Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Georges Duby (Éditeur scientifique)

ISBN : 2070327744
Éditeur : Gallimard (1993)


Note moyenne : 3.58/5 (sur 26 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
A l'an Mil romantique, antithèse apocalyptique de la Renaissance, l'école historique française oppose un An Mil appelé à devenir classique : tournant majeur où s'opère, dans l'attente de la fin du monde, la passage d'une religion rituelle et liturgique à un christianism... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (1)

> Ajouter une critique

    • Livres 3.00/5
    Par tatooa2001, le 24 février 2015

    tatooa2001
    J'avoue tout : alors que j'avais été séduite par "le meilleur chevalier du monde", là je peine. Catalogue de traductions de textes écrits par des moines, ça n'a strictement rien à voir avec le premier que j'ai lu. Alors bon, oui, c'est intéressant, oui, j'apprends des trucs, mais des trucs qui ne m'intéressent pas forcément, sur la religion, le mysticisme, les croyances de l'époque, c'est pas ma tasse de thé et c'est que ça depuis le début...
    Je mets cette critique alors que je ne l'ai pas fini, donc peut-être qu'à un moment je vais arriver à des choses plus intéressantes. Mais pour l'instant, c'est carrément barbant. A la page 96 j'en suis à "le visible et l'invisible : présence des défunts", et je n'arrive plus à avancer. J'éditerai cet avis si un jour je le finis, mais pour l'instant, c'est très mal barré...
    Edit : ayant du avancer un peu pour trouver une citation, le titre du chapitre suivant "Rois thaumaturges", m'intrigue, ce qui fait que je ne vais pas le lâcher pour l'instant, contrairement à ce que je croyais... :p
    Edit 2 : Il parait que "la bataille de Bouvines" est beaucoup mieux, de lui... Je vais donc me pencher sur la question !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la critique

> voir toutes (10)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par tatooa2001, le 24 février 2015

    Les plus savants des ecclésiastiques prêtent attention aux charmes, aux sortilèges, aux ambiguïtés familières à la pensée sauvage, et à toutes les médiations magiques. Pour eux point de doute : des influx étranges, émanant de l'autre monde troublent, de temps à autre, les rythmes réguliers de la nature. Le mystère se trouve présent en permanence, visible, tangible.

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

  • Par tatooa2001, le 19 février 2015

    C'est précisément en l'An Mil que l'Eglise d'Occident accueille enfin les très vieilles croyances dans la présence des trépassés, dans leur survie, invisible, mais cependant peu différente de l'existence charnelle. Ils hantent un espace incertain entre la terre et la cité divine. Ils attendent là, de leurs amis et de leur parenté, des secours, un service, des prières, des gestes liturgiques capables de soulager leurs peines.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par tatooa2001, le 18 février 2015

    Distinguant entre ses créatures par la multiplicité des figures et des formes, Dieu, créateur de tout, a voulu aider, au moyen de ce que les yeux voient ou de ce que saisit l'esprit, l'âme de l'homme savant à s'élever à une intuition simple de la divinité (Extrait d'un écrit (Histoires) d'un prêtre de l'An Mil, Raoul Glaber)

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par tatooa2001, le 17 février 2015

    Dans les écoles épiscopales, l'étude de la langue latine et de ses tournures, appuyée sur des exemples classiques, et l'étude du raisonnement démonstratif, d'après les minces traités de logique où Boèce, au seuil des temps médiévaux, avait en latin brièvement résumé la dialectique grecque, formaient le premier cycle de l'enseignement. Apprentissage des moyens d'expression et de persuasion, il visait, comme le système scolaire dont il était issu, à former des orateurs. (ndr : à l'inverse des écoles monastiques)
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par tatooa2001, le 14 février 2015

    L'an Mil est bien, de nouveau, le temps des moines. Tous les historiens que j'ai cités furent éduqués dans des monastères, la plupart n'en sont point sortis. Mieux adaptées aux cadres tout ruraux de la vie matérielle, mieux disposées à répondre aux exigences de la piété laïque, parce qu'elles abritaient des reliques, parce que des nécropoles les entouraient, parce que l'on y priait tout au long du jour pour les vivants et pour les morts, parce qu'elles accueillaient les enfants nobles et parce que les vieux seigneurs venaient s'y retirer pour mourir, les abbayes d'Occident ont été saisies plus tôt que les clergés cathédraux par l'esprit de réforme qui releva leurs ruines, restaura la régularité, renforça leur action salvatrice et fit affluer vers elles les aumônes.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 5         Page de la citation

> voir toutes (29)

Videos de Georges Duby

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Georges Duby

01 Le Temps des Cathédrales - L'Europe de l'an Mil - (G Duby) 1978











Sur Amazon
à partir de :
8,80 € (neuf)
2,24 € (occasion)

   

Faire découvrir L'an mil par :

  • Mail
  • Blog

Découvrez la collection Folio

Listes avec ce livre (2) > voir plus

> voir plus

Quiz