Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique


> Alain Defossé (Traducteur)

ISBN : 226403937X
Éditeur : 10-18 (2005)

Existe en édition audio



Note moyenne : 3.57/5 (sur 1086 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
" Je suis créatif, je suis jeune, [...] extrêmement motivé et extrêmement performant. Autrement dit, je suis foncièrement indispensable a la société ". Avec son sourire carnassier et ses costumes chics, Patrick Bateman correspond au profil type du jeune Yuppie des année... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (114)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par isajulia, le 08 décembre 2013

    isajulia
    En quatrième de couverture de l'édition 10/18, Beigbeder qualifie American psycho comme étant l'Apocalypse de notre temps et il n'en fallait pas plus à une lectrice comme moi pour me lancer dans l'aventure... Malgré les avis opposés concernant ce bouquin, j'ai pris un plaisir presque malsain à entamer cette lecture qui traîne derrière elle comme un arrière goût d'interdit... et là ce fût le choc... C'est donc ça le livre qui a fait scandale?
    Politiquement incorrect, dérangeant certes... moi en tout cas je ne lui ai rien trouvé de scandaleux. Je dirai même qu'il s'avère intéressant quand on prend la peine de le lire avec attention.
    L'histoire met en scène Patrick Bateman, jeune golden-boy de New-York, âgé de 27 ans. Riche, relativement bien gaulé, notre bonhomme ne porte que de la haute-couture, possède une Amex platine, ne fréquente que les restos et clubs à la mode où l'on croise uniquement le gratin de la population New-Yorkaise. Question poudre aux yeux, on peut dire qu'il assure et d'ailleurs vu qu'on est dans la poudre, il n'oublie pas de s'en mettre un petit coup dans le nez quand l'envie lui en prend, histoire d'accentuer ce petit côté ostentatoire propre à sa "détestable" personnalité.
    Patrick Bateman, voilà un lascar qui vend du rêve !
    Heureusement pour nous, pauvres cancrelats que le monsieur écraserait volontiers du bout de sa chaussure Armani, on va vite découvrir que notre gugusse n'est pas aussi parfait que ce qu'il montre. La nuit venue, entre deux J&B on the rocks, il viole, torture, dévore, tue les pauvres âmes qui ont eu le malheur de croiser son chemin. Clochards, prostituées, collègues de travail etc... n'ont plus qu'à faire leurs prières car la tornade Bateman déferle sur leur passage et croyez moi, quand la frénésie meurtrière habite le jeune homme, c'est presque du grand art, mais ça je vais vous laisser le découvrir par vous même...
    Je crois qu'Américan Psycho, soit on aime, soit on déteste. Pour ma part j'ai ressenti les deux. Au départ je n'ai pas du tout accroché, je me suis même mise en colère, pestant intérieurement sur un éventuel foutage de gueule de l'auteur vis-à-vis de son lectorat.
    Dans quel bordel me suis-je embarquée? Voilà ce que je me suis dit pendant de nombreuses pages dans lesquelles s'enchaînaient discussion futiles entre Bateman et ses cons d'amis et descriptions de vêtements de marque dont personne n'a rien à secouer... J'ai été à deux doigts d'abandonner ce foutu bouquin et à chaque fois quelque chose m'a attirée de nouveau vers lui. Il fallait que je sache, que je voie par moi même toute l'horreur dont un homme peut être capable. Et là, ô miracle, une étincelle, pas plus grosse qu'une puce, a commencé à jaillir dans mon esprit.. Les éléments s'emboîtaient d'eux mêmes, tout ce qui m'avait paru inutile prenait tout d'un coup un sens... Vous l'aurez compris, plus moyen de lâcher ce petit pavé de 526 pages !
    American psycho est une démarche audacieuse, une analyse pertinente d'une société dépourvue d'humanité où chacun se crée ses propres codes dans l'indifférence la plus totale. Je pense que c'est ce qui peut choquer quand on fait la connaissance de Patrick Bateman, il est logique de se demander "Pourquoi quelqu'un qui a tout peut avoir de tels agissements?". Finalement on se rends compte que l'argent, la situation sociale, les biens matériels, ne donnent pas l'essentiel, car, en plus d'être schizophrène, Patrick Bateman est un complexé chronique. Il trouve un exutoire à son infériorité dans la souffrance qu'il inflige aux autres.
    D'ailleurs, il paraît que le côté choc du livre réside dans les scènes de meurtres, moi je trouve qu'elles sont utiles au récit, même si elles sont gore. Cela nous permet de comprendre un peu plus l'étendue des dégâts dans le cerveau de ce cher Patrick et c'est ce qui fait la richesse du livre.
    Finalement j'ai vraiment bien aimé et je lui met 4 étoiles de notations. Je relirai sûrement American psycho car je suis convaincue que ce livre ne dévoile pas tout quand on l'aborde la première fois.
    Pour ceux qui voudraient tenter l'expérience, je vous conseillerai de ne pas vous fier aux avis existants afin de vous faire votre propre opinion.
    A découvrir !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          4 63         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Ode, le 28 octobre 2012

