Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2070413578
Éditeur : Gallimard (2001)


Note moyenne : 3.64/5 (sur 74 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Écrivain de talent, Joël Egloff publie Edmond Ganglion & fils pour lequel il obtient
le prix Alain Fournier en 1999

Saint-Jean, c'est un petit village à la dérive, quelque part. On ne part pas de Saint-Jean, et jamais on ... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (11)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par LePamplemousse, le 26 août 2013

    LePamplemousse
    Edmond Ganglion est l'honorable propriétaire des pompes funèbres "Ganglion et Fils". mais son établissement est sur le déclin. Car dans ce village agonisant, aucun enterrement n'a été célébré depuis longtemps.
    Auparavant pourtant, lorsqu'il était question de funérailles, Ganglion et ses "inhumations sans douleurs" comme il les garantissait, étaient incontournables.
    En ces temps bénis, chez "Ganglion et fils", le dernier des grouillots mangeait du tournedos tous les jours de la semaine et même entre les repas.
    Bien sûr, il suffirait de peu pour que les affaires reprennent...Un décès, un seul, remettrait déjà du baume au coeur.
    Mais voilà, les habitants s'obstinent à ne pas mourir.
    Tout le roman repose sur l'attente d'un décès. Car pour Edmond Ganglion, aussi cruel que cela paraisse, c'est la mort qui garantit la prospérité de son commerce.
    Les défunts sont sa source de revenus. Alors il guette en chaque voisin bien portant le malade qui sommeille, en chaque ami un futur client.
    Un malheur est si vite arrivé...!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Shool, le 19 avril 2012

    Shool
    Ce livre est tout simplement un bijou. Il est à la fois drôle, émouvant, caricatural et lucide.
    L'histoire de pompes funèbres qui n'ont plus de travail, voilà des années que personne n'est mort dans la petite ville dans laquelle ils opèrent. Comment faire? Doivent-ils eux-même tuer les habitants afin de garder leur emploi et pouvoir manger ? Jusqu'où iront-ils ?
    Quand le grand jour arrivera, les fossoyeurs vivront des expériences hors du commun que nous ne souhaiterions pas à nos ennemis. Ils se perdront, ils se chamailleront.... Et le roman ne fera que commencer.
    Joël EGLOFF nous sert une fois de plus un plat bien chaud et à l'exquise douceur. Merci à l'auteur.
    Bonne lecture à vous.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Madamedub, le 25 avril 2013

    Madamedub
    Edmond Ganglion & fils, le premier roman de Joël Egloff, donne d'entrée de jeu le ton des autres œuvres de cet auteur, né en 1970. Des personnages loufoques et attachants, à la fois paumés et tellement lucides, qui évoluent dans un univers à cheval entre la réalité et le rêve : dès ce premier livre, les ingrédients prennent.
    En plus d'être le titre du roman, Edmond Ganglion & fils est également le nom d'une entreprise de pompes funèbres de village qui se porte mal et pour cause : plus personne ne meure. Edmond Ganglion et ses deux employés étrangement assortis (le vieux Georges et le jeune Molo) se contentent d'espérer les prochains cadavres qui pourraient faire reprendre les affaires. Quand cela arrive enfin (et on ne peut s'empêcher de se réjouir pour eux), il faut faire les choses bien. Enfin, dans la limite du raisonnable : les affaires vont mal et un cercueil de bois de basse qualité sera vendu comme du chêne à la famille du mort (ce dernier n'y verra que du feu). Pour le reste, les deux fossoyeurs ne cesseront de faire preuve de zèle, allant jusqu'à rouler toute une nuit dans le corbillard, sans repos, cherchant sans relâche le cimetière mystérieusement introuvable, où ils doivent déposer leur passager blême. Seul un accident de la route aux conséquences surréalistes aura raison de leur volonté d'accomplir à bien leur mission…
    Ce court roman cocasse réussi le pari osé de faire rire le lecteur d'un sujet aussi grave que la mort mais également de lui faire trouver attachants les deux improbables fossoyeurs. Ce livre permet encore de soulever une question pour le moins étrange : faut-il tuer un mort devenu un peu trop encombrant ?
    Elodie Soury-Lavergne

