AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Le cimetière de Prague (90)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  

Ajouter une critique
yalfe
19 avril 2011
  • 2/ 5
un livre confus qui brasse trop de sujets ( Risorgimento, antisémitisme,
théories du complot, ésotérisme) Un livre qui peut créer des confusions.
Pas un livre d' Histoire.Il illustre bien que certains romans ( Joseph Balsamo de Dumas et le Juif errant d' Eugène Sue) ont contribué indirectement à populariser les théories du complot.Elles relèvent donc davantage de la littérature que de l' Histoire et pas d' une approche rationnelle
Commenter  J’apprécie          80
DesLivresEtMoi7
27 février 2016
  • 3/ 5
Petit hommage à un monstre de la littérature: le Cimetière de Prague de Umberto Eco, chez Grasset et Livre de Poche.
Le pitch: A l'aube de sa vie, Simon Simonini est un homme qui déteste beaucoup de monde, notamment les femmes et les francs maçons, mais surtout les juifs. Pour retrouver la mémoire et percer à jour l'événement qui l'a tant troublé en mars 1897, ce notaire raté, passé maître dans l'art de l'espionnage, de la contrefaçon et du mensonge, va ainsi retracer sa vie au fil des pages d'un journal intime, depuis sa naissance dans le Piémont italien auprès de son grand père antisémite, jusqu'à sa vie actuelle dans le Paris de la IIIème République où il espionne pour de nombreux services. Il se remémore ainsi "l'oeuvre" profondément antisémite de toute sa vie: un récit qu'il a imaginé  de toutes pièces, sur la réunion secrète de rabbins au Cimetière de Prague pour poser les bases de leur domination du monde, plus tristement connu sous le nom du Protocole des Anciens Sages de Sion...
C'est avec une grande tristesse que j'apprenais la disparition du grand Umberto Eco il y a une semaine, immense écrivain qui n'avait pas son pareil pour produire des romans d'une impressionnante érudition. L'ayant découvert, comme beaucoup de lecteurs, avec le Nom de la Rose, j'ai finalement décidé de me replonger dans son oeuvre, en optant pour ce roman qui figurait depuis trop longtemps dans ma PAL.
Avec un talent incontestable, l'auteur nous livrait cette fois ci un roman d'une rare intensité et complexité, traitant de la naissance et de la montée de l'antisémitisme, ayant eu les dramatiques conséquences que l'on connaît. Car c'est là que réside la véritable leçon du Maître Eco pour son lecteur: tous les personnages de ce roman, à l'exception de notre antihéros particulièrement détestable, ont réellement existé au cours de cette période de l'histoire.
En plus d'être érudit, ce roman est brillamment construit autour d'une structure à trois voix savamment orchestrée: celles du personnage principal et de son double, l'Abbé Dalla Piccola, mais aussi un Narrateur qui tente de mettre de l'ordre là où le héros schizophrène s'égare.
L'écriture est belle, et le style soutenu, comme toujours.
En bref, voici un grand roman, qu'il ne faut cependant pas lire au premier degré, mais c'était là tout le génie de M. Eco, qui va beaucoup nous manquer. Ciao Il Professore...
Lien : http://deslivresetmoi7.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
raynald66
14 février 2015
  • 3/ 5
Mon troisième livre de Umberto Eco (avec le Pendule de Foucault et le nom de la rose). J'étais impatient de le lire mais j'avoue avoir été un peu déçu, je m'attendais à une aventure du XIXème siècle plus palpitante ! Difficile de faire un résumé de ce livre qui fait référence à la commune de Paris, à l'affaire Dreyfus, à la Franc-maçonnerie. Pour l'instant, le seul livre que j'ai vraiment aimé de cet auteur est
"le nom de la rose" (ainsi que le film avec l'acteur Sean Connery).
Commenter  J’apprécie          60
ElizabethBennet
17 janvier 2013
  • 1/ 5
Autant Eco nous avait éblouis avec son chef-d'oeuvre le Nom de la Rose, autant il nous déçoit avec cet ouvrage brouillon, volontairement labyrinthique, excessivement érudit, difficile à suivre (à tel point que l'auteur a dû insérer en fin d'ouvrage un tableau récapitulatif des chapitres, signant son propre aveu d'impuissance devant une narration qui semble lui échapper constamment) et surtout pernicieux : à trop vouloir dénoncer l'antisémitisme de son héros, dont il a voulu faire le personnage le plus détestable de toute la littérature (objectif prétentieux s'il en est), Eco prend le risque d'être assimilé aux réflexions écoeurantes de Simonini, comme en témoigne la polémique dont son livre a fait l'objet, tant les lecteurs avaient du mal à faire la part des choses, devant ce roman qui se veut écrit second degré mais ne donne aucune clé d'interprétation explicite, laissant la réflexion ouverte. Construit comme un roman feuilleton inspiré de Dumas mais guère plus passionnant qu'une lecture du bottin, ce livre fastidieux ressemble davantage au numéro annuel du Point consacré aux francs-maçons qu'aux Mystères de Paris. Certes, Eco a du génie, mais à vouloir l'étaler à chaque page il ennuie et agace, à tel point qu'on en vient à se demander si les aventures rocambolesques de Simonini ne sont pas là en réalité uniquement pour servir d'écrin à l'érudition de l'auteur...

