Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2350871622
Éditeur : Editions Héloïse d'Ormesson (2011)


Note moyenne : 3.42/5 (sur 57 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :

Tout semble réussir à cette famille BCBG de Bois-Joli, petite ville des Yvelines. Nathalie et Patrice Royer affichent sérénité et prospérité : deux enfants, une jolie maison, de belles situations.

Cependant, des non-dits couvent sous le verni... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (22)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

  • Par Aela, le 29 juillet 2013

    Aela
    J'ai dévoré ce livre court mais dense le temps d'un retour Lorient-Paris et pour faire la lecture à haute voix au conducteur, c'est l'idéal! Pas de risque d'endormissement au volant tant l'intrigue est rondement menée, le dénouement inattendu et étonnant...et les personnages caricaturaux certes mais attachants dans leurs manies et leurs réactions souvent à l'emporte-pièce!
    Nous sommes à Bois-Joli, belle commune proche de Saint-Germain-en-Laye.
    Tout n'y est qu'ordre, calme et volupté, belles maisons, carrières brillantes, enfants bien éduqués se retrouvant au prestigieux Lycée International..
    Oui mais..
    Voici une famille qui va connaître une histoire peu ordinaire, une histoire qui aurait pu arriver à n'importe qui..
    Nathalie est agent immobilier, chargée de trouver des logements aux belles prestations pour des cadres dirigeants et représentants des professions libérales. Elle a atteint la cinquantaine et sent ses capacités de séduction décroître, inversement proportionnellement à la montée de ses frustrations: son mari est indifférent, entretient une liaison avec une dame du coin; ses enfants sont soit éloignés géographiquement ou "psychologiquement" comme son fils qui fait carrière dans la finance à New-York et sa fille qui est en pleine crise d'adolescence.
    Un événement pourtant a priori banal, l'annonce par SMS du mariage prochain du fils, va basculer tout ce petit monde dans l'angoisse.
    Je n'en dis pas plus: ce serait trop dommage de ne pas le découvrir par vous-même!
    On ne lâche pas ce livre avant d'avoir découvert la fin!
    Beaucoup d'humour pour égayer la lecture.
    La description de la moyenne bourgeoisie catholique de Bois-Joli vaut vraiment le détour; elle a valeur d'étude sociologique tant nous découvrons (ou reconnaissons!) les codes vestimentaires, les tics de langage, les idées parfois toutes faites, les rituels, l'art de garder bonne conscience en toutes circonstances.
    Un grand talent pour Dominique Dyens dont je vais lire prochainement les autres livres...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 27         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par canel, le 16 avril 2012

    canel
    Madame rêêêve... de tendresse, d'un amant, mais n'ose mettre son mariage en péril. Monsieur ne la touche plus, est plutôt désagréable avec elle... Un couple de bourgeois huppés en désamour, donc, et leur fille de 16 ans en crise d'adolescence.
    Que s'est-il passé dix-neuf années plus tôt, et quid de la chambre bleue interdite ? Les visites en catimini de la mère dans cette pièce rendent le père furieux - pourquoi ?
    Un roman qui ferre immédiatement son lecteur. le style fluide est très agréable, et on perçoit rapidement un mystère, ce qui rend la lecture absolument captivante, surtout lorsque l'affaire se complique - les destins des uns et des autres se croisant, les énigmes se multipliant.
    Outre l'intrigue passionnante, la description d'une certaine bourgeoisie catholique m'a bien plu : mesquineries, jalousies au sein de cette 'communauté', avarice (à l'égard des employés de maison, par exemple)... mais église tous les dimanches et oeuvres de bienfaisance pour rester en paix avec sa conscience.
    Un très bon moment de lecture - tout comme avec 'Par coeurs' de cette auteur, dans un registre complètement différent (recueil de nouvelles pour adolescents).
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par LunaZione, le 10 mai 2013

    LunaZione
    Je ne savais pas vraiment à quoi m'attendre, n'ayant pas pris la peine de lire son résumé, mais au final c'est plutôt une bonne découverte riche en rebondissement.

    J'ai trouvé l'histoire d'Intuitions très ironique en soit : les Royer sont une famille assez étriquée et dans le paraître ou chaque chose est à sa place et ou chacun dit exactement ce qu'il doit dire. Il n'y a pas vraiment de place pour la fantaisie dans cette famille et du coup, quand tout vole en éclat, tout change du jour au lendemain.
    L'histoire est également très ironique par les liens que l'on découvre entre les différents personnages au fil de l'histoire : je ne peux pas donner d'exemple précis sans spolier l'histoire, mais il est clair que le destin s'acharne vraiment sur les Royer. Et que l'humour du destin n'est pas toujours du meilleur goût (même si personnellement, je dois dire que ça m'a beaucoup plu !).
    L'intrigue est vraiment très bien menée et très riche en rebondissement : personnellement, je n'ai pas vu venir grand chose. Dès que l'on pense que l'on a enfin compris l'histoire, la page suivante nous démontre le contraire. En soit c'est assez essoufflant, mais vu que le roman fait à peine 200 pages, c'est agréable.

