AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2258069939
Éditeur : Les Presses De La Cite (2006)

Note moyenne : 4.38/5 (sur 34 notes)
Résumé :


Épouse comblée, mère de quatre enfants aimants, institutrice consciencieuse, Marie s'épanouit dans sa vie à Aubazine, le village où elle a grandi. Sa réussite tant privée que professionnelle est incontestable.

Pourtant elle n'a pas oublié son enfance difficile, ses jeunes années à l'orphelinat et tous ceux qui lui ont fait du mal. Deux événements vont bouleverser sa tranquillité : la diffusion de lettres diffamantes à l'encontre de so... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (3) Ajouter une critique
Deanerys
Deanerys13 juillet 2015
  • Livres 5.00/5
Après la guerre, Marie et sa famille retrouvent enfin la paix et le bonheur d'être ensemble. La mère de famille s'épanouit alors dans son métier d'institutrice dans ce village qu'elle aime tant, entourée de ses quatre enfants et d'un mari attentionné. Toutefois, certains évènements vont venir perturber cet équilibre : une jeune orpheline du nom de Mélina qui ne va pas laisser Marie indifférente, ou encore une série de lettre diffamatoire à l'encontre de Marie et d'Adrien.
C'est avec un grand plaisir que j'ai retrouvé Marie et sa famille dans la suite de leurs aventures. J'avais déjà adoré le premier tome et j'avais hâte de continuer à suivre le fil de leur vie. Évidemment, je n'ai pas été déçue !
Nous retrouvons donc Marie, son mari Adrien et leurs enfants à Aubazine. Comme dans le tome précédent, l'auteure arrive à merveille à nous transmettre les différentes émotions, à nous faire passer du rire aux larmes en toute en simplicité. Alors il est vrai, la famille Mesnier est décrite comme la famille idéale avec des parents dévoués (autant pour leur entourage que pour les autres) et aimants à qui tout réussis ; et des enfants qui suivent leur route dans la même direction. Chacun s'aime et s'entre aide, bref cette famille m'a un peu fait penser à celle de « la petite maison dans la prairie ». Mais après tout, un surplus d'amour n'a jamais fait de mal à personne et personnellement, j'y ai cru !
Toutefois, tout n'est pas tout rose. En effet, la vie est semée d'embuches pour tout le monde et Marie n'est pas épargnée. Ainsi, j'ai aimé la suivre dans ses épreuves avec les fameuses lettres (même si j'ai trouvé que tout se réglait un peu rapidement …), Mélina, son passé qui ressurgit, …
De plus, dans ce tome, les enfants grandissent et l'on suit également leur vie, le passage à l'âge adulte et tout ce que cela entraine (famille, enfant, conjoint, maison, …). J'ai aimé suivre les histoires d'amour un peu compliqués de Camille et Mathilde ou encore l'intégration de Mélina dans la famille.
Nous retrouvons également toutes ces petites choses qui nous rappellent « l'Orpheline du Bois des loups » avec les retrouvailles aux Bories (lieux emplis de souvenirs) ou l'attachante Nane et son fameux patois.
Enfin l'histoire se passe sur fond de l'actualité de l'époque (de 1946 à 1970). On retrouve ainsi l'ambiance des Trente Glorieuse, la présidence de de Gaulle, les premiers pas du la lune, etc. Une façon de nous replonger dans l'Histoire !
C'est donc une très belle saga que je termine avec nostalgie, triste de ne plus retrouver ces personnages auxquels je m'étais attachée. L'auteure a ainsi réussi à nous peindre la vie d'une femme dévouée et courageuse dont la famille va être touché par différents malheurs mais aussi beaucoup d'amour, d'émotions et de bonheurs. Une histoire à la fois belle, bouleversante et pleine d'espoir.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          20
Cassis1
Cassis113 juillet 2013
Epouse comblée, mère de quatre enfants aimants, institutrice consciencieuse, Marie s'épanouit dans sa vie à Aubazine, le village où elle a grandi. Sa réussite tant privée que professionnelle est incontestable. Pourtant elle n'a pas oublié son enfance difficile, ses jeunes années à l'orphelinat et tous ceux qui lui ont fait du mal.
Commenter    J’apprécie          10
deuxo94
deuxo9424 mars 2016
  • Livres 5.00/5
JE l'AI ADORE COMME JE VOUS l'AI DIIIIIT
Commenter    J’apprécie          00
Citations & extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui05 mars 2014
Alors que le monde se relevait lentement de cet abominable conflit, des personnes « bien intentionnées » se livraient à de tels agissements, dénonçant voisins, amis, collègues… sur des présomptions ou simplement par jalousie. L’occasion était trop belle pour ne pas la saisir et se débarrasser ainsi des gêneurs. L’accusation était toujours la même : avoir collaboré avec l’ennemi. Alors que la France recouvrait à peine la liberté, des hommes avaient été emprisonnés ou fusillés sans preuve tangible de leurs fautes, des femmes tondues et conspuées sur la place publique, traînées dans les rues avec une pancarte au cou afin que chacun les humilie un peu plus par des injures, des crachats au visage, des coups, en leur lançant des pierres… Tant de malveillance, de haine déchaînée…