    Ode
    American Psycho, le livre qui a ébranlé l'Amérique, a un titre aussi intraduisible que son contenu est inclassable. La vision qu'offre Bret Easton Ellis de la déshumanisation des rapports sociaux, émaillée de crimes sexuels d'une violence extrême, fait passer notre Houellebecq national pour un Bisounours philanthrope.
    On pourrait résumer ce roman à la caricature glaçante d'une génération perdue, car matérialiste et sans idéaux : la génération nommée X en sociologie du travail, née dans les années 60 et 70 (Ellis est né en 1964). Contrairement aux précédentes, cette génération n'a pas dû se battre pour ses libertés, a toujours connu le confort lié au progrès technique mais a grandi dans le contexte de la guerre froide et d'une une économie déstabilisée par les chocs pétroliers, avec comme diktat la réussite sociale (entendez financière), encore plus prégnante aux États-Unis qu'en Europe.
    Il n'est donc pas surprenant que Patrick Bateman, le psychopathe du roman, soit un golden boy de Wall Street élégant, brillant et beau comme un ange de l'enfer. L'auteur insiste sur la domination de l'argent en décrivant avec une précision chirurgicale les tenues, les repas et les vaines distractions de Bateman et de ses amis (si l'on peut qualifier d'amis ce groupe de personnes égocentriques). Mais cette apparente perfection cache un gouffre intérieur que la drogue ne suffit pas à combler et qui rend Bateman imperméable à tout sentiment. Convaincu de sa supériorité, il éprouve un tel dégoût pour le reste de ses semblables que la nuit venue, à l'instar de Mr Hyde, il va assouvir ses pulsions meurtrières, en toute impunité et dans l'indifférence générale. Cela débute par la mutilation d'un clochard et évolue vite vers de macabres chorégraphies pornographiques, plus perverses les unes que les autres, et décrites avec la même précision que sa garde-robe.
    Après l'émoi et l'indignation bien légitimes suscités par la publication d'American Psycho, Bret Easton Ellis a laissé entendre qu'il fallait prendre les agissements de Bateman au second degré. Les scènes de crimes seraient seulement fantasmées : cela expliquerait l'étrangeté de certains passages, notamment le fait que Bateman ne soit jamais identifié ou arrêté.
    Reste une lecture violente, entre horreur et fascination, dont les images me hantent encore plusieurs années après. Elle fait même tinter une petite sonnette d'alarme quand il m'arrive de rencontrer un individu arrogant à la mise tellement parfaite qu'elle en devient suspecte...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 55         Page de la critique

    • Livres 1.00/5
    Par belette2911, le 02 mars 2013

    belette2911
    ABANDON !! Oui et je vous jure que ça me fait bien râler (pour rester un tant soit peu polie) parce que ce roman, je voulais à tout prix le découvrir, surtout en lisant toutes les critiques positives sur Babelio.
    Et oui, je savais ce qui m'attendait, du moins en ce qui concerne les scènes gores.
    En fait, ce n'est pas ça qui m'a fait décrocher, mais les quantités de ce que je nommerai "des élucubrations" (celles d'Antoine me faisaient rire, pas celles des personnages du roman).
    Déjà, dès les premières pages, j'ai soupiré en découvrant la scène du taxi et les dialogues sans queue ni tête. Surréaliste...
    Et ce ne fut qu'une longue suite de soupirs en tournant les pages et en tombant sur des pavés indigestes de bla-bla, de liste de marques pire que si je me trouvais sur une chaîne consacrée aux pubs.
    Ok, c'est bien que l'auteur insiste sur le fait que l'argent a fait d'eux des esclaves, que le dieu fric est leur maître et que ces gens ont perdu toute notion de ce qu'est la réalité. Mais de là à nous décrire, jusqu'à l'indigestion, les détails de leurs repas et toutes leurs vaines distractions... Soupirs, soupirs.
    Heureusement que ces divagations endormantes étaient entrecoupées de scènes plus sanglantes pour me réveiller.
    Patrick Bateman, notre personnage principal est psychopathe à ses heures perdues et il dézingue des SDF. On passe son temps comme on peu, non ?
    Golden boy friqué, il est élégant, ne porte que des costumes qui valent votre mois de salaire, il est plus brillant qu'un sapin de Noël illuminé et nous pouvons dire que c'est une espèce de bôgosse. Bôgosse infernal et infect, oui !
    Le pire, c'est que nous entrons à un moment dans l'ère du surréalisme poussé à pleine puissance puisque personne ne s'émeut des traces de sang sur les draps, le sol, les journaux imbibés de fluide vital que la femme de ménage dépose tout simplement dans la poubelle.
    Il l'a vraiment fait ou pas ? Il a rêvé, fumé, disjoncté tout seul ?
    Je n'en sais rien parce qu'au final, j'ai zappé des centaines de pages, les tournant en grimaçant pour finir par lancer le livre sur la table, de rage.
    Même le sang qui giclait m'énervait à cause de tout le reste.
    Le plus râlant ? Au boulot, tout était terminé, plié, encodé, clôturé, bref, j'avais le droit de m'affaler dans mon fauteuil de bureau, de mettre les pieds sur la table et de lire durant 4h...
    Non, je n'avais rien d'autre à lire avec moi... et là, ce fut un long cri de douleur. Mes collègues ont cru que le PC avait planté, serveur y compris et que toutes les données étaient perdues. Z'ont eu peur.
    No stress, c'était juste ma frustration de lecture après quelques chef-d’œuvre littéraires. American Psycho ne sera pas mon coup de cœur et ma critique ira dans le sens contraire des autres.
    Le livre qui a ébranlé l'Amérique ne m'a pas ébranlé, moi...
    P'têt que le film avec Christian Bale sauvera les meubles ?


    Lien : http://the-cannibal-lecteur.jimdo.com/4-romans-policiers-contemporai..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          39 48         Page de la critique

    • Livres 1.00/5
    Par darkmoon, le 17 juin 2013

    darkmoon
    Un navet à éviter. C'est long, incohérent, insipide, malsain avec de la violence gratuite sans intérêt.
    1) Critique du livre :
    "American psycho" ou la transition de la conscience et de la maîtrise de soi vers l'inéluctabilité de la montée en puissance d'une folie sanguinaire et schizophrène... Considéré par certains comme un roman culte, un best-seller révolutionnaire en terme d'étalage d'une psychologie néfaste envers son prochain. Mais de ce séduisant concept ne découlera pas une histoire si crédible et honorable. American psycho n'est à mon sens qu'un exercice de style fade et sans saveur, sans la moindre intensité, ingéniosité.
    L'immersion dans le petit monde des golden boys de la bourse New-Yorkaise est douloureuse tant l'on détestera rapidement ses protagonistes. Hormis les humeurs et les atrocités de Patrick Bateman (un homme caché sous ses artifices et qui y perd son identité, une "victime de la société" totalement paumé dans son monde et qui n'est rien car il s'invente tout), l'on ne ressent dès lors que ressentiments et répulsion pour ces nouveaux riches détestables, ces gamins parachutés dans la sphère de l'argent, en voulant toujours plus que l'autre. Comparatif de cartes de visites, concours de la plus belle cravate, du plus bel appartement et j'en passe, concours de plus belles conquêtes féminines aussi. Bref, comment éprouver réellement des sensations lorsque l'univers dépeint est aussi repoussant qu'il peut l'être. L'on attend donc qu'une seule chose, que le psychopathe massacre tout le monde dans les cris et l'ignoble. Rien ne vient cependant, si ce n'est une horreur psychologique ou suggérée, qui ne fonctionne pas. Rectification : aucune horreur puisqu'on ne sursaute jamais, juste de la violence gratuite. On giflerait bien volontiers ce dernier à de maintes reprises.
    Le final, complètement inerte et sans intérêt, sera la cerise passée sur un gâteau préalablement tout écrasé, sans saveurs. Oui, passé sur un personnage principal mal exploité. On nous mitraille de noms de restaurants chics, de couturiers célèbres, de buildings cotés tout du long. C'est simple, dans mon cas, je ne peux pas aimer American psycho car je n'apprécie absolument rien dans ce que Bret Easton Ellis y dépeint.
    2) Critique du film :
    "American psycho" a été réalisé en 2000 par Mary Harron. le résultat final, peu emballant regroupe un peu de bon et beaucoup de mauvais. Ce qu'il y a de remarquable dans ce film, c'est sa capacité à prendre de la distance par rapport à l'horreur des événements, livrant finalement une vision reculée et terriblement cynique d'un homme brillamment intégré socialement mais tueur en série pervers à ses heures perdues. L'humour est omniprésent et donne un charisme certain au personnage principal dont les actes morbides deviennent mis en scène presque auto parodiques, jouissant d'un formidable sens de la dérision. Un bon point donc et pas des moindres puisqu'il pose par la même occasion la question de la légitimité de la violence à l'écran, quant à savoir jusqu'où peut-elle être montrée avant d'être prise au sérieux. Pour le reste, il n'y a plus qu'à aller se coucher. Si l'ouverture laissait augurer une réalisation originale très froide et splendide, le reste tombe vite dans le sans-intérêt vulgaire jamais inventif, à la limite du téléfilm. le scénario ne retient à aucun moment l'attention dans la mesure où il ne parvient jamais à se sortir des sentiers battus. L'interprétation est minable, à commencer par Christian Bale totalement transparent (le seul à relever le niveau est Willem Dafoe n'apparaissant qu'à trois reprises !). Pas grand-chose à sauver, quelques séquences ridicules, le tout est assez prévisible, la bande-son s'avère affreusement niaise tandis que l'esthétique paraît très laide (merci la photographie sans relief et démodée !). Raté tout simplement.
    A mon avis, American psycho sera critiqué par deux types de personne : ceux qui l'ont vu et ceux qui l'ont lu. Peu importe, les deux catégories seront déçues. Les uns parce qu'il s'agit d'une trahison du livre et du personnage de Patrick Bateman, les autres parce que le scénario complètement passif, sans émotion, sans surprise, sans attente et sans frisson, n'a aucune cohérence.
    On peut donc s'en passer des deux !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          14 27         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par greg320i, le 08 avril 2014

    greg320i
    American Psycho , un Best seller ? Laissez moi rire, ou plutôt pleurer devant les termes employé pour le désigner. Non, décidément les mots ne sont plus employé à leur juste valeur dans notre société exacerbé et poussé à toujours vouloir agrandir les choses.
    Quelques informations s'impose : Il s'agit ici d'un roman allant dans un sens unique :la folie . Celle d'un homme, pardon, d'un 'Américain'( puisque le titre le veut ainsi ) qui va nous montrer deux visages détestable en diable, l'un autant que l'autre . D'un côté le beau gosse trop parfait , stylisé et connaissant les royalties de la haute société jusqu' aux suffisances les plus inutiles .
    Ses futilités et son savoir comme preuve de son intelligence , il brille donc en image de gentleman envié , prisé et évidemment courtisé .
    Et cela pendant tout le roman !
    Non, jamais inquiété ou menacé, ni insulté voir contrarié . Pensez-vous , l'auteur l'a peut-être fait à son image ,,
    Trêve d'ironie, sa face B elle , beaucoup plus inquiétante va devenir le point intéressant du roman. Mais seulement le temps de trois- quatre chapitres dissimulé ici et là. le reste , j'ai le regret de vous l'annoncer,sera très mauvais ,hors contexte:prétexte à d'affreux déluge de minauderies
    Pourquoi vouloir nous assommer de détails à n'en plus finir ?
    Pourquoi tant d'effort à déformer les phrases sous une pluie torrentielle d'artificiel ?
    L'auteur utilisait-il ces raccourcis dans un but précis ?Simagrées et autres phrases dénués d'intérêt pour cacher l'insuffisance primaire de l'histoire?
    Pourquoi vouloir nous constituer un tel florilège de marques de luxe , de description à foison de tout et surtout n'importe quoi ?