    Les personnages ne m'ont pas été particulièrement sympathiques. D'un autre côté, il faut dire aussi qu'ils sont difficiles à cerner, notamment à cause de leur passé trouble que l'on découvre au fur et à mesure. Et puis, je dois dire personnellement aussi, que les gens qui s'évertuent à montrer à tout le monde une image qu'ils veulent parfaite d'eux même, alors que leur vraie personnalité est a des années lumières, n'attirent pas vraiment ma sympathie...

    L'écriture de Dominique Dyens m'a bien plu : j'ai beaucoup aimé son dynamisme qui fait qu'on l'on n'a pas le temps de s'ennuyer et sa clarté et sa simplicité qui fait que, malgré la multitude des informations, l'on est jamais perdu...
    Intuitions est un roman court des plus sympathiques !

    Lien : http://lunazione.over-blog.com/article-intuitions-dominique-dyens-11..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par brigittelascombe, le 20 mai 2011

    brigittelascombe
    Après avoir eu un peu de mal je l'avoue à émerger du flot de marques(Chanel,Ralph Laurens,Roche Bobois,Guerlain et j'en passe) balancé en début de livre et de l'étiquetage intempestif des bobos des Yvelines chez lesquels Dominique Dyens plante son décor chicos, après en avoir décousu avec ce jeu des deux familles où je demande le père et tombe sur un avocat 'et vas y que je m'envoie en l'air', puis je pioche le mère dépressive +++ qui ne rêve elle que de s'envoyer en l'air, j'ai surmonté l'ironie contaminante pour me laisser happer par le côté délirant et sympathique du récit telle une véritable enquêtrice lancée sur un jeu de piste. Que cache la chambre fermée à double tour?Pourquoi tant de non dits? Pourquoi les rapports mère-fille sont ils mauvais? le fils est il clean de clean? La future belle fille est elle une vierge déchue envoyée dans l'arène? Face book et le virtuel facilement infiltrables sont ils réellement dangereux?Les couples se nourrissent ils toujours d'illusions? Qui sont les vrais fous dans cette histoire de folie?Bref, un livre sympa et vite lu qui tient en haleine, rebondit à la fin avec brio, un livre pour parisiens ou non parisiens en goguette que je recommande de prendre dans sa valise à côté de sa serviette de bains pour se prélasser sur une plage du bout du monde et s'y croire sur cette dite plage car la fin empreinte de rêve et de sérénité nous envoie tout droit à la case vacances.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par VanilleLN, le 27 janvier 2014

    VanilleLN
    "Il y a des événements dans la vie qui sont si douloureux qu'on les gomme, on les froisse en une boulette de papier, on les coince à l'arrière du cerveau, dans une anfractuosité que même notre inconscient ignore. L'amnésie peut ainsi durer des années. Mais il suffit d'un grain de sable pour que les souvenirs remontent à la surface, flottant comme des corps morts. le plus terrible est qu'en réapparaissant, ce passé peut générer des dommages collatéraux plus dramatiques encore que l'événement originel.
    L'histoire de Nathalie et Patrice Royer aurait pu arriver à n'importe qui. Car ces gens sont comme nous. Ou presque. Mariés, des enfants, un travail, une maison. Et puis un jour, sans qu'aucun n'y ait été préparé, leur vie a basculé."
    Une maison cossue, dans les Yvelines, non loin de Saint-Germain-en-Laye, à Bois-Joli. Madame travaille dans l'immobilier, Monsieur est avocat, spécialiste ès divorces. Ils ont deux enfants, le fils aîné est en stage aux Etats-Unis, dans une grande banque d'affaires, la fille est en pleine crise d'adolescence. Entre golf, dîners mondains et réussite professionnelle, les Royer semblent une famille stable, épanouie, comblée. Malgré le manque de communication, le manque d'intimité, le manque de tendresse et certaines dates douloureuses...
    L'équilibre est sans doute un peu précaire, mais il est là, il résiste, les êtres tanguent, sur le fil mais se rattrapent, stoïques. "Si rien ne transparait de son vague à l'âme, c'est parce que Nathalie a toujours voulu sauver les apparences. C'est important pour elle, le qu'en-dira-t-on."
    Alors en ce dimanche où leur parvient un SMS de Grégoire, le fils aîné, qui leur annonce son mariage prochain et son retour en France avec sa fiancée, les questions concernant la jeune fille se bousculent : "mais qui donc est cette fille ?", avec l'espoir qu'elle n'est ni noire, ni juive et qu'elle ne déparera pas dans le cadre bourgeois de Bois-Joli... La rencontre avec Gala est un soulagement. La jeune fille est discrète, convenable, "bien du même milieu et peut-être nettement plus fortunée" qu'eux. Les familles se rencontrent, conversent et échangent des compliments. Tout semble parfait, l'union s'annonce belle et heureuse.
    Jusqu'au jour où Nathalie décrète qu'elle ne veut plus que la mariage ait lieu. "J'ai beaucoup réfléchi. Je ne la sens pas. […] Je n'aime plus l'idée de ce mariage. Tu dois convaincre ton fils d'y renoncer." Coup de théâtre incongru. "L'idée que Grégoire épouse cette fille lui donne la nausée. le pire est qu'elle n'a aucune explication. Juste cette terrible intuition." Tout est implicitement contenu dans ce mot, tout à la fois porteur de secrets et de sens, qui donne si justement son titre au livre.
    En jouant habilement avec les narrateurs et les points de vue, promenant le lecteur entre le regard de la mère, du père, le journal intime de la fille et les pensées du fils, Dominique Dyens place le lecteur au centre de cette famille, elle l'introduit dans ce huis clos bourgeois et oppressant, où les apparences priment sur la sincérité, les silences sur la vérité, le carcan social sur la liberté des êtres.
    D'une concision impeccable, d'une sobriété parfaite, la plume de l'auteure fait craquer le vernis trop lisse du microcosme conservateur prisonnier des conventions pour en dévoiler les failles. L'atmosphère du récit n'est pas sans rappeler certains films de Claude Chabrol, sombres, cyniques et incisifs. Instillant la juste dose de suspense – jusqu'aux derniers mots soutenu –, de noirceur et d'ironie, Dominique Dyens nous offre un thriller fascinant, captivant, dérangeant, doublée d'une satire subtile et âpre de la "bonne société", construit en équilibre sur le fil ténu de la psychologie humaine, témoignant qu'"il y a toujours un peu de raison dans la folie..."

