sa verve, sa capacité à mettre en scène des pensées prospectives parfois complexes font de cette lecture une expérience particulièrement stimulante, à recommander sans barguigner.
    "Kettlewell blew out a long breath. 'OK, table it. Table it. Here's what I've been pulling together: we've got a shit-kicking corporate firm that used to handle the Kodacell business that's sending out a partner to go to the Broward County court this morning to get the injuction lifted. They're doing this as a freebie, but I told them that they could handle the business if we put together all the rides into one entity.'
    Now it was Perry's turn to boggle. 'What kind of entity?'
    'We have to incorporate them all, get them all under one umbrella so that we can defend them all in one go. Otherwise there's no way we're going to be able to save them. Without a corporate entity, it's like trying to herd cats. Besides, you need some kind of structure, a formal constitution or something for this thing. You've got a network protocol, and that's it. There's money at stake here - potentially some big money - and you can't run something like that on a handshake. It's too vulnerable. You'll get embezzled or sued into oblivion before you even have a chance to grow. So I've started the paperwork to get everything under one banner.'
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par ledrake, le 13 décembre 2011

    ledrake
    Dans un futur proche, Lester et Perry sont deux ingénieux "geeks" qui récupèrent dans les décharges pour bidouiller des gadgets technologiques prisés des collectionneurs.
    Récupérés par un entrepreneur aux ambitions démesurés, encadrés par un manager aux dents longues et suivis par une bloggeuse économique en quête de nouveaux horizons, ils deviennent très vite, dans une Amérique en quête de renouveau, les gourous d'un nouveau système économique "le New Work", sorte de révolution industrielle où chacun s'empare des moyens de production pour créer son business.
    Rapidement, la bulle éclate et le soufflet médiatique retombe. Les deux amis reviennent alors à leurs inventions, se promettant de ne plus sacrifier leurs valeurs à un corporatisme écrasant et amoral.
    Jusqu'à ce qu'un cadre de DisneyLand, envieux et admiratif, décide de faire de Lester et Perry les concurrents du célèbre parc d'attractions et déclenche la bataille juridique...
    Makers est un roman d'anticipation complexe qui adopte une progression déroutante : la première partie, qui esquisse rapidement l'esprit et l'essor du New Work, sacrifie quelque peu les personnages pour poser les problématiques économiques, techniques et structurelles de l'entreprise du duo. Cette partie assez complexe se clôt de manière abrupte au bout de 150 pages.
    La seconde, qui prend place un nombre indéterminé d'années plus tard, augure enfin un commencement d'intrigue. Les antagonistes entrent alors en jeu, notamment le personnage de Sammy, bien plus savoureux que les protagonistes principaux que sont Lester, Perry ou Suzanne, beaucoup plus lisses dans leur infaillibilité et leurs motivations. Les second couteaux se multiplient, les horizons s'élargissent alors qu'un nouveau mouvement national presque cultuel s'organise autour de ces attractions foraines d'un nouveau genre.
    C'est alors seulement que la machine judiciaire s'emballe, que les grands principes d'auto-entreprise et de propriété libre du duo se corrompent d'eux-mêmes qu'on trouve enfin, au delà du formidable catalogue d'idées que constitue cet ouvrage, l'essence même de ce qu'on est en droit d'attendre d'un roman. Les personnages s'humanisent, se délestent alors de leur unique étiquette de visionnaires infaillibles, se contredisent, manquent de s'auto-détruire souvent.
    La conclusion logique et amère participe même de la tristesse de quitter ces personnages, plus humains que jamais, victimes de leurs ambitions mais forts de leurs valeurs.
    Un bon roman d'anticipation, toujours crédible et presque prophétique dans les bouleversements économiques qu'il suppose...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

> voir toutes (1)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Charybde2, le 12 avril 2013

    Kettlewell blew out a long breath. 'OK, table it. Table it. Here's what I've been pulling together: we've got a shit-kicking corporate firm that used to handle the Kodacell business that's sending out a partner to go to the Broward County court this morning to get the injuction lifted. They're doing this as a freebie, but I told them that they could handle the business if we put together all the rides into one entity.'
    Now it was Perry's turn to boggle. 'What kind of entity?'
    'We have to incorporate them all, get them all under one umbrella so that we can defend them all in one go. Otherwise there's no way we're going to be able to save them. Without a corporate entity, it's like trying to herd cats. Besides, you need some kind of structure, a formal constitution or something for this thing. You've got a network protocol, and that's it. There's money at stake here - potentially some big money - and you can't run something like that on a handshake. It's too vulnerable. You'll get embezzled or sued into oblivion before you even have a chance to grow. So I've started the paperwork to get everything under one banner.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :

19,22 € (occasion)

   

Faire découvrir Makers par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz