AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Le cimetière de Prague (84)
Mariejuliet
Mariejuliet15 décembre 2012
  • Livres 4.00/5
(...) En bref une lecture parfois dérangeante (elle nous renvoie à un passé pas très glorieux), mais très intéressante, très riche et très bien écrite.
Lien : http://booksandme.canalblog.com/archives/2012/07..
Commenter    J’apprécie          60
exarkun1979
exarkun197907 août 2012
  • Livres 1.00/5
Je ne sais pas pourquoi je me suis entêté à lire ce roman. Pour résumer le Cimetière de Prague, je dirais que c'est l'histoire de l'antisémitisme au XIXe siècle en Europe. Je ne l'ai pas aimé du tout. J'avais toujours l'impression qu'il allait y avoir quelque chose d'important qui arriverait. Malheureusement, il n'est rien arrivé. Tout était dans ce livre d'un ennui total. C'est le pire livre que j'ai lu en 5 ans.
Commenter    J’apprécie          60
mamie07290
mamie0729001 août 2011
  • Livres 4.00/5
Déconcertant,dérangeant,parfois étouffant mais toujours passionnant,le dernier roman de Umberto Eco a suscité de nombreuses polémiques et a même valu à son auteur une suspicion d'antisémitisme.
C'est à mon avis méconnaitre et l'écrivain et les conventions du roman.Dans la veine de Sue et de Dumas,l'histoire que l'on ne peut ni raconter ni résumer,nous entraine dans les méandres d'un 18eme siècle riche en complots de tous ordres,de Garibaldi à Dreyfus.
L'écriture et la composition sont éblouissantes,véritable florilège de tous les styles littéraires : feuilleton,récit ,roman épistolaire,description...
Cependant je dirais que ce livre n'est peut être pas à mettre entre toutes les mains.
Il s'adresse à un public averti capable d'humour et de distance.
Commenter    J’apprécie          60
ElizabethBennet
ElizabethBennet17 janvier 2013
  • Livres 1.00/5
Autant Eco nous avait éblouis avec son chef-d'oeuvre le Nom de la Rose, autant il nous déçoit avec cet ouvrage brouillon, volontairement labyrinthique, excessivement érudit, difficile à suivre (à tel point que l'auteur a dû insérer en fin d'ouvrage un tableau récapitulatif des chapitres, signant son propre aveu d'impuissance devant une narration qui semble lui échapper constamment) et surtout pernicieux : à trop vouloir dénoncer l'antisémitisme de son héros, dont il a voulu faire le personnage le plus détestable de toute la littérature (objectif prétentieux s'il en est), Eco prend le risque d'être assimilé aux réflexions écoeurantes de Simonini, comme en témoigne la polémique dont son livre a fait l'objet, tant les lecteurs avaient du mal à faire la part des choses, devant ce roman qui se veut écrit second degré mais ne donne aucune clé d'interprétation explicite, laissant la réflexion ouverte. Construit comme un roman feuilleton inspiré de Dumas mais guère plus passionnant qu'une lecture du bottin, ce livre fastidieux ressemble davantage au numéro annuel du Point consacré aux francs-maçons qu'aux Mystères de Paris. Certes, Eco a du génie, mais à vouloir l'étaler à chaque page il ennuie et agace, à tel point qu'on en vient à se demander si les aventures rocambolesques de Simonini ne sont pas là en réalité uniquement pour servir d'écrin à l'érudition de l'auteur...

(la suite en cliquant sur le lien ci-dessous !)
Lien : http://ars-legendi.over-blog.com/article-le-cime..
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          50
Pchabannes
Pchabannes21 septembre 2012
  • Livres 2.00/5
Deuxième essai, deuxième échec. Les mains secourables de deux amis aimant la prose d'Umberto Eco me tirent vers ses ouvrages résolument opposés à mon intellect simplificateur. Pour qui une pensée s'énonce clairement ou se tait. Or l'auteur s'aime à emberlificoter le sujet avec des tours et des détours aidé de personnages complexes au sein de situations qui ne le sont pas moins.

Que mes amis Olivier et Michel apprécient cet écrivain doit, Oh Lecteur, vous conduire à découvrir Umberto Eco par vous-même en ne vous préoccupant pas de moi.