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui05 mars 2014
Aborder ce sujet avec Nanette était inutile. Cette dernière était d’une autre génération, où les femmes assumaient tous les torts et se rangeaient en deux catégories : les femmes sérieuses, travailleuses et soumises à leur époux, bien sûr; les autres, méprisables, qui refusaient le mariage et avaient des liaisons
Commenter    J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui05 mars 2014
Seuls les orphelins connaissent le gouffre sans fond d’une vie privée de la protection et de la tendresse des parents. Le pire, pour la plupart d’entre eux, c’est de ne les avoir jamais connus, d’ignorer tout de leurs racines, de leur histoire familiale, de ne jamais connaître les raisons de leur abandon.
Commenter    J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui05 mars 2014
Tu ignores combien c’est douloureux de grandir sans famille… Ce manque peut engendrer des comportements parfois surprenants. En adoptant Mélina, je savais qu’il me faudrait lui apprendre la patience, la gentillesse… Seul le temps peut effacer ses blessures secrètes!
Commenter    J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui05 mars 2014
La guerre est finie, alors oublions le passé! Qui plus est, nous ne saurons jamais la part de vérité sur tout ceci. Il ne faut pas écouter les ragots, car ici – je le sais d’expérience –, les langues vont bon train!
Commenter    J’apprécie          00
Videos de Marie-Bernadette Dupuy (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marie-Bernadette Dupuy
Angélina, les mains de la vie de Marie-Bernadette Dupuy aux éditions le Livre de Poche
Pyrénées, 1878. Angélina n'a qu'une ambition depuis qu'elle est petite : devenir sage-femme, comme l?était sa mère, morte tragiquement. Abandonnée par l?homme qu?elle aimait alors qu?elle était enceinte, la jeune fille se résigne à confier son enfant à une nourrice afin de pouvoir devenir élève sage-femme à l'hôtel-Dieu Saint-Jacques de Toulouse et obtenir son diplôme. Dans cet établissement réputé, elle rencontre un médecin dont elle devient la femme. Mais sa belle-famille la regarde de haut, et Angélina, malgré l'aisance matérielle dont elle jouit, comprend qu'elle n'est pas faite pour la vie mondaine. Elle décide de retourner dans sa région natale pour y exercer son métier. Avec ce sens du suspense et de l?émotion qui font de ses romans des moments inoubliables, Marie-Bernadette Dupuy nous entraîne sur le chemin semé d?épreuves, de joies, de sacrifices, d?une femme généreuse prête à tous les combats pour que s?accomplisse son rêve.
http://www.lagriffenoire.com/angelina-les-mains-de-la-vie-vol-1-231311.html
Le temps des délivrances de Marie-Bernadette Dupuy aux éditions le Livre de Poche
Après des études à Toulouse, Angélina, fille de cordonnier, s'est installée en tant que sage-femme dans la maison familiale au c?ur de l?Ariège. La vie est rude dans les campagnes en cette fin de xixe siècle. Accaparée par son travail, elle peut compter sur sa protectrice, Gersande de Besnac, pour s'occuper de son fils Henri, qu'elle élève seule. Grâce à ses compétences et à sa disponibilité, sa réputation ne cesse de grandir. Son bonheur serait complet si elle ne désespérait de revoir un jour Luigi, un Gitan dont elle s'est éprise et qui s'est réfugié en Espagne pour fuir de fausses accusations de meurtre. Mais c'est Guilhem, le premier amour d'Angélina et le père d'Henri, qui revient au pays. Accompagné de son épouse légitime, il semble pourtant n'avoir rien oublié de ses sentiments pour la jeune femme... Un vrai régal de lecture pour ceux qui apprécient les grandes sagas romantiques et bien rythmées. le Dauphiné libéré.
http://www.lagriffenoire.com/le-temps-des-delivrances-angelina.html
Vous pouvez commander Angélina les mains de la vie et le temps des délivrances de Marie-Bernadette Dupuy sur le site de la librairie en ligne www.lagriffenoire.com
+ Lire la suite
autres livres classés : roman régionalVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Angélina (saga du terroir)

Angélina présente des points communs avec d'autres héroïnes de roman. Quel point commun ne partage-t-elle pas avec Sœur Fidelma ?

De beaux cheveux roux
La couleur de ses yeux
Le sens de la justice
L'indépendance et elle ne craint pas de se déplacer à cheval

15 questions
6 lecteurs ont répondu
Thème : Marie-Bernadette DupuyCréer un quiz sur ce livre