    La raison : abattre un roman avec suffisamment de pages pour supporter l'emphase de l'originalité , c'est à dire ,,pas grand chose.
    Hormis donc ces petits chapitres qui feront hurler par leur substances de dégoût, on n'y voit pas la preuve d'un intérêt digne sauf évidemment meubler et justifier le titre qui propose Psycho comme poisson d'appât pour alanguir le lecteur désireux et souhaitant une lecture un tant soit peu hors norme.
    Mais voilà , triste constat, nouvel échec , bris de glace et cri d'effroi chez nombre d'usurpé qui ont cru au tollé général (faussement ) annoncé.

    Mon avis sera alors pris et j'espère compris comme un jugement sur les faiblesses, les prouesses commercial à nous déformer la réalité :
    Qu'il existe bel et bien de nos jours des romans pouvant susciter l'attention s'en pour autant honorer et rendre grâce au phénoménal 'mal' aguicheur , tentateur, libérateur d'émotion. Toutes les nouveautés ne détrônent pas les succès passés et si vous souhaitez vraiment prendre votre pied , lire du Waouh , du Wa ! & livres-que-vous-n'oublierai-jamais , un conseil :
    Ne prêter pas trop attention au grand remue ménage qui accompagne souvent une sortie littéraire.
    Car c'est bien connu : la réussite s'accentue et se perpétue dans le secret de l'humilité et encore plus dans l'utilité de s'en ficher des retombés crédité ,certifié-garanti et tutti quanti ...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          10 25         Page de la critique

> voir toutes (49)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par MarcPruvost, le 24 mars 2012

    Il existe une idée de Patrick Bateman, une espèce d'abstraction, mais il n'existe pas de moi réel, juste une entité, une chose illusoire et, bien que je puisse dissimuler mon regard glacé, mon regard fixe, bien que vous puissiez me serrer la main et sentir une chair qui étreint la votre, et peut-être même considérer que nous avons des styles de vie comparables, je ne suis tout simplement pas là. Signifier quelque chose : Voilà ce qui est difficile pour moi, à quelque niveau que ce soit. Je suis un moi-même préfabriqué, je suis une aberration. Un être non-contingent. Ma personnalité est une ébauche informe, mon opiniâtre absence profonde de cœur. Il y a longtemps que la conscience, ma pitié, l'espoir m'ont quitté, s'ils ont jamais existé. Je n'ai plus de barrière à sauter. Tout ce qui me relie à la folie, à l'incontrôlable, au vice, au mal, toutes les violences commises dans la plus totale indifférence, tout cela est à présent loin derrière moi. Il me reste une seule, une sombre vérité : personne n'est à l'abri de rien, et rien n'est racheté. Je suis innocent, pourtant. Chaque type d'être humain doit bien avoir une certaine valeur. Le mal, est-ce une chose que l'on est ? Ou bien est-ce une chose que l'on fait ? Ma douleur est constante, aigüe, je n'ai plus d'espoir en un monde meilleur. En réalité, je veux que ma douleur rejaillisse sur les autres. Je veux que personne n'y échappe. Mais une fois ceci avoué - ce que j'ai fait des milliers de fois, presque à chaque crime -, une fois face à face avec cette vérité, aucune rédemption pour moi. Aucune connaissance plus profonde de moi-même, aucune compréhension nouvelle à tirer de cet aveu. Je n'avais aucune raison de vous raconter tout cela. Cette confession ne veut rien dire.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 23         Page de la citation

