Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 9782259213011
Éditeur : Plon (2011)


Note moyenne : 4.33/5 (sur 9 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Antonin, parisien de 19 ans, arrive à L., le village où vécut sa grand-mère, sans savoir réellement ce qu’il est venu y chercher. S’ensuit un jeu de provocations avec les villageois, qui se transforme peu à peu en une épreuve pour sa propre survie.
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (10)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 3.00/5
    Par Stellabloggeuse, le 18 octobre 2014

    Stellabloggeuse
    Me voilà aujourd'hui avec un livre à l'atmosphère particulière, qui se dégage nettement de ce que j'ai pu lire récemment. Un livre qui reste en tête. Dans « Les pensées sauvages », Marc Durin-Valois met en scène Antonin, un jeune homme de 19 ans. Après trois années d'études en classe préparatoire, il a échoué au concours de l'Ecole Nationale Supérieure pour n'avoir pas su répondre, dans sa dissertation de philosophie, à cette épineuse question : « A quoi sert une vie ? »
    Alors, il plaque tout : il vend l'appartement que lui ont acheté ses parents, dilapide son argent en drogues diverses, et part se réfugier dans la maison où vivait auparavant sa grand-mère, dans un petit village d'Ariège. Il fuit une vie qui semblait toute tracée.
    Il fait là-bas un certain nombre de rencontres : la jeune Bernadette, d'une laideur repoussante, qui le suit comme son ombre tout en se demandant ce qu'est vraiment l'amour ; Lise, une femme, entrée dans la cinquantaine mais qui le refuse, cherchant à se sentir vivante dans la passion ; Hugo, le patriarche du village dont l'attitude oscille entre intimidation et compréhension amicale.
    Dans ce petit village, il noue des relations troubles avec les gens, il les defie. Il cherche les limites. En effet, Antonin veut exister dans le regard des gens, retrouver une identité, un contour. Mais il ne se reconnaît pas, se sent étranger à lui-même, extérieur à tout. Alors, il multiplie les provocations, cherche à faire du mal aux autres et à lui-même, et le roman prend des allures de voyage initiatique vers l'âge adulte. S'adapter ou mourir, tel est le choix qu'Antonin doit faire.
    Comme évoqué au début de ce billet, c'est un livre qui a une vraie atmosphère, sombre, un peu pesante. le lecteur y est plongé jusqu'au cou, comme s'il était lui-même un habitant du village, observant les faits et gestes d'Antonin. Marc Durin-Valois nous fait ressentir le mal-être de son personnage, ses peurs, ses hésitations. de belles phrases, bien balancées, nous font progresser dans le livre sans obstacle.
    Voilà pourquoi c'est une expérience de lecture que je vous conseille…

    Lien : http://romans-entre-deux-mondes.blogspot.fr/2011/07/les-pensees-sauv..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par PatryckFroissart, le 16 février 2012

    PatryckFroissart
    Ce roman est celui d'un dérangé.
    Ce roman est dérangeant.
    Ce roman est l'histoire d'un dérangé qui dérange tout autant le lecteur que les habitants d'un village de la France profonde où il débarque à l'âge de dix-neuf ans et huit mois.
    Antonin se considère comme un raté, à partir du jour où il échoue à ses examens. N'envisageant plus d'avenir, il se débarrasse, sans en avertir ses parents, de l'appartement que ces derniers ont mis à sa disposition pour la poursuite de ses études, et part, muni d'une grosse somme d'argent liquide, habiter la maison en ruines où a vécu sa grand-mère.
    Antonin le détaché, qui a quelque chose de l'Etranger de Camus, dépense alors sans compter, tente sans grand effort de se faire adopter, suscite à la fois la jalousie, la convoitise et l'hostilité des villageois et des villageoises, qui lui en veulent de pouvoir jeter l'argent par liasses et de se jouer des contraintes morales, sociales et économiques du lieu.
    Car Antonin roule en voiture de sport, joue, oisif, toutes fenêtres ouvertes, sur son piano neuf, attire les femmes «à cause du parfum de sexe et de mort qui se dégage de sa peau», se laisse séduire par celles qui se disputent la jeunesse de son corps et en nourrissent leurs propres envies d'amour ou de dépravation, entretient plusieurs liaisons, dont une, équivoque, avec une fillette disgracieuse et délurée qui ne le quitte plus depuis qu'il l'a rencontrée le jour de son arrivée au village.
    Car Antonin boit, se drogue, et, au fil d'une démarche provocatrice et auto-destructrice, invite dans la vieille maison du bourg borné un ami homosexuel avec qui il repousse au plus loin les limites de la débauche et de l'excès.
    Au terme de cette dérive volontaire, au cours de laquelle, tel L'homme à la cervelle d'or, il se dévore lui-même jour après jour, Antonin, ruiné, est capturé et condamné à mort par son rival Hugo. Il réussit in extremis à s'extirper du tombeau où ce dernier l'a enterré vivant.
    Il quitte alors discrètement le village de ses ancêtres, et retourne «de l'autre côté».
    Ce départ, qui clôt le roman, s'annonce comme une seconde naissance, celle d'un Antonin peut-être définitivement dépouillé, comme le Vieil Homme de la tradition, de ses «Pensées sauvages».
    Toute l'histoire étant racontée du point de vue du personnage, le lecteur vit de bout en bout l'étrangeté d'Antonin, partage intimement sa crise existentielle, ressent sa chute, éprouve son mal-être et vit son malaise.
    Voilà un roman fort, d'où le lecteur sort en remerciant Marc Durin-Valois de l'avoir à ce point dérangé!
    Patryck Froissart
    St Paul, le 11 mai 2011