    Lien : http://www.madamedub.com
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par gaby33370, le 16 juin 2013

    gaby33370
    Village pittoresque que saint Jean, où les chiens s'appelle Rex, les chats minou, où l'église est place de l'église, où la mairie est place de la mairie...Les deux derniers commerces agonisent lentement: le café du soleil où l'on ne sert que de la prune maison...et juste en face, une petite boutique sombre, Edmond Ganglion et Fils. POMPES FUNEBRES.
    Un récit subtil, tout en finesse humoristique, et ce jeune auteur, nous promène, dans ce bon village de St Jean ,et nous nous trouvons rapidement dans les problèmes de Ganglion. Plus personne ne veux mourir, même la doyenne, qui respire de santé, malgré la canicule. Heureusement, un client se présente, d 'ailleurs,et avec lui les péripéties d'un voyage en corbillard. Un roman rafraichissant, qui traite avec un humour sensible, ce thème que l'on chuchote, et qu'est la mort. Un régal, paradoxalement, à lire contre la tristesse.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par gaby33370, le 16 juin 2013

    gaby33370
    Village pittoresque que saint Jean, où les chiens s'appelle Rex, les chats minou, où l'église est place de l'église, où la mairie est place de la mairie...Les deux derniers commerces agonisent lentement: le café du soleil où l'on ne sert que de la prune maison...et juste en face, une petite boutique sombre, Edmond Ganglion et Fils. POMPES FUNEBRES.
    Un récit subtil, tout en finesse humoristique, et ce jeune auteur, nous promène, dans ce bon village de St Jean ,et nous nous trouvons rapidement dans les problèmes de Ganglion. Plus personne ne veux mourir, même la doyenne, qui respire de santé, malgré la canicule. Heureusement, un client se présente, d 'ailleurs,et avec lui les péripéties d'un voyage en corbillard. Un roman rafraichissant, qui traite avec un humour sensible, ce thème que l'on chuchote, et qu'est la mort. Un régal, paradoxalement, à lire contre la tristesse.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

> voir toutes (13)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Alice_, le 05 février 2012

    Il y a deux personnes absolument indispensables en ce bas monde. (…) La sage-femme et le fossoyeur. L’une accueille, l’autre accompagne. Entre les deux, les gens se débrouillent.

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par diablotin0, le 20 juin 2014

    - Le problème, fit Molo, c'est que je ne connais pas la route;
    - "Toujours tout droit, toujours tout droit", ce n'est pas ce qu'ils avaient dit ?
    - Ils avaient dit : "Toujours tout droit, toujours tout droit, jusqu'à ce qu'on tourne."

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par Latviane, le 14 juillet 2013

    -ça suffit, Molo, on n'ira pas plus loin. On va au cimetière, j'ai décidé.
    -Mais on ne peut pas y aller sans cortège, il faut les retrouver.
    -On n'a pas besoin d'eux, on est payés pour enterrer le défunt, pas pour courir après la famille. Tant pis pour eux s'ils ne veulent pas nous suivre.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par genou, le 15 septembre 2013

    Il y a deux personnes absolument indispensables en ce bas monde [...]. La sage-femme et le fossoyeur. L'une accueille, l'autre raccompagne. Entre les deux, les gens se débrouillent.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par gaby33370, le 08 décembre 2013

    saint jean était un de ces village où les chiens s'appelaient rex et les chats minoux, où l'église se trouvait place de l'église, et la mairie, place de la mairie.
    Les deux derniers commerces agonisaient lentement: le café du commerce...et juste en face,une petite boutique sombre: Edmond ganglion et fils- pompes funèbre-;

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

> voir toutes (3)

Videos de Joël Egloff

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Joël Egloff

Joël Egloff - Libellules .
Joël Egloff vous présente son ouvrage "Libellules". Parution le 30 août 2012 aux éditions Buchet-Chastel. Rentrée littéraire automne 2012.Notes de musique : Histoire(s) de la Musique - 6 Vivre Sa Vie








Sur Amazon
à partir de :
4,90 € (neuf)
1,11 € (occasion)

   

Faire découvrir Edmond Ganglion&fils par :

  • Mail
  • Blog

Découvrez la collection Folio

> voir plus

Quiz

    La Curée d'Emile Zola

    Paru en 1872, La Curée, deuxième roman de la série des Rougon-Macquart d'Emile Zola se déroule en 1851. Il dépeint les milieux enrichis et spéculateurs à Paris peu après le coup d'Etat de Louis-Napoléon Bonaparte. Ceci est:

    •   parfaitement exact
    •   faux
    •   partiellement exact: le roman se passe en 1869, peu avant la guerre
    •   La Curée est bien d'Emile Zola mais est un roman indépendant qui ne fait pas partie du cycle des Rougon-Macquart

    25 questions - 110 lecteurs ont répondu
    Thème : littérature française , rougon-macquart , xixème-xxème siècles

    Créer un quiz sur ce livre.