  • Par isajulia, le 07 décembre 2013

    Où était la nature et la terre, l'eau et la vie, je vis un désert sans fin, semblable à quelque cratère, si dépourvu de raison, d'âme et de lumière que l'esprit ne pouvait le concevoir, à quelque niveau de conscience que ce fût et que, si l'on en approchait, l'esprit reculait, pris de vertige. C'était là une vision si claire, si réelle, si essentielle, qu'elle en était presque abstraite dans sa pureté. C'était là une chose que je comprenais, c'était ainsi que je menais ma vie, ce que je bâtissais avec mes moindres gestes, c'était ma façon d'aborder le tangible. C'était la géographie autour de laquelle gravitait ma réalité : il ne m'était jamais, jamais venu à l'esprit que les gens pussent être bons, ou qu'un homme pût changer, ou que le monde pût être meilleur au travers de ce plaisir que l'on prend à tel sentiment, telle apparence ou tel geste, à recevoir l'amour ou l'amitié de son prochain. Rien n'était affirmatif, le terme de "bonté d'âme" ne correspondait à rien, c'était un cliché vide de sens, une sorte de mauvaise plaisanterie. Le sexe, c'est la mathématique. L'individualité n'a plus lieu d'être. Que signifie l'intelligence? Définissez ce qu'est la raison. Le désir... un non-sens. L'intellect n'est pas un remède. La justice, morte. La peur, le reproche, l'innocence, la compassion, le remords, le gaspillage, l'échec, le deuil, toutes choses, toutes émotions que plus personne ne ressent vraiment. La pensée est vaine, le monde dépourvu de sens. Dieu ne vit pas. On ne peut croire en l'amour. La surface, la surface, la surface, voilà ce dans quoi on trouve une signification... C'est ainsi que vis la civilisation, un colosse déchiqueté...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 21         Page de la citation

  • Par darkmoon, le 30 juillet 2013

    Il existe une idée de Patrick Bateman, une espèce d'abstraction, mais il n'existe pas de moi réel, juste une entité, une chose illusoire et, bien que je puisse dissimuler mon regard glacé, mon regard fixe, bien que vous puissiez me serrer la main et sentir une chair qui étreint la vôtre, et peut-être même considérer que nous avons des styles de vie comparables, je ne suis tout simplement pas là. Signifier quelque chose : voilà ce qui est difficile pour moi, à quelque niveau que ce soit. Je suis un moi-même préfabriqué, je suis une aberration. Un être non-contingent. Ma personnalité est une ébauche informe, mon opiniâtre absence profonde de cœur. Il y a longtemps que la conscience, la pitié, l'espoir m'ont quitté, s'ils n'ont jamais existé. Je n'ai plus de barrière à sauter. Tout ce qui me relie à la folie, à l'incontrôlable, au vice, au mal, toutes les violences commises dans la plus totale indifférence, tout cela est à présent loin derrière moi. Il me reste une seule, une sombre vérité : personne n'est à l'abri de rien, et rien n'est racheté. Je suis innocent, pourtant. Chaque type d'être humain doit bien avoir une certaine valeur. Le mal, est-ce une chose que l'on est? Ou bien est-ce une chose que l'on fait?
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 17         Page de la citation

  • Par isajulia, le 05 décembre 2013

    Mon allégresse macabre a fait place à de l'amertume, et je pleure sur moi-même, sans parvenir à trouver la moindre consolation dans tout cela, je pleure, je sanglote "Je veux juste être aimé", maudissant la terre, et tout ce qu'on m'a enseigné : les principes, les différences, les choix, la morale, le compromis, le savoir, l'unité, la prière - tout cela était erroné, tout cela était en vain. Tout cela se résumait à : adapte-toi, ou crève.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 34         Page de la citation

  • Par LydiaB, le 11 juin 2013

    - Moi, je viendrais à la cérémonie avec un fusil d'assaut Harrison AK-47, dis-je, épuisé, à bout de patience, avec un magasin de trente balles, si bien qu'après avoir fait éclater la tête de ta truie de mère, je pourrais continuer avec ta tantouze de frère. (P164)

    Commenter     J’apprécie          9 45         Page de la citation

> voir toutes (15)

Videos de Bret Easton Ellis

>Ajouter une vidéo
Vidéo de  Bret Easton Ellis

The Canyons - un drame-thriller américain réalisé par Paul Schrader et sorti en 2013. Scénario : Bret Easton Ellis. Trailer








Sur Amazon
à partir de :
9,69 € (neuf)
4,90 € (occasion)

   

Faire découvrir American Psycho par :

  • Mail
  • Blog

Découvrez les éditions 10-18

> voir plus

Lecteurs (2118)

> voir plus

Quiz