    Lien : http://proesie.kazeo.com/
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Bonneau, le 17 mai 2011

    Bonneau
    Je viens de lire le dernier roman de Marc-Durin Valois, Les pensées sauvages, et j'ai été sensible au récit intérieur du jeune Antonin, qui cherche à fuir l'inanité de son existence de lycéen en prépa parisienne dans cette vieille maison ariégeoise, au cœur de l'été brûlant, tout comme Rimbaud est venu hurler son mal de vivre dans la maison de Roche, quand il écrit Une saison en enfer, en 1871. Trop brillant, trop lucide, trop jeune, la question du sens de sa vie hante Antonin, son rapport avec les autres est biaisé par sa difficulté à vivre. Seul, incroyablement seul, le microcosme rural dans lequel il se retrouve est menaçant, inquiétant, les femmes ne sont là que pour lui donner l'illusion, sans cesse déçue, d'une communion possible des âmes et des corps, l'amitié envisagée est piégée par des discours où la passion domine et fausse la communication. Toute sensation physique est extrême, exacerbée et pervertie par son mal-être Mais il fait son chemin, Antonin, il vit à fond son odyssée intérieure, va jusqu'au bout de son malaise, comme il va jusqu'au bout de la sonate de Litz qu'il joue sur le vieux piano de la maison, et finit, comme Rimbaud, par être « rendu au sol » et revenir au monde réel, différent, définitivement. Une expérience narcissique obligatoire pour renaître à la vie, laisser Les pensées sauvages s'exprimer pour grandir et mûrir, la crise exacerbée de l'éternel adolescent qui revient aux sources pour y découvrir une vérité, voyage auquel chacun de nous aspire à un moment de sa vie, voilà ce que ce roman raconte, dans un style à la fois naturel et patient, qui rend compte avec justesse des replis internes de la pensée … sauvage, d'un être dans la tourmente.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Chouchane, le 01 avril 2011

    Chouchane
    Dès les premières pages l'écriture nous happe et cela jusqu'à la fin. Pour autant, au fil des pages surgit un malaise qui ne s'estompe pas refermant le livre. Un adolescent de 19 ans désœuvré rate pour la deuxième fois son entrée à Normale en calant devant la question "A quoi sert une vie ?". le ton est donné et ainsi débute une errance faite de drogues, de sexe et de doutes dont le terme serait : se dissoudre en devenant adulte ou mourir. L'auteur dissèque un groupe humain, met les chairs à vif et nous laisse contempler. Il scrute cette génération terrorisée qui s'éternise dans un état transitoire. Une sorte de purgatoire d'où jaillit le doute et l'angoisse. Ce chemin chaotique et violent l'est d'autant plus que comme dans les films de Pasolini, Antonin, le personnage principal, va croiser une famille et nouer avec chacun des membres une relation passionnelle. Quelques invraisemblances dans l'histoire amoindrissent son impact comme le fait qu'Antonin, le personnage principal, vende l'appartement parisien de ses parents en quelques jours, perçoive l'intégralité de la somme en liquide et que son absence de 5 mois n'inquiète en rien ses parents. Un livre à lire en écoutant la Sonate en Si de Listz qui en accompagne chaque page.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par emmadovsky, le 06 avril 2011