(la suite en cliquant sur le lien ci-dessous !)
Lien : http://ars-legendi.over-blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Mariejuliet
15 décembre 2012
  • 4/ 5
(...) En bref une lecture parfois dérangeante (elle nous renvoie à un passé pas très glorieux), mais très intéressante, très riche et très bien écrite.
Lien : http://booksandme.canalblog...
Commenter  J’apprécie          60
Pchabannes
21 septembre 2012
  • 2/ 5
Deuxième essai, deuxième échec. Les mains secourables de deux amis aimant la prose d'Umberto Eco me tirent vers ses ouvrages résolument opposés à mon intellect simplificateur. Pour qui une pensée s'énonce clairement ou se tait. Or l'auteur s'aime à emberlificoter le sujet avec des tours et des détours aidé de personnages complexes au sein de situations qui ne le sont pas moins.

Que mes amis Olivier et Michel apprécient cet écrivain doit, Oh Lecteur, vous conduire à découvrir Umberto Eco par vous-même en ne vous préoccupant pas de moi.


Lien : http://quidhodieagisti.kazeo..
Commenter  J’apprécie          60
LionelB
05 septembre 2012
  • 1/ 5
Je suis très déçu de cette lecture. Les premières pages démarrent par une diatribe antisémite tellement caricaturale que l'on est obligé d'en rire, surtout que j'avoue prête de louables intentions à l'auteur, que j'estime. Mais lorsque les 200 pages à suivre continuent à chaque instant les attaques anti juifs, en reprenant des propos xénophobes courants, cela finit par nuire à ma lecture, à ma sérennité, car le doute s'installe sur les intentions de l'auteur. Peut-être il y a 15 ans aurais-je pris cela comme une caricature de l'antisémitisme. Aujourd'hui, au vu du contexte social et politique européen, les lignes ont bougé et je garde ce doute après avoir (courageusement) terminé le livre.
Je garderai comme moments agréables les premières pages, puis celles sur l'aventure garibaldienne et enfin celles sur l'espionnage au 19ème siècle. le passage sur la psychanalyse était amusant aussi.
L'impression globale reste un malaise et une forte réserve quant à ce qu'a voulu faire Umbert ECO dans cet oeuvre que je ne conseille pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
exarkun1979
07 août 2012
  • 1/ 5
Je ne sais pas pourquoi je me suis entêté à lire ce roman. Pour résumer le Cimetière de Prague, je dirais que c'est l'histoire de l'antisémitisme au XIXe siècle en Europe. Je ne l'ai pas aimé du tout. J'avais toujours l'impression qu'il allait y avoir quelque chose d'important qui arriverait. Malheureusement, il n'est rien arrivé. Tout était dans ce livre d'un ennui total. C'est le pire livre que j'ai lu en 5 ans.
Commenter  J’apprécie          60
mamie07290
01 août 2011
  • 4/ 5
Déconcertant,dérangeant,parfois étouffant mais toujours passionnant,le dernier roman de Umberto Eco a suscité de nombreuses polémiques et a même valu à son auteur une suspicion d'antisémitisme.
C'est à mon avis méconnaitre et l'écrivain et les conventions du roman.Dans la veine de Sue et de Dumas,l'histoire que l'on ne peut ni raconter ni résumer,nous entraine dans les méandres d'un 18eme siècle riche en complots de tous ordres,de Garibaldi à Dreyfus.
L'écriture et la composition sont éblouissantes,véritable florilège de tous les styles littéraires : feuilleton,récit ,roman épistolaire,description...
Cependant je dirais que ce livre n'est peut être pas à mettre entre toutes les mains.
Il s'adresse à un public averti capable d'humour et de distance.
Commenter  J’apprécie          60
Rebka
20 octobre 2016
  • 1/ 5
Les Auvergnats ? D'une cupidité légendaire. Les Italiens ? Peu sûrs, menteurs, vils, traîtres. Les Espagnols ? Vaniteux. Les Croates ? Ignorants. Les Maltais ? Ingrats. Les Gitans ? Insolents. Les Anglais ? Sales comme chacun sait. Les Prussiens ? Impérieux, évidemment. Les Français ? Méchants, paresseux, arnaqueurs, orgueilleux, jaloux et persuadés que le monde entier parle français. Quant aux Allemands, ils sont proprement à chier étant entendu que, produisant le double de matières fécales que les autres, ils leur sont inférieurs physiologiquement puisque leur activité intestinale s'exerce aux dépens de leur activité cérébrale. Alors les Juifs, vous pensez !
Alors oui, le livre commence sur cet air là, assez léger et amusant, on ne sait pas où va nous mener cette lecture et on est titillé… Mais tout de suite après, le ton change et je dois avouer que j'ai très vite décroché et survolé des paquets de page en diagonale… On se perd dans l'intrigue et la construction alambiquée du roman, on se lasse des longs passages érudits et touffus, on se mélange les pinceaux et c'est vraiment dommage. Dommage parce que le sujet est intéressant, j'aime bien l'idée des journaux intimes complémentaires et le climat très bien rendu du XIXème siècle, mais voilà, je dois l'admettre, je n'ai vraiment pas aimé cette lecture…
Je me faisais un telle joie de lire un roman d'Umberto Eco, quelle déception !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Le Nom de la Rose

Quel est le nom du personnage principal ?

Guillaume d’Ockham
Guillaume de Baskerville
Sherlock d’Holmes
Sherlock de Melk

10 questions
511 lecteurs ont répondu
Thème : Le Nom de la rose de Umberto EcoCréer un quiz sur ce livre