Lien : http://quidhodieagisti.kazeo.com/lectures-divers..
Commenter    J’apprécie          50
LionelB
LionelB05 septembre 2012
  • Livres 1.00/5
Je suis très déçu de cette lecture. Les premières pages démarrent par une diatribe antisémite tellement caricaturale que l'on est obligé d'en rire, surtout que j'avoue prête de louables intentions à l'auteur, que j'estime. Mais lorsque les 200 pages à suivre continuent à chaque instant les attaques anti juifs, en reprenant des propos xénophobes courants, cela finit par nuire à ma lecture, à ma sérennité, car le doute s'installe sur les intentions de l'auteur. Peut-être il y a 15 ans aurais-je pris cela comme une caricature de l'antisémitisme. Aujourd'hui, au vu du contexte social et politique européen, les lignes ont bougé et je garde ce doute après avoir (courageusement) terminé le livre.
Je garderai comme moments agréables les premières pages, puis celles sur l'aventure garibaldienne et enfin celles sur l'espionnage au 19ème siècle. le passage sur la psychanalyse était amusant aussi.
L'impression globale reste un malaise et une forte réserve quant à ce qu'a voulu faire Umbert ECO dans cet oeuvre que je ne conseille pas.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          50
Corboland78
Corboland7825 mars 2012
  • Livres 4.00/5
Umberto Eco est né en 1932, médiéviste, sémioticien, philosophe, critique littéraire et romancier il a connu un succès mondial avec son roman le nom de la Rose en 1980.
Un nouveau roman de Umberto Eco c'est toujours la promesse gourmande de longs moments de lecture érudite avec ce je ne sais quoi qui nous replonge dans la littérature du XIXe siècle, le cimetière de Prague en est la preuve évidente.
Le romancier qui ne s'en cache pas et d'ailleurs les cite, nous entraîne dans une folle aventure digne des meilleurs Dumas ou Eugène Sue, ces spécialistes des gros pavés truffés d'histoires à rebondissements et de complots machiavéliques. le roman se déroule entre 1830 et 1890 à travers l'Europe, où le « héros » Simon Simonini faussaire de talent et espion à la solde de tous, croisera dans le désordre, Napoléon III, Garibaldi, le roi Victor-Emmanuel, les Carbonari, les Francs-maçons, les Jésuites, des spirites, j'en passe et des meilleurs, la liste des personnages serait trop longue à énumérer. Il y a foison de complots, des cadavres planqués dans les égouts, des messes noires, un double de Simonini en l'abbé Dalla Piccola, soyons franc, on a parfois un peu de mal à suivre tout ce beau monde dans leurs activités méprisables.
Car c'est là, le parti pris d'Umberto Eco, avoir choisi comme personnage principal de son roman ce Simonini qui s'avère être un ignoble individu, sans aucune qualité, sans morale et surtout animé d'un antisémitisme total qui motive toutes ses actions et toute sa vie. Tous les complots dans lesquels il va tremper n'ont qu'un but, discréditer les Juifs. Cador dans son métier de faussaire, il est bien vite connu sur la place et de toute l'Europe, de tous bords, les mouches attirées par ce miel utiliseront ses services pour créer de faux documents afin de faire accuser tel ou tel, et il finira par devenir le créateur du tristement célèbre Protocole des Sages de Sion, cet évangile antisémite. L'espionite atteint de tels niveaux de complexité que parfois c'en devient ridicule et comique dans les situations, Umberto Eco n'étant pas non plus avare de réflexions pleines d'humour.
Le livre aurait fait polémique en Italie – j'écris « aurait » car Eco dément et peut-être n'est-ce qu'un coup du marketing – accusant l'écrivain d'antisémitisme. Pour ma part, je dois reconnaître que ce livre me met mal à l'aise. Umberto Eco n'est pas antisémite, j'en suis certain, mais son roman trop intelligent, trop second degré (voire plus) pourrait être mal lu ou mal interprété.