    Lien : http://www.paroles-et-musique.com/2014/01/la-fleur-du-mal.html
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

> voir toutes (7)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Aela, le 29 juillet 2013

    A la droite du lit, l'homme porte un pyjama en percale rayée bleu et ses mules en velours, frappées d'un écusson doré, sont alignées à ses pieds.
    Des bouffées de chaleur ont obligé la femme à côté de lui et à se découvrir, dévoilant ainsi un corps nu et flétri.
    D'épaisses larmes coulent de ses joues et échouent au creux de ses clavicules.
    Nathalie aimerait que son mari sache à quel point il l'a blessée, en refusant de céder à ce qu'il a nommé ses caprices.
    Mais il dort à poings fermés ou fait semblant.
    Désormais elle a cessé d'être une femme. Probablement a-t-elle atteint l'âge de mettre un terme à sa sexualité.
    Mais pourquoi, dans ce cas, ses sens sont-ils aussi exacerbés?
    Ses amies de Bois-Joli éprouvent-elles les mêmes drôles d'envies?
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la citation

  • Par Aela, le 29 juillet 2013

    Pourquoi la vie m'a donné des parents comme ça?
    Comme si nous n'étions pas du même monde. Comment dire?
    Je me sens tellement différente d'eux, au point que, régulièrement, je me demande s'ils sont bien mes parents.
    Parfois j'imagine que j'ai été adoptée ou échangée avec un autre gosse à la clinique, du genre les Groseille-Le Quesnoy dans La vie est un long fleuve tranquille.
    Mes parents sont des petits-bourgeois. Cathos. De droite. Parce que les cathos de gauche c'est autre chose mais je vous fais la grâce d'une étude sociologique qui serait fastidieuse et d'autant plus inutile que même un parfait abruti est capable de faire la différence entre ces deux catégories.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par sissou60, le 26 août 2012

    Mes parents, puisqu'il faut bien les appeler ainsi, sont des petits-bourgeois. Cathos. De droite. Parce que les cathos de gauche c'est autre chose, mais je vous fais grâce d'une étude sociologique comparative qui serait fastidieuse et d'autant plus inutile que même un parfait abruti est capable de faire la différence entre ces deux catégories.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par brigittelascombe, le 20 mai 2011

    La plupart des habitants se connaissent, et souvent d'une génération à l'autre. Car quand on est natif de Bois-joli, à moins d'un problème grave, on y reste toute sa vie.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par brigittelascombe, le 20 mai 2011

    Elle ne trouvera jamais rien. Ni pétards,ni pillules,ni mots d'amour. Même mon ordi est archiprotégé.Actuellement,j'ai trois mots de passe pour sauvegarder ma vie!

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

> voir toutes (3)

Videos de Dominique Dyens

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Dominique Dyens

Dominique Dyens - Lundi noir .
Dominique Dyens vous présente "Lundi noir" aux éditions Héloïse d'Ormesson. http://www.mollat.com/livres/dominique-dyens-lundi-noir-9782350872254.html Notes de Musique : Slumdog millionaire - 1 O...Saya








Sur Amazon
à partir de :
8,50 € (neuf)
6,50 € (occasion)

   

Faire découvrir Intuitions par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (108)

> voir plus

Quiz