Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2266176358
Éditeur : Pocket (2007)


Note moyenne : 3.86/5 (sur 69 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Dans cet ouvrage très original, la célèbre psychanaliste, Françoise Dolto, en dialoguant avec un collègue d'enquête, tente pour la première fois de considérer d'abord le monde du point de vue de l'enfant et dans son seul intérêt.
En dressant un bilan historique e... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (5)

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par brigittelascombe, le 14 août 2011

    brigittelascombe
    Françoise Dolto la célèbre psychanalyste phare du XX° siècle a toujours pris faits et cause pour les enfants.
    Spécialisée dans leurs soins psychiques,elle a transmis son témoignage et son enseignement dans de nombreux livres,grace aux quels il ressort que Tout est langage et que parler vrai aide à la construction ou à la reconstruction de l'enfant.
    Dans cet essai, paru en 1985,elle évoque la sexualité de l'enfant souvent passée sous silence, les contes qui par identification lui permettent de grandir,les difficultés à naitre,à vivre et à renaitre,les erreurs commises par les parents et les enseignants.Elle parle également de La maison verte lieu d'accueil crée pour des tout petits en souffrance afin que se rétablisse la communication perdue.
    A nouveau un témoignage vécu exceptionnel de cette grande dame qu'était Françoise Dolto.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Mammny, le 09 janvier 2013

    Mammny
    Françoise Dolto adulée critiquée mais encore heureux qu'elle a su faire entendre sa voix car elle a permis une évolution de la pédiatrie et de la compréhension des enfants. Elle m'a souvent accompagnée lors de ses émissions sur France Inter . Enfin un autre regard sur l'enfant en tant qu'être pensant et non plus petit animal humain§
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Chantalfortin, le 03 avril 2014

    Chantalfortin
    Coup de coeur

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par fred7469, le 21 septembre 2012

    fred7469
    une grande dame

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par narimma, le 02 mars 2013

    narimma
    bien

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

> voir toutes (17)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Rhia, le 08 septembre 2013

    FAIRE VOTER LES ENFANTS
    Nulle part le fait d'être père ou mère ne donne plus de voix au citoyen qui est responsable de futurs adultes. Il est tout à fait inhumain de penser que ceux qui ont mis au monde n'ont qu'une voix, comme le vieillard, comme le célibataire à vie, alors qu'ils représentent l'humanité montante.
    Je propose entre autres : Dans une famille de quatre enfants (deux garçons et deux filles), le père devrait avoir trois voix, et la mère trois voix, la voix des filles à la mère, la voix des garçons au père, jusqu'à leurs 12 ans.
    Et puis à 12 ans, les enfants voteraient. On les laisserait devenir responsables de leur propre voix. Ce serait consultatif de 12 à 18 ans (puisque la majorité n'est, hélas qu'à 18 ans). Mais au moins, on aurait, en face du vote exécutif des adultes, le vote consultatif des 12 à 18 ans, ce qui donnerait une image du pays en devenir, et surtout donnerait le moyen aux élus, de faire quelque chose pour l'avenir du pays.
    Alors qu'on ne parle jamais que de l'actuel du pays et du passé du pays. On fait des choses pour les vieillards, on fait des choses pour les adultes. Mais pour les enfants, presque rien. Même à l'école, on leur donne ce qu'ils ne demande pas puisque la moitié ne suit pas l'école... ce qui prouve qu'on leur donne quelque chose qui ne leur convient pas et que c'est venu de ce qu'on ne s'est pas occupé de la population montante, dans le scrutin dit universel. Il n'est pas du tout universel puisque les enfants n'ont pas de voix à travers leurs parents, et ensuite à exprimer par eux-mêmes.
    Elle est débile ou perverse cette démocratie qui ne veut pas compter avec les enfants.
    J'ai essayé de dire à un député, familialement proche, que je trouvais qu'on devrait tout faire pour soutenir les jeunes à s'intéresser à leur présent et à leur devenir. Non à la politique politicienne mais oui à la politique de la vie qui monte dans un pays.
    Il m'a répondu : "Mais c'est totalement impensable, ça changerait complètement la carte électorale." - "Tant mieux! Les parents qui ont des enfants qui sont l'avenir du pays auraient autant de voix que d'enfants, au lieu de donner autant de voix à des gens qui ne défendent que leur sécurité existentielle personnelle et non l'avenir."
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 2         Page de la citation