Le point faible de ce roman, à mon avis, c'est qu'il est trop bien écrit ! Tous les personnages et les faits cités sont réels (sauf Simonini). Eco décrit la manière de mettre en branle le soit disant complot universel fomenté par les Juifs pour conquérir le monde, afin de mieux le dénoncer – et je maintiens que c'est son but – mais il le fait d'une telle façon, qu'à la lecture de son roman on ne s'indigne pas réellement de ce Simonini, qu'à suivre ces aventures rocambolesques on se prête au jeu du feuilleton. A compiler tout ce que la littérature antisémite à déjà semé dans l'esprit des gens, qui plus est sous cette forme romanesque admirablement écrite, il concourt à répandre ce qu'il dénonce, « les gens oublient facilement ce qu'ils ont appris et, quand on leur fait prendre pour argent comptant ce qu'ils on lu dans un roman, ils ne s'avisent que vaguement qu'ils en avaient déjà entendu parler, et ils ont confirmation de leurs croyances ». Vertigineuse mise en abîme qui d'un point vue strictement intellectuel est remarquable, mais n'est-ce pas aussi renforcer insidieusement le sentiment anti-juif de quelques esprits faibles. Si Umberto Eco voulait soulever une polémique, il y a là matière à discuter.
Pour conclure, un gros livre qui se lit comme du Dumas pour l'ampleur des aventures et des personnages et si parfois on perd un peu pied ce n'en est que plus grisant. On retrouve aussi toute l'érudition d'Eco à travers les faits historiques et les quelques mots rares (mais pas trop, ici) dont il a l'habitude de parsemer ses ouvrages et qui font mon régal. Umberto Eco fait confiance à notre intelligence pour le lire comme il convient, ne le décevons pas.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          50
lema
lema06 août 2011
  • Livres 3.00/5
Un livre ardu dans lequel j'ai eu du mal à rentrer. Il y a beaucoup de références historiques qui, si on n'est pas spécialiste, sont difficiles à suivre. le style aussi de U. Eco n'est pas des plus simples, avec des phrases longues, ce qui n'est pas désagréable, mais c'est assez atypique. La chronologie du roman aussi n'est pas facile à suivre. Bref, je ne le recommande pas pour une lecture tranquilou sur la plage.
Commenter    J’apprécie          50
microsscoop
microsscoop02 décembre 2015
  • Livres 4.00/5
Le peuple n'est qu'une pate a modeler que l'on modèle sur la base d'un modèle idéaliste mais qui a la fin prendra la forme du modèle voulu par des dirigeants modélistes grâce à leurs taupes modèles, en quelque sorte ! Espionnage, vrais faux documents. Ils inventent tant de mensonges que certains deviennent vérités ancrées dans les livres d'histoire. Si l'on devait passer l'histoire au tamis il n'en resterait pas grand-chose. « L'histoire est du vrai qui se déforme et la légende du faux qui s'incarne ». Si vous cherchez l'or du temps en lisant ce livre vous allez être déçu. les Protocoles des sages de Sion, célèbre faux qui incita Hitler à mettre en place l'Holocauste, l'affaire Dreyfus, mais aussi de nombreuses intrigues impliquant les services secrets de plusieurs nations, des loges maçonniques, des conspirations jésuites, ainsi que d'autres épisodes. le cimetière de Prague est un lieu réel ou se déroulera une réunion fictive de laquelle sortiront de vrais faux documents aux conséquences lourdes. Sur la meme lancée le scandale du fiasco du canal de Panama fut rapidement oublié grâce a une manifestation estudiantine magistralement orchestré par les dirigeants. Méfiez vous de la presse !deuxième richesse après l'or, selon Umberto Eco.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          40
huberpascale
huberpascale26 mai 2014
  • Livres 0/5
j'ai pour règle de toujours terminer une lecture commencée. J'ai dérogé à cette règle à uniquement deux reprises, dont "Le cimetière de Prague''. Pourtant, j'ai aimé la plume dès les premières lignes. Puis, j'ai eu l'impression de m'enliser dans une très longue introduction, un récit confus qui ne prend pas son envol.
Commenter    J’apprécie          42





Quiz Voir plus

Le Nom de la Rose

Quel est le nom du personnage principal ?

Guillaume d’Ockham
Guillaume de Baskerville
Sherlock d’Holmes
Sherlock de Melk

10 questions
387 lecteurs ont répondu
Thème : Le Nom de la rose de Umberto EcoCréer un quiz sur ce livre