    emmadovsky
    L'auteur a reconté sur France Info que pratiquement tous les protagonistes du livre sont réels. L'histoire serait très proche de la réalité. Un film serait en préparation.
    Les remarques de Choucane sont dans ce contexte complètement étranges. C'est à se demander si on a lu le même livre. Antonin, ne vend pas son studio en "quelques jours" (!) comme elle a crû comprendre, mais bien en deux mois entre le 24 avril (p 31) et moment où il réalise l'opération, le 31 juin (p17). Durin-Valois raconte d'ailleurs sur Myboox comment il a travaillé avec un notaire pour vérifier les délais de la vente et le paiement en liquide. Même erreur de Choucane concernant le temps que le héros de 19 ans, passe sans donner signe de vie à ses parents. Ce n'est pas "5 mois" mais à peine 3 mois 1/2, soit entre la mi-juin (page 34) et le tout début octobre (p179). Ce silence d'un enfant majeur, qui atteint 20 ans, n'a rien de particulièrement impressionnant....
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

> voir toutes (4)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par emmadovsky, le 06 avril 2011

    L'auteur a reconté sur France Info que pratiquement tous les protagonistes du livre seraient réels. L'histoire serait donc très proche de la réalité. Un film serait en préparation.
    Les remarques de Chouchane sont dans ce contexte complètement étranges. C'est à se demander si on a lu le même livre. Antonin, ne vend pas son studio en "quelques jours" (!) comme elle a crû comprendre, mais bien en deux mois entre le 24 avril (p 31) et moment où il réalise l'opération, le 31 juin (p17). Durin-Valois raconte d'ailleurs sur Myboox comment il a travaillé avec un notaire pour vérifier les délais de la vente et le paiement en liquide.
    Même erreur de Choucane concernant le temps que le héros de 19 ans, passe sans donner signe de vie à ses parents. Ce n'est pas "5 mois" mais à peine 3 mois 1/2, soit entre la mi-juin (page 34) et le tout début octobre (p179). Ce silence d'un enfant majeur, qui atteint 20 ans, n'a rien de particulièrement impressionnant...ou irréaliste.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par Chouchane, le 01 avril 2011

    Je voulais constater par moi-même qu'au terme d'un travail acharné de trois ans, je n'avais réussi à accoucher que d'un vide. J'ai cherché mon nom sur le panneau. Je ne l'ai pas trouvé. Quoique prévenu, je me suis cogné le front à cette absence. Je sais désormais que rien ne détruit un être avec plus de lumineuse simplicité que lorsque son nom manque sur une liste.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par claracambry, le 03 février 2011

    Elle vouait à cette famille l'aversion que l'on porte à ceux auxquels la chance paraît toujours sourire quand la poisse vous étouffe. On abomine ses bienfaiteurs, c'est bien humain.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par Chouchane, le 01 avril 2011

    Personne ne la maltraitait mais on lui témoignait une indifférence si implacable qu'elle se sentait parfois emplie de creux et d'air.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

> voir toutes (3)

Videos de Marc Durin-Valois

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Marc Durin-Valois

La dernière nuit de Claude Eatherly de Marc Durin-Valois .
Voir l'émission : http://www.web-tv-culture.com/la-derniere-nuit-de-claude-eatherly-de-marc-durin-valois-408.htmlLe 6 août 1945, Claude Eatherley survole Hiroshima pour ouvrir la voie au bombardier atomique Enola Gay. 5 ans plus tard, le pilote n'est plus que l'ombre de lui-même entre soif de notoriété et culpabilité.« La dernière nuit de Claude Eatherley », le nouveau roman de Marc Durin Valois.Après « L'Empire des solitudes », « Chamelle » et « Les pensées sauvages », le nouveau roman de Marc Durin Valois, « La dernière nuit de Claude Eatherley » aux éditions Plon.Marc Durin Valois est sur WTC.








Acheter sur Amazon
   

Faire découvrir Les pensées sauvages par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz