Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Freddy Michalski (Traducteur)

ISBN : 2869300778
Éditeur : Payot et Rivages (2001)


Note moyenne : 3.84/5 (sur 177 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
" Des écrivains comme ça, dans le roman noir, on en découvre un tous les dix ans. " Michel Lebrun, Le Matin.
" Opéra noir, peuplé de fantômes, où le sexe et la mort rôdent sans cesse dans l'immensité inhumaine de Los Angeles la mal nommée, lune sanglante est un ... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (22)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 3.00/5
    Par steppe, le 25 janvier 2012

    steppe
    Première plongée dans l'univers de James Ellroy. On m'avait prévenue, "noir, c'est noir!!!"...
    Ok, mais à part ça ?
    A part ça, un bilan mitigé. Une écriture terriblement efficace, précise, on va à l'essentiel et plutôt crûment... Les mots font mouche et servent un récit rudement bien mené, sont aussi féroces et violents que les faits racontés... Les personnages, ce qu'ils sont et leur pourquoi, tout cela est narré très brillamment, avec une lucidité qui parfois -souvent- fait froid dans le dos. On s'abîme dans l'origine du mal, dans ses méandres tortueux bizarrement familiers ....
    J'ai beaucoup pensé au "Au-delà du mal" de Shane Stevens, considéré par Ellroy comme l'un des romans fondateurs du thriller... Et on en sent l'influence à de nombreuses reprises... La même façon d'aller au plus près de l'enfer et de ses origines pour, peut-être, nous amener à les comprendre à défaut de s'y soumettre.
    Les deux personnages principaux, chacun semblant à première vue l'incarnation de 2 pôles très éloignés, deviennent sous la plume d'Ellroy, 2 jumeaux, et grâce à un jeu de miroir subtil incarnent tour à tour, le bien autant que le mal.... Expliquer, c'est comprendre... Excuser?
    Peut-être....
    Compatir en tout cas...
    Alors, oui, j'ai adoré ce bouquin, j'ai eu du mal à le lâcher une fois commencé. Pourquoi donc ce bilan mitigé ? Parce qu'il m'a manqué quelque chose d'essentiel pour moi, quel que soit le livre ou l'auteur, quel que soit le propos, j'ai besoin d'émotion, de me sentir emportée par les errances des personnages. Là, j'ai plutôt eu l'impression de n'être que spectatrice de leur dérive, d'être laissée sur le bas-côté de la route...
    Ce que j'ai ressenti : de l'horreur oui, sans aucun doute. de l'intérêt pour l'histoire ? bien sûr, pour les personnages aussi... Mais j'ai eu beaucoup de mal à compatir, à me projeter, à m'indigner autant qu'à me laisser aller à la sympathie...
    Mais peut-être est-ce là la volonté d'Ellroy, de ne pas nous permettre de s'apitoyer à la fois sur le destin des personnages et en même temps sur le notre... Peut-être que tout ce qu'il veut qu'on retienne, c'est la puissance du mal et la conscience de l'impact de nos traumatismes sur ce que l'on est... Pour donner plus de force à notre épouvante, moins de prise à notre
    complaisance envers nos propres démons.... Peut-être aussi ne veut-il rien de plus que nous horrifier, nous dire : "le mal existe, il est là présent en chacun de nous et que l'on devienne flic ou psychopathe(les 2 n'étant pas incompatibles), soyez prévenu et gardez vous en....
    Il va me falloir continuer de le découvrir pour savoir où il veut nous emmener... Et la qualité de sa plume autant que l'intelligence avec laquelle il mène le récit, me confortent dans mon désir de le découvrir plus....
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Woland, le 01 janvier 2008

    Woland
    Je viens de l'achever et suis passée incontinent au second tome. Je n'ai pas été déçue. Il y a de l'épique chez Ellroy et un sens de la rédemption qui doit, à mon avis, provenir de ses origines personnelles : irlandaises ou écossaises.
    Ses héros qui sont aussi des anti-héros ont toujours quelque chose de mystique et de crucifié - même un Peter Bondurant dans "American Tabloid." Ainsi, son Lloyd Hopkins, dont on apprendra seulement à la fin de "Lune sanglante" le drame qui, dans l'enfance, l'a amené à se transformer en une espèce de Super Flic dédaigneux de sa hiérarchie.
    Parce que le petit James Ellroy a lui-même connu sa part d'horreur, les personnages qu'il invente ont presque tous connu une horreur similaire durant leur propre enfance. Une horreur où se mêlent chair et violence.
    Sur la chair, sur l'amour lui-même, le regard d'Ellroy est-il heureux ? Difficile de répondre à cette question. Pour lui, la femme en tous cas est TOUT. Il n'y a pas de garces authentiques chez Ellroy - contrairement au credo du roman noir. Toutes ses femmes fatales sont à la fois mère, épouse, maîtresse, amie, compagne, confidente. Et toutes y parviennent même si certaines d'entre elles paient ce multi-rôle de leur vie.
    L'amour fou qu'Ellroy continue à porter à sa mère tragiquement décédée - et sans doute victime du tueur du Dahlia noir - participe beaucoup à cette aura qui nimbe tous les livres du romancier comme autant de petits mausolées qui la rendent éternelle.
    C'est d'ailleurs peut-être pour cela que le style pourtant masculin d'Ellroy et son univers de mecs qui flirte souvent avec l'homosexualité et la bisexualité demeurent pourtant aisément accessibles aux femmes. Il y a une tendresse prodigieuse envers le genre humain chez Ellroy, qu'il s'acharne à dissimuler sous un cynisme parfois écoeurant et toujours très glauque, au bord du désespoir.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          4 10         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Darkcook, le 07 décembre 2012

    Darkcook
    En ayant commencé par le Quatuor de L.A., c'est rigolo de lire un Ellroy à ses débuts, qui est déjà celui qu'on connaît, tout en l'étant pas tout à fait, couvant à un stade moins évolué, plus simple, si l'on peut dire.
    Sur ce roman-ci, rien de frustrant, le personnage de Lloyd Hopkins est un délice (vivement que je lise les deux suites) : obsédé sexuel frustré, dossier familial chargé, traumatisé par les émeutes de Watts (énorme passage, qui vaut ce qu'Ellroy a fait par la suite) : tous les ingrédients pour le parfait personnage Ellroyien.
    On suit en alternance le psychopathe du livre, pathétique au possible, grand amoureux des femmes (tiens tiens...), du moins le croit-il, et pour mieux les tuer dans une violence jouissive... La citation de Shakespeare en avant-propos n'est pas là par hasard, ce roman puise dans le théâtre élizabethain, la violence et le sexe y prennent l'ampleur démesurée qu'on aime tant chez l'auteur. Mais à ce stade de sa carrière, il fait juste du polar tout simple, avec un flic torturé et un psychopathe, l'arrière-plan historique est relégué à un chapitre... Mais comme dit au début, tous les ingrédients sont déjà là, on ne peut que savourer!!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Hugo, le 08 avril 2012

    Hugo
    Ok les gars vous êtes tous là, c'est partie pour l'Opération « Lune sanglante »
    notre client: « James Ellroy » n'en est pas à son coup d‘essai, c'est un habitué du polar noir Américain, un amerloque pur souche, élevé au whisky et à la clope, pas le genre d'homme à sentir le printemps. On sait pas mal de trucs à son sujet : enfance chaotique, mère assassinée lorsqu'il avait 10 ans, père comptable qui succombera à une crise cardiaque quelques années plus tard… suite à ça James sera réformé de l'armée, il reprendra ses habitudes d'en temps : cambriolages, drogues et alcool, il est devenu un marginal sans but et sans domicile… Avant ces 30 ans, il tombe malade, obligé de reconsidérer son hygiène de vie, fini les excès, notre homme se range et commence à écrire….
    Lloyde Hopinks va naitre de sa plume, un personnage complexe , un Irlandais protestant d'une intelligence sans faille, il voue une adoration aux jolies Femmes, dragueur invétéré, jamais assouvie, passionné de son métier, amoureux de son épouse trompée et malheureuse…Ce gars va vous faire bander, entre fellation et parties de jambes en l‘air, c'est à la fois un beau parleur, un amant, un ami et un compteur…torturé, traumatisé, il carbure à l'instinct et aux "amphete", il lâche jamais l‘affaire, toujours sur la ligne, au bord du gouffre, il connait les rouages, les combines, admiré et détesté des ses supérieurs, Lloyd ne faillit jamais…. C'est un putain de flic…
    Laissez vous emporter dans l'enfer de L.A, c'est glauque, ça pue la nuit, on croise des morts et des prostituées et malgré (ou grâce) à cette ambiance malsaine, on se régale et on en redemande….
    A plus les copains
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par orno, le 08 mars 2013

    orno
    J ai lu enfin mon premier ellroy, evidemment j ai adoré!!!!
    quelle claque! il me tarde de lire le 2 eme tome de cette trilogie consacre a lloyd hopkin lieutenant de police.
    Certes c est un roman noir,sanguinolent, poisseux avec certains passages insupportables. Ames sensibles s abstenir
    l intrigue est tres bien ficelé, on suit avec attention l histoire croisé entre un jeune tueur en serie nommé le poete qui assassine de jeunes filles avec une meticulosite morbide, et un denommé hopkins un flic de la criminelle tres brillant reconnu comme tel par la police de los angeles infidele,
    l idee de ellroy est d interpeller le lecteur sur la frontiere assez mince entre le bien et le mal ou un evenement tragique durant l enfance ou l adolescence peut être veu differement, en effet d un coté une personne qui agit et surmonte ces difficutés pour se reconstruire et surtout de survivre dans cette societe et de l autre une personne qui va être ravagé de l interieur et de faire payer son mal etre.
    bref tout le long du roman je me suis attaché au personnage hopkins qui va affronter cette assassin en y laissant son âme, ses certitudes, et sa famille....
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la critique

> voir toutes (10)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par gorjuss, le 18 juillet 2014

    //----Dédicace : ----//

    En souvenir de
    KENNETH MILLAR
    1915-1983


    //---- Titre original : Blood on the Moon ----//


    //---- Citations d'ouverture ----//

    Les lauriers de notre pays sont tous desséchés,
    Et les météores effraient les étoiles fixes du firmament ;
    Sur la terre, la lune au visage pâle apparaît sanglante,
    Et des prophètes maigres prédisent de leurs murmures des jours de crainte.

    Shakespeare, Richard III


    //---- Structure ----//

    -- [Première Partie : Les Premiers goûts du sang] –
    -- [Deuxième Partie : Les Tristes chansons de l'amour non partagé] --
    -- [Troisième Partie : Convergence] –
    -- [Quatrième Partie : Lune Descendante] --
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par strummer, le 01 décembre 2012

    Il abattit la hache à nouveau, encore et encore, jusqu'à être trempé de sang, du sang qui lui éclaboussait et le visage et l'intérieur de la bouche, du sang qui lui traversait le cerveau, son âme entière baignée du rouge vif de l'amante : ce rouge vif des fleurs qu'il enverrait demain a l'amour de sa vie.

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation

  • Par TwiTwi, le 09 juillet 2012

    Tom l'attendait à l'extérieur de la maison, les jambes ancrées sur l'allée conduisant au trottoir. Quand il vit Lloyd, il se mit à rire et ouvrit la bouche pour parler. Lloyd ne lui en laissa pas le temps. Il sortir un .45 automatique de sa ceinture et le plaça sur le front de Tom. Tom commença à trembler et Lloyd lui dit tout doucement : " Si jamais tu dis encore négro, coco ou boche ou si jamais tu emploies cette merde pour ma parler, je te tuerai". Le visage rougeaud pâlit, Lloyd sourit et s'en retourna vers les restes fracassés de sa propre innocence.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par vonio, le 04 octobre 2013

    Elaine, de 1969, qui avait adoré la musique baroque qui, quoique jolie, avait passé pratiquement tous ses moments libres à écouter Bach et Vivaldi, les fenêtres de son garage-appartement grandes ouvertes, même par le temps le plus froid, dans son désir de partager la beauté qu'elle ressentait, avec un monde qui s'obstinait à l'ignorer.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par strummer, le 15 juin 2012

    Penny nicha sa tête contre son épaule et dit : "Raconte-moi comment tu as attrapé le salopard, papa.

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
7,00 € (neuf)
1,00 € (occasion)

   

Faire découvrir La trilogie Lloyd Hopkins, tome 1: Lune sanglante par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (401)

  • Ils sont en train de le lire (1)
  • Ils veulent l'échanger (1)

> voir plus

Quiz