Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Claude Schopp (Éditeur scientifique)

ISBN : 2070751910
Éditeur : Gallimard (1998)


Note moyenne : 4.25/5 (sur 16 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Avec Les Mohicans de Paris, Dumas écrit, de 1854 à 1859, dans Les trois Mousquetaires puis dans Le comte de Monte-Cristo, son plus long feuilleton.
Il y met en scène sa comédie humaine, dans le Paris de ses vingt ans, celui de la génération romantique et de la Re... > Voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (8)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Arakasi, le 08 août 2015

    Je m'ennuyais au bagne... Que voulez-vous ! je n'aime pas le bagne; je ne puis pas m'y faire, soit que la société qu'on y rencontre ne me convienne en aucune façon, soit que la vue de mes frères souffrants me remplisse de tristesse et de commisération; enfin, tant il y a que le séjour du bagne ne me sourit point. Je ne suis plus de la première jeunesse et les illusions, dont je me berçais naguère en songeant que j'habiterais Toulon, ce Chanaan des forçats, ces illusions se sont envolées. Je n'entre plus au bagne qu'avec fatigue, avec ennui, avec dégoût, comme un homme blasé; le bagne n'a plus rien de séduisant pour mon imagination. La première fois qu'on y va, c'est une maîtresse inconnue; la seconde fois, c'est votre légitime, c'est-à-dire une femme dont les charmes n'ont plus aucun secret pour vous, et que la satiété est tout près de vous faire prendre en exécration...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la citation

  • Par Arakasi, le 18 juin 2015

    M. Jackal connaissait tous les voleurs, tous les filous, tous les bohémiens de Paris ; forçats libérés, forçats en rupture de ban, voleurs exercés, voleurs apprentis, voleurs émérites, voleurs retirés, tout cela grouillait sous son vaste regard, dans le Pandémonium boueux de la vieille Lutèce, sans pouvoir, quelle que fût l'obscurité de la nuit, la profondeur des carrières, la multiplicité des tapis-francs, se dérober à sa vue ; il était ferré sur ses garnis, ses tripots, ses lupanars, ses souricières, comme Philidor sur les cases de son échiquier ; à la seule vue d'un contrevent éventré, d'un carreau cassé, d'un coup de couteau donné, il disait : « Oh ! oh ! je connais cela ! c'est la manière de travailler d'Untel. » Et rarement il se trompait.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la citation

  • Par Arakasi, le 24 juin 2015

    Le voisin est sans pitié, sans coeur, sans entrailles ; il entre chez vous par la porte, si vous laissez la porte ouverte ; par la fenêtre, si vous laissez la fenêtre ouverte ; par le trou de la serrure, si vous fermez la fenêtre. Il vous dérobe vos secrets avec la même effronterie que le plus fieffé voleur de nuit vous dérobe votre argent ; il y a, toutefois, entre les voisins et les voleurs, une différence toute à l'avantage du voleur : c'est que le voleur risque sa vie au moins, tandis que le voisin risque la vie des autres.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la citation

  • Par Arakasi, le 17 juin 2015

    Les romans, poète, c’est la société qui les fait ; cherchez dans votre tête, fouillez dans votre imagination, creusez votre cerveau, vous n’y trouverez, en trois mois, en six mois, en un an, rien de pareil à ce que le hasard, la fatalité, la Providence, selon le nom dont vous voudrez nommer le mot que je cherche, vous n’y trouverez, dis-je, rien de pareil à ce que le hasard, la fatalité ou la Providence noue et dénoue en une nuit, dans une ville comme Paris.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la citation

  • Par Arakasi, le 09 août 2015

    […] le Parisien ressemble aux hommes mariés qui ne visitent que la femme des autres. Parlez de tous les pays à un Parisien : de l'Italie, de la Suisse, de l'Allemagne, de l'Europe entière ; mais ne lui parlez pas de Paris ; sur sa ville nature, il est d'une ignorance crasse. - Je puis le dire, je suis de Paris. - Il ne connaît dans sa ville que son quartier ; dans son quartier, que sa rue ; dans sa rue, que sa maison ; et dans sa maison, que son étage. Sortez-le de là, rien !… J'ai demeuré rue Saint-Jacques pendant sept ans, sur le même palier qu'un individu dont je n'ai su le nom qu'en lisant le Siècle, à l'article des décès.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

> voir toutes (32)

Videos de Alexandre Dumas

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Alexandre Dumas

"Le comte de Monte Cristo" d'Alexandre Dumas lu par Guillaume Gallienne








Sur Amazon
à partir de :
80,27 € (neuf)
63,97 € (occasion)

   

Faire découvrir Les Mohicans de Paris, tome 1 par :

  • Mail
  • Blog

Découvrez la collection Folio

> voir plus

Quiz