  • Par Rhia, le 06 septembre 2013

    "Tu me demandes un conseil; je te le donne, mais surtout ne le suis que si toi tu le désires, parce que ce conseil n'a de valeur que d'échange parlé; c'est la réaction de quelqu'un d'une autre génération à ce qui te questionne. Tu avais besoin de parler de ton questionnement,et que je te réponde, mais ne prends pas ce que je te dis comme une vérité, c'est seulement une opinion. Puisque les humains ont besoin de communication, je te dis ce que tes questions ont suscité de réflexion en moi, mais surtout, ne suis pas ce conseil; demande à beaucoup d'autres personnes et, grâce à cela, tu élaboreras de toi-même la réponse à ton questionnement."
    L'important est que cela soit dit depuis que l'enfant est tout petit : ne pas imiter et ne jamais se soumettre à l'autre fût-il un adulte, mais trouver sa propre réponse à ce qui le questionne.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

  • Par Rhia, le 03 septembre 2013

    C'est important pour les très jeunes lecteurs. Si le personnage auquel il s'est identifié meurt ou connaît le supplice éternel, l'enfant qui lui doit continuer à vivre, peut être tenté d'abandonner la lutte. Le happy-end est nécessaire pour l'encourager à l'effort, à la combativité.
    Je pense que le happy-end des contes de fées donne à l'enfant l'image d'épreuves qui, évidemment, sont loin de sa réalité, mais qui lui permettent momentanément de s'identifier à des héros qui traversent des passes difficiles et qui arriveront tout de même à triompher des obstacles.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par Rhia, le 08 septembre 2013

    Aucun enfant n'entre en analyse sans payer : il a droit à trois séances pour lui gratuites, c'est-à-dire payées par les parents ou la Sécurité Sociale.
    Je le préviens : "Si le travail t'intéresse, tu verras ça au bout de trois séances; alors , tu paieras un prix symbolique, je ne te verrai pas si tu n'apportes pas quelque chose..."; les petits, un caillou; les plus grands, un timbre; s'ils ont de l'argent de poche, une pièce de dix centimes. L'enfant qui arrive les mains vide à la séance suivante, je le félicite de son refus (ou de son oubli) et lui dis de revenir s'il le désire la fois suivante avec son paiement symbolique et je lui garde son rendez-vous.
    Je rassure les parents : "Non... Vous êtes inquiets pour votre enfant, mais lui (ou elle) ne trouve pas que ça vaut la peine de payer dix centimes : ça casse un carambar, et il a raison : c'est qu'il n'éprouve pas le besoin d'être aidé, ou qu'il n'a pas confiance en moi, vous feriez de même."
    C'est un extraordinaire levier : ça provoque l'enfant à désirer authentiquement s'exprimer. Il expérimente parfois tout nouvellement qu'on ne le prend pas de force; ce n'est pas terrible de préparer un petit timbre chez lui, de ramasser un caillou et de l'apporter... Et ceux qui ne le font pas, c'est vraiment qu'ils n'ont pas besoin du traitement.
    Ce sont les parents qui alors, inquiets de lui (ou elle) viennent pour l'enfant. Je les y invite : "Venez pour parler de la situation avec votre enfant... Nous chercherons ensemble pourquoi votre enfant ne peut pas encore se sentir responsable de lui."
    Très souvent ce sont les parents qui empêchent leur enfant de devenir autonome. Eux, sont angoissés mais leur enfant ne l'est pas encore. Il s'exprime par opposition passive ou active aux désirs d'autrui qui veut s'imposer à lui.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par Rhia, le 06 septembre 2013

    Si le désir est toujours satisfait, c'est la mort du désir.
    Lui dire "Non" offre l'occasion de verbaliser autour de l'objet du refus, à condition de respecter chez l'enfant son droit de faire une scène.
    "Je ne fais pas ce que tu veux, tu as raison... Et moi j'estime que j'ai raison de ne pas le faire."
    Une tension est alors créée, mais de cette tension découle une relation vraie entre cet enfant qui émet un désir et l'adulte qui exprime le sien, étant entendu que rien ne manque à l'enfant, quant à ses besoins vitaux. Deux sujets qui soutiennent chacun leur désir.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

> voir toutes (28)

Video de Françoise Dolto

>Ajouter une vidéo

Agora du 11 novembre 1986
Paul CHAVASSE s'entretient avec la psychanalyste Françoise DOLTO lors de la parution de son album "Enfances", illustré de photos d'enfance et d'enfants. A 2'52 : Françoise DOLTO : elle a toujours eu "les yeux ronds" - titre du texte de son livre, souvenirs flashs de vie - ronds de curiosité, de surprise et de questionnements. Elle continue d'être questionnée partout et en particulier par...











Sur Amazon
à partir de :
7,69 € (neuf)
7,00 € (occasion)

   

Faire découvrir La cause des enfants par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (275)

> voir plus

Quiz