AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Xavier Bordes (Traducteur)Robert Longueville (Traducteur)
ISBN : 2070717968
Éditeur : Gallimard (1998)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Axion Esti, oeuvre maîtresse d'Odysseus Elytis, Prix Nobel 1979, appartient à ces textes qui incitent le lecteur à voir au-delà des miroirs et à contempler, à travers l'expérience unique de l'écriture, la vie dans son dévoilement total. C'est un chant hiératique et profane, une symphonie liturgique contemporaine ; il inclut la poésie et la prose, la légende et l'histoire. Plus qu'un poème secret, il dit la mémoire multidimensionnelle d'un peuple que le sort a tour à... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (1) Ajouter une critique
Henri-l-oiseleur
Henri-l-oiseleur15 novembre 2015
  • Livres 5.00/5
"Axion esti" sont les premiers mots du plus célèbre chant à la Vierge de la liturgie orthodoxe : "Il est digne (axion esti) en vérité (os alithos) de te célébrer, Mère de Dieu (makarizin se tin theotokon)". Ce si vieil hymne, remontant au V°s, est en quelque sorte le cadre et la structure d'ensemble de tout le grand poème d'Elytis, qui récapitule toute l'histoire martyrisée de la Grèce moderne (d'ailleurs l'une des parties de l'oeuvre s'intitule "Ta pathi", les souffrances, du nom de l'office orthodoxe de la Crucifixion, le Vendredi Saint). de la sorte, Elytis, comme Seferis à sa manière, dépasse le niveau lyrique individuel pour devenir la voix de tout son peuple à travers le temps. Il acquiert cette impersonnalité qui n'exclut ni l'émotion, ni l'engagement, ni l'enracinement dans une terre, dans une histoire et dans une langue prise à ses origines et continuée jusqu'à nos jours. Enfin, il faut rappeler que "Axion esti" est un chant de louange : "il est digne en vérité de te célébrer, de te déclarer bienheureuse". le poète n'est pas seulement le porteur de mémoire de la souffrance, il est aussi celui qui fait les éloges et montre comment le martyre devient une gloire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations & extraits (3) Ajouter une citation
coco4649coco464912 juillet 2016
AXION ESTI/LA PASSION

Psaume XV


    MON DIEU tu m'auras voulu mais vois : je te rends
    la pareille
Le pardon — je ne connais pas,
    la prière — je n'en veux pas,
à l'isolement j'ai fait pièce ainsi qu'un caillou.
    Quoi, quoi, quoi d'autre inventer pour moi ?
Quand j'oriente vers tes bras la transhumance des étoiles
    si l'Aurore, insidieusement,
m'en pervertit le cours vers ses madragues outre-mer,
    c'est toi qui l'as voulu !
Collines avec des cités mers avec des vergers
    je les ente dans le vent
si la cloche me les boit tout doux dans le crépuscule
    c'est toi qui l'as voulu !
Si je croîs aux herbes et je m'écrie parmi tout mon délire
    ah vivement qu'à nouveau elles fanent
sous la machette de Juillet
    c'est toi qui l'as voulu !
Quoi enfin, quoi de neuf, quoi d'autre inventer pour
moi ?
    Tu n'as qu'à parler, vois-tu, pour que moi je réalise.
La pierre quitte ma fronde et me retombe dessus.
    J'approfondis les puits de mine et je pioche le fir-
    mament.
Je chasse les oiseaux et disparais sous leur fardeau.
    Mon Dieu tu m'auras voulu mais vois : je te rends la
    pareille.
Ces éléments qui sont toi,
    les journées et les nuits,
les astres et les soleils, le calme et les tempêtes
    si j'en renverse l'ordonnance et si je les engage
à rebours de ma propre mort
    c'est toi qui l'as voulu !

p.134-135
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
coco4649coco464912 juillet 2016
AUTANT QUE DURAIT L'ÉTOILE


La pastèque me glaçait les dents et j'avais à moi
Hélène entr'ouverte autant que durait l'étoile

« Ce que tu vois c'est la masse de la montagne
Qui a déteint sur cette écharpe aux six Chimères

Cette comète là-bas Phelsphevor
Des siècles avant qu'elle n'arrive et ne ressemble alors
 au Christ

Par sa face et par la joie que le vent manifeste avant de
 s'éteindre

Celle-ci aux cheveux cornus c'est la fièvre
Qui fera briller les enfants et les prendra peut-être

Et cela le tracé des fils aux sables de sérénité

On aura l'occasion d'en voir encore d'autre
Il va paraître un instant l'Hermès Trismégiste

Sous les zincs dans l'ambiance de brumasse et de néon
Il se pourrait aussi qu'on entendît l'accordéon
Noir dans le noir et qui n'a pas d'explication. »

Et l'étoile durait autant qu'Hélène regardait
Et la pastèque me faisait les dents glacées.

p.210-211
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Henri-l-oiseleurHenri-l-oiseleur17 octobre 2015
Et les garçons furent très effrayés, et les types aux faces de plomb, aux cheveux de paille et aux lourdes bottes noires, pâlirent comme cire. Ensuite il y eut effervescence d'allées et venues comme lors d'un séisme, et des étincelles autour des masures : en bien des endroits le papier goudronné tomba des fenêtres et l'on vit au loin, derrière le soleil, des femmes qui pleuraient, à genoux, sur le malheureux terrain, plein d'orties et de noirs caillots de sang. Alors que douze coups exactement sonnaient à la grande horloge des anges.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature hellénique. Littérature grecque>Littérature grecque moderne (56)
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
479 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre